Sur la planète Mars, la société sera capitaliste et libérale ou elle ne sera pas

Découvrez pourquoi la société martienne devrait être capitaliste et libérale plutôt qu’étatiste et socialiste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sur la planète Mars, la société sera capitaliste et libérale ou elle ne sera pas

Publié le 11 septembre 2017
- A +

Par Pierre Brisson.

Pour les gens raisonnables, l’établissement de l’homme sur Mars sera une aventure folle et il est fort probable que, de ce fait, son moteur sera bien davantage les grands capitalistes américains que les agences spatiales appartenant aux États (ce qui n’exclut pas que les agences y participent).

Une fois sur place les contraintes environnementales très particulières (éloignement de la Terre, très faible population, production d’énergie difficile, absence de ressources manufacturées, ressources alimentaires limitées, atmosphère irrespirable et de pression très basse, radiations solaires et galactiques peu filtrées et températures très froides) imposeront des règles de vie d’économie et de solidarité1.

La vie sur Mars : des relations monétarisées ou non ?

Cependant, une fois leurs besoins vitaux assurés (volume viabilisé habitable, air respirable, nourriture, eau potable, température douce, hygiène, accès à l’information), les nouveaux Martiens auront le choix entre des relations entre eux et avec la Terre, non monétarisées (« à chacun selon ses besoins ») ou monétarisées (« à chacun selon ses moyens », l’argent étant le mode d’expression des choix d’activité et plus généralement, de vie).

S’ils choisissent dans leur relation avec la Terre (ou n’ont pas d’autres solutions que) d’être financés exclusivement ou principalement par les budgets des États (via les agences), ils s’exposent à voir leurs ressources (nécessaires aux importations donc vitales) se tarir car il est plus que probable que les contribuables des pays correspondants se lassent au bout de quelques années (érosion de la nouveauté martienne !) de payer pour des gens très loin d’eux et qu’ils peuvent considérer ne pas leur apporter grand-chose (même s’ils se trompent).

Les risques d’une vie sans valorisation monétaire

S’ils choisissent de renoncer dans le cadre de leurs relations entre eux en surface de Mars à la valorisation monétaire, ils s’exposent à pâtir de tous les défauts d’une société égalitariste et notamment :

  • à une affectation des ressources rares en fonction des relations particulières que les uns et les autres peuvent avoir avec la Direction de la Colonie ;
  • à l’arbitraire dans le choix des investissements effectués par les autorités et au manque d’imagination ou de réalisme dans ces choix ;
  • au parasitisme de certains dont les besoins seraient évalués non en fonction de leur contribution (technique, intellectuelle ou financière) au bien commun mais en fonction de leur position dans la structure administrative de la Colonie ;
  • à la démotivation ; l’effort, la créativité et la prise de risques n’étant ni récompensées, ni encouragées.

Sur le web

  1. On se situe au démarrage de la colonisation de Mars, avec une population qui se situe entre 1 000 et 50 000 personnes. On peut toutefois envisager que les principes ici décrits se perpétuent par la suite et même qu’ils s’appliquent un peu avant.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Et si toutes les sociétés débutaient en étant capitalistes et libérales…et qu’au fil du temps deviennent des dictatures socialistes ?
    Çe qui voudrait dire que la vieille Europe finira…..mal mais est-ce qu’une société en expansion continue peut finir autrement ?
    2 questions et la reponse se retrouve dans notre quotidien .

  • Décidément je ne comprend pas cette motivation pour partir sur une planète sans vie, sans ressource, sans air et sans une atmosphère protectrice. Un peu comme si on voulait s’installer dans la vallée de la mort mais en bien pire.

    • Parmi les capitalistes libéraux, qui paiera le voyage initial pour ces quelques milliers de premiers colons ?

      • Si le voyage est vraiment réalisé sur une base capitaliste ou libérale, soit les colons paieront aux-mêmes, soit ce seront des employés de quelqu’un capable de mettre beaucoup d’argent dans un projet risqué, avec des perspectives de bénéfice élevé (reste à voir lesquelles…)

  • ça me fait rigoler ces histoires de voyage dans l’espace ,faudrait deja passer cette fameuse ceinture de van halen ,apres qui sait ?!?

    • « Proponents of the Apollo Moon Landing Hoax have argued that space travel to the moon is impossible because the Van Allen radiation would kill or incapacitate an astronaut who made the trip. Van Allen himself, still alive and living in Iowa City, has dismissed these ideas. In practice, Apollo astronauts who travelled to the moon spent very little time in the belts and received a harmless dose. [5]. Nevertheless NASA deliberately timed Apollo launches, and used lunar transfer orbits that only skirted the edge of the belt over the equator to minimise the radiation. Astronauts who visited the moon probably have a slightly higher risk of cancer during their lifetimes, but still remain unlikely to become ill because of it. »

      5 minutes de recherche sur google. Retourne sur les Chemtrail.

  • Et si c’était le contraire qui s’était déjà produit ? Et si nos lointains ancêtres martiens, après avoir détruit leur environnement, étaient venus coloniser la verte, la bleue, la riante Terre… ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

Le monde francophone compte plusieurs centres de réflexions libéraux. L'un des principaux est l'Institut économique de Montréal, situé au Québec. Il est dirigé par Michel Kelly-Gagnon que nous avons l'honneur d'interviewer. Michel fut l’un des cofondateurs des Amis de la Liberté au milieu des années 1990 et a contribué à la relance de l’IEDM à partir de 1997, notamment grâce à ses talents de leveur de fonds. Après avoir dirigé l’IEDM de 1999 à 2006, il a été président du Conseil du patronat du Québec de mars 2006 à décembre 2008. Au début de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles