Répression anti-libérale en Russie

La police russe a interrompu une réunion entre libéraux et procédé à un certain nombre d’arrestations sur des motifs arbitraires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Répression anti-libérale en Russie

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 novembre 2017
- A +

Par Jean-François Nimsgern.

Cela ne se passe en pas novembre 1917, mais bien en novembre 2017 : la police russe arrête et détient arbitrairement les participants à un forum de réflexion libéral.

Le week-end passé, le 4 novembre, le parti libertarien russe co-organisait la conférence annuelle du forum Adam Smith à Moscou. Au programme, des sujets aussi divers que la privatisation des chemins de fer, le revenu universel, la liberté contractuelle… rien que de purement académique et nullement séditieux. Nulle proclamation unilatérale d’indépendance, nul appel à la révolution, uniquement des libéraux venus débattre entre eux.

Arrestations arbitraires

Ceci n’a pas empêché la police de faire irruption dans la salle au moment de la pause déjeuner, et d’arrêter arbitrairement un groupe de 27 participants, mêlant auditoire et conférenciers, enfermés plusieurs heures dans un bus bondé, puis emmenés pour interrogatoire, officiellement en qualité de témoins dans le cadre d’une enquête pour incitation à l’émeute et terrorisme.

Certains ont été relâchés tard dans la nuit, mais d’autres ont été accusés de participation à une manifestation interdite et risquent une détention administrative de 15 jours. Rappelons tout de même que cette manifestation se tenait dans une salle de conférence privée, aux portes fermées, et non sur la voie publique.

Faire pression pour réprimer

Hier, le 7 novembre, 4 mineurs âgés de 17 ans, qui avaient été arrêtés et relâchés ont été reconvoqués pour interrogatoire ; ils ont pu heureusement se faire assister par les avocats du parti libertarien, car le but était clairement de faire pression sur eux pour les forcer à témoigner contre leurs amis plus âgés.

Cette répression policière d’une conférence académique est absolument scandaleuse.

La France se doit de condamner cette atteinte à la démocratie et au pluralisme politique dont est victime le parti libertarien russe, et l’ensemble des sympathisants libéraux.

Un moyen d’action pourrait être de porter ce fait à la connaissance de l’ensemble des parlementaires membres du groupe d’amitié franco-russe, dont la liste se trouve ici, et de leur demander une protestation officielle de la France.

Manifestons notre solidarité avec les libertariens et libéraux russes.

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Poutine n’aime pas la liberté. Ca surprend qui?

  • Par curiosité, pourrait-on connaître l’ordre du jour exact de cette réunion et la teneur des discussions?

    • @Hank.R
      Qu’est-ce que cela peut faire ? On n’entre pas en force dans un lieu privé, fermé, pour interpeler des témoins pour une enquête qu’on entasse dans un bus. On interpelle des suspects dont l’enquête préalable les auront considérés comme tels.
      Voici pour vous puisqu’il semblerait vous l’ayez loupé : « Au programme, des sujets aussi divers que la privatisation des chemins de fer, le revenu universel, la liberté contractuelle… »

      • edit « On interpelle des suspect dont l’enqupete préalable les aura considérés comme tels. »

      • Il me paraît néanmoins intéressant de savoir, si cette réunion s’était tenue sans être interrompue, qu’en serait-il sorti ? Sinon, on peut penser que le seul but était d’obtenir la réaction des autorités, qui ne prouve que ce que tout le monde savait déjà sur leur attitude envers le libéralisme.

        • Il s’agissait de la 5eme édition annuelle du forum Adam Smith, donc certainement pas d’un événement monté comme une provocation aux autorités. Il n’y avait pas d’agenda strictement politique, simplement une série d’exposés sur des thèmes variés vu sous l’angle libéral. Rien de bien différent de ce que peuvent faire Students for Liberty, le cercle Bastiat, l’institut Coppet et bien d’autres cercles de réflexion français.

  • Mais pour Poutine, colonel du KGB, tout ce qui est libéral est une atteinte à son tyrannisme! Ce n’est pas pour rien qu’il admire Staline!

    • Pour l’admiration du Communisme, la France est championne. Poutine était officier du KGB , quels sont vos sources pour dire qu’il admire Staline?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les décisions de la Finlande et de la Suède de solliciter leur adhésion à l'OTAN constituent une victoire majeure pour l'alliance militaire, mais une victoire bien plus douteuse pour ces deux pays. L'OTAN a grandement besoin d'un succès en ce moment, car ni la guerre économique contre la Russie ni le conflit en Ukraine ne semblent aller dans le sens de l'Occident. Reste à savoir si l'ajout officiel de deux autres pays nordiques constituerait un réel avantage militaire pour l'OTAN, mais au moins ce serait une victoire claire en termes de relat... Poursuivre la lecture

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles