Le succès des entreprises françaises du luxe

Hermès herbag detail by meknits(CC BY-ND 2.0)

Les entreprises du luxe tirent leur épingle du jeu : leur succès détonne au milieu d’un paysage entrepreneurial plutôt morne. Voici pourquoi.

Par Xavier Fontanet.

Nos grandes entreprises de luxe cotées (LVMH, L’Oréal, Hermès, Kering) et d’autres plus petites, comme Rémy Cointreau, ont sorti, cette année encore, de magnifiques résultats. Bonne nouvelle : les Français peuvent être leaders mondiaux sur de très gros métiers et tenir la route sur la durée.

La capitalisation de ces entreprises est en effet – on ne le fait jamais remarquer – à peu près deux fois celle de nos fabricants automobiles et aéronautiques réunis… c’est dire la prospérité apportée à notre pays par ce seul secteur !

Le luxe : peu de normes, contrôle actionnarial qui dure

Une des dimensions intéressantes de l’industrie du luxe, c’est qu’il y a peu de normes, à l’exception de celles – draconiennes – que les opérateurs se sont eux-mêmes imposées, par le simple jeu de la concurrence, en tirant naturellement leur métier vers le haut. Cette caractéristique inédite, et à protéger précieusement, a permis au talent créatif français de construire ces empires qui s’étendent maintenant partout sur la planète.

Mais le point peut-être le plus important, c’est la durée du contrôle actionnarial, qui dépasse de loin tout ce qu’on voit ailleurs. Il y a certes eu de violentes batailles financières, mais, dans toutes ces entreprises, la durée de détention du capital et son caractère en général familial ont été la clef du succès. Ce sont des métiers où les choses ne se construisent qu’avec l’aide du temps, et où le capitalisme à court terme, de ce fait, ne peut réussir.

Des décisions positives qui encouragent les entreprises françaises

L’amendement qui a supprimé l’ISF pour les détenteurs de plus de 25% du capital a été un élément expliquant la bonne marche de cette splendide industrie.

Développons l’actionnariat individuel, et la participation pour les salariés actionnaires, en supprimant l’ISF sur les actions, encourageons le capital-risque et les business angels. Et gardons-nous de la folie réglementaire des normes, ces entraves modernes à l’innovation. Les Français sont parfaitement capables d’affronter la concurrence mondiale, ils le montrent chaque fois qu’on leur permet de se battre à armes égales avec leurs concurrents.

Sur le web-Article initialement publié sur le site Les Échos