Depuis le 7 novembre, l’État vit à crédit

En France l’État vit désormais à crédit 55 jours par an. Il épuise toutes ses ressources le 7 novembre, bien plus tôt que tous les autres des pays de l’Union européenne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Credit error by CafeCredit.com(CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Depuis le 7 novembre, l’État vit à crédit

Publié le 13 novembre 2017
- A +

Par Cécile Philippe et Nicolas Marques.
Un article de l’Institut Molinari

L’Institut économique Molinari vient de calculer le jour où les États de l’Union européenne (UE) ont dépensé toutes leurs recettes annuelles.

L’administration centrale française a dépensé toutes ses ressources

  • L’administration centrale française a dépensé l’intégralité de ses ressources le 7 novembre, 55 jours avant la fin de l’année. La situation continue de se dégrader au rythme d’un jour de plus non financé par an.
  • Les États centraux de l’UE épuisent en moyenne leurs ressources le 6 décembre, 25 jours avant la fin de l’année. C’est quasiment 7 jours plus tard que l’année d’avant, ce qui représente une amélioration significative.
  • L’administration centrale française est désormais la championne des déséquilibres au sein l’UE, devant l’Espagne (50 jours) et la Roumanie (48 jours).
  • L’écart se creuse de plus en plus entre la France et le reste de l’UE. Il est maintenant de 29 jours contre 22 jours l’année d’avant.

Calendrier des jours où les administrations centrales de l’UE ont dépensé toutes leurs recettes

Les administrations centrales, principale source des déficits publics dans l’UE

Les États centraux de l’UE épuisent en moyenne leurs ressources le 6 décembre, 25 jours avant la fin de l’année. C’est quasiment 7 jours plus tard que l’année d’avant, ce qui représente une amélioration significative.

Parmi les 28 administrations centrales de l’UE, 4 étaient en situation excédentaire l’an passé, dont la Suède, avec un excédent équivalent à 20 jours de dépenses, et l’Allemagne, avec un excédent de 7 jours de dépenses. Leurs recettes de l’année leur ont permis de financer toutes les dépenses de l’année et de se désendetter.

Les 24 autres administrations centrales dépensaient la totalité de leurs recettes avant la fin de l’année. Pour 15 d’entre elles, les ressources étaient consommées en décembre et pour 9 d’entre elles dès novembre.

En dépit de cette amélioration, les États centraux restent le point noir des finances publiques européennes. Au niveau de l’UE, les administrations centrales expliquent l’essentiel des dérapages des comptes publics (25 jours non financés). Les administrations locales sont équilibrées depuis 2014 (4 jours d’excédent en 2016).

C’est aussi le cas des administrations de sécurité sociale depuis 2016 (1 jour d’excédent). Conséquence : toutes administrations confondues, les différents pays de l’UE avaient consommé la totalité de leurs recettes publiques 13 jours avant la fin de l’année. C’est 5 jours plus tard que l’année d’avant.

La situation de l’administration centrale française bien différente du reste de l’UE

L’administration centrale française a dépensé l’intégralité de ses ressources le 7 novembre, 55 jours avant la fin de l’année.

Elle représente désormais le plus grand déséquilibre au sein l’UE, devant l’Espagne (50 jours) et la Roumanie (48 jours). L’écart se creuse aussi entre la France et la moyenne de l’UE, il est maintenant de près de 30 jours, contre 22 jours l’année d’avant.

Ces contre-performances s’expliquent par l’incapacité française à rééquilibrer durablement les comptes suite à la dernière crise. Alors que les administrations centrales de l’UE ont profité des 7 dernières années pour résorber leurs déficits, ce n’est pas ce qu’on constate en France. Le mouvement de rééquilibrage des comptes post-crise s’est enrayé de façon précoce, il y a 4 ans. Le déficit de l’administration centrale française est reparti à la hausse depuis 2014, au rythme d’un jour non financé en plus par an, tandis qu’en moyenne l’UE résorbait ses déficits de 5 jours par an.

Cette contre-performance fragilise, une fois de plus, la position française. Les derniers équilibres connus pour l’État et les divers organismes d’administration centrale (ODAC) remontent à 1980. Depuis, tous les exercices ont été déséquilibrés et « le jour où toutes les ressources sont consommées » a avancé de 1,5 jour par an en moyenne.

L’administration centrale n’est pas la seule à ne pas équilibrer ses comptes en France. C’est aussi le cas des administrations de Sécurité sociale. Elles sont encore dans le rouge, en dépit de la multitude des réformes encadrant la progression des dépenses de santé et durcissant le fonctionnement des régimes de retraite.

Pour Cécile Philippe, directrice de l’Institut économique Molinari (IEM) et co-auteur :

En France l’État vit désormais à crédit 55 jours par an. Il épuise toutes ses ressources le 7 novembre, bien plus tôt que dans tous les autres des pays de l’Union européenne.

La situation budgétaire des administrations centrales continue de se dégrader d’année en année, contrairement à ce que l’on constate dans le reste de l’UE. En moyenne, les États de l’UE épuisent leurs ressources le 6 décembre, un mois plus tard.

Or, la variable d’ajustement ne peut résider dans l’augmentation perpétuelle des déficits et de la dette. L’expérience montre en effet que des dérapages durables sont une source de risques pour les contribuables, les générations futures comme les détenteurs de dette publique.

Et pour Nicolas Marques, co-auteur :

La situation de l’administration centrale française est très inquiétante. L’État n’arrive plus à mettre à profit les périodes de répit pour rééquilibrer son budget. Le déficit augmente d’année en année depuis 3 ans, contrairement à ce que l’on constate chez nos voisins qui profitent de l’embellie pour améliorer leurs comptes.

Depuis 1980, tous les budgets ont été déséquilibrés et le jour où toutes les ressources sont consommées a avancé de 1,5 jour par an en moyenne. Rien n’enraye cette spirale. Le prochain budget devrait être encore plus déséquilibré, ce qui élargirait le fossé entre la France et le reste de l’UE.


Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La France est un doux pays où le ridicule ne tue pas, fort heureusement pour nos politiciens sauveurs de l’économie. Malgré de nombreux signaux alarmants, l’humeur reste à la fantaisie et à la fête du sport.

 

Standard & Poor’s a rendu son verdict : la note de la dette française a finalement été dégradée.

Bruno Le Maire s’enorgueillit d’avoir sauvé l’économie française tout seul avec ses petits bras musclés : « Si aujourd’hui nous avons un niveau de dette élevé, c’est pourquoi ? C’est parce que j’ai sauvé l’écono... Poursuivre la lecture

Il existe deux types de déchets non recyclables et mortifères : le nucléaire et la dette. Comme on ne sait pas se débarrasser ni de l’un ni de l’autre, on fait comme si le danger n’était pas imminent, ou bien on les éloigne de notre vue.

Depuis qu’Eve puis Adam ont croqué dans le pomum, l’Homme a une dette infinie envers son créateur. L’Homme de type economicus a plus de chance, il n’est débiteur que de ce qu’il a emprunté. Mais c’est déjà beaucoup pour lui. La preuve, il n’arrive même pas à honorer sa dette.

De l’État américain... Poursuivre la lecture

L'endettement des administrations publiques doit aujourd’hui atteindre les 3000 milliards d’euros, soit 44 280 euros par Français. Le déficit du budget de l’État s'est élevé à 156 milliards d’euro en 2022. Plus de la moitié de la production de valeur, soit 59,2% du PIB, est consacré aux dépenses publiques, auquel il faudrait ajouter les chiffres des diverses entreprises (EDF, Engie, ADP, Airbus, Renault…) dont l’État est actionnaire à hauteur estimée de 125 milliards d’euros, valeur purement théorique vu que ces entreprises cumulent un endett... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles