Et l’évasion des enfers fiscaux continuera

Les politiciens peuvent bien faire assaut de probité médiatique : l'évasion des enfers fiscaux perdurera.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et l’évasion des enfers fiscaux continuera

Publié le 10 avril 2013
- A +

J’ai déjà commis quelques billets relatifs à l’affaire Cahuzac et à ses à-côtés pathétiques, comme les déclarations des uns et des autres par exemple. Mais si cette (finalement classique) histoire de corruption et de gros sous est l’occasion de montrer un peu mieux la dose massive d’hypocrisie qu’il faut pour être politicien en général et socialiste en particulier, elle est aussi l’occasion funeste des États de faire un vigoureux tour de vis fiscal.

le parcours fiscal françaisEt je ne parle même pas spécifiquement de la France qui a pris quelques longueurs d’avance en matière de tortures fiscales diverses : tous les pays occidentaux sociaux-démocrates, ou peu s’en faut, se sont lancés dans une course à l’échalote dont le but officiel est bel et bien de traquer l’évadé fiscal où qu’il se cache. Petit à petit, à la faveur de fuites internationales, grâce aux subtiles rumeurs distillées par la fine fleur de la presse française, grâce à l’implication de frétillants anus du showbizz, on en arrive à faire comprendre à la population que les élus, les riches et les puissants ont trop de facilité pour s’évader des prisons fiscales que nos États nous concoctent avec amour. On réalise des sondages dont le résultat ne laisse aucun doute : la populace veut des noms, des adresses, des numéros de comptes et peut-être, allez savoir, des têtes à couper…

Pas difficile de convaincre ensuite des élus de se la jouer transparente : eux, au moins, n’en croquent pas et patati, patata, c’est super ! L’opération Mains Propres est lancée dans une fanfare dont le bruit camoufle à peine la vaste fumisterie : nos élus ne montreront que ce qu’ils veulent vraiment montrer. Un compte caché, par définition, doit l’être suffisamment pour résister à cette auto-distribution de diplôme moraliné. On est ici dans le happening fiscal joyeux, que seuls quelques naïfs considéreront à leur valeur faciale, les autres comprenant que ces manœuvres ont un but bien moins louable ; d’ailleurs, ces déclarations (ou celles de revenus) ne feront qu’attiser une certaine jalousie (ou un sain retour à la lucidité) de ces Français qui cotisent, abondent au système, sont taxés et ponctionnés à qui mieux-mieux et n’arrivent pas à ramasser plus d’un quart ou d’un cinquième des sommes que ces élus nous étalent si généreusement dans la presse.

Le jeu, on le comprend, doit en valoir la chandelle pour que nos parangons de vertu auto-déclarés prennent ainsi le risque de dévoiler ce qu’ils sont vraiment (des parvenus du premier centile) et risquer d’encourir la colère de la foule. À bien y réfléchir, oui, cette opération est aussi médiatique que fiscale !

Fiscal ParkEn effet, le socialisme et le collectivisme se nourrissent de cette jalousie qu’ils vont ainsi attiser. Le fisc est le bras armé (pas de la justice, ça se saurait depuis le temps) de cette jalousie puisqu’il permet d’aller piocher dans la poche de ceux qu’on aura désignés comme riches pour distribuer dans la poche d’autres qu’on aura désignés comme pauvres. Que les riches soient vraiment riches ou pas, peu importe. Que les pauvres nécessitent la distribution, peu importe aussi. Ici, on parle bien d’apaiser une pulsion, rien d’autre.

Or, un évadé de l’enfer fiscal, c’est un type qui se soustrait à cette vengeance collectiviste, qui montre qu’il place sa propriété, son bien, son travail, sa famille, avant la collectivité et refuse le jeu imposé par ces jaloux. Et qu’y a-t-il de pire qu’un jaloux trompé ? Les réactions des socialauds scandalisées, les larmes presque sanguines d’un pathétique Filoche, les interjections outrées d’un Torreton ou d’un Désir illustrent parfaitement cette colère du jaloux trompé (ou, plus exactement, miment et surjouent cette colère pour mieux plaire à leur public, le peuple des jaloux).

Un individu qui s’évade de l’enfer fiscal, c’est aussi une proie de moins pour l’État, et, par voie de conséquence, un chemin emprunté une fois de trop pour saper la souveraineté de cet État. Sans fisc, un État n’existe pas. Sans redistribution, le socialisme n’est qu’un air de flutiau. Et la dernière a un besoin impérieux du premier pour exister. Un évadé fiscal, c’est un coup de chignole dans les murs porteurs de l’État. Vu l’attachement gluant des socialistes à l’État, on comprend pourquoi ils ne peuvent surtout pas laisser faire.

Enfin, et plus pragmatiquement encore, un évadé fiscal, c’est – soyons clair – du pognon qu’on ne peut plus ponctionner. C’est une ressource qui s’en va. Dans ces temps de disette catastrophique où chaque million d’euro est important pour calmer les bons clients de la République, on ne peut pas se permettre de laisser les riches partir.

Snoopy écrit au fisc

Pas étonnant, dès lors, que les initiatives pour lutter contre l’évasion fiscale se multiplient, tant au niveau français qu’au niveau européen. Pas étonnant qu’on trouve des initiatives aussi farfelues que contre-productives mais terriblement dans l’air du temps, de déclarations volontaristes idiotes tant en France que dans les pays qui, enfers fiscaux n’arrivant pas à s’assumer, tentent de trouver un moyen de fermer discrètement leurs frontières bancaires.

Seulement voilà : les agitations cosmétiques de nos politiciens ne changeront rien à l’affaire. Sur le long terme, les paradis fiscaux et l’évasion fiscale perdureront, pour trois raisons.

D’une part, économiquement, les paradis fiscaux sont nécessaires, et apparaissent logiquement dans le paysage fiscal mondial : ils se posent en véritable alternative, en concurrents fiscaux des enfers socialistes qui tentent de tout récupérer pour une société égalitaire chimérique basée sur une redistribution que tout le monde finit par trouver odieuse d’une façon ou d’une autre. Mieux : la concurrence fiscale est un véritable moteur de croissance pour une économie.

D’autre part, et ça, ils ne vous le diront pas, les politiciens ont un besoin impérieux de ces paradis fiscaux. Si tant existent, c’est bien parce que nos politiciens ont besoin d’un endroit pour stocker leurs avoirs. Et la démonstration ridicule de blancheur à laquelle se livrent quelques gogos ou la poignée d’hypocrites actuelle n’y changera donc absolument rien.

banque umps : une banque à qui ne pas parler

Mais surtout, sur le plan technique, il y aura toujours mille et une façons d’échapper à l’impôt, et ce d’autant plus facilement que les technologies modernes évoluent bien plus vite que les pesants mammouths fiscaux qui entendent piocher dans votre portefeuille. Sans même évoquer la praticité de l’or, qui permet de déplacer physiquement de grandes quantités de valeurs dans un minimum d’espace, les récentes avancées en matières de cryptographie que j’ai évoquées dans quelques précédents billets montrent que, petit à petit, le peuple lui-même s’empare des transferts monétaires en s’affranchissant des contraintes construites par les États. J’entends bien les critiques de ce système particulier, mais n’oubliez pas la forêt pour l’arbre : l’idée même qu’une monnaie puisse s’affranchir du système bancaire est maintenant sortie du sac et a prouvé qu’il était possible de réaliser, effectivement, des transferts inter-individuels sans passer par des banques. Peut-être Bitcoin n’est-il qu’une bulle. Peut-être n’offrira-t-il pas suffisamment d’avantages pour durer. Mais en attendant, concrètement, des Chypriotes ou des Argentins contournent par ce système les restrictions qui leurs sont imposées par leurs États…

L’avenir nous dira si Bitcoin se développera. L’intérêt que portent de plus en plus les médias et les politiciens à ce système semblent cependant lui donner, par réaction, une certaine légitimité. En revanche, une chose est absolument certaine : c’est toujours très mauvais signe quand les États sortent les muscles, particulièrement fiscaux. Cela n’annonce jamais des lendemains qui chantent. La répression fiscale n’a jamais, dans toute l’histoire de l’humanité, résolu de problèmes, n’a jamais permis de sauver des États surendettés en putréfaction avancée.

En revanche, cela a toujours accru le malheur des peuples et régulièrement précipité les bouleversements de régimes.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Et le plus beau, c’est que lorsque ces très chers élus déclarent leur patrimoine, la quasi totalité a l’essentiel en immo, et moins d’un mois de salaire en liquidités.
    Soit ce sont de médiocres gestionnaires, soit ils mentent, soit ils font tout en cash.
    Bizarrement la dernière option ressemble à des méthodes de qqn qui essaye d’échapper au fisc…

  • En fait c’est pourtant simple.
    Nous avons en France 3,2 millions de chomeurs + 1,.. million de RMI-istes. A peu près.
    Donc 3.2*10^6*1000€/mois*12 mois = 38,4 milliads € /an
    1,5*10^6*500€/mois*12 mois = 9 milliard € /an.
    J’aimerais savoir quel est le montant inscrit dans le budget de l’état pour les « inégalités » , pour voir quel est le pourcentage réel dont bénéficient les « pauvres » et combien est « perdu et retrouvé » du camion. !!

  • « Que les riches soient vraiment riches ou pas, peu importe. »

    Bien vu. Très important. Car « le riche » tel qu’il est perçu par l’idéologie est UNIQUEMENT « celui qui est plus riche que le pauvre », et rien d’autre.

    • C’est exact. Ce « riche » dont on parle, c’est en fait la classe moyenne. Diviser la population pour mieux régner (et peu importe que ces divisions soient artificielles, purement politiciennes) : les socialistes ont bien compris comment s’agripper au pouvoir.

  • peu me chaud que les riches soient riches , et planquent leur pognon ; ce que je ne veux pas , c’est payer à leur place ce qu’ils doivent à l’état ; car il faut que les gens sachent qu’il n’y a pas que le français moyen qui trinque , le travailleur à 1000 euros net par mois s’en prend plein la tronche lui aussi ;quand à nos élus , dont la cupidité se place au dessus de tout , ils ne sont pas à plaindre ; ils se disent français , ils disent aimer la france , ils travaillent soi disant pour la france , alors qu’ils nous le prouvent ;

    • Il y a une corrélation et une causalité directe entre quantité de fraude et pression fiscale. Plus on augmente la seconde, plus la première est grande…

      • Et j’ajoute qu’il y a une relation inverse entre pression fiscale et revenu de l’état: plus il presse moins il en sort.

        L’économie et les capitaux fuient et ceux qui ne peuvent pas meurent, réduisent la voilure ou ne peuvent plus embaucher. Donc il faut dépenser plus en social, donc prélever plus de… etc. etc.

      • Et on peu ajouter aussi que l’omniprésence de l’état dans la vie économique incite à corrompre les détenteurs de pouvoir (Fonctionnaires et hommes politiques)

        Imaginez que vous fabriquiez des isolants pour le bâtiment (exemple laine de verre): si vous arrivez à convaincre que les normes d’isolation doivent être doublées, vous doublez aussitôt vos débouchés.
        Saint Gobain est l’allié objectif des Khmers verts.

  • Cette histoire de déclaration de patrimoine est une escroquerie. Prenons l’exemple de Hollande. C’est un type qui gagne environ 15’000€/mois soit environ 15 smic et qui est logé, nourri, chauffé, blanchi, transporté et qui a moins de 10’000€ sur ses divers comptes en banque. A moins d’imaginer qu’il crame 15’000 au bistro du coin de la rue du faubourg St Honoré ou qu’il soit l’un des plus gros collectionneur de Rolex au monde, ou est cet argent ?
    Sur un compte à l’étranger ou aurait-il « oublié » de le déclarer ?

    • Les déclarations d’impôts de nos élus sont tellement risibles que cela montre le mépris dans lequel ils tiennent le peuple des contribuables. Le président lui-même se ridiculise et son cas s’aggrave de jour en jour. Le problème est celui de savoir quelles sont les investigations qui seront menées pour montrer qu’ils nous mentent ? Et par qui ?

    • J’ai un petit édito demain à ce sujet 🙂

      • Félicitations! votre slogan « Hollande l’autre pays du chomage » a été repris dans l’occupation d’un Pole-Emploi.

    • Parfaitement! ça sent le faisan à plein nez…
      La valorisation du patrimoine est à côté de la plaque, les montants déclarés sur les comptes courants me font penser au livret A de mes enfants, pas d’assurance-vie, pas de placement. Bref, ça pue la dissimulation, et j’aimerais bien savoir comment il passe à travers les mailles du filet le gros poisson à la sauce hollandaise?
      Sa devise: « si mon cœur est à gauche, mon portefeuille reste à droite »
      Tout ceci n’est qu’une vaste fumisterie, une lamentable mascarade, dont paradoxalement ces tristes sires vont tirer profit pour resserrer les mailles du filet pour nous autres, pauvres poissons de rocaille!
      Décidément, je les hais tous…

  • Rien de tel qu’un article de h16 pour vous faire rattraper le retard informatif du retrour des vacances :). Avec tous ces liens et toutes infos en si peu de mots on peut remonter facilement le fil des articles et comprendre les débuts du commencement. Je rejoins parfaitement votre vision générale cher h16 et te remercie pour avoir fortement consolider ma vision des choses. Artcile pricless.

  • h16, vous êtes désespérant :

    – vous êtes prolixe (un article par jour et parfois même les week-end !)
    – vous écrivez bien (et sans fautes)
    – vos articles sont intéressants (qu’on approuve ou non)
    – votre style et votre humour sont féroces et amusants

    Bref, vous êtes vraiment déprimant : telle une drogue addictive, j’en veux encore… Un comble !

    😉

  • Oh le diagramme! Plus mortel dans la complexité, ce n’est pas possible!
    Il faut dire qu’avec des types sortant de l’ENA, ça paraît encore simpliste.
    Cela dit, la bousculade de nos politiques pour s’autoblanchir au regard du contribuable leur a fait perdre de vue qu’ils étalaient ainsi leur incompétence. Car la disproportion entre leurs revenus et leur capitalisation montre leur incapacité à gérer un budget (sans surprise puisqu’ils ne connaissent que l’argent « public » inépuisable) .
    J’imagine la tête du gars qui « pointe » à peine à 2000€ par mois quand il compare ce qu’il a et ce que ces types prétendent avoir. Il suffit d’ailleurs de jeter un coup d’oeil aux posts sur les forums des médias.
    Quant à leur investissement dans la machine France, rien, rien, rien:
    exemple, Pépère véléitaire,
    1. Valeurs non cotées en bourse: néant;
    2. Valeurs cotées en bourse: néant;
    3. Placements divers (SICAV, Fonds communs de placements, SCPI, etc.): néant;
    Collections, objets d’art, bijoux, pierres précieuses, or: néant;
    Véhicules terrestres à moteur, bateaux, avions, etc.: néant;
    etc.
    Voilà un bon vieux rentier qui contribue à la richesse du pays, non?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

L'année commence avec un gros bruit de casseroles pour Bitcoin et ses descendants : les cours des principales cryptomonnaies ont largement dévissé alors que l'année 2021 avait été remplie de plus hauts historiques et de mouvements violents, parfois propulsés par les déclarations plus ou moins intelligentes de l'un ou l'autre gourou industriel, et la médiatisation rapide des Non Fungible Tokens (NFT ou jetons non fongibles) a largement ajouté à la fébrilité du marché très spécial des cryptomonnaies.

Cependant et comme j'en faisa... Poursuivre la lecture

Par John Osterhoudt. Un article de Reason magazine

"Avec la réserve fédérale, vous avez quelque chose qui n'est pas contrôlable, n'est-ce pas ? C'est un système monétaire qui est complètement opaque pour tout le monde", explique Jimmy Song, un auteur, podcasteur et programmeur informatique qui organise des séminaires de deux jours dans le monde entier pour former des codeurs à travailler dans l'industrie du bitcoin. "Avec le bitcoin, vous avez la possibilité de procéder vous-même à des vérifications, et c'est ce que j'enseigne ... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin.

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles