Dernière pute avant la fin du monde, de Marsault

Une bande dessinée à l’humour noir et provocateur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dernière pute avant la fin du monde, de Marsault

Publié le 10 novembre 2017
- A +

Par Francis Richard.

Le 25 octobre 2017, à 17:30, un message blanc sur noir apparaît dans ma boîte mail ; il est signé par Silvia Tsacopoulos, chargée de relations publiques et presse Palexpo, et Isabelle Falconnier, déléguée à la politique de la ville de Lausanne et directrice artistique de Lausan’noir, le festival du polar et du noir, créé en 2016.

Ce message est un communiqué de presse qui commence ainsi :

La programmation du Festival Lausan’noir se veut l’écho d’une confrontation élargie d’oeuvres et d’idées, d’auteurs et de publics. C’est dans ce contexte que Lausan’noir avait invité Marsault.

La venue de Marsault annulée

Marsault ? Connais pas.

Plus loin le communiqué révèle son pourquoi :

C’est avec consternation que nous avons appris à l’orée de l’ouverture du festival [il s’est tenu du 27 au 29 octobre 2017 au Théâtre 2.21, à Lausanne], que l’équipe du Théâtre 2.21 a fait l’objet de nombreuses menaces de la part de différents groupes activistes de tous bords.

Ni le Théâtre 2.21, partenaire principal du festival, ni Lausan’noir ne sont donc en mesure de faire face au risque sécuritaire potentiel annoncé et largement partagé sur les réseaux sociaux.

En concertation avec tous les partenaires impliqués, l’annulation de la venue de Marsault s’est donc imposée. En effet l’ensemble des conditions nécessaires pour la sécurité de l’auteur, du public et de l’équipe d’organisation ne sont pas réunies.

Braver l’interdit

Alors, comme lorsque j’étais enfant et que j’allais lire en cachette les livres de l’enfer de la bibliothèque de mon père, j’ai bravé l’interdit de ces soi-disant activistes qui se comportent en vrais fascistes et me suis procuré le dernier opus du bédéiste, au titre illustré et tout en finesse : Dernière pute avant la fin du monde.

C’est noir, provocateur et très cru ; et ça tire sur tout le monde : les machistes, les racistes, les féministes, les politiciens corrompus et pédophiles, les jeunes caïds des banlieues, les anticapitalistes primaires, les superwomen, les nazis trop beaux, les religieux, les capitalistes, les gros, les minces, les gays, les homophobes…

Personne n’est épargné

Seuls trouvent grâce à ses yeux, dans l’unique passage lumineux de l’album, cette belle jeune femme battue qui dit préférer les garçons qui donnent des fleurs plutôt que des coups de poings et ce bon gros de Gabi, qui prend sa défense, après avoir voulu offrir une rose blanche à sa DRH et s’être fait traiter par elle de ringard…

Bref personne, ou presque, n’est épargné, même pas lui-même. Mais, parmi les cibles, il en est donc qui ne supportent pas de l’être et qui n’admettent pas que d’autres usent de leur liberté pour les brocarder. Eux seuls ont droit d’employer un vocabulaire que jadis on attribuait, peut-être injustement, aux seuls charretiers…

Si les légendes sont souvent violentes, de même que les scènes, Marsault sait, en quelques traits, dessiner aussi bien des gens laids, des gens ignobles, des gens qui rappellent les heures les plus sombres, que des créatures dont il met en valeur les galbes et que d’aucuns ou d’aucunes trouveront sans doute sexistes…

Marsault, Dernière pute avant la fin du monde, éditions Ring, 2017.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Je suis navré et écœuré par la décision des organisateurs du festival qui osèrent affirmer au micro de la radio suisse romande « mal connaître le travail de Marsault » (sic). Disant cela, ils ajoutaient le mensonge à la lâcheté. Céder au chantage de quelques gugusses locaux, des fils à papa « adulescents » aux pratiques néo-staliniennes, c’est leur accorder de l’importance. Or, quel crédit peut-on donner à des gens si peu sûrs de leurs positions idéologiques qu’ils en viennent à faire censurer un dessinateur ? Délation, interdiction, censure… L’air du temps est décidément néfaste aux créateurs libres.

  • J’ignorais tout de ce dessinateur honni par la bien-pensance. Merci de me l’avoir fait connaître.

  • Le grand fan de Marsault que je suis vous adresse un immense merci pour cette chronique. Il faut voir la chasse dont il a été victime sur Facebook, où des bandes de harpies hystériques et frustrées ont réussi a faire fermer ses pages les unes derrière les autres…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Karl Eychenne.

Pour une raison inconnue, le droit de se taire n’a jamais suscité le même engouement que la liberté d’expression. On abuse pas du droit de se taire, loin s’en faut. Alors que la liberté d’expression fait salle comble et c’est tant mieux. Mais pourquoi donc se tait-on si peu ? Après tout, personne ne nous oblige à donner notre avis sur tout. Il s’agit d’un droit, pas d’un devoir.

Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis, ravis de donner leur avis sur la vie - Alain Souchon.

On peut comprendre que c... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

La scène se passe à Versailles dans la salle du Bon Plaisir. Le roi Macronus est entouré à sa droite de Castanus, son Contrôleur général des Bourdes publiques et, à sa gauche, de Veranus, son secrétaire d'État aux Petites Maisons. Divers médecins sont installés de part et d'autre de la table.

MACRONUS : Nous voilà assemblés en Conseil de guerre, cette guerre que nous menons depuis si longtemps contre un ennemi aussi impitoyable qu'invisible. Nous connaissons notre ennemi, l'abominable Coronavirus pand... Poursuivre la lecture

Par Corentin Luce.

Al Franken, Marjan Sarec, Jón Gnarr ou encore Jimmy Morales. À moins d’être un féru du Guatemala, un citoyen du Minnesota à la fin des années 2000 ou bien boréalophile islandais, ces quelques noms ne vous diront probablement rien. Pourtant, l’un fut maire de Reykjavik il y six ans de cela, un autre, Premier ministre slovène jusqu’en 2020 ou encore sénateur du Minnesota. Essayons avec des exemples plus simples : Coluche, Beppe Grillo, Volodymyr Zelensky et dans une moindre mesure, Donald Trump et Silvio Berlusconi.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles