Les bienfaits économiques de la liberté en 5 études

Il existe plusieurs études soutenant l’idée que les mauvaises politiques publiques contribuent au problème de la pauvreté et des inégalités.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les bienfaits économiques de la liberté en 5 études

Publié le 10 août 2017
- A +

Par Mathieu Bédard.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Il y a quelques jours, mon collègue Vincent Geloso écrivait sur le fait que la liberté économique contribue à réduire les inégalités de revenu. Il donnait l’exemple de la Chine et de l’Inde, qui ont toutes deux libéralisé leur économie et vu le niveau de vie de leurs habitants augmenter. Pourtant, comme il le rappelle, «ces libéralisations étaient modestes : l’Inde et la Chine demeurent dans le bas du classement des pays pour le degré de liberté économique».

En effet, dans certaines sociétés, la taille du gouvernement peut devenir tellement importante qu’au lieu de réduire la pauvreté, elle l’alimente. Ce n’est pas seulement le fait des pays où les gouvernements sont dysfonctionnels et corrompus, comme c’est malheureusement le cas dans certains pays en voie de développement, mais aussi en Occident.

Les bonnes politiques publiques

On s’en aperçoit rapidement lorsque l’on s’intéresse aux études qui concernent la liberté économique. Par liberté économique, on entend le résultat de ces politiques publiques qui placent davantage de choix entre les mains des individus.

Par exemple, ceux-ci sont libres de choisir comment dépenser une plus grande partie de leur revenu parce que les impôts sont moins élevés, il y a une plus grande liberté économique.

À l’inverse, lorsque les politiques publiques laissent davantage de choix aux processus politiques, comme lorsque le gouvernement décide pour vous de la façon dont votre revenu sera dépensé, il y a moins de liberté économique.

Ces études nous apprennent d’innombrables choses sur le lien entre la pauvreté, les inégalités et le niveau de vie en général, d’une part, et les mauvaises politiques publiques, d’autre part.

Par exemple, une étude de chercheurs de l’Université de Floride et de l’Université de l’Ohio a examiné le lien entre la liberté économique et les inégalités dans les 50 États américains entre 1979 et 2004.

Elle a démontré que plus de liberté économique mène à moins d’inégalités, jusqu’à ce que l’on atteigne un point où davantage de liberté n’améliore plus la situation, mais ne la détériore pas non plus. Il n’y a donc pas de contradiction entre la liberté économique et la réduction des inégalités, bien au contraire.

Amélioration du niveau de vie

Ou encore, une autre étude s’est intéressée au lien entre les changements dans la liberté économique et le niveau de vie dans les 50 États américains. Elle a trouvé une relation positive entre le niveau de liberté économique et le niveau de vie.

C’est donc dire que lorsqu’il y a moins d’impôts, moins de réglementations et que l’État se mêle moins de l’économie, il y a aussi moins de pauvreté.

Une autre étude s’est enfin intéressée aux liens entre la liberté économique et la pauvreté. Sa conclusion principale est que les indicateurs principaux de la liberté économique, comme l’ouverture au commerce international, ou encore une diminution du poids de l’État dans l’économie, ainsi que du fardeau fiscal, sont fortement associés à une réduction de la pauvreté. Elle confirme que lorsque le poids de l’État est moins important, on trouve généralement moins de pauvreté.

Plus de croissance économique

Une méta-étude se penche sur toutes ces recherches et d’autres, et trouve que la liberté économique est un déterminant important de la croissance économique, même lorsque l’on prend en compte les changements dans la population et dans les investissements qui sont faits.

En d’autres mots, ce sont vraiment les changements de liberté économique qui font qu’on voit ces améliorations, et non parce qu’au même moment d’autres phénomènes augmentent le niveau de vie.

Quelques années plus tard, le même groupe de chercheurs s’est repenché sur cette même question avec des données mises à jour. Ils trouvent toujours que la différence entre les niveaux de liberté économique explique toujours la majeure partie des différences entre la croissance et les niveaux de vie des différents pays.

Une dernière étude a testé la différence entre les différentes mesures disponibles de la liberté économique. Elle a démontré que peu importe la mesure utilisée, elles disent toutes la même chose : la liberté économique amène plus de croissance pour tous.

Il existe donc plusieurs études qui soutiennent l’idée que les mauvaises politiques publiques contribuent au problème de la pauvreté et des inégalités. Ces mauvaises politiques publiques sont celles qui réduisent la liberté économique en augmentant les impôts, en réglementant l’économie et en limitant l’ouverture au commerce avec l’étranger.

Il est plus facile de l’oublier ici puisque notre niveau de vie est relativement élevé, mais cela ne signifie pas que les effets de ces mauvaises politiques publiques sont moins réels, ou qu’il n’y a pas de gains à faire.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Certes, et la France illustre parfaitement ce constat. Plus les règlements, les impôts et le poids de l’état augmentent, plus le chômage et la pauvreté grimpent. On en est à 7 millions de sans emplois et 10 millions de pauvres pour 66 millions d’habitants! Effarant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'Institut économique de Montréal

 

Nous célébrons aujourd'hui les 141 ans de Ludwig von Mises, l'un des leaders intellectuels de l'école autrichienne. Son influence sur la promotion des idées libérales classiques au cours du XXe siècle est impressionnante.

Né dans une famille aisée dans une province de l'empire austro-hongrois qui fait maintenant partie de l'Ukraine, Mises a démontré son intelligence très jeune : il maîtrisait le français, l'allemand et le polonais et lisait le latin dès l'âge de 12 an... Poursuivre la lecture

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe

La « grande démission » n’arrête pas de faire couler de l’encre. Dans Les Échos du 8 septembre, Jean-Marc Vittori, s’appuyant sur les données de la Dares (ministère du Travail), affirme qu’un million de Français ont abandonné leur CDI en six mois, « 20 % de plus qu’avant l’épidémie ».

 

« Attention, vos salariés deviennent des mercenaires »

Reprenant les propos des chercheurs de la Dares, Vittori souligne que ce taux de démission « est élevé mais pas inédit ». Rien qu’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles