Trump-Macron : la poignée de main stérile qui fascine

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trump-Macron : la poignée de main stérile qui fascine

Publié le 30 mai 2017
- A +

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis.

Il y eut, au XXème siècle des poignées de main entre chefs d’État qui ont couronné un travail de concertation remarquable et ont changé l’histoire. Les accords de Camp David entre Israël et l’Égypte en 1978 et l’entente de désarmement nucléaire entre les USA et l’URSS en 1986 en font partie.


Mais, en 2017, on ne peut de toute évidence pas juger de l’importance historique d’une poignée de mains entre chefs d’État en se fiant juste sur la rapidité et l’intensité de sa propagation sur internet et dans les réseaux sociaux. Ainsi, la poignée de main du 25 mai entre le président américain Donald Trump et le président français Emmanuel Macron a fait le tour du monde… même si elle ne signifiait… rien.

Une poignée de mains lourde de sens ? Lequel ?

L’événement a non seulement été largement diffusé mais il a été décortiqué, analysé et infusé de sens par des analystes sérieux œuvrant dans des quotidiens réputés, comme le New York times et le Washington Post.
Frank Bruni, du New York Times, a vu dans la poignée de main du président Trump un geste de domination d’un mâle alpha qui a incité Emmanuel Macron à répondre avec la même intensité pour contrer l’agression.
La poignée de mains est décrite comme un combat. Frank Bruni souligne que les deux hommes avaient les mâchoires serrées, que leurs visages alternaient entre sourires et grimaces, qu’ils se sont serrés la main jusqu’à ce que les jointures de Donald Trump pâlissent. Pour Frank Bruni, un tel geste de Donald Trump vaut un millier de mots.

On se sent comme une poupée de chiffon…

Jonathan Capehart du Washington Post attribue la vigueur équivalente de la poignée de main de Macron à celle de Trump à un avertissement qui aurait été donné au président français par Gérard Araud, l’ambassadeur de la France à Washington.
Lors d’un dîner à la somptueuse résidence de l’ambassadeur à Washington, Jonathan Capehart et un autre invité avaient signifié à leur hôte que la poignée de mains de Donald Trump était si vigoureuse qu’elle vous faisait sentir comme une poupée de chiffon. Et c’est à ce moment là que l’ambassadeur Araud a décidé d’en aviser Emmanuel Macron. Ce qu’il a confirmé aux deux hommes avoir fait, avec un large sourire.


Bien au fait de cette couverture médiatique, le président Macron en a profité pour souligner qu’il n’y avait rien d’aléatoire dans sa poignée de main vigoureuse avec Donald Trump ; il a bel et bien voulu, dit-il, lancer le message qu’il n’avait pas l’intention de faire des concessions, aussi petites soient-elles. Mais il n’a pas convaincu tout le monde…


https://twitter.com/fandetv/status/869393680775380992
Il faudra plus que des poignées de mains viriles pour convaincre Donald Trump de maintenir l’adhésion américaine à l’accord de Paris sur le climat.
De plus, si Donald Trump ne reniera pas l’engagement de l’Amérique envers l’OTAN, il n’hésitera pas à continuer à critiquer les membres de l’organisation dont la contribution financière est jugée insuffisante.
À cet égard, l’amertume de la chancelière allemande Angela Merkel est compréhensible. Elle a moins d’atomes crochus avec Donald Trump qu’avec son prédécesseur Barack Obama.


Il s’agit aussi d’une année électorale pour Angela Merkel. Exprimer ses réserves envers les politiques de Donald Trump et prôner une plus grande indépendance de l’Europe est probablement la carte à jouer.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • et aprés , les médias focaliseront sur  » celui qui a la plus grosse « ?

    • Comme si le chef de la première puissance mondiale, avec 325 millions d’habitants, avait besoin de rivaliser et craignait un rigolo d’un petit pays en plein déclin!

  • Regardez bien. Trump est assis au fond de son fauteuil, Macron au bord. La main gauche de Trump est détendue, celle de Macron est crispée. Pour moi celui qui a la plus grosse est bien Trump !

  • Le grotesque des journalistes n’a pas l’air de les préoccuper? Pourtant se ridiculiser en écrivant des âneries pareilles devraient les inquiéter!

  • je suis contente que Contrepoint est vu cela! ce n’est plus du journalisme qu’on a eu devant nous, mais du people magazine, la main forte de M. Macron versus M. Trump! j’ai eteint la TELE! je me suis que c’est bas , que c’est vide, je ne m’y attendais pas! et Nous avons eu aussi le commentaire de M. Macron sur sa poignee de main..M. Trump intimide beaucoup, ce n’est pas un homme politique et il ne sera jamais admis. il s’y connait en business.. c’est une de ses qualites que je note.

  • La poignée de mains qui fout en l’air l’avenir de nos enfants !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles