Emmanuel Macron, chef désarmé

Macron reproche au général de Villiers, son chef d’état-major, d’avoir protesté contre les coupes sombres qui risquent de s’abattre sur nos brigades et nos divisions. Seulement c’est devant l’Assemblée que ce dernier s’est exprimé, pas devant la presse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emmanuel Macron, chef désarmé

Publié le 19 juillet 2017
- A +

Par Serge Federbusch.

Dans sa quête pour affirmer son autorité, qui le mène d’une poignée de main théâtralisée avec Trump à des gros yeux faits à Poutine ou d’un road-trip en Pick-up sur les Champs-Elysées à un hélitreuillage sur les flots bleus, Macron a décidé de jouer du menton face au chef d’État-major des armées.

Il fait reproche à ce dernier d’avoir protesté contre les coupes sombres qui risquent de s’abattre sur nos brigades et nos divisions. En réalité, le général de Villiers n’a pas fait de déclaration à la presse mais il était interrogé par une commission de l’Assemblée Nationale.

Le seul vrai patron

Macron, sautant sur l’occasion de s’affirmer, a néanmoins martialement fait savoir qu’il était le vrai et seul patron et qu’en cas de désaccord avec lui Villiers n’avait plus qu’à remiser son képi. On est au bord de la crise de nerfs dans les casernes.

Les troupes, lit-on dans la presse, approuvent les protestations du général qui ne comprend pas comment on peut réclamer efforts et risques à des soldats dont on réduit concomitamment les moyens d’agir et de se protéger.

Mais le soldat suprême ?

Mais, au fait, Macron est-il légitime à se draper dans une toge de soldat suprême ?

Le Président de la République est le chef des armées aux termes de l’article 15 de la Constitution. Mais il faut bien comprendre qu’il s’agit, dans l’esprit et même la lettre du texte fondamental, de veiller à éviter le pire à la Nation.

Garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités, le Président est le seul responsable politique à pouvoir donner l’ordre d’engagement des forces nucléaires.

Si l’on descend d’un cran, le Président définit certes les orientations et arrête les décisions en matière de défense au sein de conseils placés sous sa présidence. Mais c’est le gouvernement qui détermine et conduit la politique de la Nation.

Pour cela, il dispose de l’administration et de la force armée (article 20 de la constitution). Le Premier ministre est responsable de la Défense nationale (article 21). Il assure la mise en œuvre des mesures décidées en conseil de défense et de sécurité nationale.

Il s’appuie sur le Secrétariat général de la Défense nationale (SGDN) qui s’est transformé en 2009 en un secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) aux missions élargies.

Le chef et ses subordonnés

Le ministre de la Défense prépare et met en œuvre quant à lui la politique de défense dont il assume, avec la Premier ministre, la responsabilité devant le Parlement : organisation et entraînement des forces armées, recrutement et gestion du personnel, réalisation des armements, infrastructures.

Il est assisté par des « grands subordonnés » : le chef d’état-major des armées, le délégué général pour l’armement, le secrétaire général pour l’administration, les chefs d’état-major de l’armée de terre, de la marine, de l’armée de l’air.

Bref, lorsqu’il s’agit comme en ce moment de trancher des questions budgétaires, on est en plein dans les compétences gouvernementales assignées au Premier ministre et dans sa foulée au ministre de la Défense.

Le devoir de dire la vérité

Et il est du devoir du chef d’État-major, interrogé par des parlementaires, de leur dire la vérité sur l’état des troupes. Macron veut jouer au chef mais il se trompe de combat.

Du reste, les industriels de la défense ont fait part, selon le journal L’Opinion, de leur mécontentement lors du discours du président de la République aux armées, la veille du défilé militaire du 14 juillet, face à l’effort de réduction de 850 millions d’euros des programmes d’équipements pour financer les opérations extérieures. Refusant d’applaudir au discours du président, ils ont quitté l’hôtel de Brienne sans participer à la garden-party.

Édouard Philippe et Florence Parly aux abonnés absents

Avez-vous entendu Monsieur Philippe et Madame Parly sur ce sujet ? Nenni. On doit même désormais se demander si madame Boulard n’a pas pris prétexte de l’affaire des emplois fictifs du Modem pour quitter son ministère, consciente qu’elle y compterait pour du beurre.

Tant que Monsieur Macron nous parlait de son rôle jupitérien avec le sourire, on pouvait croire à une forme de boutade. S’il prend les choses au sérieux, il faudra qu’il se souvienne que le pouvoir absolu est synonyme de responsabilité absolue. Même Zeus n’était pas seul sur l’Olympe.

Or, ici comme dans toutes les affaires qui agitent en ce moment l’exécutif, fait cruellement défaut à ce président ce que les anciens et Clausewitz nommaient le nerf de la guerre, à savoir l’argent.

Plus un sou en caisse

Macron prend des airs martiaux mais il n’a plus sou vaillant. À la première embuscade où périront des soldats français mal équipés, il devra rendre des comptes. Tout comme quand reprendront les attentats islamistes et qu’on constatera qu’à nouveau services de renseignement et de police furent défaillants dans un contexte de crédits diminués.

Plus les jours passent, plus le règne macronien apparaît comme un condensé, un précipité des errements de celui de son prédécesseur. Des grandes déclarations, des impôts pour la classe moyenne, des coupes budgétaires mal conçues et finalement la désillusion pour tous. Seul le conditionnement publicitaire a changé, autre manière de dire que les Français se sont faits emballer.

Sur le web

 

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • Et vous n’avez pas encore tout vu .Vous allez voir à la rentrée . Je vous souhaite bon courage à tous.

  • en attendant , concernant la sécurité dans notre pays , il y a un laissé aller trés inquiétant ; c’est la continuité de se qu’elle était sous hollande : laxiste ; la popularité de macron descend plus vite et plus tôt que celle de son prédécesseur , la déception des Français ne s’est pas fait attendre ;

  • Il manque de l’argent dans tous les ministères, mais pas pour accueillir des immigrés dont le drame est effectivement touchant alors qu’il est encore pire pour leur grande famille et voisins restés au paysqu’ont ne voit pas et pour qui –
    donc ?- on ne fait rien.

    Dans quel partie du mur Jupiter 1er , sur de lui, va-t-il nous catapulter ?

  • Vous avez parfaitement expliqué la situation et les rôles de chacun. Il est clair que Macron usurpe une place qui n’est pas la sienne et qui, finalement, lui fait un tort considérable, l’absolutisme n’étant pas le rêve des gens qui aiment la liberté dans le respect.

  • le général devillier vient de démissionner ; macron va pouvoir le remplacer par une lavette qui lui cirera les pompes ;

    • Bienvenue à la cour de Versailles. Il ne reste plus qu’à placer les courtisans à France radio, France Télévision et France 24… Oh wait.

  • Une déclaration devant l’Assemblée Nationale équivaut à une déclaration publique, car « elle » grouille de journalistes. Cette petite affaire alimente le Macron « bashing », un bon métier, sans chômage, pour au moins cinq ans.

    • Bon, depuis le temps on a compris que vous étiez un soutien de Macron, tombez le masque !
      Y a des moments il ne faut pas hésiter à dire que l’on est déçu quand on se rend compte que l’on s’est fait avoir, y a pas de honte à ça.

    • Tiens donc PYRRHON!
      Alors De Villiers aurait du mentir et dire qu’il avait les moyens de sa mission?
      Ou dire: « Je ne peux pas répondre publiquement à cette question, il y a trop de journalistes!  »
      Pathétique!
      Cette petite affaire est née dans les consultations préalables entre Macron et De Villiers; le chantage de Macron n’a pas été accepté: se faire entuber n’est pas trop dans les habitudes militaires
      Et la critique des choix de Macron sera bientôt une preuve de bon sens. Et non une volonté d’encenser ou de détruire.

    • Ce n’était pas devant l’assemblée mais en Commision, lieu où tout se dit. De plus ce sont les parlementaires qui l’avait y invité pour parler budget des armées…Il n’y a pas de bashing mais « un enfant avec un trop grand uniforme » .

    • Nous ne sommes pas encore une dictature, bien qu’on s’en approche de plus en plus. Le parlement a le droit de savoir quelles âneries fait un président trop jeune et qui n’a aucune notion en matière militaire!

  • Le soucis est que si l’argent était employé efficacement il y en aura assez…
    Le fait que les industriels de l’armement aient fait pression est révélateur des vrais enjeux budgétaires
    Vous ne pensez pas ?

    • Peut-être, mais il y a un moment où quand on est à l’os, on est à l’os.
      Pour ce qui est des industriels de l’armement, il est compréhensible que ça doit être quand même assez difficile de travailler en ayant un budget sur lequel on ne peut pas compter : imaginez vous à la tête d’un budget dans n’importe quelle entreprise privée avec des crédits gelés, reportés, rabotés et des décisions dont vous n’êtes pas maître (similitude avec les OPEX) qui viennent les amputer à due concurrence de leur montant inconnu. C’est ingérable.

  • En fait, nous avons peut-être notre Stalinou :mrgreen:
    A la rigueur, un Nain Beau Léon…
    Bientôt des augmentations d’impôts. Diesel plus taxé par exemple.
    ISF suivant, l’immobilier étant traité comme un gisement de pétrole ou il suffit de pomper sans se poser plus de questions…

    Bientôt une marque de vaseline spécifique pour militaires :mrgreen:

  • Tous les parents savent qu’il ne faut pas engeuler les enfants en public, c’est le b.a.b.a du managment. Alors engeuler devant le pays le Chef d’Etat Major !!!!
    Après la démission de 4 ministres, Macron continue de « refonder le monde ».

  • Si Macron était vraiment un homme, jugeant que le costume de président est trop grand pour lui il démissionnerait…
    Mais ce n’est qu’un sale gosse d’enfant roi, gâté, pourri, qui a truqué les élections pour s’offrir un poste prestigieux pour lequel il n’a pas le souffle…La présidence de la république n’est pas le dernier game toy à la mode, il a oublié que ses élucubrations concernent et impactent la vie de 60 millions de nos concitoyens…
    A vouloir se mêler de tout il dilue les responsabilités de l’état, avec son angélisme de façade il déresponsabilise les fonctionnaires en laissant s’emballer l’immigration clandestine et ses corollaires…Islamisme, …insécurité,… chômage….crise financière…

    • Après avoir détruit l’économie durant Hollande, voila qu’il sabote l’armée!
      Pas mal pour un petit énarque incapable de tenir sa promesse de budget à 2%.

    • Pourriez-vous commenter vos 60 000 000 SVP

      Il y a pas mal de temps qu’on a dépassé le 65 000 000, sans les immigrés illégaux que je sache .. et les parents des compatriotes d’origine maghrébine en longues vacances avec ou sans CMU

      Alors que les sympathiques et nombreux retraités britanniques et néerlandais ne sont pas au sens strict nos concitoyens.

      Les 36 000 communes de France aussi ça a TOUJOURS été faux, malgré qu’on les trouvait dans la bouche de MM. Delevoye et Pélissard que je connais bien (et réciproquement et à qui je l’avais fait remarquer.

      Pour Baroin, je ne sais pas.

      C’est pas un détail et c’est limite vexant pour les habitants d’environ 500 petits villages métropolitains déjà.

      Bien dommage que la dérangeante Michèle Tribalat ait pris sa retraite.

  • Les français sont des abrutis qui élisent celui qu’ils méritent. Et il faut l’être pour élire le responsable de la catastrophe économique du pays puisqu’il fut le conseiller économique et le ministre de Hollande.

  • Il y a quand même quelque chose de rare dans cette affaire. Une commission parlementaire demande des comptes à un fonctionnaire, lequel s’est exécuté. Il prend une remontrance de la part de son chef hiérarchique suprême parce qu’il ne suit pas la mouvance « ça va mieux ». Un haut-fonctionnaire a pris ses responsabilités devant cette commission, mais un fonctionnaire qui est responsble ne plaît à toute la clique d’irresponsables et surtout son plus haut représentant.

    • Edit:
      « un fonctionnaire qui est responsable ça ne plaît pas à toute la clique d’irresponsables et surtout pas à son plus haut représentant » lequel ne veut pas voir la réalité.

      • Un fonctionnaire responsable n’est pas digne d’être fonctionnaire !
        Il ne faut pas oublier que la Véme république à été construite par un militaire ,les fonctionnaires sont des fantassins jetable en tranchés si nécessaire. L’important l’ EM et son général en chef .

    • On redoutait l’amateurisme des députés LREM, j’ai l’impression qu’il éclate au grand jour.
      Les parlementaires ne sont pas là pour se forger une opinion, mais pour diffuser aux médias celle des autres. Probablement pour tâter d’où vient le vent et décider dans son sens.
      Et Macron de reprocher au général ce qu’il n’a pas dit en public mais devait rester au niveau des parlementaires.
      Probable qu’à la prochaine occasion, son successeur sera plus circonspect et privera le Parlement d’informations précieuses.

  • Une dette équivalente au PIB annuel, et vous trouvez injustifié de faire des économies ?
    Il est logique que le budget de la défense subisse les mêmes règles que les autres. Ce qui n’irait pas ce serait de maintenir nos engagements à l’extérieur, et de sécurité intérieure, tout en diminuant les moyens. La réaction du général eut été plus responsable s’il avait demandé au responsable de la politique où nous devions nous désengager pour être cohérent avec cette diminution de dotation. Là dessus, attendons de voir…
    Mais, ce qui est le plus choquant à mon sens, c’est l’annonce de l’affectation de 450 millions à des emplois aidés (quasi simultanément à cette réduction du budget de la défense), dotation très discutable en terme de retour sur investissement.
    Enfin, il y a sans doute consensus populaire sur l’excès de dette, mais dès qu’il s’agit de faire des économies, personne ne veut faire le moindre effort. En attendant la France continue à s’appauvrir.

    • @Mic0741
      « vous trouvez injustifié de faire des économies ? »

      Ce n’est pas comme si il y avait tout un tas de ministères inutiles entretenus depuis trop longtemps.
      Ce n’est pas comme si le régalien avait souffert de ces fuites inutiles de fonds.
      Ce n’est pas comme si la lourdeur administrative ne pompait pas également ces fonds avec une inefficacité révoltante.
      Ce n’est pas comme si les politiques avaient pris prétexte de l’insécurité et du terrorisme facilités par le manque de fonds dans le régalien pour s’octroyer les moyens en question par l’entremise de l’état d’urgence puis en l’inscrivant bientôt dans la Constitution.
      Ce n’est pas comme si la France n’avait plus aucune logique, valeurs, et morale et que l’on fait tout pour entretenir le contraire.
      Injustifié de faire ces économies ? Pour ma part, oui tout cela est injustifié car ce n’est pas comme cela qu’on va résoudre la dette. Il faut assainir le système, couper dans l’état pour qu’il en revienne à son rôle régalien, car ces bricoles ne vont rien améliorer.

    • Le budget de la défense ne fait que baisser depuis 2006. Il est passé de 38.2 milliard d’euros en 2006 à 31.4 en 2016 soit une baisse d’à peu près de 18% en 10 ans.
      Trouvez moi un autre ministère avec une telle baisse.
      Que tout le monde fasse des efforts, soit. On baisse donc tous les ministères d’autant, chiche!
      C’est donc faux de dire « Il est logique que le budget de la défense subisse les mêmes règles que les autres ». Il en fait plus….
      Source: http://www.defense.gouv.fr/sga/le-sga-en-action/economie-et-statistiques/annuaire-statistique-de-la-defense

      • « Il est logique que le budget de la défense subisse les mêmes règles que les autres. »
        Justement : NON ce n’est pas logique. La défense devrait être prioritaire comme tous les postes régaliens. Et le mauvais matériel se paye en morts.

    • On arrête pas de cogner dans le régalien. Le porte-avion finira par être à pédales faute de moyens. Pendant ce temps, la part de l’état au PIB a dépassé les 57%. En provisionnant nombre de dépenses, cette part dépasse les 60% les doigts dans le nez ❗
      Bientôt on demandera aux miliatires de se faire tuer gratuitement pour les beaux du président 🙁

    • « …s’il avait demandé au responsable de la politique où nous devions nous désengager pour être cohérent avec cette diminution de dotation…

      Ca serait pas mal de se documenter avant de commenter et dire n’importe quoi.

      En fait il n’y a pas de réduction de budget à proprement parler mais des dépenses en OPEX qui avaient été budgétées par le GOUVERNEMENT à 450 millions POUR 2017 et qui se révèlent être de 1300 millions, d’où un écart de 850 millions.
      CELUI QUI DECIDE DES OPEX N’EST PAS CELUI QUI PAIE.

      « Concrètement, le budget de la Défense de l’année 2017 intègre 450 millions d’euros pour les Opex. Or en 2017, alors que cinq mois et demi restent à courir, ces budgets sont déjà engloutis puisqu’il faudra au total entre 1,2 et 1,3 milliard d’euros pour financer ces opérations. Différence : 850 millions d’euros. Précisément la somme que le ministre du Budget veut faire payer à sa collègue Florence Parly. » (lepoint.fr)

      Cette « restriction de budget » ou plutôt cette mise à charge intervient en plein milieu d’année.

  • Le fascisme devrait plutot s’appeler corporatisme puisqu’il s’agit en fait de l’integration des pouvois de l’etat et du pouvoir des marches.
    B. Mussolini

    ON Y EST 🙂 bon courage a France …

  • la France est une parfaite Illustration de ce qui fait la déchéance d’une nation. Notre pays est en train de mourir alors qu’il avait tant d’atouts. C’est consternant, comme l’empire romain d’Occident en son temps : corruption, perte de la culture, assimilation des barbares, bagarres de chefaillons, administration plethorique… il y a comme un goût de déjà vu !
    Il n’y a plus qu’à attendre une attaque sur un de nos nombreux territoires confettis quelque part dans le monde, et contempler la faiblesse de nos dirigeants pour pouvoir dire qu’enfin, après X années de declin, la France est morte ?

  • Ca y est, Zorro a pris la grosse tête!
    Je l’ai trouvé tellement habile pour prendre le pouvoir en renversant tout sur son passage que je l’ai naïvement cru assez astucieux pour peut-être redresser enfin dans la foulée ce pays décadent.
    Las! Je le vois accumuler les bévues et notamment celle-ci. Je lui souhaite bonne chance quand il aura besoin de l’armée pour rétablir l’ordre en France, à moins qu’elle ne décide d’y pourvoir sans lui …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles