Logement : les APL font monter les loyers et pénalisent les étudiants

Le principe même des APL est dangereux et pénalise ceux qu’elles sont sensées aider. Mais comment faire alors ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Immobilier parisien (Crédits : Damien Roué, licence CC-BY-NC 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Logement : les APL font monter les loyers et pénalisent les étudiants

Publié le 30 juillet 2017
- A +

Par Eddie Willers.

C’est le sujet politique du moment avec la nationalisation des chantiers STX de St Nazaire. Celui que la France Insoumise a choisi comme cheval de bataille, au point de déballer son panier de course en plein Hémicycle. Le gouvernement a décidé de diminuer les Aides Personnalisées au Logement (APL) de 5€ par mois.

Les APL, un débat émotionnel mais irrationnel

Jouer sur la corde émotionnelle est un très bon moyen de remporter un débat et de nombreux politiques et chroniqueurs de tous bords l’ont bien compris au point de dramatiser celui sur les APL. Pourtant, celles-ci, loin d’être des aides pour les plus pauvres, sont en réalité une subvention cachée pour les propriétaires. Voyons pourquoi.

Comme souvent, l’enfer est pavé de bonnes intentions : des politiques se rendent compte que de nombreuses personnes ont du mal à se loger du fait de prix à la location élevés. La solution la plus simple est alors de donner chaque mois un chèque à ces personnes afin de les aider à payer leur loyer.

Maintenant imaginez que vous soyez propriétaire d’un appartement et appreniez que le gouvernement va verser une aide aux plus démunis pour qu’il se puissent se loger. Vous mettez à la location votre bien, vous savez que de nombreuses personnes vont postuler et que celles-ci se sont vues accorder une certaine somme d’argent en plus. Que faites vous naturellement ? Vous augmentez votre loyer.

Si vous poussiez le raisonnement jusqu’à l’extrême, vous pourriez dire que se passe-t-il si tous les Français recevaient 1.000.000€ sur leur compte demain ? Ils auront l’impression que leur pouvoir d’achat a augmenté et seront donc prêts à allouer plus d’euros pour leur consommation, la demande augmentera sans que l’offre ait été modifiée. Résultat inévitable : les prix augmenteront.

Les subventions à la production (par exemple dans l’agriculture) permettent à un nombre plus élevé de producteurs de proposer leurs services tandis que la demande n’a pas bougé. Il en résulte une baisse des prix. Les subventions à la consommation (par exemple les APL) ont, elles, l’effet opposé. Il résulte donc que les APL n’ont qu’un effet : augmenter artificiellement les loyers et donc le rendement d’un bien immobilier.

De plus, les logements dont les locataires bénéficient des APL sont souvent des logements accueillant des étudiants ou de jeunes travailleurs. Ils sont donc soumis à une rotation élevée, ce qui permet aux bailleurs de s’adapter aux modifications de la demande (plus forte du fait des aides). Les APL ont donc un effet totalement neutre pour leurs récipiendaires mais sont une aide déguisée aux propriétaires immobiliers.

L’immobilier, un secteur déjà massivement bénéficiaire d’aides

Or le secteur immobilier est déjà un secteur ultra-favorisé. De par les nombreuses réglementations qui s’y appliquent, l’immobilier présente de très fortes barrières à l’entrée. Il est de plus en plus coûteux de construire un immeuble ou une maison (voire impossible dans certains endroits comme Paris avec la réglementation locale). De fait, la demande augmentant, en particulier dans les centres-villes, il en résulte une augmentation énorme des prix de l’immobilier. Ajoutez à cela ces dernières années, des taux excessivement bas et vous obtenez une gigantesque bulle alimentée par nos gouvernants.

Loin de moi l’idée de nier le fait que se loger est coûteux en France, j’en fais également l’expérience en habitant Paris. En revanche, la solution proposée jusqu’à présent est comme d’habitude simpliste et repose sur la même dialectique : les propriétaires sont des vilains, les locataires sont gentils, il faut aider ces derniers. Malheureusement elle se révèle inadaptée. Libéraliser le marché de la construction, arrêter l’empilement de réglementations dans tous les sens sur la hauteur des bâtiments ou leur efficience énergétique et mieux reconnaître les droits des propriétaires seraient à coup sûr de bien meilleurs moyens d’assurer la construction de nouveaux bâtiments qui répondront à cette demande croissante.

Ces propositions sont évidemment absentes d’un débat qui a choisi la voie de l’émotion au lieu de la rationalité. Assainir le marché immobilier passe par l’arrêt des subventions aussi bien à la location qu’à la construction et par une réduction drastique de l’inflation normative.

Immobilier : des solutions existent, en voici une

Un bon exemple à suivre serait certainement celui de Houston aux États-Unis. Grâce à sa faible imposition et ses faibles réglementations, la ville a réussi au cours des vingt dernières années à attirer de nombreuses entreprises (entre 2008 et 2014, 219 entreprises ont déménagé de la Californie vers Houston à titre d’exemple) et donc de nombreux travailleurs venus nourrir les rangs d’une industrie florissante. Ainsi, entre 2014 et 2015 près de 160.000 personnes sont arrivées dans la ville texane.

À la différence des villes de la côte ouest comme Portland ou San Francisco, Houston a fait le choix de très peu réglementer la construction (des chercheurs de Wharton ont même évalué que Houston est une des villes qui réglemente le moins l’utilisation de la propriété foncière aux États-Unis) et de ne pas distribuer de subventions ni encadrer les loyers. Bilan : entre 2014 et 2016, là où la valeur d’une maison à Portland augmentait de $188.000, à Houston, la hausse se limitait à… $9.000.

Houston a permis à l’offre de s’adapter en construisant de nouveaux biens. Le prix des maisons et des loyers n’a donc que très peu augmenté à la différence de Paris où l’offre ne peut pas s’adapter du fait de la réglementation.

Moralité : au lieu de s’écharper sur ce que l’on peut s’acheter avec 5€, nos élus devraient plutôt regarder ce qui se pratique du côté du Texas et s’en inspirer afin d’engager des réformes qui permettront réellement de baisser le coût du loyer pour les plus pauvres.

Pour aller plus loin :

  • N. GRAY (2017). “How Spontaneous Order Keeps Houston Affordable”. FEE.

Sur le web 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Alors que dire des logements hm, accompagnés d’apl. Être propriétaire en province et attendre 6 mois avant d’avoir un locataire. Quelque soit le prix du loyer, ils ont droit à l’apl, au regard de leurs revenus. Nous savons que la solution est l’allocation unique. Faire croire aux gens de droite qu’ils essaient de faire des économies en prenant 5 euros à chacun est une bonne idée, j’appellerai cela un « gag ».

    • « …’ils essaient de faire des économies en prenant 5 euros à chacun est une bonne idée »

      Prenant ! MDR… Ne pas donner c’est prendre ?
      Perso je trouve intéressant le signal donné….

      70% des aides au logement partent dans des hausses de loyer et l est donc logique de penser que les loyers vont baisser (ou du moins, moins augmenter) c’est ça l’utilité du signal.

      Et quoi que vous en pensiez, moins dépenser c’est moins de taxes et d’impôts… même si ce n’est pas cette dépense qui était la pus urgente à mettre en oeuvre…

      « Nous savons que la solution est l’allocation unique. »
      Ne prenez pas votre cas pour une généralité, parlez pour vous.

  • éxellente idée ,probleme les memes qui débattent aujourd’hui de ces apl ,sont les memes qui ont (ou qui on continuer) a les appliquer

  • J’ai, durant 40 ans, visité les entreprises et les institutions pour vendre du bois et dérivés. J’affirme haut et fort que les 1000 offices HLM et leurs foncières finançant les syndicats sont la cause de la hausse des prix du logement et de la crise par TRES mauvaise gestion. La solution : privatiser ces usines à gaspillage et corruption ou et électoralisme

  • Oui, mais laisser le marché jouer librement, c’est se mettre à dos toutes les assoces marxisantes. Et subventionner, c’est se faire bien voir des électeurs… Il n’y a donc pas à hésiter un seul instant ! 😉

  • Vision très parisienne du marché immobilier !
    Il manque un ratio intéressant de la répartition de l’APL entre le secteur public et le privé…
    En province, c’est le marché qui définit le prix du loyer du secteur privé ! Il existe des bailleurs sociaux qui se livrent une concurrence acharnée pour louer leurs logements à la suite d’investissements très importants ces dernières années. Les bailleurs privés s’adaptent en baissant leurs loyers pour éviter la vacance, qui reste très importante !
    La « politique » du logement menée par l’Etat, ne fait pas exception à la gabegie…
    La réduction de 5€ par mois est un pis aller qui en dit long sur le manque de vision et de stratégie globale…
    Vincent Benard a livré des analyses très pertinentes sur le marché immobilier et les remèdes à opérer d’urgence… ceci depuis une décennie ! Pour quels résultats ???
    C’est désespérant !…

  • Le choix des APL est aussi très populaire et donc électoraliste même si dans le fond cela reste une arnaque… et la suppression des APL ne peut se faire que progressivement avec une excellente comm et des mesures compensatoires qu’il n’y a pas actuellement. Par ex :
    1- Bloquer le loyer quand le locataire perçoit des APL
    2- Alléger les réglementations qui pèsent sur le propriétaire (en remplaçant par exemple des obligations par des recommandations)
    3- Campagne de communication pour préparer les esprits
    4- Baisse des APLs (par ex : 10€/mois tous les ans)
    Ainsi on peut dégonfler progressivement la bulle …

  • Depuis les Etats unis, j’ai hérité avec mes deux soeurs de trois appartements à EVREUX, dont deux des locataires ne payaient pas leur loyer A mon défunt père . Mon père n’arrivait pas A les expulser, il en est mort du reste ! Pourtant ces deux locataires touchaient l’APL mais ne versaient pas leur loyer et nous avions une agence immobiliere qui m’avait fait l’inventaire depuis lA France en disant que tout etait merveilleux . Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir le petit mot de ma soeur qui habite en France et que je vous partage, lisez bien la locataire touchait l’APL !!!!
    « Le syndic nous assigne au tribunal car l’appartement que la locataire a laissé avec ses affaires (il est immonde) est rempli de cafards et de rats et l’immeuble est contaminé. Les copropriétaires se joignent au syndic. «
    , j’attends toujours le syndic depuis des mois maintenant. aucune nouvelle, rien.. !!!!et la locataire touchait l’APL.. regardez comment elle s’est servie de l’Etat généreux de France,! je compte vendre ces appartements avec mes soeurs, vous pensez bien!!!!!!!!!! les locataires sont vus comme des VICTIMES!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'IREF Europe

Depuis la loi de finances pour 2018, le coefficient de revalorisation forfaitaire des valeurs locatives, qui sert notamment de base de calcul à la taxe foncière, n’est plus fixé chaque année en loi de finances initiale mais codifié à l’article 1518 bis du Code général des impôts.

Le calcul de ce coefficient revient très concrètement à indexer les valeurs locatives sur l’évolution de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) publié au mois de novembre par l’Insee. Suivant cette formule, la r... Poursuivre la lecture

inflation immobilier
3
Sauvegarder cet article

Une crise ne devait jamais se produire. Pas après la Grande Modération des 30 dernières années. Mais la plupart des actifs sont sur le point de chuter.

Depuis plus de 100 ans, l’immobilier a baissé lors des périodes comme celles-ci, où l’inflation surpasse les taux d’intérêts et les force à grimper.

Le graphique ci-dessous (source) donne l’indice des prix de l’immobilier en France, en fonction du revenu des ménages.

 

 

Vous pouvez observer trois périodes de chute des prix pour l’immobilier... Poursuivre la lecture

par h16

Il y a quelques semaines, je notais, consterné, que la transition écologique devenait doucement mais sûrement l'excuse facile et pratique pour tabasser juridiquement et fiscalement les automobilistes : moyennant une stigmatisation des voitures âgées ne répondant pas à des normes de plus en plus drastiques et déconnectées de la réalité, on allait enfin pouvoir interdire aux pauvres de se déplacer de façon autonome et ne laisser ce privilège qu'aux classes supérieures (celles qui votent comme il faut). L'aventure ne pouvait bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles