Et l’évasion des enfers fiscaux continuera

Les politiciens peuvent bien faire assaut de probité médiatique : l’évasion des enfers fiscaux perdurera.

J’ai déjà commis quelques billets relatifs à l’affaire Cahuzac et à ses à-côtés pathétiques, comme les déclarations des uns et des autres par exemple. Mais si cette (finalement classique) histoire de corruption et de gros sous est l’occasion de montrer un peu mieux la dose massive d’hypocrisie qu’il faut pour être politicien en général et socialiste en particulier, elle est aussi l’occasion funeste des États de faire un vigoureux tour de vis fiscal.

le parcours fiscal françaisEt je ne parle même pas spécifiquement de la France qui a pris quelques longueurs d’avance en matière de tortures fiscales diverses : tous les pays occidentaux sociaux-démocrates, ou peu s’en faut, se sont lancés dans une course à l’échalote dont le but officiel est bel et bien de traquer l’évadé fiscal où qu’il se cache. Petit à petit, à la faveur de fuites internationales, grâce aux subtiles rumeurs distillées par la fine fleur de la presse française, grâce à l’implication de frétillants anus du showbizz, on en arrive à faire comprendre à la population que les élus, les riches et les puissants ont trop de facilité pour s’évader des prisons fiscales que nos États nous concoctent avec amour. On réalise des sondages dont le résultat ne laisse aucun doute : la populace veut des noms, des adresses, des numéros de comptes et peut-être, allez savoir, des têtes à couper…

Pas difficile de convaincre ensuite des élus de se la jouer transparente : eux, au moins, n’en croquent pas et patati, patata, c’est super ! L’opération Mains Propres est lancée dans une fanfare dont le bruit camoufle à peine la vaste fumisterie : nos élus ne montreront que ce qu’ils veulent vraiment montrer. Un compte caché, par définition, doit l’être suffisamment pour résister à cette auto-distribution de diplôme moraliné. On est ici dans le happening fiscal joyeux, que seuls quelques naïfs considéreront à leur valeur faciale, les autres comprenant que ces manœuvres ont un but bien moins louable ; d’ailleurs, ces déclarations (ou celles de revenus) ne feront qu’attiser une certaine jalousie (ou un sain retour à la lucidité) de ces Français qui cotisent, abondent au système, sont taxés et ponctionnés à qui mieux-mieux et n’arrivent pas à ramasser plus d’un quart ou d’un cinquième des sommes que ces élus nous étalent si généreusement dans la presse.

Le jeu, on le comprend, doit en valoir la chandelle pour que nos parangons de vertu auto-déclarés prennent ainsi le risque de dévoiler ce qu’ils sont vraiment (des parvenus du premier centile) et risquer d’encourir la colère de la foule. À bien y réfléchir, oui, cette opération est aussi médiatique que fiscale !

Fiscal ParkEn effet, le socialisme et le collectivisme se nourrissent de cette jalousie qu’ils vont ainsi attiser. Le fisc est le bras armé (pas de la justice, ça se saurait depuis le temps) de cette jalousie puisqu’il permet d’aller piocher dans la poche de ceux qu’on aura désignés comme riches pour distribuer dans la poche d’autres qu’on aura désignés comme pauvres. Que les riches soient vraiment riches ou pas, peu importe. Que les pauvres nécessitent la distribution, peu importe aussi. Ici, on parle bien d’apaiser une pulsion, rien d’autre.

Or, un évadé de l’enfer fiscal, c’est un type qui se soustrait à cette vengeance collectiviste, qui montre qu’il place sa propriété, son bien, son travail, sa famille, avant la collectivité et refuse le jeu imposé par ces jaloux. Et qu’y a-t-il de pire qu’un jaloux trompé ? Les réactions des socialauds scandalisées, les larmes presque sanguines d’un pathétique Filoche, les interjections outrées d’un Torreton ou d’un Désir illustrent parfaitement cette colère du jaloux trompé (ou, plus exactement, miment et surjouent cette colère pour mieux plaire à leur public, le peuple des jaloux).

Un individu qui s’évade de l’enfer fiscal, c’est aussi une proie de moins pour l’État, et, par voie de conséquence, un chemin emprunté une fois de trop pour saper la souveraineté de cet État. Sans fisc, un État n’existe pas. Sans redistribution, le socialisme n’est qu’un air de flutiau. Et la dernière a un besoin impérieux du premier pour exister. Un évadé fiscal, c’est un coup de chignole dans les murs porteurs de l’État. Vu l’attachement gluant des socialistes à l’État, on comprend pourquoi ils ne peuvent surtout pas laisser faire.

Enfin, et plus pragmatiquement encore, un évadé fiscal, c’est – soyons clair – du pognon qu’on ne peut plus ponctionner. C’est une ressource qui s’en va. Dans ces temps de disette catastrophique où chaque million d’euro est important pour calmer les bons clients de la République, on ne peut pas se permettre de laisser les riches partir.

Snoopy écrit au fisc

Pas étonnant, dès lors, que les initiatives pour lutter contre l’évasion fiscale se multiplient, tant au niveau français qu’au niveau européen. Pas étonnant qu’on trouve des initiatives aussi farfelues que contre-productives mais terriblement dans l’air du temps, de déclarations volontaristes idiotes tant en France que dans les pays qui, enfers fiscaux n’arrivant pas à s’assumer, tentent de trouver un moyen de fermer discrètement leurs frontières bancaires.

Seulement voilà : les agitations cosmétiques de nos politiciens ne changeront rien à l’affaire. Sur le long terme, les paradis fiscaux et l’évasion fiscale perdureront, pour trois raisons.

D’une part, économiquement, les paradis fiscaux sont nécessaires, et apparaissent logiquement dans le paysage fiscal mondial : ils se posent en véritable alternative, en concurrents fiscaux des enfers socialistes qui tentent de tout récupérer pour une société égalitaire chimérique basée sur une redistribution que tout le monde finit par trouver odieuse d’une façon ou d’une autre. Mieux : la concurrence fiscale est un véritable moteur de croissance pour une économie.

D’autre part, et ça, ils ne vous le diront pas, les politiciens ont un besoin impérieux de ces paradis fiscaux. Si tant existent, c’est bien parce que nos politiciens ont besoin d’un endroit pour stocker leurs avoirs. Et la démonstration ridicule de blancheur à laquelle se livrent quelques gogos ou la poignée d’hypocrites actuelle n’y changera donc absolument rien.

banque umps : une banque à qui ne pas parler

Mais surtout, sur le plan technique, il y aura toujours mille et une façons d’échapper à l’impôt, et ce d’autant plus facilement que les technologies modernes évoluent bien plus vite que les pesants mammouths fiscaux qui entendent piocher dans votre portefeuille. Sans même évoquer la praticité de l’or, qui permet de déplacer physiquement de grandes quantités de valeurs dans un minimum d’espace, les récentes avancées en matières de cryptographie que j’ai évoquées dans quelques précédents billets montrent que, petit à petit, le peuple lui-même s’empare des transferts monétaires en s’affranchissant des contraintes construites par les États. J’entends bien les critiques de ce système particulier, mais n’oubliez pas la forêt pour l’arbre : l’idée même qu’une monnaie puisse s’affranchir du système bancaire est maintenant sortie du sac et a prouvé qu’il était possible de réaliser, effectivement, des transferts inter-individuels sans passer par des banques. Peut-être Bitcoin n’est-il qu’une bulle. Peut-être n’offrira-t-il pas suffisamment d’avantages pour durer. Mais en attendant, concrètement, des Chypriotes ou des Argentins contournent par ce système les restrictions qui leurs sont imposées par leurs États…

L’avenir nous dira si Bitcoin se développera. L’intérêt que portent de plus en plus les médias et les politiciens à ce système semblent cependant lui donner, par réaction, une certaine légitimité. En revanche, une chose est absolument certaine : c’est toujours très mauvais signe quand les États sortent les muscles, particulièrement fiscaux. Cela n’annonce jamais des lendemains qui chantent. La répression fiscale n’a jamais, dans toute l’histoire de l’humanité, résolu de problèmes, n’a jamais permis de sauver des États surendettés en putréfaction avancée.

En revanche, cela a toujours accru le malheur des peuples et régulièrement précipité les bouleversements de régimes.
—-
Sur le web