L’astrologie économique des banques centrales

Les « modèles économétriques » des banques centrales n’ont rien à envier à l’astrologie ou aux élucubrations des pythies grecques. La Fed est dans le brouillard et l’or va briller.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’astrologie économique des banques centrales

Publié le 22 août 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Comme les astrologues s’appuient sur la position des astres pour lire l’avenir de leurs clients, nos banquiers centraux s’appuient sur des théories et des « modèles économétriques » censés prévoir et influencer la marche de l’économie, c’est-à-dire de nos échanges et de nos décisions privées.

Ces modèles sont encore moins précis et exacts que ceux des astrologues : si la position des astres est incontestable ce n’est pas le cas des « grands agrégats statistiques » comme l’inflation, le chômage, le PIB.

La façon dont sont calculées ces données est d’ailleurs régulièrement modifiée. Quant au fondement de tout cela, vous êtes libre de croire que la position de Saturne vous empêche d’emprunter votre bicyclette aujourd’hui ou que la courbe du chômage va s’inverser. Mais la justification rationnelle est malaisée.

Discours fumeux des banquiers centraux

Ne vous étonnez donc pas que les discours des banquiers centraux soient aussi fumeux que celui des mages ou des pythies.

À leur décharge, il faut reconnaître qu’il est bien difficile d’expliquer simplement à quelqu’un qu’une hausse des prix moyenne de 2% par an est excellente pour lui et qu’inversement une baisse des prix est un redoutable danger. Il faut donc habiller ça habilement.

La communication de la Fed d’hier était un monument de langue de bois, de baratin et d’enfumage d’une densité supérieure à la normale.

« Idiosyncrasique » fait désormais partie du vocabulaire magique incantatoire.

Si vous consultez un dictionnaire pour ne pas mourir idiot ce mot a deux sens :

  • marque l’anormalité
  • relève des caractères propres du comportement d’un individu particulier

L’individu non moyen, cet être nuisible et maléfique…

Pour un économiste moderne, l’individu doté de caractéristiques propres est extrêmement gênant. Il n’entre dans aucune case moyenne et ses réactions sont imprévisibles. Un économiste moderne préfère l’individu moyen dont il peut orienter facilement des actions prévisibles.

Tout ce qui est extrême dérange notre économiste moderne, ce qui justifie sa haine des inégalités qui dispersent la moyenne et rendent la pâte humaine moins malléable.

L’individu hors moyenne incarne le « risque idiosyncrasique » que quelque chose échappe aux banquiers centraux… L’individu hors moyenne est un grumeau anormal qui devrait disparaître.

Hélas, les risques idiosyncrasiques augmenteraient, la Fed doute !

Bloomberg :

(Non, ce n’est pas un montage avec Mr Bean, c’est un VRAI économiste)

En réalité, comme le relève mon collègue Graham Summers dans son commentaire :

« La Fed est divisée sur tout. Certains membres de la Fed veulent des relèvements de taux maintenant, d’autres plus tard. Certains membres veulent une réduction du bilan maintenant, d’autres plus tard. Certains membres de la Fed pensent que l’inflation va décoller rapidement, d’autres non et même, certains membres de la Fed pensent que tout le modèle de pensée concernant l’inflation est faux.

Plus important, la Fed a fortement insinué qu’elle était consciente que l’économie s’affaiblissait mais qu’elle n’avait aucune idée de la raison. »

Hahahahahahahahaha (rire sardonique et sarcastique émanant du public idiosyncratique et des grumeaux maléfiques) !

Le mythe de l’argent et du crédit gratuits

La Fed va découvrir que l’argent gratuit et le crédit gratuit n’existent que dans son imagination.

Les marchés ont réagi de façon chaotique : le pétrole et les actions à la baisse, l’or et les bons du trésor à la hausse.

Ceci dit, les astro-financiers de la Fed ne sont pas pires que ceux de la BCE.

C’est pour cette raison que nous croyons toujours dans les vertus de l’or en tant que monnaie ultime n’étant pas liée au crédit public ou privé.

Loin des manoeuvres des astro-banquiers-centraux, l’or est probablement le seul actif que 10 ans de politique de crédit gratuit et de création monétaire n’ont pas envoyé au sommet. Cette assurance contre la bêtise financière n’est donc pas chère.

Les néobanques

C’est donc maintenant – avant que l’ineptie des prétentieux modèles de nos grands argentiers n’apparaisse au grand jour – qu’il faut en profiter.

En dehors de l’or, en tant qu’individu revendiquant le droit à être idiosyncrasique, je vous conseille de vous intéresser aux néobanques. Intérêt d’autant plus justifié que les instances européennes ont en projet une réglementation leur permettant de bloquer vos dépôts pour protéger une banque en danger.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • si j’ai les moyens d’ acheter de l’or ou même de l’argent , je ferai d’abord une énooooorme réserve de nourriture entre autre produits utiles et aprés éventuellement , je me tournerai vers l’or ;parce qu’au train ou vont les choses , je ne serai en éffet pas étonné qu’un de ces quatre , notre argent soit bloqués ;

  • Merci pour ce moment de rigolade (assez jaunâtre quand même) avant la chute.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Coluche en son temps nous proposa une histoire qui n’avait ni queue ni tête, ni début ni chute et dont on cherche encore le pourquoi du comment.

Curieusement, il se pourrait bien que quelques décennies plus tard, nous ayons enfin trouvé le candidat répondant au profil à moustache de la blague de Coluche. Il s’agit du banquier central, un mec qui nous raconte une histoire qu’on a du mal à comprendre puis dont on s’aperçoit qu’elle ne tient pas debout et qui semble se terminer en eau de boudin.

 

L’inflation est un miracl... Poursuivre la lecture

Par Jan Krepelka.

Qu'est-ce que la monnaie ?

La monnaie est un outil formidable de civilisation qui nous a permis de sortir du troc, d'épargner et de nous  coordonner par le marché. Elle rend possible à grande échelle la spécialisation du travail, les avantages comparatifs, les gains à l'échange, le calcul économique... Sans monnaie, pas de civilisation moderne, donc.

Traditionnellement, on attribue trois fonctions à la monnaie.

 

Les trois fonctions de la monnaie

Unité de compte 

La mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles