Bad banks : le marché des prêts en détresse

Les bad banks sont des sociétés qui récupèrent les prêts non performants des banques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Torn and cut dollar by photosteve101(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bad banks : le marché des prêts en détresse

Publié le 16 juillet 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Les ministres des Finances des pays de l’Union européenne se rencontrent pour parler bad banks et trouver une solution aux banques techniquement en faillite.

Ce qu’on appelle le groupe Eurofin se penche actuellement sur le cas de nombreuses banques en Grèce, en Italie, en Espagne, en Allemagne qui sont pratiquement insolvables. L’agence Fitch a bruyamment tiré la sonnette d’alarme sur ce sujet ; les fonds propres ne couvrent pas les provisions pour prêts douteux qui devraient être faites. Nous parlons de 1 092 milliards d’euros à fin 2016.

Ces banques ne survivent que parce que leur État les soutient et que la BCE ferme les yeux sur leurs livres de comptes. Pour le système bancaire italien, un montant de 200 milliards d’euros à 360 milliards d’euros est en jeu.

Que sont les bad banks ?

Parmi les solutions évoquées par l’Eurofin, celle de bad banks nationales dont nous allons probablement de plus en plus entendre parler.

On peut s’étonner de cette coutume des bad banks ou – en français policé et technocratique – « structures de défaisance ».

Il s’agit de sociétés qui récupèrent les prêts non performants des banques soit pour les gérer « en extinction », soit pour les revendre à d’autres, en général des fonds spécialisés, parfois nommés « fonds vautours ».

Pourquoi ne pas plutôt faire passer ces actifs en pertes une bonne fois pour toutes et ne plus en parler ? Pourquoi vouloir les cantonner dans des bad banks ?

Le marché des lemons et l’asymétrie d’information

Le marché des prêts en détresse est un marché où existe une grande « asymétrie d’information ». L’acheteur dispose de beaucoup moins de renseignements que le vendeur qui est très réticent à les donner. Obtenir les informations représente un coût pour l’éventuel acheteur.

Il s’agit de ce que les Anglo-saxons appellent un « marché de lemons » selon l’expression imagée de l’économiste George Akerlof1. Les lemons désignent des voitures d’occasion. Dans ce type de marché, l’introduction d’une garantie par le vendeur ou d’un intermédiaire assumant des frais pour collecter et certifier des informations peut redonner confiance à l’acheteur.

Le rôle de la bad bank peut donc se comparer à celui du garagiste qui reprend une voiture d’occasion et la remet sur le marché avec une garantie.

Évidemment, dans le cas des prêts, la situation est un peu plus compliquée. Si les prêts sont « non performants » c’est parce que l’emprunteur est en difficulté. La législation nationale sur le recouvrement des dettes joue un rôle très important.

L’autre stratégie est la titrisation — qui souffre cependant du même inconvénient d’opacité. Sans entrer dans les détails, la BCE souhaite mettre au point un standard de renseignements sur chaque prêt, accessible à tous les participants au marché.

Donc pour résumer et en conservant l’analogie avec l’automobile, la bad bank (ou la titrisation) permet d’éviter de mettre toutes les voitures à la casse et de remettre sur le marché les plus saines.

Les bad banks permettent de retarder la casse

L’Allemagne est également sur la sellette dans cette affaire. La Bremer Landesbank et HSH Nordbank sont en extrême difficulté. Wolfgang Schauble a donc regardé d’un oeil bienveillant (et intéressé) le récent sauvetage italien.

L’Eurofin discute de la possibilité que les bad banks nationales puissent reprendre les prêts non performants à une « valeur économique » et non pas à une « valeur de marché ». Ceci permet de nettoyer les bilans sans que les banques aient à reconnaître de trop lourdes pertes et d’écarter les fonds vautours.

Bref, les bad banks vont surpayer les portefeuilles de créances douteuses…

Comme vous le voyez, cher lecteur, la stratégie « extend & pretend » – qui consiste à prétendre que la casse est limitée – a encore de beaux jours devant elle. Quant à la garantie, ce n’est pas la bad bank (le garagiste) qui l’apporte mais bien les contribuables. 

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

  1. The Market for « Lemons » : Quality Uncertainty and the Maket Mechanism, paru en 1970 dans le Quarterly Journal of Economics.
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Bravo Mme Wapler, vous avez soulevé une escroquerie sociale-démocrate de plus pour pouvoir continuer à s’endetter dans l’insouciance, et que nos gouvernants se fassent réélir en ouvrant les vannes des dépenses publics (sauf pour l’armée !) avec comme slogan : un écran plat et un i phone pour tous ! Comme je le répète au risque de choquer : nous méritons de finir comme le Vénézuela, la Grèce ou le Chili d’Allende….nous serions au moins vaccinés du Keynesianisme et du socialo-marxisme !

  • Le risque posé par les « bad Bank » est récurrent car il fragilise tous le système bancaire d’un pays.
    Un système bancaire est ainsi fragilisé par des opérations aventureuses, fortement spéculatives, qui sont opérées par des banques de dépôts qui, de fait, jouent avec les dépôts de leurs clients, ceci, alors que ces mêmes dépôts devraient, en toute logique, pouvoir être représentés à toute réquisition des clients déposants.
    Lorsque l’on est un chef d’entreprise, on sait combien ces mêmes banques savent se montrer sourcilleuses, on dit souvent « frileuses » pour financier des entreprises qui sont pourtant des sources de création d’emplois et de richesses.
    Dans ces conditions, on accepte mal que ceux qui investissent et acceptent de donner en garantie un patrimoine familial soient en présence de ces mêmes banquiers qui, eux, prennent des risques inconsidérés avec leurs dépôts clients pour réaliser des opérations de spéculations financières pour leur propre compte et cela, sans l’accord desdits clients dépositaires…
    Il est donc inadmissible que nos banquiers puissent réaliser, en toute impunité et en toute discrétion, des abus de confiance à grande échelle, sur les soldes créditeurs de leurs clientèles composées de particuliers et d’entreprises….!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour une fois, les banques vont passer à la caisse. Ce n’est pas encore fait, mais le Conseil d’État a donné raison à l’UFC-Que Choisir en déclarant illégale une ancienne disposition du Code des assurances. Par Charles Sannat.

Pendant que l’incendie qui ravage la Catalogne fait écran de fumée, les banques françaises pourries, pardon, pourraient reverser 16 milliards d’euros à leurs clients. De l’argent « trop perçu » (n’ayant pas servi à couvrir risques et sinistres)  et qui aurait dû être redistribué, mais que les banques se sont tou... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

La bad bank est un mécanisme pour redistribuer la richesse du pays depuis les contribuables vers les actionnaires, les directeurs, les travailleurs et les créanciers des entités financières. Des institutions financières qui ont investi là où il ne fallait pas et qui ont été capables de convaincre les politiciens d’acheter à des prix gonflés leurs actifs toxiques.

Par Juan Ramón Rallo, depuis Madrid, Espagne

Nous ne savons que très peu de chose ou même rien du programme économique [du nouveau Premier ministre espa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Non, Dexia n'est pas la première banque victime de la crise. Dexia est une banque victime de l'incompétence de ses dirigeants et des États français et belge, et sans doute de beaucoup de compromissions.

Par Michel de Poncins

Il n'est pas possible actuellement d'ouvrir un journal sans lire de gros titres sur Dexia. C'est l'heure des mensonges. Un grand quotidien énonce : « Dexia, la première banque victime de la crise ». Ce n'est pas vrai, car cette banque est victime de l'incompétence de ses dirigeants et sans doute de beaucoup ... Poursuivre la lecture