Le succès des entreprises françaises du luxe

Les entreprises du luxe tirent leur épingle du jeu : leur succès détonne au milieu d’un paysage entrepreneurial plutôt morne. Voici pourquoi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Hermès herbag detail by meknits(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le succès des entreprises françaises du luxe

Publié le 24 septembre 2017
- A +

Par Xavier Fontanet.

Nos grandes entreprises de luxe cotées (LVMH, L’Oréal, Hermès, Kering) et d’autres plus petites, comme Rémy Cointreau, ont sorti, cette année encore, de magnifiques résultats. Bonne nouvelle : les Français peuvent être leaders mondiaux sur de très gros métiers et tenir la route sur la durée.

La capitalisation de ces entreprises est en effet – on ne le fait jamais remarquer – à peu près deux fois celle de nos fabricants automobiles et aéronautiques réunis… c’est dire la prospérité apportée à notre pays par ce seul secteur !

Le luxe : peu de normes, contrôle actionnarial qui dure

Une des dimensions intéressantes de l’industrie du luxe, c’est qu’il y a peu de normes, à l’exception de celles – draconiennes – que les opérateurs se sont eux-mêmes imposées, par le simple jeu de la concurrence, en tirant naturellement leur métier vers le haut. Cette caractéristique inédite, et à protéger précieusement, a permis au talent créatif français de construire ces empires qui s’étendent maintenant partout sur la planète.

Mais le point peut-être le plus important, c’est la durée du contrôle actionnarial, qui dépasse de loin tout ce qu’on voit ailleurs. Il y a certes eu de violentes batailles financières, mais, dans toutes ces entreprises, la durée de détention du capital et son caractère en général familial ont été la clef du succès. Ce sont des métiers où les choses ne se construisent qu’avec l’aide du temps, et où le capitalisme à court terme, de ce fait, ne peut réussir.

Des décisions positives qui encouragent les entreprises françaises

L’amendement qui a supprimé l’ISF pour les détenteurs de plus de 25% du capital a été un élément expliquant la bonne marche de cette splendide industrie.

Développons l’actionnariat individuel, et la participation pour les salariés actionnaires, en supprimant l’ISF sur les actions, encourageons le capital-risque et les business angels. Et gardons-nous de la folie réglementaire des normes, ces entraves modernes à l’innovation. Les Français sont parfaitement capables d’affronter la concurrence mondiale, ils le montrent chaque fois qu’on leur permet de se battre à armes égales avec leurs concurrents.

Sur le web-Article initialement publié sur le site Les Échos

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « Les Français sont parfaitement capables d’affronter la concurrence mondiale, ils le montrent chaque fois qu’on leur permet de se battre à armes égales avec leurs concurrents. »

    Vraiment? Alors ils doivent manquer de combativité, emmurés dans leur pessimisme ambiant!

    Comment expliquer autrement que des offres d’emploi ne trouvent pas preneur malgré un nombre record de chômeurs? Ou les chômeurs ne sont pas assez qualifiés ou ils renoncent à un emploi trop fatigant ou trop loin de leurs habitudes: dans le premier cas, il faut les former en entreprise, dans le second, pourquoi encore les subsidier, c’est leur choix!

    En ce qui concerne le luxe, ce n’est évidemment qu’une niche rapportant beaucoup avec un nombre réduit d’articles ou mieux, à obtenir sur mesures! Par exemple, pour la sellerie Louis Vuitton, il est probable que dans le monde, il y ait X fois plus de copies que d’originaux de cette marque en sacs à main (X= 100, 1000, 10 000 ou 100 000 ou 1 000 000!). De plus, à mon avis, la multiplication de logos L.V. et même la couleur des sacs sont de mauvais goût!

    De même, le « brut impérial » de Moët et Chandon n’a vraiment rien d’exceptionnel, il faut un Dom Pérignon pour sortir du lot, entre 144 (année faible) et 449 € la bouteille, à ne pas servir dans toutes les bouches!

    Franchement il serait sot de servir un champagne à 10€ la gorgée à des non-connaisseurs!

    Donc il s’agit bien d’une niche qui fait souvent la part belle à l’apparence, en feignant d’ignorer qu’on fait aussi bien, partout dans le monde! Cela ne durera que tant que vos autorités feront briller la France, loin de sa réalité en chute libre, mais un pays auto-proclamé champion du luxe et du bon goût, alors qu’il est en perdition, c’est évidemment moins crédible! C’est l’orchestre sur le pont quand coule le Titanic!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au début de 2022, l’humoriste Jon Stewart a mis en ligne une vidéo dans laquelle est affirmée que l’inflation des prix à la consommation est le résultat des hausses de prix mises en place par les entreprises et qui vont au-delà de la hausse des prix des intrants.

Autrement dit, Stewart pense que les entreprises augmentent les prix non seulement pour compenser la hausse de leurs coûts, mais aussi pour faire gonfler leurs profits.

Dans la vidéo, Stewart reçoit comme invitée la sociologue Lindsey Owens, qui a notamment été une cons... Poursuivre la lecture

La baisse du chômage en France serait « une grande victoire française », si l’on en croit le gouvernement. Selon les dernières données de l’Insee, il se trouve à son plus bas niveau depuis 2008 pour s’établir à 7,3 % au premier trimestre 2022. Cette baisse serait particulièrement notable chez les jeunes, avec des niveaux proches du début des années 1990. Mais la situation est-elle aussi rose qu’il n’y paraît ?

Tout d’abord, la baisse actuelle du chômage s’inscrit dans une baisse généralisée au sein de l’Union européenne, avec un planch... Poursuivre la lecture

Par Timothy G. Nash, Lisa McClain, Thomas Savidge, Ashley Wright.

Pratiquement tous les objets que nous utilisons quotidiennement (voiture, téléphone portable,  nourriture, vêtements, brosse à dents, etc.) ont été produits par des personnes qui recherchent le profit.

Nos emplois et nos salaires sont également basés sur la recherche du profit. Même les États et les organisations à but non lucratif sont rendus possibles par les profits des entreprises privées et les salaires de leurs employés.

Qu'est-ce que le profit ?

Dans... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles