CRS en colère près de Lyon

Les CRS sont en colère et envahissent un service d’urgences dans les environs de Lyon. Malaise d’une profession.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
CRS lors d'une manifestation en 2016CC BY-SA 4.0 by Domenjod

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

CRS en colère près de Lyon

Publié le 5 août 2017
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Une cinquantaine de CRS a envahi le service des urgences de l’Hôpital Privé de l’Est lyonnais (HPEL) aujourd’hui en fin d’après-midi. Motif : ils viennent consulter aux urgences… pour un malaise grandissant.

Fiscalisation de l’indemnité de déplacement

En effet le gouvernement d’Edouard Philippe a prévu de fiscaliser leur indemnité de déplacement (une routine pour un CRS), projet qui était déjà sur la table du temps de François Hollande. Les décisions politiques se suivent… et se ressemblent.

En ces temps de crise sécuritaire, certains de ces hommes disent qu’ils savent que les citoyens ont de la reconnaissance pour leur profession, mais ils ajoutent qu’ils ne se sentent « pas soutenus par la hiérarchie ».

Du matériel et des hommes

Cela fait des mois qu’ils réclament des améliorations matérielles : le remplacement de véhicules vieillissants, de plus de 350 000 km au compteur, ne serait pas un luxe. Le reste du matériel est à l’avenant.

Les revendications sont également humaines : on leur demande d’assurer toujours plus de tâches dans un contexte difficile, sans pour autant leur accorder des moyens humains à la hauteur. Résultat : des journées de plus de 15 heures.

Les hommes de la CRS 34 expriment le ras-le-bol d’une profession qui assure la sécurité des Français, un domaine régalien. Mais malgré les annonces du gouvernement d’une priorité donnée à la sécurité, il est désolant pour cette compagnie de se voir malmenée par des décisions politiques erratiques.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • que ce soit la POLICE,CRS,GENDARMERIE,ARMÉE :
    Pas de financement!!!
    par contre un budget pour la 1er Dame de France…

  • à savoir également que dans cette région , on demande aux forces de l’ordre de  » laisser faire  » les petits délinquants en intervenant le moins possible …..pour garantir la paix sociale …..mais ça , les merdias à la botte de l’état n’en parle pas ;

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Héros en 2015 suite aux attentats terroristes, zéros depuis 2019 avec les manifestations des Gilets jaunes, depuis 7 ans la police fait le yoyo dans le cœur des Français. Journées décalées, rappels à répétition pendant les jours de congés, désordres dans le commandement, lieux de travail vétustes, moyens matériels inadaptés, absence de soutien de la hiérarchie, le malaise de la police est palpable. Pourtant la sécurité publique, avec l’affaire dite « des piqures » est au cœur de la population.

Le phénomène des piqûres en soirée, toujou... Poursuivre la lecture

Par deux fois en l’espace de quelques jours, des policiers en patrouille ont tiré sur des automobilistes se soustrayant à des contrôles (refus d’obtempérer). Que dit la loi sur l’usage des armes par les forces de l’ordre ?

Les textes et la jurisprudence limitent strictement l’emploi de leurs armes par les forces de l’ordre.

La Loi n°2017-258 du 28 février 2017 a créé l’article L435-1 du Code de la sécu... Poursuivre la lecture

Le chef de l'alliance de gauche, la NUPES, coutumier du fait, a multiplié les déclarations contre les forces de l'ordre ces derniers jours, notamment après qu'un équipage de policiers a fait feu sur une voiture refusant de se soumettre à un contrôle à Paris.

 

Les faits

Samedi 4 juin, à Paris, dans le 18e arrondissement, un équipage de trois policiers en vélo remarque que l'un des passagers d'une voiture ne porte pas de ceinture de sécurité et décide d'effectuer un contrôle. Le co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles