Pour le climat, merci d’éviter la voiture, la viande et les enfants

Pas d’enfants, pas de voitures, pas de viande, pas d’avions ! Et même cela ne vous sauvera pas du changement climatique lié à l’activité humaine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour le climat, merci d’éviter la voiture, la viande et les enfants

Publié le 3 août 2017
- A +

Par Lorrie Goldstein, depuis le Canada.

Si le Premier ministre canadien Justin Trudeau souhaite réellement sauver la planète d’un réchauffement dont l’Homme serait responsable, il devrait commencer par dire à tous les Canadiens de ne plus faire d’enfants, de ne plus conduire, de ne plus prendre l’avion, et de ne plus manger de viande.

Ce sont les quatre facteurs les plus utiles pour réduire les émissions de gaz à effet de serre corrélées au changement climatique sur la scène mondiale.

Des solutions insignifiantes

À l’inverse, et bien que considérées comme des actions recommandées, sont insignifiantes les solutions encouragées par le gouvernement canadien et autres pédagogues, comme le recyclage et la transition vers des ampoules à basse consommation.

Ce point a été souligné par Seth Wynes, doctorant de l’université de la British Columbia et le professeur Kimberly Nicholas de l’université de Lund en Suède, dans leur article The climate mitigation gap: education and government recommendations miss the most effective individual actions publié la semaine dernière dans le journal Environmental Research Letters.

L’action la plus utile, et de loin, serait de ne plus faire d’enfants, ou alors le moins possible.

Chaque bébé en moins permettrait d’éviter en moyenne l’émission de 58,6 tonnes de dioxyde de carbone par an à une famille canadienne, en comparaison à 0,213 tonne d’émission liées au recyclage.

Plus de voitures

Ne plus circuler en voiture épargnerait 2,4 tonnes d’émissions, par rapport à 0,1 tonne gagnée par le remplacement des ampoules incandescentes par celles à économie d’énergie.

Éviter un vol transatlantique par an épargne en moyenne 1,6 tonne d’émissions contre 0,247 tonne obtenue en lavant son linge à l’eau froide.

Opter pour un régime alimentaire végétarien nous ferait gagner 0,8 tonne d’émissions, comparativement à 0,21 tonne obtenue en faisant sécher son linge dehors plutôt qu’avec un sèche-linge.

Malgré ceci, Wynes et Nicholas rapportent : “Nous nous sommes aperçus que 10 manuels scientifiques destinés à des lycées canadiens (couvrant 7 provinces, avec 80% de la population) négligent en grande partie de mentionner ces actions – Elles comptent pour 4% des actions recommandées – préférant mettre l’accent sur les changements progressifs ayant un potentiel de réduction d’émissions plus faible”.

Aussi, “Les ressources gouvernementales pour un changement climatique, que ce soit en Europe, aux États-Unis, au Canada ainsi qu’en Australie, mettent l’accent sur des actions à faible potentiel”.

Plus d’enfants

Fort heureusement, les scientifiques ne recommandent pas au gouvernement de contraindre les Canadiens à avoir des familles moins nombreuses, bien que cela soit une position courante chez les environnementalistes les plus extrêmes, dont l’amour pour l’Humanité est surpassé seulement par leur haine des gens, excepté eux mêmes, évidemment.

Dans ce contexte, considérez la dictature élémentaire en Chine (dont Trudeau est admiratif), qui abandonna en 2015 seulement son immonde politique de l’enfant unique, imposée depuis 1979.

Ce qui n’a pas empêché la Chine de se féliciter de cette politique, à l’occasion de rencontres sur le climat, arguant que sa mesure pour l’enfant unique avait permis d’empêcher 300 millions de naissances, l’équivalent de la population américaine, et évité ainsi l’émission de l’équivalent de 1,3 milliard de tonnes de dioxyde de carbone, en se basant sur une moyenne globale de 4,2 tonnes d’émissions par enfant.

Bouleverser les modes de vie

L’étude rapportée par Wynes & Nicholas est utile car elle rend compte des changements fondamentaux que nous aurions à opérer sur nos modes de vie pour atteindre les objectifs de réductions de gaz à effet de serre fixés par les accords de Paris sur le climat, et pour lesquels Trudeau nous a engagés.

Paradoxalement, et même si nous atteignons ces objectifs, ainsi que chaque pays sur Terre, tout ce que cela ferait, c’est entraîner le monde vers un réchauffement climatique catastrophique à la fin du siècle, si on se base sur les sciences climatiques.

Voilà dans quel monde fantastique nous vivons lorsqu’on en vient à vouloir lutter contre le changement.

Leurs programmes de tarification du carbone ne sont que prélèvements d’argent déguisés en programme environnemental, et destinés à prendre quelques milliards de dollars de nos poches pour permettre au gouvernement de les utiliser comme il l’entend.

Faire face au changement climatique

L’étude effectuée par Wynes & Nicholas illustre simplement la difficulté à faire face au changement climatique, en débit des discours positifs de nos politiciens déclarant que ce sera simple.

Ce n’est PAS simple. C’est compliqué !

Cela demanderait un programme obligatoire de restrictions d’émissions qu’aucun citoyen canadien, ou même de n’importe qu’elle autre pays démocratique (espérons-le) ne pourrait accepter.

Il existe des mesures concrètes que nous pourrions prendre pour réduire nos émissions, comme le revenu 100% neutre, les bons carbone ou encore les prix des dividendes du carbone, dont le seul objectif est d’arrêter les émissions, et pas d’augmenter les revenus du gouvernement. Donc évidemment, nos représentants de l’État n’y sont pas favorables.

Nous pourrions nous concentrer sur l’amélioration des énergies vertes et renouvelables dont nous disposons, en plus du pouvoir hydraulique qui est avec le nucléaire et le gaz naturel, l’énergie fossile la moins polluante, au lieu de gaspiller notre argent dans l’éolien et l’énergie solaire, lesquels sont à des années de pouvoir répondre efficacement à une puissante et moderne économie industrielle comme la nôtre.

Ou, on peut prétendre résoudre le problème en élisant des hommes politiques qui prétendent eux-même le résoudre en nettoyant nos fonds de poches.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • L’avantage de ces mesures réside dans le fait que les années de survie paraitront plus longues.

  • Eviter la viande, même bio, quand on connait bien le sujet et donc qu’on le gère bien sans fanatisme, c’est une excellente attitude réaliste.

    • Moins efficace que de marcher vers Rome en se flagellant.

    • Parlez pour vous, je n’ai aucune intention de me priver pour un réchauffement inexistant! Les prévisions actuelles nous y avons déjà eu droit avec le club de Rome et ce charlatan illuminé de Paul Ehrlich dans les années 1960. Celles-ci se termineront de la même manière, en jus de boudin! Il n’y a pas de pénurie de pétrole, pas de famine et pas 9 milliards de Terriens annoncés par ces cinglés!

    • Bravo, avec -5 vous gagnez le Spountz de contrepoints 🙂

  • Pour les enfants, on peut déjà arrêter l’encouragement du^ aux allocations familiales .

    • Tout à fait : ils sont schizophrènes nos polytocards.

      • Non, ils savent que l’économie est basée sur la croissance de la demande: ils n’ont juste pas le choix.
        Mais je suis d’accord avec Melissa

        • Bonjour koriaendre

          Dites plutôt: ‘l’Etat à besoin de croissance pour augmenter son pouvoir’, les individus peuvent très bien avoir un pouvoir d’achat stationnaire.

          • Exact : la productivité pourrait même, à niveau de vie égal, faire baisser les salaires .
            Actuellement ce sont les taxes, cotisations et l’imposition qui empêchent les prix de baisser : une économie déflationniste c’est juste un problème pour ceux qui ont des dettes, dont l’état.

          • Ah oui? Et vous allez travailler à quoi? C’est la consommation qui nous fournit du travail !
            7 millions de gens sans emploi et 10 millions de pauvres ce n’est pas assez pour vous? Faut réfléchir avant de sortir des conneries écolos débiles!

  • Je suggère une solution sans droits d’auteur, nos amis écolos pourront la reprendre dans leur programme. Chaque nouveau-né et futur citoyen de la planète à sauver, se voit attribuer à la naissance un droit à consommer du CO2. Ses consommations de CO2 sont tracées grâce aux progrès du flicage électronique.
    Une fois son quota atteint, tant pis pour lui s’il a fait le choix de manger de la viande, de prendre souvent l’avion, de rouler en 4×4, il doit passer à la chaise électrique. Alimentée, bien sûr, par des cellules photovoltaïques.

    • @ Christial
      Ne vous inquiétez pas, les écolos vont pas tarder à y venir! Leur haine de l’humanité est telle que même les nazis sont des rigolos à coté!

    • Il y a la version raffinée djihad : vous jeter du haut d’une éolienne ❗

  • Cet article constitue l’une des démonstrations possibles de l’imposture climatique puisque mêmes les conseilleurs d’une politique de réduction ne croient pas aux mesures réellement efficaces, car prudemment, ils ne conseillent que des mesures dont les effets seront marginaux donc nuls.

  • Pendant des millénaires, l’homme a choisi les outils, la viande et les enfants, et s’est adapté au climat (par exemple, ces dernières années, en mettant dans sa voiture les enfants et le barbecue et en fonçant vers le midi à la belle saison). C’est manifestement son choix, de quel droit le remettrions-nous en cause ?

    • Ben voyons ! Depuis des millénaires, l’homme a su tuer son prochain .  » C manifestement son choix, de quel droit  » remettriez-vous en cause celui de votre voisin à venir vous trucider ?
      Les traditions ont du bon, n’est-ce pas ? Sérieux, vous croyez que choisir de bagnoler ses enfans représente le progrès humain ?
      L’expérience de mon adolescence m’a démontré que si mon paternel prenait l’option décrite, c tout bonnement parce que le train n’avait été construit entre PARIS et le lieu de villégiature …

  • Et tout ce bazar anti CO2 pour régler un problème mythique ! Puisque l’être humain n’est en rien responsable des variations climatiques ! Il faudrait peut-être que Justin Trudeau informe le Soleil de darder se rayons un peu moins fort sur notre bonne vieille Terre…

  • La dictature verte…bientot ils vont nous dire de manger les enfants, les jeunes enfants, encore tendres et n’ayant pas encore émis trop de co2…une pierre, deux coups…

    • Ils arriveront à la version ISIS ultra-raffinée : vous affamez pendant 1 mois, puis vous faire bouffer vos enfants.
      L’idéologie amènera à cela 🙁

  • 99% des Canadiens vivent le long de leur frontière avec les USA, donc au sud du pays. Le prétendu prochain réchauffement climatique devrait être une bonne nouvelle.

  • Les gens de gauche sont de dangereux illuminés, et des escrocs, ce que Trudeau démontre parfaitement!

  • On n’est pas d’accord. On veut davantage de CO2 dans l’air, car le CO2 est indispensable à la photosynthèse, donc à notre nourriture et à notre croissance. Car enfin, la moyenne du taux de CO2 atmosphérique a été de 2000 ppm depuis 600 Ma, et nous sommes en manque avec ces misérables 400 ppm. Donc, faites des enfants, mangez de la viande, prenez votre voiture à moteur thermique, faites tourner vos usines, prenez l’avion…

    Signé : la végétation qui en a plus qu’assez de ces escrologistes imbéciles….

  • Les seuls modes de production d’énergie vertueux en termes de bilan carbone sont le nucléaire et l’hydraulique (les EnR ayant un mauvais bilan carbone, car il faut en soutien permanent des centrales thermiques pour gérer l’intermittence et équilibrer le réseau de transport).
    Cela étant, quoiqu’en disent l’ONU et ses satellites, l’UE, les politiques, les médias et les ONG environnementales, il n’y a aucune raison de s’inquiéter de nos émissions de C02, pour plusieurs raisons de bon sens.

    1) Il n’y a aucune preuve scientifique que le CO2 ait une action mesurable sur la température, même si l’on connaît ses deux étroites fenêtres d’émission/absorption.

    2) Depuis le début des années 2000, le taux global de CO2 a continué à augmenter linéairement, alors que la température moyenne annuelle globale est restée stable (le « hiatus » du GIEC), malgré une inflation de nos émissions.

    3) Selon le GIEC, rapport AR5, page 471, figure 6.1, la part de nos émissions n’est que de 5 % environ, chiffre approximatif, car il y a beaucoup d’incertitude sur les échanges naturels). Ceci est confirmé par l’analyse isotopique, selon laquelle le taux de CO2 anthropique dans l’atmosphère est de 6% environ.

    4) Comme les projections des modèles numériques divergent de plus en plus des observations, ce qui confirme qu’ils n’ont aucune crédibilité, tout comme les thèses du GIEC qui en sont le socle, on peut être sûr que leurs projections multidécennales ne valent rien
    .
    5) Dans le passé lointain, lors du Cambrien (-400 à – 600 Ma), le taux de CO2 est monté à environ 8000 ppm (400 ppm de nos jours), et aucun emballement irréversible de la température globale n’a été observé. Pourquoi cela serait-il différent de nos jours, les lois de la physique étant invariantes dans le temps et dans l’espace ?

  • S’il voulai vraiment faire baisser le CO2, il devrait mettre fin à la mondialisation.

    http://www.courrierinternational.com/breve/2009/04/17/quinze-navires-tuent-autant-que-toutes-les-voitures-du-monde

    Jignore si l’étude est bidon ou non, mais avec les milliers de bateaux naviguant sur les océans, pourquoi on ne parle jamais de la pollution émise par les bateaux?

    • Il s’agit de la même logique : les navires sont propulsés aux hydrocarbures et ils remplacent les chemins de fer continentaux démantelés, tel le Trans Iranien qui permettait de faire la jonction entre Mésopotamie d’Orient [le Bagdad-Bahn, concurrent du TranSibérien] et l’ Inde par la Pactanie …

    • Le transport par bateau est le mode le plus économique qui soit.
      A la tonne transportée c’est 10 fois moins de carburant que le transport routier.

      • Comme je partage ma voiture avec ma conjointe, est-ce que je peux relativiser la pollution émise par mon auto? Et si j’embarque mon chat, est-ce que je pollue moins?

        • Pas vos vents 🙁

        • Ça me fait toujours rire quand je vois certaines personnes relativiser la pollution émise. Donc, les bateaux polluent énormément, mais vu qu’ils transportent beaucoup de marchandises ($$$$$), ils polluent moins.

          Dans le fond, si la planète meurt, c’est à cause du travailleur de la classe moyenne. Ah, si on pouvait l’envoyer au goulag. La planète s’en porterait tellement mieux. On pourrait utiliser le travailleur de la classe moyenne pour produire de l’électricité. On aurait qu’à l’attacher après une roue et le fouetter pour qu’il la fasse tourner. On branche une dynamo et hop, du courant pour les riches.

          • Ils y viennent, patience.

          • « Ça me fait toujours rire quand je vois certaines personnes relativiser la pollution émise. »

            Effectivement on ne peut plus rien pour vous.
            Vous devriez immédiatement ne plus utiliser ce que vous n’avez pas vous-même fabriqué avec des matériaux locaux… à commencer par cet ordi (ou tablette ou mobile) sur lequel vous tapotez… bye bye

            • Pourquoi c’est toujours le travailleur de la classe moyenne que le gouvernement pointe du doigt? Remarquez, que les pauvres n’ont pas les moyens d’émettre de CO2. Et on emmerdera pas les riches. Ce sont eux qui tiennent le gouvernement par le paquet.

              Le maire de Montréal a récement fait une sortie publique pour vanter la course de formule E qui a coûté environs 24 millions aux contribuables. Objectif: promouvoir l’électrification des transports. Les journalistes nous ont rappelé que le maire possède DEUX VUS. Et pas électrique. Que les politiciens donnent l’exemple avant de venir nous faire scier.

            • Et pour votre gouverne, je fais super attention. Je composte, je recycle, j’ai une Yaris qui roule environs 12 000 kms par année et que je partage avec ma conjointe. J’ai tout isolé ma maison (sous-sol, toit, murs) . By the way, c’est une petite maison. Changer les fenêtres. Changer la fournaise. Le chauffe-eau. Tous Énergie Star. Je passe ma tondeuse électrique environs 5 fois dans l’été. Quand nous prenons notre douche, c’est pas plus de 5 minutes. J’ai flushé le lave-vaiselle après que le dernier que j’ai acheté a brisé 4 ans et 11 mois après achat. On achète le minimum. L’hiver, nous chauffons à 19 degré celsius le jour et 16 degré celsius la nuit ou lorsque nous sommes absent (j’ai un thermostat électronique programmable). Ça doit faire 3 ans que je ne me suis pas acheté de linge.

              On peut-tu arrêter de me pointer du doigt comme le méchant ogre émetteur de CO2?

    • Ben, on la voit pas. Et puis c’est difficilement taxable. Pas comme les voitures. Alors, courage, fuyons 🙂

  • @virgile,
    Trudeau étant lui-même 1 escroc, dangereux illuminé, de gauche ; Le serpent se mord la queue .
    Sinon, les 7 millions de « sans-emplois  » et les 10 de pauvres sont dus, c sûr, à l’instauration d’une société écologique ! Et j’ai du mal à vous suivre « Il n’y a pas de pénurie de pétrole, pas de famine et pas 9 milliards de terriens annoncés (…)  » sans oublier 1 réchauffement « inexistant » = Vous êtes dans le déni de réalité ?
    Enfin, faut-il vous le rappeler, le national-socialisme ne se résume à l’Hitlérisme … ou alors il a remporté 1 victoire posthume car presque tous les gouvernements qui se sont succédé depuis, s’y sont converti puisque la planète est zébrée d’autoroutes !

  • Sans CO2, la planète serait invivable. Probablement froid à l’équateur sous les nuages, des nuits glaciales partout. Les pôles seraient plus que gelés en été. Plus d’arbres.
    Le méthane est plus dangereux, tout comme les Nox.

  • La première et plus importante des solutions est de limiter, dans le monde entier, un maximum de deux enfants par femme, pour l’instant pas de problème: quand on a beaucoup d’enfants et qu’on ne peut pas les nourrir, direction l’Europe………….

  • On n’est pas d’accord. On veut davantage de CO2 dans l’air, car le CO2 est indispensable à la photosynthèse, donc à notre nourriture et à notre croissance. Car enfin, la moyenne du taux de CO2 atmosphérique a été de 2000 ppm depuis 600 Ma, et nous sommes en manque avec ces misérables 400 ppm actuels. Donc, faites des enfants, mangez de la viande, prenez votre voiture à moteur thermique, faites tourner vos usines, prenez l’avion…
    Signé : la végétation qui en a plus qu’assez de cette idéologie verdâtre….

  • S’il n’y avait que cela, ils sont prêts à tout :

    http://quadrant.org.au/opinion/doomed-planet/2017/07/climate-science-comes-short/

    Cela va craindre très fort 🙁

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

camionneurs médiatique
5
Sauvegarder cet article

Bien malin celui qui saura dire combien de temps encore dureront les manifestations des camionneurs canadiens et leur convoi de la liberté : leur détermination semble sans faille mais celle du gouvernement Trudeau à les déloger monte à mesure que l'impact économique est de plus en plus fort. Et c'est justement ce dernier qui importe, et qui permet déjà de tirer une leçon du mouvement canadien.

Il aura donc fallu faire intervenir la police pour arrêter des manifestant sur le Pont Ambassador, l'un des principaux axes de circulation entre... Poursuivre la lecture

camionneurs médiatique
4
Sauvegarder cet article

Par James Bovard. Un article du Mises Institute.

Un caricaturiste du Washington Post a dépeint le convoi de camionneurs comme l'image du fascisme incarné, tandis qu'une autre colonne du même journal a tourné en dérision le "convoi toxique de la liberté". Toute personne qui résiste à un ordre du gouvernement est apparemment devenue un ennemi public.

La protestation des camionneurs a été motivée par le pass vaccinal imposé par le gouvernement canadien. De nombreux camionneurs estiment que les risques du vaccin sont supérieurs à se... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles