Les contrats à terme vont-ils mater le bitcoin ?

L’or, comme le bitcoin, sont deux monnaies « anti-système ». La taxation et les contrats à terme seront-ils toujours efficaces pour les contrer ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bitcoin by Antana(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les contrats à terme vont-ils mater le bitcoin ?

Publié le 13 décembre 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Quel est le rapport entre l’or et le bitcoin ?

Tous deux sont des monnaies anti-système.

Le système, c’est celui de l’argent frelaté, le créditisme qui confond ce qui existe déjà (l’épargne) et ce qui pourrait peut-être exister à l’avenir (les profits futurs).

Le créditisme permet aux banques de prêter de l’argent qui n’existe pas. La réglementation permet de faire croire aux gens que leurs dépôts bancaires sont disponibles à tout moment et leur appartiennent toujours.

Le piège de l’intérêt général

Les gouvernements protègent les banques de la faillite au motif d’un douteux intérêt général ou intérêt public. Les instigateurs et profiteurs du système sont les parasitocrates.

Face à cela, l’or est une monnaie physique, matérielle, qui n’a besoin de rien ni de personne pour exister. Vous en avez… ou pas. C’est assez simple à comprendre. Il n’y a strictement aucun rapport entre l’or et le crédit. L’or n’est la dette de personne.

Le bitcoin est plus compliqué à comprendre. Bitcoin est un réseau de transactions (au même titre que Visa ou le réseau interbancaire). Le bitcoin est une unité de compte propre à ce réseau (au même titre qu’un euro ou un dollar).

Toutes les monnaies – sauf l’or – sont virtuelles

Cybermonnaies, cryptomonnaies, monnaies virtuelles : autant d’appellations pour le bitcoin et ses avatars.

Lorsque la Parasitocratie essaie de démolir le bitcoin en démontrant qu’il n’est rien  et ne repose sur rien, elle démontre qu’il en est de même pour ses propres monnaies : elles ne sont rien et ne reposent sur rien.

Là où le bitcoin est supérieur aux monnaies virtuelles officielles, c’est qu’il n’est pas manipulé par la Parasitocratie à son profit. Il ne dépend d’aucun banquier central, d’aucun gouvernement. Comme l’or.

Après 10 ans de taux directeurs à zéro, des années de taux négatifs, une émission monétaire forcenée, la promulgation de lois portant atteinte à la propriété privée (Loi Sapin, directive de résolution bancaire), le public commence à comprendre qu’il y a anguille sous roche avec les « monnaies virtuelles officielles ».

Deux ennemis au lieu d’un seul

Voilà donc le créditisme vulnérable sur deux fronts. Quelle sera la riposte ?

L’or a été plus ou moins maté. D’abord par un mélange de taxation-punition rendant sa détention difficile pour les investisseurs particuliers et certains investisseurs institutionnels. Ensuite, par un habile usage des contrats à terme qui ont vu le jour en 1974.

Un contrat à terme (ou future) est un engagement de livraison dans le futur à un prix ferme, convenu au moment de l’émission du contrat.

Lorsque le contrat arrive à échéance son détenteur peut ou non exiger livraison. S’il n’exige pas de livraison, il obtient une compensation en monnaie.

L’émetteur du contrat peut acheter ce qu’il doit livrer au moment du dénouement, ou payer la compensation en monnaie.

Dans le cas de l’or, il est désormais prouvé, documenté et étayé que les contrats à terme ont été utilisés pour réprimer à la baisse le cours de l’or. Des vendeurs dépourvus d’or émettaient des contrats à des prix de livraison faibles.

Les contrats à terme permettent un « levier » très important et donc d’exercer une pression sur les prix en mettant peu d’argent sur la table.

Pour l’or, chaque contrat à terme contrôle 100 onces troy d’or. À 1 250 $ l’once, cela représente une valeur notionnelle de 125 000 $. Mais la marge requise pour échanger un contrat à terme n’est que de 4 200 $. En mettant 4 200 $, vous contrôlez 125 000 $, soit un effet de levier de presque 30 !

Le marché des contrats à terme sur l’or a vu le jour en 1974, date à laquelle le dollar a été détaché de l’or. Ce n’est évidemment pas un hasard.

Les contrats à terme sur le bitcoin pour mieux le contrôler

Depuis vendredi, les premiers contrats à terme sur le bitcoin sont opérationnels à Chicago.

Pour le moment, comme le dit Bloomberg, il s’agit d’une goutte d’eau dans un océan : 2 300 contrats représentant chacun environ 17 000 $ soit 39 M$. Mais seulement18 M$ réellement engagés du fait de la marge de 50% requise sur ces contrats.

Dans le même temps, les volumes sur les plateformes d’échange représentent 570 M$.

Ces contrats à terme ne pèsent donc pour l’heure que 3% des volumes réels.

Mais la Parasitocratie ne baissera pas les bras pour défendre son pré carré.

Si l’on se réfère à ce qui est arrivé avec l’or, attendez-vous à ce que les contrats à terme se multiplient, que les appels de marge soient abaissés, que des contrats soient émis à prix cassé et que leurs émetteurs soient – au moment de la livraison – défrayés de leurs pertes par des banquiers centraux complaisants.

Comme pour l’or…

Et si cela ne suffit pas, il restera le levier de la fiscalité, comme pour l’or. Cela commence déjà…

« Coinbase sommé de communiquer au fisc américain les données des utilisateurs qui négociaient plus de 20 000 $ » :

« Si ça bouge, taxez-le. Si ça continue à bouger, régulez-le. Si ça s’arrête de bouger, subventionnez-le. » Ronald Reagan

Concernant le bitcoin et l’or, la dernière proposition n’a pas lieu d’être…

Mais voyez-vous, malgré tout cela (contrats à terme, taxation dissuasive), l’or est passé de 685 $ l’once en 1974 à 1 250 $… il a bien joué son rôle protecteur en 2008.

Faire le pari aujourd’hui de la bonne tenue des monnaies du peuple face aux « monnaies virtuelles officielles » et à l’argent falsifié est une saine approche.

Que feront les banques centrales lors de la prochaine récession alors que les taux d’intérêt sont déjà presqu’à zéro ? Elles émettront toujours plus de monnaie virtuelle officielle pour sauver les banques et entreprises zombies, les Etats surendettés…

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Intéressant, mais la démonstration souffre à mon avis d’une erreur : l’écrasante majorité des gens achètent des bitcoins dans l’espoir de faire un gain et n’ont certainement pas derrière la tête de se protéger de l’éventuel écroulement des monnaies « conventionnelles ».

    D’ailleurs les quelques grosses boîtes qui vendent en bitcoin, lorsqu’elles font une vente avec cette devise, rachètent quasi-instantanément des $.

    Le cas bitcoin ressemble juste à une bulle.

    En revanche la techno derrière est loin d’être dénuée d’intérêt.

    • L’écrasante majorité des acheteurs de bitcoins visent des gains à long terme. Dès que ça baisse, ils réinvestissent leurs gains. Je ne vois pas du tout le comportement « patate chaude » des bulles.
      Quant au rachat immédiat de $ par les commerçants qui vendent en bitcoin, c’est normal, c’était jusqu’à maintenant leur seul moyen de se protéger contre le risque de change, une nécessité comptable et non le résultat d’une conviction. Les produits dérivés vont leur permettre dorénavant de se protéger contre ce risque de change, et devraient au contraire favoriser l’usage du bitcoin. Sauf que les frais sont devenus prohibitifs…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

bitcoin
0
Sauvegarder cet article

Depuis quelques semaines, les mauvaises nouvelles sur le front des crypto-monnaies se multiplient. D’aucuns n’y voient qu’une nouvelle occasion d’y investir  — « Buy the Dip ! », telle une incantation chamanique — d’autres prédisent l’effondrement de tout le système crypto. L’hypothèse ici soutenue est que le concept le mieux à même de rendre compte de la phase actuelle est celui de bank run — ou panique sur les banques cryptos.

Le défi actuel du monde crypto est facile à comprendre. Le concept-clef est celui de convertibilité. Il faut... Poursuivre la lecture

Par Pascal Lepautremat. Un article de Conflits

Les Émirats arabes unis font depuis peu la Une des journaux comme étant le nouveau centre international des crypto-monnaies. La Chine teste déjà son yuan numérique dans quelques-unes de ses provinces, tandis que l’Occident continue d’évaluer ses options. Les crypto-monnaies pourraient-elles contribuer à bouleverser le canevas géopolitique ?

Depuis longtemps, les principaux décideurs reconnaissent le potentiel ainsi que les risques associés aux actifs numériques. Ainsi, en octobre 20... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles