3 arguments fallacieux pour la disparition de l’argent liquide

Tous les arguments sécuritaires avancés pour promouvoir la société sans cash sont facilement démontables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 arguments fallacieux pour la disparition de l’argent liquide

Publié le 28 mai 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Une enquête de la Banque centrale européenne dont les résultats seront donnés cet été, un éditorial dans Le Figaro : le sujet de la suppression définitive du cash revient sur le devant de la scène médiatique et le travail de modelage de l’opinion commence.

Le Figaro annonce la couleur :

disparition de l'argent liquide

La « société sans cash », souhaitable pour certains, redoutable pour d’autres, suppose aussi une volonté politique.

Disons-le tout net, nous nous rangeons parmi les « autres », ceux qui estiment que l’instauration d’une telle société serait une redoutable dérive liberticide. Elle donnerait le pouvoir à un « agent habilité » à couper à tout moment quelqu’un de son argent.

C’est dangereux, même quand vous n’avez rien à craindre du gouvernement du moment. Que celui qui n’a jamais subi une « erreur administrative » me contredise.

C’est évidemment bien plus dangereux lorsque vous vous sentez en désaccord avec le gouvernement du moment. Ceux qui prétendent, la main sur le coeur, « ce n’est pas grave, je n’ai rien à cacher » diraient, je suppose, en cas d’instauration de censure : « ce n’est pas grave, je n’ai rien à dire ».

Tous les arguments sécuritaires avancés pour promouvoir la société sans cash sont facilement démontables.

Argument n° 1 : les espèces coûtent cher

Selon Le Figaro, impression, manipulation, circulation, transport sécurisé… les espèces génèrent un coût significatif.

Certes, mais la sécurisation des réseaux en mode « cashless », quelle serait son coût ? Une société sans cash serait déstabilisée par une simple cyber-attaque. La récente attaque de ransomware nous prouve que les gouvernements et les plus grandes entreprises sont incapables d’assurer une sécurité absolue, même avec des efforts financiers considérables.

Argument n°2 : l’argent liquide est vecteur de fraude

Selon Le Figaro, le cash est évidemment vecteur de fraude et d’évasion fiscales, de marché gris ou noir, de corruption, mais aussi de grande criminalité voire de financement du terrorisme.

Oui. Tous les trafiquants et les criminels utilisent le cash. Ils utilisent aussi les routes, les réseaux téléphoniques, des armes. Quand ils sont malades, ils prennent des médicaments, m’a-t-on dit aussi… Mais on ne parle pas d’interdire les réseaux routiers, le téléphone, de supprimer l’armement et de restreindre l’accès aux médicaments.

Soyons sérieux : le vrai sujet qu’ont à cœur les autorités est effectivement l’évasion fiscale.

Les Allemands et les Suisses utilisent beaucoup le cash, y sont très attachés, tiennent aux billets de 500 € et 1 000 FS, et pourtant l’évasion fiscale est moindre dans ces pays qu’en Grèce.

La réalité est que plus les impôts et prélèvements obligatoires augmentent, plus le pays est corrompu et mal géré, plus l’évasion fiscale devient tentante. Le cash est la porte dérobée des « petits ». Les montages sophistiqués, sociétés écrans, etc. sont les portes secrètes et capitonnées des « gros ».

Les vrais arguments pour la mise en place d’une société sans cash n’ont rien à voir avec le sécuritaire. Ils sont :

  • Le pouvoir de taxation qui confinera alors à l’arbitraire ;
  • Le contrôle total du gouvernement sur nos vies ;
  • La suppression de l’épargne afin d’y parvenir.

Le rêve de la Parasitocratie est l’instauration de l’État-providence qui vous prend en main de la crèche à la tombe. Plus besoin d’épargne personnelle : un système de taxation, redistribution, allocation pourvoit à tous vos besoins à partir du moment où vous faites confiance à l’État. N’avez-vous pas une âme « solidaire » ?

La manipulation à la baisse des taux d’intérêt est le début du processus de destruction de l’épargne. N’en sont victimes que ceux qui veulent « stocker » de l’argent, du capital en vue de projets personnels. Ceux qui vivent d’allocations, subventions, argent des autres ne sont pas touchés.

Comme je vous le disais dans un précédent article :

  • Pour obtenir 1 000 € par mois avec un rendement de 5%, il vous faut un capital de 260 000 €
  • Pour obtenir 1 000 € par mois avec un rendement de 0,873%, il vous faut un capital de 1,37 M€
  • Mais pour obtenir un rendement de 1 000 € par mois avec un taux zéro, il vous faut un capital… infini !

Et si les taux sont négatifs ? Hé bien, vous retirez votre argent de la banque et là le système s’écroule : faillites en série et hyperinflation. Sauf, bien sûr, si vous ne pouvez pas retirer votre argent de la banque.

La Parasitocratie, elle, n’a nul besoin d’épargner. Lorsqu’elle a besoin d’argent, un banquier central le crée et lui ouvre une ligne de crédit à taux zéro. Une banque ne fait pas faillite. Une multinationale bien notée par les agences a accès à du crédit presque gratuit. Un fonctionnaire international ne paie pas d’impôt et reçoit un traitement payé par des contribuables qui ne votent pas son montant.

En moyenne, la retraite d’un député en France est de 2 700 € par mois, ce qui correspond à un capital épargné (fictif) de 648 000 € en supposant qu’il soit rémunéré à 5%. Mais même si les taux sont à zéro, notre député s’en moque. C’est le système de répartition qui lui verse sa retraite.

La Parasitocratie a tout intérêt à la société sans cash — même si ce n’est pas votre intérêt.

Argument n°3 : il y a un lobby du paiement électronique

Le Figaro : « La disparition des espèces est aussi une thèse véhiculée par des groupes de pression », relève un expert. Car les paiements électroniques ne sont pas gratuits. Leur développement suppose une massification génératrice de commissions payées par les commerçants. Ils facilitent aussi la génération de données commercialement exploitables, ces données qui sont l’or du XXIe siècle.

Mais la modernisation de l’univers du paiement est aussi le gage […] d’une plus grande concurrence en favorisant l’apparition de nouveaux acteurs sur un marché où il est difficile de se faire une place.

L’Union européenne joue donc un rôle d’aiguillon. « La nouvelle directive européenne sur les services de paiement (PSD2) va accélérer le mouvement de remplacement des espèces par des moyens de paiement digitaux », affirme Christophe Vergne chez Capgemini.

Bien sûr, vous n’êtes pas obligé de subir. En premier lieu, vous pouvez signer notre pétition « non à la société sans cash ».

En deuxième lieu, il reste l’or pour stocker de la valeur.

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • La peur n’évite pas le danger, vous avez plus de chance de perdre de l’argent liquide dans votre poche qu’à la banque.
    Votre contre argumentation……ne vaut pas un clou.
    Quant aux hackers…..ha ha ha , pourquoi pas le croquemitaine ?

    • Reactitude, tu bats toujours ton mari ?

    • Un croquemitaine bien réel https://en.wikipedia.org/wiki/2015–2016_SWIFT_banking_hack
      La banque assure plusieurs processus dans des périmètres bien précis. Leur cœur de métier: stocker votre argent et le vendre en dématérialisé au monde entier.

      Bien entendu, le moment le plus douloureux pour elles est l’instant où cet argent doit être rematérialisé.
      En fait, dès que vous déposez votre argent dans une banque, il a déjà disparu et sa seule trace dépend d’une ligne de compte, qui repose sur votre confiance.

      Confier quelque chose à quelqu’un impose un risque.

      • Le calcul du risque est à la base de chaque choix que l’on fait dans la vie. J’ai bcp plus perdu d’argent dans ma poche que dans une banque…
        J’ai moins peur de me déplacer avec une carte bleue qu’avec un billet de 50 euros que j’aurais, obligatoirement retire d’une banque avec la peur au ventre !

        • @reactitude
          Quand les épargnants chypriotes ont vu leurs comptes vidés par les banques pour leur Etat, ils avaient les mêmes trouille et confiance que vous !
          Vous parlez de calcul, je pense qu’entre perdre 50 euros, à cause de poches trouées, ou d’un vol, ou TOUT perdre sur un compte à cause d’une erreur administrative bancaire ou étatique, sans possibilité de recours à un guichet, à un distributeur automatique, pour en sauver le plus possible quel serait votre calcul ? Mes parents ont vu leur compte crédité d’un peu plus de 50000F en 1990. S’ils n’avaient pas été honnêtes, ils auraient pu garder cet argent. En prévenant la banque, leur banquière leur a dit qu’il s’agissait d’une erreur lors d’un virement, et qu’il aurait été impossible de retrouver la trace de la somme perdue. Des fois, il vaut mieux une malette.

          • Oui ……c’est quand même aussi exceptionnel qu’ un tsunami , le risque est proche de zéro dans l’UE hors paradis fiscaux…pas de quoi garnir son matelas pour dormir sur ses2 oreilles

            • Exactement ce que pensaient les chypriotes!

            • @reactitude
              Si cela est aussi exceptionnnel qu’un tsunami, alors les trafiquants et autres « fraudeurs » fiscaux le sont tout autant et ne peuvent justifier une telle mesure (la disparition du cash). Laissez le cash tranquille, et faites comme vous sentez.
              « pas de quoi garnir son matelas pour dormir sur ses 2 oreilles »
              C’est sûr qu’en France, il est difficile de garnir un matelas de billets, quand l’Etat prend 54% de nos revenus, et nous sommes un paradis pour certains. En 2000, on pouvait acheter 1691 baguettes avec 1 SMIC, aujourd’hui 1557.
              Quant au « risque proche de zéro », l’attaque dont parle l’auteur de l’article prouve qu’il est loin d’être proche de zéro. Rassurez-vous cependant, les comptes de nos dirigeants seront eux bien protégés et ils pourront avoir des fonds rapidement, voire des liquidités.

  • S’il n’y a plus d’Euros en circulation, et bien on utilisera une autre monnaie, le Dollar par exemple.

  • Il n’y a qu’à passer aux SEL (système d’échanges local) et basta les banques Big Brother !!!

    • Si j’avais le choix, je préfèrerais prendre le risque de me faire braquer du liquide qu’être sûre de me faire braquer par prélèvement automatique la moitié de mon épargne annuelle (fruit de mon travail) par le FISC, l’URSSAF etc… pour remplir un puits sans fond résultant de 70 ans de Gaullo-communisme !

      • @victor pivert
        Bonjour,
        Un gros chien (berger allemand, rothweiller, beauceron, amstaff,…) peut vous prémunir d’un éventuel braquage. Il sera effectivement inutile lors d’un braquage administratif.

        « Le Peuple n’a qu’un seul ennemi : son gouvernement ! » – Antoine de Saint-Just.

        • « Le Peuple n’a qu’un seul ennemi : son gouvernement ! » – Antoine de Saint-Just.
          Exact et c’est cette notion qui est à l’origine de l’inscription dans la constitution américaine de la liberté du port d’arme par les pères fondateurs US et non une simple volonté de défense du citoyen contre un agresseur lambda. Mais cette notion est quasiment incompréhensible pour 90% des français.

          • @cyde
            90% des français pensent que l’Etat, grâce à la Police, les protègera quand ils auront des soucis. Hors l’Etat ne protège que lui-même, grâce à SA Police. Les lois ne sont d’ailleurs même pas faite pour le Peuple.
            Il y a parmi les Droits imprescriptibles de l’Homme celui de la résistance à l’oppression. Et il n’est pas précisé de quel type d’oppression il est question. (article 2 DDHC 1789). ah… ! Si seulement le « Comité des cinq » avaient inscrit l’article X de Mirabeau.

  • Il y a tout un tas de monnaies cryptographiques qui fleurissent, certaines sont « transparentes » comme le bitcoin, d’autres comme Dash sont complètement anonymes. Alors oui, qu’ils suppriment le cash, ça va être amusant… et non, aucune puissance publique ne pourra les interdire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Emmanuel Malmendier[1. Titulaire d'une licence en droit U.Lg., d'un master en fiscalité U.Lg. – Hec, comptable-fiscaliste agréé.].

Il est maintenant établi que certains pays nordiques prévoient de supprimer l’argent-monnaie, le cash autrement dit, au profit du seul virtuel ! Tous les paiements DEVRONT se faire par carte ou par application sur votre téléphone portable.

Je vous engage à bien lire ce qui suit, à y réfléchir et si vous voyez clairement la menace que cela représente pour votre liberté, à le transmettre au maximum... Poursuivre la lecture

Vinted, Leboncoin, eBay, Airbnb… vous avez pris l’habitude de vendre ou même louer sur ces sites d’intermédiation ? Cette année, les montants de vos transactions apparaissent sur votre déclaration de revenus pré-remplie.

C’est le fruit de la réglementation qui depuis 2020 oblige ces plateformes de mise en correspondance de communiquer à l’administration française l'identité des personnes cumulant plus de 3000 euros annuels de ventes ou effectuant plus de 200 ventes annuelles. Pour les locations meublées, le plafond est fixé à 365 euros... Poursuivre la lecture

BCE
0
Sauvegarder cet article

Par Jules Devie. Un article de l'Iref-Europe

Le 2 octobre dernier, la Banque centrale européenne (BCE) a publié un rapport évaluant la possibilité qu’une monnaie digitale soit créée, les formes qu’elle pourrait prendre, ses enjeux et les problèmes potentiels que cela pourrait poser.

En parallèle, le 12 octobre ont commencé une grande consultation des citoyens et responsables économiques sur la monnaie digitale, ainsi que des expérimentations sur 6 mois dans la zone euro. Selon les enseignements qui en seront tirés, la BCE décide... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles