Gastronomie : les mannele d’Alsace

L’Alsace sucrée de la Saint Nicolas avec la recette des mannele.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mannele Saint Nicolas by Mark Vuaran (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gastronomie : les mannele d’Alsace

Publié le 26 décembre 2017
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Dans l’Est de la France comme en Allemagne, c’est Saint Nicolas, patron des lorrains et protecteur des enfants, qui offre des cadeaux. Cet ancêtre du Père Noël est fêté depuis le XIIème siècle en Alsace : le 6 décembre, les enfants mettent leurs bottes devant la porte afin que le Saint leur apporte des friandises, pains d’épices, fruits frais de saison, fruits secs et fruits à coques. Sans oublier les mannele, ces fameux bonshommes briochés, symboles de la fête de Saint Nicolas.

Habillé en évêque, il porte les attributs de la fonction : long manteau rouge, mitre sur la tête, crosse à la main et longue barbe blanche ! Lors des célébrations, le « saint homme » distribue ces gourmandises dans de nombreuses villes d’Alsace et de Lorraine, où l’on accompagne ces dégustations de chocolat chaud pour les plus jeunes et de vin chaud épicé pour les adultes !

« Saint-Nicolas », patron des écoliers, apporte-moi des bonbons dans mon petit panier. Je serai sage comme un petit mouton, J’irai à l’école, apprendre mes leçons… La chanson des enfants sages s’entonne devant Saint Nicolas, parfois sur son âne, et suivi du Père Fouettard qui corrige ceux qui désobéissent, probablement la survivance d’un mythe plus ancien et germanique… On chante aussi la fameuse légende de Saint Nicolas qui sauva trois enfants du saloir d’un boucher « malveillant… »

Subsistent de cette fête régionale les incontournables mannele (ou mennele, mannala, selon l’endroit où l’on se trouve, avec une orthographe germanique : männele se prononcerait alors mennele…), ce qui signifie « petit bonhomme » en alsacien. Il s’agit d’un bonhomme fait de pâte briochée ou de pain au lait réalisé en souvenir des trois enfants ressuscités.

Aux côtés des mannala, figurent souvent les schnackala, des escargots briochés qui rappellent la forme de la crosse de Saint Nicolas… Mannala et schnackala sont les deux premières gourmandises alsaciennes de la période de fêtes. Suivront ensuite la farandole des bredele, lebkuchen, sans oublier le kouglof, autre emblème de l’Alsace !

  • Ingrédients 500 g de farine, 4 œufs + 1 oeuf pour badigeonner le mannele, 100 g de sucre, 10 g de sel, 75 g de lait, 250 g de beurre, 1 cube de levure de boulanger, raisins secs ou pépites de chocolat pour les yeux
  • Progression de la recette : mélanger la farine, les œufs, le sucre et le sel. Ajouter le lait, puis, progressivement le beurre ramolli, puis la levure de boulanger. Laisser reposer 1 heure à température ambiante. Former des bâtonnets, façonner la tête, former les bras et les pieds.
  • Ajouter deux raisins secs pour les yeux et badigeonner chaque mannele au pinceau avec un peu d’œuf battu.
  • Laisser à nouveau reposer et pousser pendant 1 heure et demie. Enfourner à 180°C une dizaine de minutes.

Bon appétit !

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Ah ah, quelle surprise de lire un article au sujet des Männele sur Contrepoints !

    Parmi mes plus vieux souvenirs, ça remonte à la maternelle, toute la classe laissait des carottes et de la laitue à l’entrée de l’école pour l’âne de Saint Nicolas. Et il arrivait dans la journée (je ne me rappelle plus si Hans Trapp était de la partie). Je faisais pareil chez moi, mais faut croire que l’âne les mangeait en douce sans s’arrêter. 😀

  • Avec 500g de farine, il y a de quoi en faire, des petits bonshommes ! Pour ma part j’en fais 3 confortablement avec 250g de farine et 1/2 sachet de levure de boulangerie déshydratée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

L'amer Picon d'Algérie

Le Picon nous renvoie à une page coloniale de l'histoire de France, celle où l'Algérie était intégrée au territoire national et où les soldats mouraient de dysenterie et d'eau contaminée. Dans le désert saharien, la soif est une contrainte perpétuelle et les eaux sont très souvent impropres et tuent les corps en transportant de nombreuses maladies. Envoyé en Algérie au début des années 1830, Gaétan Picon découvre le paludisme et les fièvres qui rongent de nombreux soldats.

Lui aussi ... Poursuivre la lecture

Des histoires surprenantes et riches d'enseignement surviennent au Québec, durant cette pandémie.

À l’approche des fêtes, le chef de cette province avait des comportements erratiques, il promettait des rassemblements familiaux jusqu'au moins 20 personnes. Soudainement, les médias y vont de nouvelles affolantes sur la croissance du nouveau variant omicron. Les pages du Journal de Montréal étaient particulièrement alarmantes. Il a donc réduit à 10 cette limite, le temps d’un réveillon. Une fois la fête finie, il y est allé de la fermetur... Poursuivre la lecture

La perspective des fêtes n'est pas des plus réjouissantes en cette fin d'année 2021.

Toute l'Europe est actuellement en train de serrer à nouveau la vis de l'autoritarisme à l'approche des fêtes : entre confinements partiels, couvre-feux, événements supprimés, les libertés publiques s'usent et ne semblent plus être que de vagues souvenirs de l'année passée, ou de l'année d'avant...

Cependant, et pour tenter d'entretenir une santé mentale la plus saine possible en cette période de folie, il est important de souligner le positif q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles