Idée reçue : acheter du bitcoin, « parce que ça monte » ?

Un avis personnel sur la star des crypto-monnaies : le bitcoin est-il vraiment une valeur sûre pour investir ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bitcoins piles by fdecomite (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Idée reçue : acheter du bitcoin, « parce que ça monte » ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 décembre 2017
- A +

Par Eddie Willers.

Beaucoup de choses ont été dites sur le bitcoin ces derniers temps notamment du fait de l’envolée de son cours. Je ne ferai pas ici une recension de ce qui a été exposé à son sujet mais me contenterai simplement de donner un avis personnel sur la star des crypto-monnaies.

Le bitcoin est une alternative très intéressante

Je m’étais renseigné sur le bitcoin il y a maintenant 4 ans, à l’époque, le bitcoin avait déjà connu un phénomène de poussée extraordinaire vers les $1000 ce qui constituait quelque chose d’extraordinaire. Néanmoins je trouvais cela difficile à obtenir et garder de façon sécurisée, en tout cas bien plus difficile qu’une action d’entreprise. J’avais donc passé mon chemin.

Pour autant je trouvais l’idée du bitcoin très intéressante. En effet, le bitcoin constitue une alternative aux monnaies « étatiques » soumises aux desiderata de dirigeants peu scrupuleux quant à la gestion du denier public. Et cela finit généralement en inflation ou en dévaluation soit une perte de valeur de la monnaie. Le bitcoin étant une monnaie déflationniste par essence (un nombre limité en sera émis), il présentait l’avantage d’être une valeur refuge sur le long-terme.

Le fait que de nombreux Grecs et Vénézuéliens se soient rués sur le bitcoin au moment où leurs économies sombraient montraient d’ailleurs que les gens préféraient une monnaie très jeune et balbutiante à une monnaie nationale falsifiée. J’y voyais donc le signe qu’à terme, ces monnaies décentralisées, gérées par la blockchain, remplaceraient les monnaies étatiques pour le plus grand bien des citoyens épargnants.

Quelques bémols

Néanmoins j’ai toujours renoncé à acheter du bitcoin pour plusieurs raisons : la première était liée au support de détention. Je ne souhaitais pas que mes bitcoins soient gardées sur des portefeuilles virtuels car je voyais de nombreuses plates-formes tomber ou se faire pirater. Le stocker sur papier m’aurait obligé à entreposer le papier dans le coffre d’une banque pour plus de sécurité, ce qui par pure flemme je dois l’avouer, m’a rebuté.

Enfin, en tant qu’investisseur j’essaie toujours de comprendre quels sont les sous-jacents qui expliquent la demande pour un actif et donc sa valeur. Or le bitcoin est aujourd’hui très peu utilisé pour des transactions, les gens n’en en donc pas d’utilité finale. Et les comportements que j’ai vu apparaître ces derniers mois n’ont fait que confirmer cet a priori.

Le bitcoin comme de nombreuses crypto-monnaies est devenu un pur outil de spéculation. Lorsque je demande autour de moi à des gens qui viennent d’en acheter pourquoi ils le font, ils me répondent : « parce que ça monte ». Ce type de réponse me conforte dans l’idée que je dois rester éloigné de cette crypto-monnaie pour le moment.

Les gens n’achètent pas du bitcoin parce qu’ils le considèrent comme un moyen d’échange, ils l’achètent parce qu’il monte. Je retrouve ainsi les mêmes paradigmes qu’à la fin des années 1990 où les gens achetaient des actions de sociétés informatiques parce que leurs cours montaient. Peu importe que celles-ci ne gagnent pas un rond, on achetait parce que ça montait. On connaît le résultat catastrophique que cela a engendré quelques mois plus tard.

En tant qu’ardent défenseur de la privatisation de la monnaie, je devrais donc soutenir les initiatives telles que le bitcoin. Cependant en tant qu’investisseur, je me suis juré pour le moment de ne pas y toucher, le risque de perte étant à mon avis trop grand. J’ai donc choisi une autre option en investissant dans une autre monnaie privée s’appuyant sur un actif : l’or. Certains me diront que l’or n’a aucune valeur intrinsèque et que donc je ne suis pas plus protégé qu’avec du bitcoin.

Pourquoi je préfère l’or

Le débat serait long mais je répondrais essentiellement par deux points : l’or a pour avantage la preuve du temps. Si vous découvriez à l’occasion d’une plongée sous-marine un bateau romain chargé d’or au fond de la Méditerranée vous prendriez illico les lingots, or à l’époque romaine l’or était aussi très demandé et donc cher. Sa valeur peut fluctuer mais l’or reste un métal précieux et demandé.

Sa production annuelle ne permet pas aujourd’hui une inflation monumentale et enfin l’or a une utilité dans la vie de tous les jours : pour la création de bijoux, pour la rénovation de mobilier, dans l’informatique etc. L’or semble donc me donner plus de garanties qu’un bitcoin ou qu’un vulgaire token de n’importe quelle ICO réalisée ces dernières semaines.

Ces quelques remarques ne constituent en rien des recommandations, elles sont simplement le fruit d’une réflexion que j’ai pu mener ces dernières années et qui me poussent aujourd’hui à laisser passer le train du bitcoin. Je monterai peut-être un jour dedans car je souhaite ardemment voir disparaître le monopole étatique sur la production de monnaie mais l’environnement autour du bitcoin (ou d’autres crypto-monnaies) se sera alors assaini et peut-être assagi.

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Spéculer , c’est imaginer l’avenir selon du concret et de l’abstrait.
    Le concret est la disparition de l’argent liquide donc le bitcoin est pareil qu’un euro dans une banque ,stockage sur supports immatériel….la spéculation n’est pas freinée par ce fait..au contraire,les échanges se font très rapidement et à moindre frais.
    L’abstrait,quel avenir du bitcoin par rapport à ses concurrents ?
    Pas moins que pour un dollar ou un yen ,tout dépend du nombre d’utilisateurs….
    Il faut donc…acheter du bitcoin….pour le long terme , la spéculation est réservée, comme pour les autres monnaies virtuelles ou non au specialistes.
    Actuellement le danger de l’épargnant se trouve….dans la banque , le’bitcoin deviendra une monnaie mondiale avec certitude,comme disparaîtra le réseau visa et la carte à puce..mais pas aujourd’hui..demain.

    • @ reactitude
      Votre point de vue est le mien! Dans le doute, mieux vaut acheter du bitcoin que de laisser « dormir » de l’argent en banque!

      En 2017, le bitcoin est passé de 1 000 € à plus de 10 000 €: quel portefeuille a battu ce résultat?

      En France, l’or et son commerce sont taxés, d’après ce que je crois savoir, « h16 » a bien montré qu’il fallait être benêt pour se faire taxer ses bitcoins!

      Le bitcoin est donc un moyen d’échapper à l’état et à ses complices banquiers! (Les dévaluations du franc français se faisaient le week-end, à banque fermée!)

      On n’oblige personne à prendre ses précautions, si on est libéral!

  • « J’achète parce que ça monte » aurait mérité un meilleur réquisitoire. Mon premier souvenir en la matière est celui d’un chauffeur de taxi qui conseillait d’acheter de l’or, justement parce que ça montait, et je crois que c’était en 1977… Je ne crois pas que la valeur du métal précieux en monnaie constante ait pourtant beaucoup changé depuis.
    Celui qui vous dit qu’il achète parce que ça monte exprime simplement à mon avis l’idée qu’il ne se sent pas capable de juger par lui-même s’il est ou non judicieux d’acheter, mais que puisque un grand nombre d’acheteurs y voient un intérêt, il doit bien y avoir une raison sensée, et donc pourquoi ne pas en profiter lui aussi ? L’opinion de tels suiveurs, seraient-ils ultra-majoritaires, n’a donc que peu d’importance. Seule compte l’opinion des quelques meneurs, qui eux achètent par conviction. En ce qui concerne le bitcoin, les sondages effectués avant que la chose ne prenne d’ampleur médiatique, montrent que la majorité achetait dans l’idée de ne pas rester à l’écart d’une révolution en cours si elle se confirmait, et avec l’intention de faire un profit à long terme plutôt qu’à court terme. Si on ajoute l’évolution de ces derniers jours, où la baisse considérable semble avoir été prise comme un signal d’achat — assez contradictoire avec votre titre 🙂 — suffisant pour faire remonter aux niveaux d’il y a peu, les suiveurs, malgré la médiocrité de leur raisonnement, pourraient bien avoir détecté chez les meneurs un certain discernement et une vision. Discernement et vision dont nombreux sont ceux également qui pensent qu’ils ne se traduiront pas forcément par le succès final du bitcoin lui-même, mais par un monde avec crypto-monnaies différent de celui que nous avons connu jusqu’ici.
    En tout cas, ne connaissant personne qui ait revendu son or à l’industrie ou à la bijouterie autrement qu’à perte, je me garderais bien d’en acheter pour d’autres raisons que « je trouverai bien un acheteur ébloui par sa montée pour me le racheter ! ».

  • « Je ne souhaitais pas que mes bitcoins soient gardées sur des portefeuilles virtuels car je voyais de nombreuses plates-formes tomber ou se faire pirater. Le stocker sur papier m’aurait obligé à entreposer le papier dans le coffre d’une banque pour plus de sécurité, ce qui par pure flemme je dois l’avouer, m’a rebuté. » L’auteur de l’article ferait bien de se renseigner sur ce qu’est le cold storage qui ne nécessite aucun papier aucun coffre et qui est parfaitement non piratable dans la mesure où le détenteur est le seul à connaître le mot de passe. Le bitcoin ne se stocke en aucun cas sur papier. Par ailleurs je fais aussi partie de ce qui a découvert le bitcoin il y a 4 ans mais qui en ont achetés. Et je m’en porte fort bien merci.

  • Personnellement j’ai acheté du bitcoin (pas beaucoup : 0,001 % de mon capital) quand il valait 7 k$, en me disant que si je perdais, je ne m’en apercevrais pas, mais que s’il atteignait le million de $, ce serait un bon coup. De même que quand l’euromillion frise une cagnotte de 100.000.000, je joue -et encore, si je passe devant un bistro- 2,5 €… Cette façon de voir les choses ne me paraît pas malsaine.
    Quand à l’or, ne pas oublier les 10,5 % de TMP et les 34,5 % sur les plus-values. Comme d’habitude, celui qui se goinfre à tous les coups, c’est…

  • Bitcoin n’a pas vocation – pour le moment – à être un mode de paiement. Il doit être considéré comme une réserve de valeur. Donc si, bitcoin a déjà une utilité, contrairement à ce qu’avance l’auteur.

    De plus, le prix du bitcoin est la moins intéressante des variables. Se focaliser dessus c’est omettre le caractère génial de la technologie sous-jacente.

    Ledger est sur le point de livrer 16 millions de ledgers – wallet physique. On se demande pourquoi ?

  • « l’or reste un métal précieux et demandé » : précision importante car elle démontre que l’or n’a pas plus de valeur intrinsèque que le bitcoin ou n’importe quoi d’autre, mais simplement une offre et une demande qui font la valeur lors de leur rencontre, une valeur perpétuellement changeante. L’ancienneté ne change rien à l’affaire puisque la valeur instantanée de l’or dépend de la dernière transaction, et sera différente à l’occasion de la prochaine.

    Si vous trouvez une galère romaine en Méditerranée, vous irez chercher l’or au fond de l’eau si et seulement si les frais d’expédition sont inférieurs à la valeur de l’or que vous remonterez. L’opération est souvent rentable essentiellement parce que personne n’est propriétaire du carré de mer où la galère a sombré, et non parce que l’or aurait une quelconque valeur intrinsèque.

    • Si, si, l’or a une valeur intrinsèque.

      Il est précieux car il est rare, il est immuable, il est malléable.
      Il ne se dégrade pas dans le temps.
      Il est résistant.
      C’est un excellent conducteur électrique,.
      Il ne s’oxyde pas et ne s’altère pas avec le climat.
      On peut le stocker, le fondre, le modeler, le refondre et le travailler à nouveau, sans qu’il ne perde en qualité.

      Il est spécialement prisé pour sa flexibilité et sa tolérance.
      On peut le travailler si finement que la lumière parvient à s’incruster au travers d’une feuille d’or.
      Il est tellement malléable qu’un seul gramme d’or permet de tirer un fil d’un seul tenant d’une longueur de 3000 mètres.

      Voilà pourquoi l’or vaut… de l’or.

    • @ Cavaignac
      Oui, l’histoire du bateau est biaisée! Cet or, en pièces anciennes, n’aura pas le même prix que l’or en « once’s » des marchés!
      Mais, par contre tant que le bitcoin est limité en nombre d’unités fermé, il est plus sûr que l’or qui s’extrait encore tous les jours!

      • La quantité limité du bitcoin ou de n’importe quelle crypto est une des raisons simples et évidentes permettant de comprendre pourquoi les cryptos ne seront jamais des monnaies. Inadaptées à l’échange, n’étant évidemment pas des étalons de valeur puisqu’il n’existe pas d’étalon en économie, elles sont encore moins des réserves de valeur. Les cryptos ne sont rien d’autre que des algorithmes perdus dans l’infinité d’algorithmes qu’il est possible d’inventer et dont la valeur est toute relative, notamment aux effets de mode ponctuels, aux engouements qui s’évanouissent aussi rapidement que les licornes multicolores traversent notre champ de vision mental.

  • Acheter un appartement parce que les prix montent ?

    J’achète un appartement pour ma retraite, comme j’achète du bitcoin pour me protéger des rapetouts (l’etat).

  • Curieux raisonnement.
    Pourquoi n’achèteriez vous pas du bitcoin pour la simple et unique raison que vous trouvez le concept intéressant ?
    En persistant à laisser passer le train des cryptomonnaies et donc à appréhender superficiellement ces concepts, ne risquez vous pas d’être victime d’idées reçues les concernant ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Article disponible en podcast ici.

On dit qu’une blockchain est sûre, que personne ne peut voler vos cryptos sur blockchain. Alors pourquoi les personnes de Celsius ont perdu leur argent ? Pourquoi les personnes de Voyager ont perdu leur argent ? Pourquoi les utilisateurs de Slope ont perdu leur argent ? Pourquoi les utilisateurs de Terra ont perdu leur argent ?

Depuis quelques semaines, les failles et les faillites se succèdent et les victimes se comptent en nombre. Une blockchain est sûre à condition de bien s’en servir !

... Poursuivre la lecture

Au Forum financier international qui vient de se tenir à Paris, le gouverneur de la Banque de France a confirmé l’intention des banques centrales de créer un euro numérique. En même temps, dans un article récent, Le Figaro se demande : « Euro numérique : à quoi servira la nouvelle monnaie européenne ? » Excellente question, à laquelle j’ai bien peur que la réponse soit « à rien ».

Dans nos pays développés, nous disposons d’une vaste gamme de moyens de paiement : outre les chèques et les espèces, une multitude de cartes de crédit et plu... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles