Pannes à la SNCF : les symptômes d’un mal profond

La panne récente à Montparnasse démontre que la SNCF souffre de profonds problèmes de gestion, d'entretien et de management.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pi Eye-SNCF TGV Duplex 744(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pannes à la SNCF : les symptômes d’un mal profond

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 décembre 2017
- A +

À l’approche des fêtes et des grands chassés-croisés de fin d’année, tout le pays frétille à l’idée de se mettre sur son 31. C’est peut-être ce qui a poussé la SNCF à moderniser son infrastructure et à tripoter ses aiguillages. Instantanément et grâce à une dose d’efficacité et de compétence concentrées, le dimanche 2 décembre fut une catastrophe complète.

Comme pour la précédente panne de juillet dernier qui avait touché un poste de commande d’aiguillage de Vanves, le trafic a été très fortement perturbé sur une bonne partie du réseau ferré français, même si, à en croire les explications plutôt vagues de la direction de la SNCF, l’incident de ce début décembre n’a rien à voir avec un défaut d’isolation sur l’installation électrique : cette fois-ci, c’est un « bug informatique » et pas un petit souci électrique, le « bug informatique » étant de nos jours à la panne matérielle ou à l’erreur humaine traditionnelle ce que le mistigri est au jeu de cartes ou la poisse au casino, sorte de concept fourre-tout terriblement commode pour camoufler des dérives peu reluisantes.

Bug ou pas, le résultat est le même puisqu’il s’est soldé par des dizaines de milliers de voyageurs restant à quai, les bras ballants et les mains pleines de coûteux tickets devenus inutiles.

À la suite de cette pagaille mémorable, certains (voyageurs ou non) se sont immédiatement interrogés sur la capacité de la société nationale à faire face à ses responsabilités, à apprendre de ses (trop nombreuses) erreurs, à corriger les problèmes connus et (défi !) à proposer des solutions alternatives viables et rapides aux problèmes inconnus qui pouvaient survenir.

L’interrogation est si forte que, pour bien faire comprendre aux Français que tout ceci ne peut pas rester sans réponse, Elisabeth Borne, apparemment ministre des Transports en ce moment, a haussé le ton pour convoquer le patron de la SNCF Réseau, Patrick Jeantet. Dans le monde merveilleux de l’État tout-puissant, il suffit en effet de convoquer le type à la tête d’une société d’État pour qu’immédiatement, des actes fermes soient posés, des solutions trouvées, des corrections apportées, et pouf, des trains roulent comme il faut.

Apparemment, le consensus actuel s’établit sur la nécessité de réorganiser la façon dont sont gérés les grands travaux de la SNCF, vieille dame incontinente qui perd des fonds, des trains et des parts de marchés de tous les côtés. Évidemment, lorsqu’on lit en détail le froufroutant nuage de mesures qui sont prises à la suite de l’incident, on se doute bien que la situation ne va finalement pas changer du tout au tout instantanément : on va continuer ce qui a été mis en oeuvre à la suite de la précédente panne de juillet (mais mieux) et on va surtout faire plein d’audits (miam, avec de vrais morceaux de commissions dedans !).

En somme, si la qualité se dégrade, c’est essentiellement parce qu’il faut tout refaire et qu’on va devoir souffrir le temps de la transition depuis l’état actuel, déplorable, à l’état futur (peut-être moins déplorable ?). Vu ainsi, pas de doute, la SNCF va nous apprendre à maîtriser le réflexe glutéal et le restockage massif de vaseline en flux tendu.

Certes, à la décharge de la société ferroviaire, les travaux entrepris visent à améliorer une situation devenue dangereuse tant l’infrastructure part en quenouilles un peu partout, et qu’il fallait donc s’attendre à ce que, parfois, ces travaux impactent négativement la bonne marche de la circulation des trains.

Le hic reste malheureusement que cette bonne marche est très hypothétique.

En effet, si l’on peut charitablement mettre la précédente panne de juillet sur le compte du Pas De Bol qui, lentement, devient une véritable devise nationale, il sera en revanche bien plus compliqué de conserver sa bienveillance quand on commence à éplucher l’enfilade de problèmes que le réseau ferré connait avec une régularité plus solide que ses trains.

Ainsi, si l’on se penche sur les performances globales de la SNCF sur le réseau ferré français, il ne faut pas beaucoup de recherches pour retrouver facilement les traces passées de problèmes, soucis et autres enquiquinements qui parsèment la vie des usagers de province.

La région parisienne concentre les réseaux, les passagers et, bien évidemment, les tracas. Sur ces dernières semaines, c’est une avalanche que même la panne de dimanche dernier ne parvient pas à camoufler.

Notons des pannes régulières sur le RER A, sur le RER B, sur le RER B et le RER D (combo), dans différents métros avec une répétition et une constance qui permet aux moteurs de recherche sur internet d’associer rapidement SNCF avec panne et RATP avec grève.

On m’objectera à raison que j’entretiens ici une confusion entre la RATP et la SNCF. Ce serait oublier de noter que si, effectivement, les infrastructures et les entreprises sont différentes, la vétusté du matériel, les pratiques commerciales alternatives, le mépris millimétré de l’usager (usagé ?) et la culture de la grève inopinée sont étrangement similaires dans les deux entités…

Coïncidence ?

Est-ce une coïncidence que ces deux entreprises soient toutes deux publiques, toutes deux sous perfusions d’argent gratuit des autres, toutes deux un réservoir à syndicalistes indéboulonnables en même temps qu’une sinécure pour hauts fonctionnaires ? Est-ce une coïncidence que ces deux entreprises, confrontées à des soucis matériels, soient compactement infoutues de la moindre communication vers les clients, qu’elles continuent, dans les deux cas, à appeler usagers ? Est-ce une coïncidence que ces deux sociétés, en situation monopolistique, ne semblent faire aucun réel effort pour aligner enfin leurs coûts de structures avec leurs tarifs, tentent d’apurer leurs dettes qui sont – coïncidence – dans les deux cas abyssales ?

Coïncidence encore lorsque ces deux entreprises, directement impliquées dans les travaux pharaoniques (LGV pour la SNCF, Grand Paris pour la RATP) se retrouvent à patauger dans les problèmes (financiers, politiques, structurels) ?

Coïncidence que tout cela ? Je ne crois pas. Cela a plutôt l’air d’un symptôme, celui d’une gestion calamiteuse et de l’abandon de toute politique ferme visant à nettoyer ces écuries d’Augias où une petite quantité d’incompétents bloquent les réformes, les adaptations et la prise de conscience radicale qu’il faut absolument en finir avec ces mastodontes coûteux.

Et oui, j’ai bien écrit « en finir ».

La privatisation intégrale de ces entités et de leurs infrastructures, qui sont en réalité complètement en faillite, est absolument nécessaire pour qu’enfin les réalités économiques y pénètrent, que les usagers redeviennent des clients, que la notion de service réapparaisse, que les fautes soient réellement sanctionnées et les succès enfin à l’horizon.

Et non, ce n’est pas impossible.

D’autres pays l’ont fait, massivement, et ont obtenu des résultats tangibles qui donnent une idée exacte de ce qu’il est possible de faire (et à quel point la situation française est devenue honteuse).

De tout cela, il n’est évidemment pas du tout question dans les mesurettes proposées par cette Elisabeth Borne qui serait ministre des Transports. On va donc continuer d’un côté à bricoler et arranger comme on peut des entreprises qui s’enfoncent dans un magma de dettes et de problèmes, et de l’autre à financer les lubies pharaoniques des uns et les avantages sociaux invraisemblables des autres, et tout continuera comme avant.

Résignons-nous. De toute façon, il n’y a pas encore mort d’homme, hein.

Oups.

Re-Oups.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Ne dit-on pas en français un bogue informatique et non un bug ?

  • En finir avec les régimes spéciaux de retraite (fabrique n°1 d’inégalité), l’emploi à vie (fabrique de fainéants), l’avancement à l’ancienneté (fabrique de bons à rien), l’ena et Bercy (fabrique d’enculeurs de mouches et destructeurs de richesse), les syndicats et les médias subventionnés (fabrique de ripou et d’idéologues véreux), les monopoles d’escrocs en bandes organisées (fabrique de parasites voraces de l’argent des autres) etc…

  • Tout le monde l’a compris : ce n’est pas le moment de se débarrasser de sa bagnole.
    Ceci étant rappelé, je trouve que l’auteur a la réforme bien timorée. Il propose (ça tombe bien, je pense qu’on l’a invité pour ça) la privatisation de tout ce bazar.
    Moi, au risque de me répéter, je prône la disparition totale du chemin de fer français. D’autant que d’ici quelques années, les gens qui ne voudront/pourront pas conduire auront à leur disposition des véhicules autonomes.
    Le report modal, comme on dit à Technoland, est-il raisonnablement possible ? Bien sûr, puisqu’aujourd’hui, le rail (en perte de vitesse ?) ne représente que le huitième des déplacements par la route.

    • Disparition du chemin de fer… avec report du transport de marchandises dans de gros camions sur la route.

    • prôner la disparition du chemin de fer c’est exactement comme prôner son maintien….
      dans un monde normal il y a des trains tant que les gens sont prêts à payer pour ça un prix suffisant pour que ça vaille la peine de continuer à en faire rouler. pae que je vous le donne en mille on paiera des impots pour faire rouler des voitures gratuites…autonomes mais pas trop quand même. moi ce qui ne gratouille c’est que personne ne sait vraiment quel service publique rend la sncf…or celui ci est forcement contre économique…et redistributif..mais plutôt territorialement qu’individuellement. Et quand c’est contre économique..on perd tout repère.

    • Plutôt de l’ordre du 15e, mais bon, les gros chiffres, c’est compliqué. On a vite fait de se prendre les pieds dans le tapis des statistiques.

      Le rail ne permet pas de se rendre du point A au point B. Au mieux, c’est un trajet partiel qui devient rapidement insupportable quand en plus il faut traîner avec soi Mamie, les Gnafrons et la tonne de bagages qui va avec, surtout quand on sait le sens du service inné de la SNCF… tout juste bon à bourrer des wagons à bestiaux, en poussant fort.

      Le TGV, c’est idéal pour le cadre sup qui part en réunion sur la journée à l’autre bout de la France armé de ses tableaux XL et de ses powerpoints stockés sur son ultraportable hors de prix. Ou alors pour le babacool boboisant qui trimbale sa guitare pourrie en première classe pour se commettre dans un spectacle vivant pathétique chez les ploucs de province. Bref, le TGV, c’est l’archétype du mauvais investissement, totalement vain pour l’économie du pays.

      • @Cavaignac
        « surtout quand on sait le sens du service inné de la SNCF… tout juste bon à bourrer des wagons à bestiaux, en poussant fort. »
        Je suis d’accord. Avec les nouvelles règles de sécurité qui font que les accompagnants ne peuvent aller sur les quais c’est génial. Du le
        client/usager/passaager se retrouve à tout trimballer lui-mêmJ’ai vu une femme avec un bébé, trimballer une grosse valise, et une poussette, toute seule. Elle m’a dit que les hommes de la SNCF n’avait pas laissé passer son amie qui l’avait accompagnée. Les deux gugusses professionnels à casquettes estampillées SNCF qui discutaient sur le quai à côté d’un chariot à bagages, n’ont même pas sourcillé. J’ai monté sa valise et sa poussette. Ca c’était à Paris. A Toulouse, les accompagnants peuvent encore aller sur les quais.

  • Les premiers responsables sont nos décideurs politiques depuis l’avènement du tout TGV. Ils n’ont jamais été capables d’étudier les Transports dans leur ensemble (route, rail etc). Il faudrait créer une instance pour étudier cela constituée de chercheurs, politiques, entrepreneurs etc, et voir plus loin que le court et moyen terme. Actuellement cela donne l’impression que les transports deviennent réservés aux riches et à des classes sociales privilégiées. Voyez comme la répression routière est injuste et inefficace. Et tout cela a des conséquences sur notre économie qui Roule au ralenti.

  • Bonjour,
    Pour mémoire, la S.N.C.F. mit près de 30 ans ((de NOËL 1933, à 1962)), pour remplacer tous ses wagons en bois, après la Catastrophe de Lagny (200 morts et davantage de blessés)).

  • « Et non, ce n’est pas impossible. »
    Si hélas c’est impossible de privatiser la SNCF, SNCF Réseau et RATP. Pour une raison toute simple : la vétusté du réseau est telle qu’aucun investisseur ne voudrait acheter !!! C’est la ruine assurée pour remettre en état le réseau : la SNCF « investit » 13 milliards d’euros pour rénover 1000 km de lignes. Il y a 30 000 km de ligne dont 50 % on plus de 100 ans !!! Ce qui représente un pactole de près de 400 milliards d’euros. Quel investisseurs peut sortir une telle somme ???

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

 

Définition

À regarder de près l'histoire tumultueuse de la grève depuis au moins une centaine d'années, il est difficile d'en donner une définition – dont acte.

La Place de Grève à Paris, autrefois un lieu d'offre d'emplois de chargement et de déchargement, a donné aujourd'hui son nom à un véritable fléau.

 

Fondement légal de la grève

Ensuite, il y en a eu beaucoup d'autres, comme celles qui réglementent les services publics qui ont le droit de grève depuis 1950. Dans son arrêt Dehaene du 7 juillet de cette... Poursuivre la lecture

Sur la ligne P du réseau transilien, celle qui dessert l’est de la région parisienne, la voiture située au bout du quai est surnommée « le wagon fumeur ». Depuis des années, malgré les amendes, des usagers ont pris l'habitude d'y fumer, boire, manger et de jeter leurs détritus à même le sol…

Ce n’est qu’une déviance parmi bien d’autres dans un océan d’incivilités qui ne frappent pas que les trains de banlieue mais aussi les rames du métropolitain et les vélos en libre accès.

 

Un tsunami d’incivilités

La firme hongko... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles