Saint Fisc et Saint Keynes : les deux clés du Paradis

La Grèce est la preuve que dette publique et multiplicateur keynésien ne mènent pas au paradis économique mais à la faillite. Pourtant, l’expérience se prolonge.

Par Simone Wapler.

Cette semaine, la Grèce a réussi à emprunter 3 Mds€ sur cinq ans au taux de 4,625%. C’est une réussite selon les médias.

C’est exact. Qu’un pays notoirement corrompu, qui trafique sa comptabilité publique, qui est incapable d’équilibrer son budget et dont la dette n’a pas été honorée à trois reprises en six ans puisse trouver des prêteurs est vraiment une réussite.

Racheter de la dette

Pourquoi la Grèce emprunte-t-elle ?

Pour racheter de la vieille dette, nous indique Les Échos :

« Athènes souhaitait racheter les obligations émises en 2014, en échange de nouveaux titres de dette. Objectif : rallonger la maturité de sa dette en offrant des titres arrivant à échéance en 2019 contre des titres à échéance 2022. Et à un taux moindre. Il y a trois ans la Grèce avait emprunté à un rendement de 4,95% contre 4,625% mardi. »

C’est la classique cavalerie : on emprunte pour rembourser un emprunt. Quand les taux baissent, tout va bien… et comme les banques centrales œuvrent pour que les taux baissent, tout va bien.

Le multiplicateur keynésien

Mais pourquoi, initialement, un État s’endette-t-il au lieu de solliciter ses contribuables ?

Ah là là, malheureux ignare et mécréant… Vous ne connaissez pas le miracle de Saint Fisc et la multiplication selon Saint Keynes ?

Le miracle de Saint Fisc transforme de l’argent privé, laid et sale, acquis en exploitant des pauvres et des faibles, en bon argent public. L’argent privé est purifié lorsqu’il est pris par les hommes de l’État et devient argent public distribué par les hommes d’État.

L’escroquerie de l’intérêt commun

L’argent public est forcément bon car il est dépensé dans « l’intérêt commun ».

Cette manipulation des esprits portée à la hauteur d’un mythe est sans doute l’opération de subversion la plus réussie des 20 derniers siècles par les hommes de l’État. L’argent privé corrompt, l’argent public soulage. C’est pourtant rigoureusement le même, mais qui s’est transformé en se bonifiant par le miracle de Saint Fisc.

Théorie de la révolte fiscale – Enjeux et interprétation – Ou pourquoi la révolte fiscale n’aura pas lieu, Serge Schweitzer et Loïc Floury

Ce mythe, cher lecteur, est déjà, en soi, magistral. Le mythe fondateur du code d’Hammurabi – qui faisait du roi un dieu et instituait une classe d’esclaves – est, en comparaison, pipi de sphinx.

Le « miracle » keynésien

Mais ce mythe moderne fut encore raffiné par Saint Keynes. L’argent public crée plus de richesse que l’argent privé. C’est ce qu’on appelle le « multiplicateur keynésien ».

Si l’État investit 1 €, son retour sur investissement sera supérieur à celui des personnes privées.

Ainsi l’État n’est pas obligé de ponctionner violemment des contribuables. Il peut simplement emprunter puisque son retour sur investissement sera toujours positif. Tandis qu’un misérable entrepreneur isolé, poursuivant ses coupables intérêts égoïstes peut se tromper. Il peut faire faillite, son retour sur investissement peut être négatif.

Les keynésiens définissent le coefficient multiplicateur comme le rapport entre une variation des dépenses publiques et la variation consécutive du revenu global. C’est ce qui justifie les « politiques de relance » financées par l’emprunt.

Le multiplicateur keynésien repose aussi sur la croyance étrange selon laquelle « la consommation enrichit ». Si les gens ne consomment pas assez, il suffit de leur distribuer de l’argent (créé à partir de rien, pris à d’autres, emprunté, peu importe…) ce qui combattra dépression économique et chômage.

Hélas, hélas, les faits sont têtus même si les bricolages statistiques peuvent faire illusion un certain temps.

Ce graphique vous montre combien de dollars de dette publique il faut dépenser pour obtenir 1 $ d’accroissement du PIB de l’économie américaine.

En 2016, 3 $ de dette publique produisent seulement 1 $ de croissance…

Après 65 ans d’expérimentation on pourrait conclure que le concept de multiplicateur keynésien est de la foutaise, une escroquerie, erroné.

Mais de telles conclusions contrarient de nombreux intérêts. Ceux de la Parasitocratie. Chez nous en France, politique du logement, politique énergétique, TGV, politique industrielle… Comment voulez-vous financer tout cela si vous doutez des miracles de Saint Fisc et du multiplicateur de Keynes ?

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici