Voiture électrique : roulez plus loin avec le prolongateur EP Tender

Grâce à EP Tender, un prolongateur électrogène, se déplacer ponctuellement « sans limite » kilométrique dans la journée devient possible.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Renault Zoe by Automobile Italia(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Voiture électrique : roulez plus loin avec le prolongateur EP Tender

Publié le 24 septembre 2017
- A +

Par Michel Gay.

La voiture « no limit » (en distance…) qui consomme moins d’un litre au 100 km existe déjà (!) grâce à un petit groupe électrogène appelée EP Tender. Celui-ci s’attelle pour le moment de manière expérimentale à la voiture électrique ZOE de Renault, spécialement équipée.

Se déplacer ponctuellement « sans limite » (kilométrique) dans la journée devient possible pour une consommation annuelle dérisoire inférieure à un litre « au 100 ».

Ceux qui souhaitent limiter leur consommation d’énergies fossiles et leurs émissions de polluants divers seront satisfaits, même si le coût d’utilisation reste plus élevé qu’avec une voiture essence de même catégorie.

Le conducteur de la nouvelle ZOE (donnée pour 400 km d’autonomie) peut faire sans risque un aller-retour à une distance de 150 km (300 km au total) sans réfléchir à son mode de conduite et à sa consommation (climatisation, chauffage, phares, dégivrage,…).

Mais si, exceptionnellement, un besoin d’aller plus loin émerge (parcourir 800 km une à deux fois dans l’année par exemple), l’EP Tender permet de le satisfaire sans risque, ni préparation logistique lourde, et à moindre frais. Sur autoroute, le confort de conduite sera simplement moindre sur un long trajet car la vitesse sera réduite vers 100 km/h en hiver, et 110 km/h en été.

Vous l’avez rêvé, un Français (Jean-Baptiste Segard) l’a fait

Le concessionnaire (ou une agence) louera ce prolongateur électrogène qui s’accroche facilement en remorque. Il faudra le déposer à l’arrivée chez l’agent le plus proche et, éventuellement, le reprendre (lui ou un autre) pour rentrer chez soi. Des points de location en libre-service seront également mis en place. Il permettra, par exemple, d’aller en vacances avec sa voiture électrique afin de l’utiliser sur place pendant plusieurs jours en mode électrique « pur ».

Le coût actuel est de 17 € par jour, plus 7 € de l’heure d’utilisation au-delà de la première heure (soit moins de 70 € pour un trajet inférieur à 800 km). La réservation pourra être effectuée à l’avance.

Ce dispositif évite la mise sur un camion / train, ou la recherche aléatoire d’une prise de recharge rapide au bon format, et parfois les déconvenues d’une borne en panne ou déjà occupée. Il peut aussi éviter les heures, et même les nuits de recharge sur une prise électrique standard pendant le trajet.

EP Tender et ZOE : une association prometteuse

Cette association prometteuse de la ZOE et de l’EP Tender permet de conserver la même liberté de déplacement qu’une voiture classique pour la plupart des automobilistes qui parcourent généralement moins de 200 km par jour.

Il s’y ajoute le confort d’une conduite douce toute l’année, ainsi que le plaisir de ne presque pas émettre de polluants ni de gaz à effet de serre.

En France, plus de 90% de l’électricité est produite sans émissions de dioxyde de carbone(CO2) grâce principalement au nucléaire (75%) et à l’hydraulique (12%), ainsi qu’aux autres énergies renouvelables dans une moindre mesure (7%).

Les voitures électriques émettent ainsi moins de 10 grammes de CO2 par km parcouru contre environ 100 grammes pour les meilleures « thermiques » équivalentes.

Deux exemples « typiques » qui recouvrent une grande variété de situations :

1) Besoin de parcourir environ 8000 km / an (deuxième voiture d’un ménage)

La voiture électrique parcourt en moyenne 20 km/jour pendant 320 jours par an (= 6400 km) sans dépasser 300 km en une seule journée.

La voiture effectue une « sortie » annuelle pour aller à 800 km du domicile (1600 km aller-retour en deux jours au moins). Sur le trajet aller, 300 km sont effectués sur la batterie et 500 km grâce au groupe électrogène qui consomme 7 litres d’essence au 100 km (35 litres pour 500 km).

Idem pour le retour après avoir rechargé entièrement la batterie. La consommation d’essence annuelle est donc de 70 litres au total pour 8000 km parcourus dans l’année, soit environ 0,9 litre « au 100 ».

2) Besoin de parcourir environ 18 000 km / an (voiture principale)

40 km / jour pendant 360 jours (= 14 400 km), plus deux « sorties » à 800 km dans les mêmes conditions que précédemment (2 x 1600 km = 3200 km), soit une consommation annuelle de 140 litres d’essence pour parcourir 17 600 km, soit environ 0,8 litre d’essence « au 100 ».

Pas de « grands parcours », pas de consommation d’essence !

Bien entendu, si aucune « sortie » de plus de 300 km n’est effectuée (avec l’EP Tender) dans l’année, la consommation de carburant tombe à zéro.

Le prolongateur Segard « EP Tender » est le « chaînon manquant » dans l’offre globale de la mobilité électrique. Il sera peut-être disponible en 2018 avec le soutien de partenaires industriels. Le plaisir de conduire une voiture électrique écologique confortable sans souci grâce à cette location ponctuelle du prolongateur sera alors accessible pour la majorité des Européens.

Malgré sa faible consommation de « pétrole », la ZOE-EP Tender reste encore une voiture « de proximité » plus coûteuse qu’une voiture essence.

Pour le moment, les voitures électriques subventionnées restent coûteuses pour l’acheteur (prix d’achat plus la location de la batterie) et… le contribuable (6000 € de prime à l’achat versée par l’État, et même jusqu’à 10 000 €)…

Avec une consommation de 20 kWh au 100 km (soit environ 3€ au lieu d’environ 10€ d’essence), la consommation électrique annuelle variera alors de 1600 kWh pour 8000 km à 3600 kWh pour 18 000 km parcourus.

Pour parcourir régulièrement des distantes plus importantes, il est encore préférable, pour le moment, de posséder une voiture « thermique » comme la grande majorité des Français (il existe près de 40 millions de véhicules essence, diesel, ou hybrides qui associent le thermique et l’électrique1.

Le « prolongateur » Segard a de l’avenir car les futurs hypothétiques progrès sur les capacités des batteries qui permettraient de parcourir économiquement de 800 km à 1000 km sont encore du domaine du rêve (et chacun est libre de rêver).

Compte-tenu de l’état de l’art actuel dans ce domaine, rien ne permet de penser que cet espoir sera réalisable dans les prochaines décennies. Les annonces publicitaires sensationnelles de divers lobbies ont des visées idéologiques, ou politiques, ou financières (recherche de subventions), et ne doivent pas faire illusion…

À échéance moyenne
Et probablement lointaine,
Le prolongateur Segard
Appelle un autre regard,
Assurément bénéfique,
Sur la voiture électrique.

  1.  Remarque : le couple ZOE – EP Tender est un hybride occasionnel.
Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • intéressant mais un peu « bidouille ».
    L’avenir (proche?) semble plutôt être l’hydrogène.

  • 20 kW au cent…..cela fait un groupe électrogène super puissant et obligatoirement diesel si on veut faire un aller retour avec sans couler une bielle !

  • Cette idée ressemble beaucoup à ce qu’avait présenté Peugeot au salon de Francfort il y a vingt ans environ ; il s’agissait d’une Peugeot 405 électrique équipée d’un petit groupe électrogène.
    L’utilisation d’EP Tender nécessite d’avoir une attache de remorque si j’ai bien compris, ce qui n’est pas possible sur toutes les voitures électriques. Pour aller plus loin dans la logique « tout électrique », pourquoi ne pas tracter occasionnellement une batterie de grosse capacité au lieu d’un groupe électrogène ?

    • Nous développerons en effet une version batterie, mais pour l’instant cela reste un peu trop lourd pour une capacité vraiment
      significative. Nous commencerons donc par un simple démostrateur. L’homologation pour tracter est un sujet techniquement facile.

  • S’il ne s’agissait pas de considérations totalement liées à la fiscalité sur l’énergie, et parfaitement ignorantes des coûts cachés, je dirais que ce truc consiste à se chatouiller pour se faire rire. Alors disons plutôt qu’il s’agit d’acheter des oignons subventionnés pour se faire pleurer…

  • Cette géniale invention existe depuis plusieurs années aux USA. Il s’agit de la Chevrolet Volt, munie d’origine d’un « range extender », petit bicylindre qui recharge la batterie (et non agit directement sur les roues), ce qui a l’avantage de régler ce petit moteur au mieux puisqu’il tourne à régime constant (ou presque).
    Ce système existe aussi chez d’autres constructeurs.
    Votre « EP tender » a donc réinventé…la roue.

  • Finalement, faire tirer la voiture par deux chevaux serait encore plus économique. Evidemment, il y a le problème de la pollution par le crottin. Mais, il est possible de l’utiliser comme engrais, n’est-ce pas, chers écolos!

    • Le crottin pose évidemment un problème quand les chevaux remuent la croupe devant le conducteur, mais là on les met dans un dispositif derrière la voiture !

  • Oui excellent complément à la voiture électrique mais mais tout ça pour ça ?
    Les constructeurs savent d’ores et déjà construire des voitures consommant 2l/ 100 km et non polluant sans révolutionner toute l’industrie automobile. Laissons aussi sa chance aux moteurs thermiques sans diner, même avec une longue cuillère, à la table des Khmers Verts et pour des raisons de soutien au nucléaire.
    Car, à ce petit jeu, les écolos au final enfleront tout le monde et leur but premier est de mettre fin au nucléaire, CO2 ou pas.

    • @ Christial
      L’avantage des véhicules électriques est essentiellement urbain: odeur, CO, fumées et leurs conséquences sur les poumons … et les bâtiments historiques (ND de Paris) ou pas: je parle pour les humains, pas spécialement pour les écolos ni les « réchauffistes »!
      Bien qu’une Tesla parcourt déjà plus de 720 km (suivant un essai réalisé sur le périphérique parisien) avec un plein de batterie: sur 800 km, un seul arrêt au « super charger » regonfle la batterie à 80%: ce n’est plus un handicap!
      D’autre part, Zoé, avec sa charrette, consommera 70 litres sur 800 km. Pourquoi alors ne pas acheter une Yaris Toyota hybride, à la place de la Zoe?

      • Plus d’une heure pour recharger 80% de la batterie, c’est la définition du handicap dans le domaine automobile. Le marché te dit : « 5 minutes ma-xi-mum ». Le gag ultime, ce sont les courses de VE où les pilotes doivent changer de voiture au milieu de la course, ce qui résume le sujet par l’absurde.
        Les bâtiments historiques ont surtout été abimés par le charbon hier, puis par le gasoil mais dans une moindre mesure. Avec l’essence ou le gaz de ville aujourd’hui, il n’y a plus de problème. Pour les poumons non plus. L’air du métro est 30 fois plus pollué que celui de l’air extérieur à Paris. La pollution de l’air par la circulation automobile non diésélisée n’est vraiment pas le problème.
        Enfin, si les odeurs de la ville dérangent certains nez sensibles, la campagne leur tend ses bras verdoyants. Quand on choisit de s’entasser à plusieurs millions dans un périmètre limité, forcément, il y a des bruits et des odeurs.

        • @ Cavaignac
          Non, le super charger de Tesla, c’est 80% en 20 minutes.
          https://www.tesla.com/supercharger

          Il est clair qu’une F-e roulant en compétition sera d’autant plus rapide que non alourdie par des batteries. Ça n’a rien d’une découverte: dans le monde entier, on cherche à stocker plus de kwh dans moins de poids et de volume! C’est ainsi que fonctionne toute innovation. Vous conduisez souvent une formule -e?

          « Les bâtiments historiques ont surtout été abimés par le charbon hier, puis par le gasoil mais dans une moindre mesure » : Ce sont les pierres qui vous l’ont dit? Ou c’est le temps qui, exonareblement, demandent la rénovation? Par contre la noirceur des façades incrimine les fumées, chauffage compris.

          Une circulation non dieselisée? C’est la fin des camions en ville et l’absence d’approvisionnement des magasins: vous devez rêver!

          Le métro: oui, ça pue pire qu’en ville et c’est sale! Mais a-t-on le choix? Les taxis roulent aussi au diesel et vont moins vite!

          Je vivais dans une capitale que j’ai quittée pour vivre dans un village depuis 37 ans, ne vous inquiétez pas pour moi, bien qu’au 3ième feu rouge, en ville, je deviens fou! Quand je roule chez moi, au moins, je disperse ma pollution qui se dilue et devient donc moins toxique!

          • La batterie de 100kW de la Tesla ne peut pas être rechargée à 80% en 20 minutes avec un superchargeur de 120kWh, c’est juste impossible. Je vous laisse calculer le temps minimum nécessaire. Mais à ce temps, s’ajoute le détour du parcours principal pour rejoindre la borne, détour qui ajoute au temps de recharge. En gros, si, il faut au moins une heure pour gagner environ 350km d’autonomie dans les conditions les plus favorables.

            Sinon oui, on se tue à vous dire que le poids et le volume des batteries, sans parler du prix, fait partie des raisons qui détournent le public du VE. Et oui, le rapport poids/volume/puissance potentielle du réservoir d’essence est imbattable. Pour un poids et un volume donné, l’essence offre 60 fois plus de puissance que la meilleure batterie encore à l’étude. Dans un avenir prévisible, l’essence dominera toujours le marché. L’électricité restera un accessoire. Comme mode de propulsion principal, l’électricité est une impasse technologique et économique.

            S’il ne reste plus que les camions à fonctionner au gasoil, on aura fait un grand pas dans l’assainissement de l’air et la protection des bâtiments. Voir par exemple la politique radicale de Tokyo à ce sujet.

            Le métro, a-t-on le choix ? Non, c’est évident. Mais il est tout aussi évident que le taux de pollution de l’air du métro n’a jamais spécifiquement tué un usager. Par suite, le taux de pollution de l’air extérieur suite à la circulation automobile tue encore moins, c’est-à-dire pas du tout. La pollution de l’air est l’archétype du faux problème, nourri par des études pseudo-scientifiques mensongères destinées à faire peur aux naïfs. C’est désagréable sans doute mais en faire un problème de santé public est absurde.

            Il faut vous faire une raison, le marché ne veut pas de l’électrique et il a raison.

  • super, le moteur n’est plus dans la voiture, mais sur la remorque!
    on n’arrête pas le modernisme

  • J’ai déjà ça sur ma BMW électrique i3, ça s’appelle un range externe. Ça fonctionne très bien et sans bruit. Comme j’ai un des anciens modèles, l’autonomie électrique est de l’ordre de 100-120 km, ce qui est en général suffisant, mais quand j’oublie de recharger, c’est rassurant…

  • Il faudra voir la sécurité à la descente sur route mouillée.

    Cela exige des freins impeccables. Sinon drapeau comme les camions.

  • Qui va dépenser 24000 euros, sans les batteries, dans une Zoe de base, pour parcourir seulement 8000 km par an ? Le prix de la Zoe la place sur un créneau de marché où elle est justement incapable de rendre le service attendu, à savoir la longue distance. Et que vaut une Zoe d’occasion ? Rien, bien sûr. Sans possibilité de revente, la Zoe est une forme majeure de pollution.

    La nécessité de recourir aux prolongateurs pour un usage normal démontre par A+B que le moteur à essence embarqué reste la seule solution répondant à toutes les attentes des consommateurs, avec efficience, souplesse et surtout élégance. Le prolongateur en remorque est une solution éminemment vulgaire, grossière, sans imagination.

    Le marché de l’électrique ne décolle pas malgré les subventions proprement délirantes supposées le soutenir (6000 euros pour une Zoe) alors que des taxes gigantesques polluent le prix de l’essence (plus de 200% de taxation). L’un dans l’autre, les subventions et les taxes engendrent un différentiel de plus 12000 euros en faveur de l’électrique, soit le prix d’achat d’une petite voiture classique bon marché. Malgré cela, personne n’en veut. Le résultat est sans appel. Le marché ne veut pas de la solution électrique, du moins tant que ses limites ne seront pas dépassées.

    Les subventions et les taxes sont la véritable pollution de l’automobile.

    • marché? je zy vois pas le rapport le monsieur y parle de voiture.

    • @ cavaignac
      Bien d’accord avec vous, la Zoé fait figure de gnome dans les véhicules électriques!

      D’autres marques ont de meilleurs offres (un coup d’oeil vers l’Allemagne!)et puis si vous avez 35 000 € à mettre dans une bagnole, pourquoi pas la Tesla model3, autant aller chez le pionnier Tesla! Mais c’est certain que les prix ne feront que descendre avant qu’on ne puisse voir une adhésion plus nombreuse: une innovation technologique ne se commande pas sur un claquement de doigt!

      • La model 3 offre encore moins d’autonomie que la Zoe pour un prix 50% supérieur. C’est totalement absurde. Non, les prix des batteries ne vont pas descendre par miracle et, depuis le temps qu’on fabrique des batteries, c’est tout ce qu’on veut sauf une innovation technologique. Les constructeurs automobile sérieux le savent bien : la question du stockage de l’électricité est une impasse dans laquelle ils sont piégés.

        Tesla n’est pas un pionnier. C’est juste le plus doué des pompeurs de subventions publiques au monde, sans oublier une capacité à hypnotiser les actionnaires à un degré rarement observé.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Carroll. Un article de la Foundation for Economic Education

Si vous avez ressenti une certaine douleur à la pompe ces dernières semaines, vous n'êtes pas seul. Les prix de l'essence sont en hausse dans le monde entier et aux États-Unis ils ont récemment atteint un nouveau record historique, battant celui de 2008.

Les raisons de ces prix élevés sont multiples, certaines étant plus évidentes que d'autres. L'impression monétaire de la Fed et le conflit Russie-Ukraine sont quelques-uns des facteurs les plus récents et le... Poursuivre la lecture

Ce 8 juin 2022, le Parlement européen a voté en faveur de la proposition de la Commission européenne d’interdire en 2035 au plus tard la vente de véhicules thermiques y compris pour les camionnettes et les hybrides. L’Italie est parvenue à obtenir une dérogation pour les voitures de luxe et de sport (Maserati, Ferrari). Le Conseil de l’UE doit à présent adopter la proposition. La volonté de se passer de pétrole et surtout du diesel russe favorise cette décision malgré la dépendance chinoise qui pointe sur les batteries et les matériaux qui le... Poursuivre la lecture

L’électromobilité est imposée par les décideurs nationaux et européens comme la seule et unique voie possible pour les mobilités de demain. Taxés et discriminés, les usagers de véhicules thermiques devront s’adapter à leurs frais à cette nouvelle donne ou disparaître de la circulation. Bien que l’électromobilité présente de réels avantages, elle renferme aussi des problématiques sérieuses trop rapidement éludées, si ce n’est ignorées.

Le plan climat européen : une vision messianique

Le 28 juin 2021, le Conseil européen (c’est-à-dire l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles