Les Saoudiennes pourront bientôt conduire, mais encore ?

Expert en comm’, l’Arabie Saoudite ne l’est cependant pas assez pour faire oublier que sur son sol, les droits d’association et d’organisation n’existent pas, la liberté de la presse, le pluralisme politique, la liberté d’expression et de croyance pas davantage.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Saoudiennes pourront bientôt conduire, mais encore ?

Publié le 29 septembre 2017
- A +
Par Jean Radet.
Le roi Salman d’Arabie saoudite vient de signer un décret autorisant les Saoudiennes à conduire. Elles étaient, jusqu’alors, les seules femmes au monde à ne pas avoir le droit de prendre le volant.
Cette décision, si elle a été suivie d’un concert de réactions exaltées de la part des premières concernées, ne doit pourtant pas faire oublier qu’en Arabie saoudite, les femmes évoluent toujours sous le contrôle de leur tuteur (le Mahram), qu’il s’agisse de leur père, de leur mari, d’un frère ou même d’un fils ; pas faire oublier, non plus, à quel sort sont promis minorités et opposants politiques dans ce pays où le concept de libertés civiles demeure abstrait.
 

Droits des femmes : l’Arabie saoudite passe-t-elle vraiment la seconde ?

 
Début mai 2017, le monde apprenait avec stupeur que Riyad venait de décrocher son ticket pour siéger, en tant que membre à part entière, à la Commission de la condition de la femme des Nations unies (de 2018 à 2022).
En compagnie des 45 autres États membres, l’Arabie saoudite sera chargée de veiller à promouvoir l’égalité des sexes. Difficile de faire plus ironique, comme le déplorait dans la foulée Hillel Neuer, directeur général de l’ONG de défense des droits de l’Homme United Nations Watch :
Chaque femme saoudienne doit avoir un tuteur masculin qui prend toutes les décisions importantes en son nom contrôlant la vie d’une femme depuis sa naissance jusqu’à sa mort. Élire l’Arabie saoudite à la protection des droits des femmes, c’est comme nommer un pyromane chef des pompiers.
 
Partisan d’un islam rigoriste, le pays du roi Salman, qui applique la Charia, essaie pourtant de ripoliner son image. Sous l’influence du prince héritier Mohamed Ben Salman, aka MBS, Riyad s’est en effet lancée dans un plan de réformes baptisé « Vision 2030 ».

Communication à destination de ses partenaires

But assumé : rompre l’extrême dépendance de l’Arabie saoudite à l’or noir, en diversifiant son économie. Chantier préalable : donner le change aux partenaires étrangers, en tentant de les convaincre qu’en terre d’Arabie, l’emprise du religieux sur le politique se desserre peu à peu.
 
Emmenée par Mohamed Ben Salman, la dynastie des Saoud ne ménage pas ses efforts pour renvoyer l’image d’un pays en plein aggiornamento. Efforts de communication, surtout. La moindre avancée sur le plan des libertés civiles donne lieu à un battage médiatique des médias locaux, savamment orchestré par les services de presse du palais d’Al-Yamamah, repris en chœur par les télévisions et journaux du monde entier.
 
Ainsi du décret royal levant, en mai dernier, certaines règles obligeant les femmes à passer par leurs tuteurs pour toute démarche administrative. Les Saoudiennes peuvent désormais accéder aux services publics (santé, éducation…) sans autorisation préalable de leurs chaperons.

Liberté conditionnelle pour les femmes

À moins, et la précision est de taille, qu’ « il y ait une justification légale pour cette demande », en vertu de la loi islamique. Autrement dit, les femmes sont libres, à moins qu’au nom de la charia les hommes décident au cas par cas du contraire. Une nuance qui n’aura pas empêché les journalistes du monde entier de se féliciter de cette « avancée décisive ».
 
La levée de l’interdiction faite aux femmes de conduire participe de la même stratégie. En biffant des textes de loi un archaïsme, Riyad s’offre à peu de frais l’image d’un pays si ce n’est progressiste, du moins porté vers le progrès ; Mohamed Ben Salman celle d’un homme moderne, faisant sauter un à un les verrous posés par les religieux sur la société saoudienne.
En marge de ces mesures tape-à-l’oeil, pourtant, les Saoudiennes sont toujours entravées par le système de tutelle, qu’elles doivent observer si elles souhaitent travailler, voyager, se marier, etc.
Elles sont toujours, quel que soit leur âge, considérées comme des mineures par la loi. Elles n’ont toujours pas le droit de sortir sans être couvertes quasi-intégralement par un Habaya.

Minorités et opposants opprimés

 
Difficile, enfin, de ne pas relever l’opportunisme du décret royal, alors qu’une récente vague d’arrestations d’opposants au régime est venue écorner l’image d’un Mohamed Ben Salman libéral. Mi-septembre, l’intellectuel Salman Al-Awda, défenseur des libertés publiques et individuelles, était en effet écroué sans autre forme de procès. Une vingtaine de dignitaires religieux, écrivains, artistes, journalistes, universitaires et militants lui avaient emboité le pas.
 
Si la liberté d’expression n’est pas le fort de l’Arabie saoudite, le respect des minorités ne semble pas l’être davantage. La minorité religieuse chiite (le pays est à majorité sunnite) fait ainsi régulièrement l’objet de discriminations, quand elle n’est pas prise pour cible de façon violente. Un contraste entre les paroles et les actes que souligne Sarah Leah Whitson, directrice Moyen-Orient et Afrique du Nord chez Human Rights Watch : 
L’Arabie saoudite promeut sans relâche depuis plusieurs années l’idée qu’elle s’est engagée sur la voie de la réforme, mais elle permet à des ecclésiastiques affiliés au gouvernement et aux auteurs de manuels scolaires de diaboliser ouvertement les minorités religieuses comme les chiites. Ces discours de haine s’inscrivent dans le prolongement de la discrimination systématique exercée à l’encontre des membres de la minorité chiite et – dans le pire des cas – sont employés par des organisations violentes qui les attaquent. 
 
Expert en comm’, le régime des Saoud ne l’est cependant pas assez pour faire oublier que sur son sol, les droits d’association et d’organisation n’existent pas, la liberté de la presse, le pluralisme politique, la liberté d’expression et de croyance pas davantage. Maitre-truqueur, il n’est cependant pas assez bon illusionniste pour dissimuler les 154 personnes qu’il a exécutées en 2016.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • J’avoue ne pas comprendre la portée de ce genre d’articles. L’Arabie Saoudite applique la loi de Dieu, pure, parfaite, intangible et indiscutable dans une civilisation coranique, de plus née sur son sol. Toute personne qui a un peu de culture religieuse le sait. A ce titre elle fait l’admiration et constitue une référence indépassable pour de nombreux pays sunnites, y compris la Malaisie par exemple et pour des minorités comme les Rohingyas au Myanmar. Nous n’avons pas à nous mêler de leurs pratiques légitimement inscrites dans leur culture millénaire et leurs traditions religieuses. En revanche celles-ci sont totalement incompatibles avec nos lois, notre civilisation et et nos coutumes et nous devons nous opposer avec la dernière « énergie » (par exemple l’électricité nucléaire et automobile) à leur tentatives d’infiltrations économique, religieuse et communautaire. Le fait d’avoir laissé les chocs pétroliers des années 70 se faire a été une catastrophe géopolitique et civilisationnelle pour l’humanité entière, dont nous n’avons pas fini de payer le prix. L’Occident en est coupable par stupidité et lâcheté!

    • Non la liberté est une aspiration universelle, qui n’est pas réservée aux occidentaux, même s’il est vrai que la philosophie libérale s’est d’abord développée en Occident. La liberté est un droit naturel, imprescriptible, qui ne saurait dépendre de quelques paramètres géographiques ou culturels. Par conséquent il n’existe pas de « droit des peuples ». Il n’y a que le Droit des individus. Aucun état ou organisation contraignant les libertés individuelles n’est légitime, ni en Arabie Saoudite, ni en France ! Non seulement nous pouvons, nous libéraux, nous « mêler » de leurs pratiques et les dénoncer comme l’on dénonce les abus d’un système intrusif et spoliateur chez nous, mais n’avons nous pas même une obligation morale à le faire ?

      • L’individu ne peut exister hors sol et hors culture, et la liberté, si elle a vocation à s’appliquer partout, n’est pas une aspiration aussi partagée que vous l’affirmez, loin de là. La liberté se désire et se mérite (beaucoup ont payé de leur vie pour que les leurs en bénéficient). A contrario, Islam signifie soumission (à Dieu) en Arabe. Depuis l’Egire en 622 il existe une puissante force expansionniste qui vise à régenter tous les aspects de la vie spirituelle et de nombreux aspects de la vie matérielle des humains. Beaucoup y voient la plus belle chose qui soit arrivée à l’homme. C’est un fait et personne ne peut en nier l’importance ni la pérennité. En admettant que l’Islam puisse se réformer dans un sens « libéral », ce qui est en fait contre sa nature, il faudrait que cela se fasse de l’intérieur. La meilleur façon de favoriser cet hypothétique mouvement est montrer l’exemple au monde et de réaffirmer le succès de nos idéaux laïques, de notre façon de vivre libérale, de faire respecter nos lois et de ne surtout pas laisser le communautarisme (et le socialisme) se développer en Occident. Toutes les tentatives interventionnistes dans les pays musulmans sont vouées à l’échec (Iraq, Afghanistan, Syrie…), et leur donner des leçons est contre productif.

  • Le marché aux esclaves a été rebaptisé marché aux bonnes. Mais au nord de Ryad, vous pouvez toujours acheter des enfants, des africains, des philippins pour y faire tout ce que bon vous semble y compris les tuer et les enterrer dans le jardin. Human Rights Watch regarde ailleurs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des actrices et des chanteuses françaises, en signe de solidarité avec la révolte des femmes en Iran, se coupent les cheveux.

Femme, Vie, Liberté. Merci. #Iran #MahsaAmini pic.twitter.com/6yUlBTC8Rk

— Farid Vahid (@FaridVahiid) October 5, 2022

La classe politique n’est pas en reste. En coopération avec l’Union européenne, la diplomatie française veut sanctionner les responsables de la répression sanglante qui traverse l’Iran depuis maintenant plus de deux semaines. On parle d’au moins 92 perso... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Pasquier[1. Olivier Pasquier est salarié d’Électricité de France S.A. « EDF ». La présentation des documents dans cet article n’implique pas l’expression d’une quelconque opinion de la part d’EDF. La responsabilité des opinions exprimées par Olivier dans ses articles, études et autres contributions lui appartiennent exclusivement, et la publication ne constitue pas un endossement par EDF des opinions qui y sont exprimées. Faits et opinions dans les articles présentés par Olivier ne sont que des déclarations personnelles. Olivier e... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

De nombreux articles mentionnent que l'Arabie Saoudite pourrait utiliser le yuan, la monnaie nationale chinoise, pour ses exportations de pétrole.

Combien l'Arabie Saoudite exporte-t-elle vers la Chine ?

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques, les principales exportations du royaume sont destinées à la Chine (45,8 milliards de dollars), à l'Inde (25,1 milliards de dollars), au Japon (24,5 milliards de dollars), à la Corée du Sud (19,5 milliards de dollars) et aux États-Unis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles