Réforme du lycée : et si c’était une bonne idée ?

Le gouvernement a annoncé vouloir une réforme du lycée et du baccalauréat. Analyse de ce qu’il serait pertinent de faire, et des écueils à éviter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
EMCC_Kiev_Day2 by ELSA International(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réforme du lycée : et si c’était une bonne idée ?

Publié le 5 novembre 2017
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Le gouvernement a annoncé vouloir réformer le lycée et modifier les épreuves du baccalauréat. Une mission d’information a été mandée, qui doit rendre un rapport en janvier 2018. En attendant celui-ci, plusieurs évolutions possibles ont d’ores et déjà été données.

L’idée générale serait de réduire le nombre d’épreuves du bac à quatre et de faire passer les autres épreuves en contrôle continu. Pour le bac général, il n’y aurait plus de séries différentes (L, ES, S), car les élèves pourraient désormais choisir les épreuves majeures à passer en épreuve terminale et les mineures à passer en continu.

Cette réforme a déjà été tentée par François Fillon en 2005, avant que Jacques Chirac ne la retire face aux manifestations soulevées contre elle. Le gouvernement actuel résistera-t-il davantage aux pressions de la rue ?

Une bonne réforme

L’idée générale de la réforme est très bonne, c’est d’ailleurs ce que je préconise dans mon livre Rebâtir l’école. Il est enfin temps de permettre aux lycéens de choisir davantage les disciplines qui leur plaisent et dans lesquelles ils excellent, plutôt que de leur imposer des matières qui sont pour eux des pertes de temps.

Pour un professeur, il est aussi plus agréable de faire cours à 15 élèves motivés qu’à une classe de 40 où seuls 15 élèves sont intéressés.

Le bac prend trop de temps, il est trop coûteux et sa finalité n’est plus claire. Le vrai courage serait d’ailleurs de le supprimer et de permettre aux universités de recruter les élèves sur dossier, comme elles le font déjà pour les licences sélectives et comme le font aussi les classes préparatoires et la plupart des écoles supérieures.

La réforme du lycée devrait aussi permettre de rendre un certain nombre de matières optionnelles et de cesser de les imposer aux lycéens. Je pense en particulier au sport. C’est très bien que les lycéens fassent du sport, mais on peut s’interroger sur la pertinence des cours de sport au lycée. Cela occupe l’emploi du temps et c’est très coûteux en infrastructures. Il serait préférable de demander aux lycéens de s’inscrire dans un club de sport et qu’ils pratiquent cette activité en dehors du lycée. Les professeurs d’EPS pourraient être détachés dans les associations sportives, ce qui serait une excellente façon de vivifier le tissu associatif.

L’inconnu des écoles indépendantes

Le dossier à surveiller sera celui des écoles indépendantes, afin de s’assurer qu’elles bénéficient du même régime que les autres. Aujourd’hui déjà, une part du bac est en contrôle continu. En langues par exemple, les Terminales passent une épreuve écrite au mois de juin, qui compte pour 10 points, et un oral avec leur professeur au mois d’avril, qui compte pour 10 autres points.

Or, dans les lycées indépendants, cette épreuve orale en cours n’existe pas et les élèves doivent en passer une au mois de mai, devant un jury spécifique. Il en va de même en physique où l’épreuve de TP, qui est en contrôle continu, est supprimée au bénéfice de la seule épreuve écrite. De même aussi pour les TPE, où seul est pris en compte le contrôle final.

Ce sont certes des petites choses qui n’ont pas beaucoup d’influence sur les résultats globaux du bac. Mais le risque est que les écoles indépendantes soient interdites de contrôle continu et que leurs élèves doivent passer tout le bac en épreuve terminale, comme c’est déjà le cas pour le brevet des collèges.

Ce serait une injustice flagrante et en plus absurde dans la mesure où les professeurs des lycées indépendants ont les mêmes diplômes universitaires que ceux des écoles d’État. D’autant plus injuste que les classes préparatoires et les écoles supérieures prennent sans problème ces lycéens, souvent bien mieux formés que les autres.

Il faudra donc avoir la plus grande vigilance juridique sur ce sujet.

Réforme ou non ?

Si les intentions sont bonnes et si les projets annoncés vont pour l’instant dans le bon sens, il faut attendre les premières annonces officielles pour se prononcer. On peut aussi se demander si ce gouvernement aura le courage de porter cette réforme.

Il a faussement réformé l’ISF, il vient de reculer sur la baisse des APL, sa réforme du Code du travail n’est qu’une esquisse et la réforme APB se limite à quelques petites modifications techniques. Sur un sujet qui voit sortir les lycéens politisés dans la rue au moindre souffle, il est à craindre que cela ne se fasse pas.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Il serait préférable de demander aux lycéens de s’inscrire dans un club de sport et qu’ils pratiquent cette activité en dehors du lycée. »
    PFF ! On voit que vous n’avez aucune idée des bienfaits du sport sur la santé. Comme beaucoup d’intellectuels technocrates qui nous dirigent voyez les choses depuis votre bureau parisien.
    C’est vous qui paierez les clubs de sports pour tous les enfants de la famille ?
    Je pense au contraire que l’être humain n’est complet que si est équilibré psychiquement ET physiquement. Le ministère se targue « d’ écucation » (et non plus « d’instruction publique » comme avant); il faudrait au contraire augmenter le nombre d’heures d »éducation physique » au sens large, c’est à dire :
    -renforcement du corps, ce qui ne fait pas de mal au moment de l’adolescence, en plein air de préférence,
    -développement de l’esprit d’équipe,
    -apprentissage d’une vie saine (prévention, alimentation, info drogues,etc.)
    -un peu de self défense pour donner confiance aux filles contre les harceleurs…
    En outre, après le sport, l’esprit est plus clair et plus posé. Bref, la liste est encore longue et si l’état veut baisser ses dépenses de santé, il faut développer toute une éducation aux comportements de prévention.

    • « C’est vous qui paierez les clubs de sports pour tous les enfants de la famille ? »
      c’est justement une bonne opportunité pour introduire le chèque éducation.
      je suis d’accord avec l’auteur, certaines matières obligatoires devraient n’être que des options : le sport, évidemment, mais aussi, la philosophie, et au collège la musique et le dessin…
      qu’apporte 1 h de musique par semaine à une classe de 30 élèves dont 25 qui considèrent (avec leurs parents, moi le premier) que c’est une heure de récréation et 5 élèves font de la musique au conservatoire de la ville 4 heures ou plus par semaine ? perte de temps pour tout le monde, y compris pour le prof…

  • on en sortira pas tant que les parents n’auront pas le choix de l’école et des programmes. Si on essaie de changer quelques choses, il y aura toujours quelqu’un pour trouver que le sport c’est super important ou autre. Il faut laisser les gens décider ce qui est le mieux pour leurs enfants. Mais bon, allez dire ça à nos étatistes habituels …

  • Pour une VRAI réforme du lycée :
    – fin du monopole de l’éducation nationale ;
    – des lycées en concurrence avec des programmes et des méthodes différentes ;
    – libre choix aux parents mais l’Etat peut émettre un avis au travers d’une épreuve commune finale comme… le bac ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo de Pap Ndiaye
5
Sauvegarder cet article

Classes préparatoires et universités s’étaient émues de l’effondrement du niveau en mathématiques. Le responsable désigné fut la disparition des mathématiques obligatoires en Première et Terminale, à la suite de la réforme Blanquer.

Son successeur vient de revenir dessus en mettant 1 h 30 de mathématiques pour tous les lycéens. Si le geste est unanimement approuvé par les acteurs de l’éducation, il suscite pourtant plusieurs interrogations, que peu de personnes soulèvent.

 

Où les mettre ? 

La première est celle de l... Poursuivre la lecture

Par Armand Lépiers, lycéen.

Il s'agit d'un secret de polichinelle, le niveau des élèves français est désormais faible. Selon les derniers classements PISA nous nous hissons péniblement au-dessus de la moyenne des résultats des pays de l'OCDE et à peu près au même niveau que le Portugal...

Cependant, les gouvernements successifs ne cessent de nous seriner que tout va bien, que le constat de la chute du niveau est une esbroufe tantôt réactionnaire tantôt élitiste (souvent les deux) et que nous devrions dormir tranquilles, la relèv... Poursuivre la lecture

bac
0
Sauvegarder cet article

Par Aymeric Belaud. Un article de l'Iref-Europe

Le taux de réussite du bac 2020 atteint un record : 95,7 % après les rattrapages. Il est de 7,7 points supérieur à celui de l’an dernier, 88 %. Sans les rattrapages, l’écart est encore plus flagrant avec 91,5 % de réussite cette année contre 77,7 %, soit 13,7 points de plus.

Certains pays comme l’Allemagne, l’Autriche ou l’Espagne ont choisi de reporter leurs examens du fait des conditions spéciales engendrées par le Covid-19, tandis que la France a préféré le contrôle continu, sur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles