Pour une muslim gay pride en Tunisie !

Il est illusoire de vouloir abolir l’homophobie en terre d’islam sans passer par la case de la religion. Aussi faut-il que les militants osent réclamer au nom de l’islam leur gay pride en Tunisie !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour une muslim gay pride en Tunisie !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 juin 2017
- A +

Par Farhat Othman.

C’est le temps des gays pride, un peu partout dans le monde, ces moments de véritables fêtes populaires. Certes, ils célèbrent en premier les droits des homosexuels qui ont lutté âprement pour arracher leurs droits à vivre et à aimer qui ils veulent, finissant par imposer des lois à la faveur de la démocratie.

Mais c’est d’abord la tolérance et le vivre ensemble paisible que les gays pride célèbrent dans le monde. Et il est temps d’en avoir une en notre nouvelle Tunisie. Ainsi le droit et l’éthique y seront-ils honorés.

Une gay pride en l’honneur de la démocratie

En effet, la Tunisie entend devenir un État de droit ; ce qui impose de reconnaître leurs droits aux gays et lesbiennes. Or, quoi qu’en disent les homophobes, le sexe gay existe bel et bien en Tunisie et dans toutes les sociétés arabes. Une gay pride est donc inéluctable en Tunisie si jamais la volonté démocratique y est sincère.

Aujourd’hui, en notre pays, résolument en transition démocratique, l’acceptation de l’autre est impérative, cet homo ou lesbienne que d’aucuns vouent aux gémonies. Elle l’est d’autant plus que d’aucuns, y compris dans les rangs des supposées élites de la société, n’hésitent pas singer les daéchiens.

Aussi, il est bien urgent que non seulement le droit des homosexuels triomphe au nom du droit et de la justice civile, mais aussi de la religion et de la nature sociologique de notre société. C’est donc de la plus haute importance dans notre pays dont la constitution consacre l’État de droit, l’acceptation du différent en ce domaine du sexe étant le verrou à faire sauter. Qu’on permette donc aux jeunes de faire l’amour, homo comme hétéro ; cela les détournera assurément de la haine d’autrui et du terrorisme !

Oui, le sexe libre est possible en terre d’islam, aussi bien au nom du droit que de la religion ; il suffit de le réclamer en sachant user des arguments adéquats. L’un d’eux, le plus judicieux, serait de demander l’organisation d’une gay pride en Tunisie au nom même de notre foi : une muslim gay pride !

Une gay pride en l’honneur de l’islam

La célébration des droits du différent en Tunisie doit aussi être celle du fidèle musulman ; elle se doit donc d’être une muslim gray pride, organisée au nom et sous la caution de l’islam. Car notre religion est tolérante et humaniste, n’ayant jamais été homophobe ainsi qu’on l’a démontré avec les preuves les plus irréfutables.

Alors, pourquoi la société civile, oubliant pour une fois son laïcisme, chez les uns, et sa fausse religiosité, chez les autres encore plus nombreux, n’ose-t-elle pas appeler en ce début d’été à une gay pride tunisienne, une muslim gay pride qui serait l’occasion de reconnaître le droit au sexe en Tunisie tout comme il est admis en islam ?

L’islam, à ses débuts, a été taxé de tous les maux en termes de libertés sexuelles, son prophète dénoncé même comme lubrique. Prenons, à titre d’exemple, le paradis dans le Coran où le coït, aussi bien hétéro que gay, est célébré comme l’une des principales occupations des bienheureux.

Les bigots intégristes, mais aussi les militants homosexuels islamophobes se comportant souvent en salafistes profanes, savent-ils au moins que l’islam est une religion où il n’existe pas de péché de la chair ? Celui-ci a été créé de toutes pièces par des hommes de la loi, machistes, influencés par la tradition judéo-chrétienne à une époque où l’Occident était encore plus bigot que le monde arabo-islamique d’aujourd’hui.

Il est donc impératif d’arrêter de défigurer l’islam et, en son nom aussi, agir pour les droits de ce qui ne peut être considéré comme une minorité sexuelle en Tunisie. Car toute la société tunisienne est minorisée, n’ayant pas le libre droit de vivre à sa guise sa vie intime. Que les démocrates, tunisiens et amis de la Tunisie, agissent tous pour une muslim gay pride en Tunisie !

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • En Islam, qui veut dire soumission, Le Coran est la parole sacrée de Dieu, qu’on ne peut discuter, amender, ou « caviarder » (ce sont des blasphèmes sévèrement punis). Or l’homosexualité est éthiquement condamnée dans le Coran (Versets 7-80 et 7-81 par exemple), même si la sanction n’est pas mentionnée. Il ne peut donc y avoir de « muslim gay pride » authentique.

    • On s’en moque non ? Un « muslim gay pride » inauthentique c’est pas mal.
      De manière générale je pense que l’inauthenticité dans la pratique d’une religion, c’est à dire justement ne pas suivre ce qui est soit-disant obligatoire, c’est une bonne idée.

      • Certainement, sauf que dans le Coran l’hypocrisie est sévèrement punie par Allah (s’il le souhaite, 4-145 et 146 par exemple) ! Je vous rappelle que les musulmans ne vivent pas selon un système de pensée « libéral » à l’occidental et qu’on ne peut les comprendre qu’en apprenant et comprenant leur monde intellectuel.

        • Je ne suis pas certain que le catholicisme soit particulièrement libéral, je connais aussi des gens qui se disent musulmans et qui sont plutôt libéraux. Après il y aura sans doute des gens pour dire qu’ils ne sont pas des musulmans « authentiques », mais et alors ? Faut-il nécessairement écouter les plus fanatiques dès qu’on parle de religion ?
          Ok pour les citations du Coran, les chrétiens trouvent que la Bible est « objectivement » mieux, moi je la trouve aussi assez faible au niveau intellectuel et j’ai été très déçu. Ce n’est pas de bon gré que l’Église a accepté de perdre de son pouvoir, c’est un phénomène historique et il faut regarder les pays de tradition musulmane dans leur processus historique. Et en France la plupart des musulmans ont un rapport très français à la religion, plutôt distant… il y a un phénomène encore minoritaire d’identification, de fanatisation et d’abrutissement ; on retrouve cet abrutissement un peu partout (pour les quelques fanatiques de Sens Commun c’est assez moche aussi) et ne fait que s’accroître, les gens se sentent impuissants et veulent manifestement en venir aux mains. De toutes façons d’un point de vue historique la religion n’a jamais été qu’un prétexte au niveau d’une montée en violence et en agressivité, même quand c’est déjà présent dans le dogme.

  • « Celui-ci [le péché de la chair] a été créé de toutes pièces par des hommes de la loi, machistes, influencés par la tradition judéo-chrétienne… »

    Abavala, c’est encore de notre faute 😀
    C’est récurrent chez cet auteur

    • « Notre faute »? Allons bon! La « tradition » judéo-chrétienne fut importée du proche orient et détruisit la civilisation romaine. Rien à voir avec nos racines profondes Gréco-Latino-Celtiques. Dix siècles d’absolutisme catholique , et cinq siècles de stériles querelles avec la Réforme, ultime et pervers avatar du « système monothéiste » , ont brouillé notre jugement.

  • C’est pas gagné hein, sur 35 pays a majorité musulmane l’homosexualité est interdite dans 28 pays et réprimée dans 2 de plus (escadron de la mort en Irak, arrestation arbitraire sous d’autres motifs en Égypte). Dans 5 pays la peine peut aller jusqu’à la mort.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Durant mon enfance, dans les années 1980, il était coutume d’entendre nos maîtres d’école attirer notre attention sur la menace que constituait l'URSS pour la France. L'importance de l’espace soviétique révélée sur les planisphères politiques de l'Europe accrochés aux murs des classes, accentuait chez nous cette impression de danger existentiel.

Notre compréhension enfantine du monde nous interdisait de le savoir, mais nous étions alors en pleine crise des euromissiles. C'était le temps révolu de la Guerre froide, dont nul n’envisageai... Poursuivre la lecture

Printemps arabe
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Ce qui suit est la synthèse de mes voyages et contacts, recoupés par divers témoins de ces printemps. Du plus ancien, Gilles Kepel, un des grands islamologues mondiaux, arabophone et capable d’identifier l’origine de chaque interlocuteur suivant son accent et son parler, au plus récent, Olivier Poivre d’Arvor, ancien ambassadeur de France en Tunisie, qui a donné une conférence sur le sujet le 10 novembre pour « Géostratégies » et « Sciences-po défense », à laquelle j’ai assisté.

Je vais commencer par le pays o... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

Je découvre avec effarement cette affaire #JeSuisMila, 16 ans, en danger de mort pour avoir critiqué l’#homophobie et la #misogynie dans l'#islam et "toutes les #religions" [TÉMOIGNAGE]. Elle a est dû être déscolarisé et a déménagé en urgence! https://t.co/xaymNQWtFT  —

Francoise Laborde (@frlaborde) January 22, 2020

À quelques semaines de la commémoration des attentats dans les locaux de Charlie Hebdo, c’est une autre affaire touchant à l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles