7 techniques pour communiquer avec vos proches en cas de catastrophe naturelle

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Talkie walkie by IMG88837s(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

7 techniques pour communiquer avec vos proches en cas de catastrophe naturelle

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 septembre 2017
- A +

Par Jeff Anderson.
Un article de Laissez-Faire

En tant que responsable des situations d’urgence dans les centres d’intervention d’urgence, et membre du personnel de la FEMA chargé du commandement des incidents, Richard Marshall a vu son lot de catastrophes nationales.

L’une des choses les plus déchirantes qu’il dit avoir vue, c’est quand les familles sont séparées et n’ont aucun moyen de communiquer entre elles.

Imaginez que le monde s’écroule autour de vous, et vous ne savez pas si votre conjoint ou vos enfants sont en sécurité. Ça peut être terrifiant.

Richard a établi un protocole complet de « communication familiale » dans son programme de survie Alive After Crisis ; voici sept techniques de communication de survie que vos voisins ne connaissent pas.

1. Prédéfinissez des points de rendez-vous

Prévoyez un point de rendez-vous principal et secondaire pour rassembler votre famille au cas où vous seriez séparés en cas de catastrophe.

La principale sera probablement votre maison, mais songez à une solution de repli, facile d’accès où vous pourrez vous regrouper et qui n’est PAS près de chez vous (en cas d’incendie, de catastrophe naturelle, etc.).

N’utilisez pas les points de rassemblement situés près des épiceries, des autoroutes ou d’autres endroits qui pourraient être des zones de mouvements de foules.

2. Ayez deux contacts hors du pays, de l’État, du département

Pensez à des parents ou des amis de la famille qui ne vivent pas dans votre État.

Faites-leur savoir à l’avance que vous les utiliserez comme personne-ressource principale pour leur faire savoir que vous allez bien, afin qu’ils puissent passer le mot pendant que vous faites face à la catastrophe (au lieu de devoir appeler tout le monde un par un).

De plus, obtenez leur accord de vous recevoir comme des réfugiés si vous et votre famille avez besoin de quitter votre région.

3. Distribuez les coordonnées de vos contacts

Faites des copies des coordonnées de tous les membres de votre famille et de vos amis proches et distribuez-les à tous les membres.

Richard a vu des familles dans différents coins d’une ville, incapables d’entrer en contact les unes avec les autres parce qu’elles ne se souvenaient pas du numéro et qu’elles n’avaient pas sur elles une liste des contacts.

C’est l’une des erreurs les plus stupides et les plus évitables que vous puissiez commettre en cas d’urgence.

4. Pensez « hors de vos contacts »

Pensez aux personnes avec lesquelles votre famille est le plus en contact et envisagez-les comme contacts si vous ne pouvez pas joindre un proche lorsqu’un événement se produit.

Par exemple, si vous êtes un parent, vous devriez avoir les coordonnées de l’école ou du service de garde de vos enfants, y compris les numéros de téléphone mobile des enseignants s’ils acceptent de vous les donner.

5. Prévoyez des talkies-walkies pour communiquer

En fonction de la distance qui vous sépare de votre famille lors de vos activités quotidiennes normales, les talkies-walkies à longue portée pourraient être une excellente option dans votre sac ou dans le kit d’urgence de la voiture.

Assurez-vous de tester la portée (par exemple quand vos enfants sont à l’école et vous à la maison) parce que la portée indiquée sur l’emballage est toujours testée dans des conditions idéales de terrain plat et peut ne pas être précise pour votre région.

6. Utilisez une radio-amateur ou une CB

Pour se préparer à plus long terme à une catastrophe, Richard recommande de se procurer une radio, mais bien que de nombreux experts recommandent la radio amateur, Richard n’en est pas un grand fan(…)

À la place, il recommande d’opter pour une radio CB (citizen band) avec une bonne antenne et un bon amplificateur, et d’en apprendre les ficelles avant d’essayer de communiquer avec votre premier contact.

L’autre avantage de ces radios est que, puisque les camionneurs les utilisent, vous pouvez obtenir des informations à jour sur les embouteillages et les itinéraires alternatifs en cas d’évacuation massive.

7. Envoyez des SMS au lieu de téléphoner

Le dernier conseil important de Richard concernant la communication en cas d’urgence est le suivant : n’utilisez pas le téléphone pour appeler – envoyez plutôt un SMS.

Les systèmes de communication téléphonique (s’ils sont encore utilisables) seront surchargés en cas de crise parce que tout le monde bloquera les réseaux en même temps.

Vous aurez beaucoup plus de chances de joindre un proche par SMS.

Techniques avancées de communication de survie

Ces stratégies peuvent vraiment vous aider à protéger votre famille en cas de catastrophe et à retrouver tout le monde. Mais il est difficile d’être suffisamment préparé à ce problème essentiel qui consiste à réunir tout le monde.

La pire chose que vous voudriez, c’est que toute votre famille traîne dans une zone sinistrée essayant de joindre les uns et les autres, alors que ce que vous devez faire, c’est vous rassembler et vous mettre en sécurité comme un seul homme.

Non seulement cela vous épargnera beaucoup de stress et d’inquiétude… cela pourrait même littéralement vous sauver la vie, car cela vous évitera d’être pris au piège dans le chaos dans lequel tout le monde sera bloqué en n’étant pas préparé.

Traduction par Contrepoints de Seven Survival Communication Tactics Your Neighbors Don’t Know About

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Gary Galles. Un article du Mises Institute

Nul ne doit profiter du malheur des autres.

J'ai entendu et lu de telles affirmations à maintes reprises, pratiquement chaque fois qu'il y a une urgence ou une catastrophe quelque part, ou chaque fois qu'une bonne action est considérée par quelqu'un comme essentielle ou quelque chose dont il a "besoin".

C'est pourquoi, lorsque j'ai trouvé cette citation en tête de l'article de Leonard Read intitulé "To Alleviate Misfortune", dans le numéro de novembre 1963 de The Freeman, ell... Poursuivre la lecture

Par Pierre Brisson.

Les lois de Kepler imposant leurs contraintes aux voyages de la Terre vers Mars, aucun envoi vers Mars ne peut avoir lieu en dehors des fenêtres de lancements ouvertes depuis la Terre tous les 26 mois. En marge de ces fenêtres, le coût énergétique du transport devient très rapidement prohibitif avant d’être technologiquement totalement impossible. Par ailleurs, compte tenu de la capacité d’emport de nos fusées, il est inconcevable de transporter la totalité ou même une partie importante de la masse des produits ... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

À quoi servent les journalistes ? On se le demande parfois.

C'est très simple : à entretenir le catastrophisme.

Comme professeur d’histoire-géographie, j’enseigne - j’essaie du moins - à conserver un regard critique sur les documents, à commencer par ceux qui sont proposés dans les manuels. J'ai donc fait ce petit exercice d'étude critique.

À propos d'une dépêche de l'AFP

Le 10 octobre, une dépêche de l’AFP était titrée : « Le coût des catastrophes climatiques sur 20 ans ». Selon le sous... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles