La Corée du Nord contre les jeux olympiques ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Stefan Krasowski - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Corée du Nord contre les jeux olympiques ?

Publié le 6 décembre 2017
- A +

Par Ivan Durepos.

L’Union internationale de patinage (ISU) a fait savoir la semaine passée qu’elle n’avait encore reçu aucune confirmation de la participation du couple nord-coréen représenté par Ryom Tae Ok et Kim Ju Sik, pourtant qualifié aux prochains Jeux depuis le mois de septembre.

La date limite d’inscription auprès de l’ISU pour les deux patineurs artistiques était fixée au 30 octobre 2017. Étant donné que ces sportifs sont les seuls Nord-coréens qualifiés pour participer aux JO d’hiver 2018, leur absence suscite encore plus d’inquiétudes sur une possible provocation de la part de Pyongyang.

Un coup fatal aux JO ?

Il n’y a pas si longtemps, le ministre sud-coréen de l’Unification, Cho Myoung-Gyon a dit craindre que la Corée du Nord ne porte un « coup fatal » aux Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang en tirant par exemple un missile avant leur ouverture le 9 février.

« Si le Nord se livre à un nouvel acte de provocation au moment où les JO sont imminents, cela pourrait leur porter un coup fatal », a-t-il dit lors d’un forum à Séoul. Un tel acte n’est pas à exclure, surtout sur fond de tensions croissantes entre Washington et Pyongyang.

Ce n’est pas la première fois que la Corée du Nord menace les Jeux Olympiques. En 1988, le Nord avait boycotté les Jeux d’été à Séoul, et orchestré l’attentat détruisant le vol 858 de la Korean Air, tuant 115 personnes à bord.

L’appareil a explosé en plein vol au-dessus de la mer d’Andaman, soufflé par une bombe posée en cabine par deux agents nord-coréens descendus à l’escale d’Abu Dhabi. L’un d’eux a ensuite confirmé que l’ordre de déposer la bombe avait été personnellement donné par Kim Jong-il, le fils du président nord-coréen Kim Il-sung, qui aurait ainsi voulu déstabiliser le gouvernement sud-coréen et perturber  les Jeux olympiques qui allaient se dérouler à Séoul.

Dans ce contexte, le Comité Olympique International n’est pas capable assurer la sécurité des sportifs, et le nombre des équipes nationaux qui souhaitent boycotter les Jeux risque d’augmenter.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Rich Tucker, depuis les États-Unis.

Dans son excellent livre, The Dream Team, Jack McCallum raconte l'histoire de l'équipe de Basketball des USA aux Jeux de 1992. Ce furent les premiers jeux à autoriser les joueurs professionnels américains d'y participer (les autres athlètes avaient été semi-professionnels pendant longtemps. Rappellez-vous les mêmes joueurs de l'équipe soviétique de hockey que l'on revoyait aux jeux tous les quatre ans).

La liste des joueurs, composée des meilleurs de la NBA, fit des Jeux de 92 davantage un... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Pour ce quinzième épisode, je vais évoquer plus de 60 ans de fréquentation intellectuelle puis concrète de la Corée.

J’ai découvert ce pays dans les années 1950 comme raconté dans mes souvenirs à l’occasion des grands reportages qu’en faisait Le Figaro sur la guerre qui le détruisait.

Années 50 : la guerre de Corée

En 1950, la Corée du Nord communiste envahit la Corée du Sud et l’ONU vola à son secours. L’URSS, qui aurait dû bloquer la décision avec son veto était absente… quelque chose m’échappe depuis... Poursuivre la lecture

Par Loïk Le Floch-Prigent.

Vivre à Paris est de plus en plus difficile, et la pandémie n’y est pas pour rien. Mais les politiques menées à la fois pour préparer la capitale aux Jeux Olympiques et pour dégoûter les automobiles de circuler n'y sont pas non plus étrangères.

Tandis que les commerces ferment, que les rues sont désertées, les projets de retour à la nature fusent de toute part et visiblement un grand nombre d’édiles regrettent amèrement de ne pas vivre à la campagne, enfin une drôle de campagne, celle d’un fantasme, de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles