Comment Contrepoints a aidé à affranchir la parole libérale en France

Contrepoints travaille à faire connaître les idées libérales, aidez-le à vivre !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Statue de la liberté (Crédits : benonrtherun, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comment Contrepoints a aidé à affranchir la parole libérale en France

Publié le 21 décembre 2017
- A +

Depuis le début, Contrepoints s’est efforcé de présenter au public le plus large possible – et notamment à la jeune génération – les arguments moraux, politiques, sociaux et économiques en faveur d’une société libre.

Depuis 2010, nous avons publié le travail de commentateurs et experts reconnus mais aussi permis de démultiplier l’audience initiale de jeunes auteurs prometteurs. Au total, Contrepoints est devenu le journal de plus de 1000 plumes.

Avec 20 millions d’articles lus par an, 2 millions de visiteurs par mois, une progression de 35% en un an, nos réquisitoires pour une société libérée sont largement diffusés en ligne.

Contrepoints exerce aussi son influence dans les autres médias : votre journal a été mentionné plus de 38 fois dans la presse française et internationale en 2017.

Beaucoup d’instituteurs et de professeurs nous ont demandé de reproduire nos articles pour s’en servir comme outils pédagogiques.

Et nous publions régulièrement des contenus originaux parmi les plus respectés de la scène libérale française.

Mais pourquoi s’arrêter là ?

L’association Liberaux.org qui édite votre journal a toujours eu pour mission de faire connaître à toutes et tous les idées libérales qui insistent tant sur ce qui fait le plus défaut actuellement dans notre pays : la liberté et la responsabilité.

Et parce que l’association travaille principalement sur Internet, nos initiatives – le journal Contrepoints, mais aussi l’encyclopédie en ligne Wikibéral – ont toujours permis de rapprocher les jeunes générations d’idées puissantes.

Parce que les idées libérales sont trop souvent boudées ou caricaturées dans les autres médias et au sein de l’Éducation nationale, Contrepoints est pour beaucoup de nos jeunes concitoyens le seul moyen immédiatement accessible de découvrir et comprendre vraiment les notions libérales de règne du Droit, de limitation et de séparation des pouvoirs, de liberté des échanges, de propriété et de tolérance.

Aujourd’hui, avec l’appui de nos généreux donateurs, notre effort de sensibilisation passe à l’étape suivante.

Nous avons commencé par repenser notre site Web et notre application mobile. Vous pouvez facilement faire des recherches sur tous les thèmes qui vous intéressent et consulter gratuitement notre collection complète d’articles.

Nous publions 10 articles par jour, en utilisant l’actualité quotidienne comme moyen d’exposer nos idées et nos propositions de réformes.

Nous renforçons également notre présence dans les médias sociaux : nous avons plus de 19 000 abonnés sur Twitter et 58 000 fans sur Facebook.

Plus important encore, nous pensons que Contrepoints a permis de décomplexer la parole libérale en France. Au fur et à mesure que notre audience augmente, il est impossible de se sentir isolé lorsque l’on estime que dans le logement, les transports, l’instruction, la santé ou les retraites la seule chose que notre pays n’a pas encore essayé pour se sortir du marasme est la voie de la liberté de choix et de la responsabilité personnelle.

Indirectement, en complément du travail fourni par les nombreux laboratoires d’idées et associations libérales en France, Contrepoints a relevé la barre, désenclavé les penseurs, brisé des tabous, bâti des ponts pour créer, partager et promouvoir nos idées auprès d’un public – et d’un électorat potentiel – plus large.

Ensemble, avec votre soutien, nous faisons en sorte que les idées d’une société libre soient familières et crédibles pour la génération actuelle et celle qui vient.

Nos jours les plus heureux sont à venir.

Nous vous invitons à vous impliquer avec nous aujourd’hui, à la hauteur de vos moyens, par un don ponctuel ou mensuel.

Soutenez notre effort.

Oui, je veux aider Contrepoints à bâtir la majorité libérale de demain.

Toutes l’équipe de Contrepoints vous remercie et vous souhaite un joyeux Noël !

P.S.: tout don à Contrepoints est défiscalisé à hauteur de 66%. Pour 100€ de don, vous réduisez votre impôt sur le revenu de 66€ et ne payez en fait que 34€ ! Un e-reçu fiscal vous est rapidement fourni si vous nous le demandez à admin@liberaux.org

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Merci de cet article que tous les grincheux qui réduisent le libéralisme en France à un confetti devraient lire. Et bravo pour l’action.

    Rome ne s’est pas construit en un jour.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
calepin et stylo
6
Sauvegarder cet article

Par Tonvoisin.

 

"Mon cœur s'est noyé dans l'océan de tes rêves !

Au loin, le temps, la vie des vagues silencieuses,

se brisait en cadence sur l'absence de trêve

Et le monde riait ! La folie est joyeuse !

 

J'aurais vécu pour rire dans un monde à pleurer

sans mépriser mes juges de ma peine cruelle

Enfant je suis, enfant je meurs. Me faut-il expliquer ?

La tristesse des autres est ma seule étincelle !

 

Je me croyais vivant et soudain je suis mor... Poursuivre la lecture

Si vous défendez en France le libéralisme classique vous êtes rapidement soumis à un exercice pénible. Face à l’ignorance de votre auditoire, vous êtes contraint d’expliquer les « droits naturels », de remonter à l’humanisme et à l’école de Salamanque, de justifier laborieusement que le libéralisme n’est pas que le marché et la concurrence loyale. Ni le capitalisme de connivence.

Définir facilement le libéralisme est si malaisé que beaucoup commencent par expliquer « ce qu’il n’est pas ».

Bref, en invoquant le libéralisme, vous ... Poursuivre la lecture

Faisant face à une popularité en chute libre, la Première ministre travailliste néozélandaise Jacinda Ardern a récemment démissionné de son poste. Alors que les politiciennes habituelles la défendront bec et ongle contre le « sexisme, » les libéraux sensés se réjouiront de la démission de ce tyran, quel que soit son sexe.

Rassurez-vous, le mot n’est pas utilisé à la légère. Comme trop de gouvernement « libéraux », Ardern a fortement restreint la liberté de mouvement de « sa » population durant la pandémie. Malheureusement, elle a pris ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles