Le BIB ne fait pas le bonheur. Nicolas Hulot non plus.

Le BIB (bonheur intérieur brut) ne convainc pas. Quant à Nicolas Hulot, il fait même carrément rire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolas Hulot - Crédit photo : Fondation Nicolas Hulot via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le BIB ne fait pas le bonheur. Nicolas Hulot non plus.

Publié le 17 mai 2017
- A +

Par H16.

En septembre 2009, j’évoquais les mouvements tout en souplesse d’un président très détendu du pipotron nous proposer une nouvelle mesure économique en remplacement d’un Produit Intérieur Brut décrié et qui sent le moisi : le Bonheur Intérieur Brut. Et il y a quelques jours, l’OCDE a décidé de faire ses petits calculs histoire de voir si ce nouvel indicateur donnait des résultats économiquement intéressants. Consternation : le pipeau présidentiel n’était que ça, du pipeau. La surprise est vraiment complète.

On en a parlé un peu en France, on en a parlé chez nos amis anglo-saxons : l’indice calculé par l’OCDE, le 24 mai dernier, est basé sur une poignée de critères simples (revenus, logement, emploi, sécurité, etc.) et repose sur des études statistiques en rapport comme l’espérance de vie, le niveau d’étude ou le taux de chômage.

Quand on se rend sur le site développé pour l’occasion, on a droit à une très jolie page de garde, fond blanc, icônes colorées, animations flash acidulées terriblement dans la tendance du moment. On se croirait sur un site de vente de sucettes fashions. Mieux, on peut même cliquouiller ici et là et définir son propre indice.

OCDE : BIB

Comme on peut regarder le détail de chaque élément pour chaque pays, on peut – youpi – faire des classements. C’est ce qu’ont fait les chafouins journalistes de The Economist qui ont d’abord pondéré les critères (facile : tous pareils) et obtenu le classement suivant :

BIB par The Economist

Comme on peut le constater en cherchant un peu, la France explose tous les scores de bonheur intégral, chaudement emmitouflée au milieu du ventre mou du classement, incapable d’être assez triste pour rejoindre les chouineurs espagnols et définitivement pas assez heureuse pour papouiller les Nouveaux-Zélandais, les Australiens ou les Canadiens.

Quand je vous dis que ce pays s’enfonce dans une lente décomposition, on en a encore une fois la démonstration : les Français sont tellement épuisés des crétineries de leurs dirigeants qu’ils n’ont plus ni la force de rire, ni celle de pleurer et à l’instar d’un Villepin ou d’un Hessel, même leur médiocrité a perdu tout panache.

Ce qui ressort surtout de cette magnifique réalisation est que cet indicateur ne permet en rien de faire ressortir la France comme au-dessus du panier : l’objectif sarkozique est donc largement raté, puisque si le PIB n’est pas terrible en ce qu’il ne met pas franchement en valeur la France, le BIB n’est franchement pas meilleur non plus. Zut et crotte.

Pire, le classement basique montre surtout que le BIB semble fortement corrélé au PIB. Zut et crotte derechef : non seulement le BIB ne fait pas le bonheur, mais l’argent, si. On comprend que l’Elysée, qui avait été moteur dans l’idée initiale, ne se soit pas fait relais médiatique des résultats obtenus par l’OCDE. On comprend aussi que les gauchistes ne commentent pas non plus : difficile de déclencher des #frenchrevolutions et autres #merguez-parties dans les rues françaises avec une telle vague de non-enthousiasme mou.

Et on peut d’ailleurs bien bidouiller l’indicateur pour obtenir son propre classement, ça ne change rien (ou pas grand-chose) : la France se classe obstinément dans le milieu, comme un pays moyennement riche dans lequel sa population est moyennement contente et grogne moyennement sur un sort moyennement enviable.

On peut alors se demander : que faire pour relever le niveau ? Que faire pour rendre la France soit plus riche, soit plus heureuse, soit les deux ensemble ?

Eh bien on va écouter Nicolas Hulot qui vient de nous gratifier de sa recette miracle pour nous rendre tous heureux un grand coup (de pelle, derrière la nuque) : il suffit simplement de faire un grand emprunt de 60 milliards. Tous les ans, pendant 10 ans.

Oui. Vous avez bien lu, 600 milliards d’euros d’emprunt. Claqués en 10 ans. À ce prix, on espère que les putes et les coupettes de champagne seront gracieusement distribuées tous les seconds dimanches de chaque mois devant les mairies de tout le pays, avec flonflons et cotillons.

Eh bien même pas ! Pour ce prix-là, le petit Nicolas ne nous propose ni cotillons, ni escort sémillante, ni alcool pétillant, mais du sang et des larmes, ce qui est électoralement assez couillu quand on y pense. Vous pourrez le lire dans l’assommant PDF parsemé de fautes d’orthographes ici : les colossales sommes d’argent de ces crédits-revolver seraient dépensées presqu’exclusivement en mesures… d’économies d’énergie.

On imagine déjà un bombardement sans précédent de publicités finaudes nous vantant les mérites d’un futur plein d’énergie, mais d’un présent riche d’économies parcimonieuses et justement très consciencieusement dénué d’énergie, une radio, une télé et des sites internet gouvernementaux pulsant de messages anti-gaspillage agaçants et répétitifs.

Et quand ce ne sera pas la pub, ce sera l’application concrète de cette économie industrieuse et obstinée au travers d’un vaste plan de rénovation et d’isolation des logements anciens. Youpi. Voilà qui va évidemment aider à la baisse des loyers et à l’accession de la propriété, tiens : des douzaines de milliards, tous les ans, jetés dans l’immobilier par l’État, rien de tel pour dégonfler la bulle, hein ! Non ? Ah bon.

Le pompon est décroché par « l’économiste » (guillemets de rigueur) du gourou écolo, Alain Grandjean, qui décoche, l’oeil affolé et la lippe pendante :

Pour ne pas se soumettre à la dictature des marchés financiers, les États Européens doivent avoir la possibilité de s’endetter auprès de la BCE (…) La BCE a déjà fait une entorse à son règlement en remonétisant des titres de dettes pour sauver les banques. Elle peut le refaire pour sauver la planète et les générations futures.

Bah ouais : fini la diktature bidule. Endettons-nous, il est plus que temps ! La BCE a fait marcher les Epson Stylus et la grosse Xerox dans le couloir à fond les ballons, ça n’a absolument rien donné de bon, la Grèce est dans un état pire qu’avant et tresse la corde qui pendra l’Irlande pendant que le Portugal lui fait la courte échelle… Conclusion : il faut continuer, en remettre une couche, Go Go Go !

On voit ici tout le défaut des diplômes d’économiste trouvés dans les paquets de céréales : si l’objectif de Nicolas est de faire voler en éclat le PIB et donner un peu de mouvement au BIB, il a choisi la bonne méthode.

Entre les hurluberlus qui tentent de camoufler leur médiocrité en modifiant l’étalon et arrivent à se planter, et les ahuris qui ont appris l’économie en décodant des manuels de machine à laver mal traduits du coréen, la France va s’offrir une présidentielle 2012 à côté de laquelle les batailles de caca de chimpanzés neurasthéniques dans un petit zoo de province auront l’air de débats philosophiques construits.

Ce pays est foutu.

Cet article a été publié une première fois le 1 juin 2011
—-
Sur le web

Voir les commentaires (68)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (68)
  • Conséquence de la mondialisation, on pensait que le pouvoir d’achat (ce méchant petit bonheur mesquin et égoïste, surtout chez les autres) des chinois allait progressivement rejoindre celui des pays développés. Et bien, grâce à la multitude de petits Hulot que génèrent les démocraties sociales, c’est finalement l’inverse qui va se produire : notre pouvoir d’achat va se contracter jusqu’à rejoindre celui des chinois.

    Bienvenue au zombieland économique !

  • Cher Contrepoints,

    vous n’avez pas saisi le principe de monétisation d’une dette : les 600 milliards de Hulot ne génèrent pas de dette, ils proviendraient de la création monétaire de la banque centrale. C’est ce qu’a fait la FED massivement aux USA, en Europe la BCE l’a fait un peu pour la grece et bcp pour les banques. après il faut voir si leur fléchage vers l’investissement structurel permet de faire mieux (théoriquement oui mais c la théorie…).

    a part ca votre coté « moi j’ai des vrais des diplomes et ceux avec qui je ne suis pas d’accord n’ont pas de vrais diplomes » est amusant….(moi je suis abonné au gaz et à l’électricité, ca compte comme diplome ?)

    • Ah oui, bien sûr, ça ne crée pas de dette. Ni d’inflation, non plus. Je suis au courant de cette théorie. D’ailleurs, le fait que même Hulot appelle ça « emprunt » montre bien qu’il ne s’agit pas d’un emprunt et qu’il n’y aura rien à rembourser ensuite.

      • D’ailleurs aux US, la FED a tellement créée de monnaie qu’il n’y a pas eu de crise financière internationale.

        • euh la crise financière a précédé le quantitative easing il me semble. Ce qui ne veut pas dire que Greenspan n’a pas eu son lot de turpitude. mais n’inversez pas le calendrier crise/monétisation

          • Parce que la Fed a attendu la crise et le QE pour imprimer du dollar, peut-être ?

            Et bien non :

            http://www.federalreserve.gov/releases/h6/hist/h6hist2.txt

            Certes le QE a encore augmenté le phénomène ( ce que certains trouvent effrayant : http://www.moneyweek.fr/20080715235/conseils/marches-monetaires/masse-monetaire-hausse-taux/ ).
            En outre, le QE était censé juguler la crise des subprimes. Au lieu de quoi, elle s’est transformé en crise financière internationale…

          • et l’inflation (hors énergie et MP) n’a pas décollé pour un sou comme quoi la bonne vieille équation quantitative n’a plus grande signification.

            Plus sérieusement et pour faire vite :
            – vous avez tt à fait raison de dire que la masse monétaire avait déjà bcp augmenté avant la crise mais le QE a tt de même des caractéristiques très spécifiques (monétisation de la dette et refinancement no limit des banques entre autres) qui, j’y tiens, sont pour l’essentiel survenues APRES septembre 2008.

            – vous êtes quand même gonflé de dire que c’est le QE qui a provoqué la crise financière et pas les subprimes, la titrisation etc. On peut dire que la FED a favorisé ces excès mais ca s’arrête là. Continuez si vous voulez votre « les subprimes et les MF n’y sont pour rien, si on avait ecouté von hayek tt irait bien » mais en dehors de votre cercle de fanatique tt le monde va rigoler.

            • Les subprimes n’ont été que le déclencheur de la crise de 2008. Le séisme financier qui a suivit était le résultat de l’augmentation de la masse monétaire qui l’a précédé..
              Le QE actuel ne fait que préparer la prochaine crise.
              Vous avez aimé celle de 2008 ? vous allez adorer la suivante !

    • Vous vous égarez ! La monétisation de la dette est la pire des stupidités, celle qui est retenue par ceux qui, justement, ne comprennent rien aux liens qui unissent création de richesse et création monétaire (Hulot, NDA, etc.), à moins qu’ils agissent par pur cynisme, tel B2. Mais ce denier profite de l’avantage immense de gérer la monnaie mondiale. Pas besoin de diplôme pour s’adonner deux minutes à une réflexion un peu plus intense.

    • A vishnoubiker:
      Dette de la France actuellement: 1574 milliards d’euros. La charge de la dette -les montants en intérêt à payer- vont bientôt devenir le premier poste au budget de l’Etat, soit plus de 50 milliards par an.
      Les français croulent sous les impôts déjà parce qu’il faut rembourser la dette et la charge de la dette, vous voulez en plus rajouter 600 milliards aux 1574 milliards actuels!? Pensez-vous que ce soit du développement durable ça?
      Quand on emprunte 600 milliards c’est bien pour qu’ils soient remboursés, c’est quoi votre solution?

      • n’importe quoi, puisqu’on vous le dis :
        « vous n’avez pas saisi le principe de monétisation d’une dette : les 600 milliards de Hulot ne génèrent pas de dette » . C’est en fait de l’argent gratuit !

        • Le gratuit n’existe pas : il y a toujours quelqu’un qui paye un jour. Ce mythe du gratuit est bien ancré en France car ce pays est communiste : plus de la moitié de la richesse créée est « redistribuée » par des gens qui ont tout intérêt à ce que ce mythe persiste.

      • je redirige ma réponse sur le bon post

        En cas de monétisation,

        soit vous remboursez mais à taux zéro
        soit vous ne remboursez pas à la BCE (monétisation pure) : la c’est gratuit.

        Le risque est l’inflation mais on est dans une période où l’inflation provient des mat prem pas du stock de monnaie. autrement dit Milton friedman c’est fini les gars, ce fut à la mode, là c’est fini

        • Bon. Je re-rédige ma réponse sous ce poste là aussi :

          « c’est gratuit » : eh ouais. Comme les repas. C’est gratuit.
          Génial.
          Pourquoi n’y avait-on pas pensé plus tôt ?

          C’est de l’argent gratuit, man ! Prends, fume, c’est trop de la balle !

          • je comprends votre réponse sur le mode « dans la vie rien n’est gratuit ». Avec la création monétaire oui, ça peut être gratuit, et je le dis sans avoir ingéré de substances. avec le hold up friedmann-bundesbank on a, depuis 25 ans, rayé de la carte l’outil vieux comme le monde de la création monétaire. on a fini par le ressortir en le renommant quantitative easing. mais il existe et cela permet d’avoir 600 mds gratuit (je pèse mes mots) le tout est de se projeter dans les effets pervers éventuels (inflation, bulle spec…perso je pense que ca tiendra le cadre est propice).

    • Vous confondez dette et déficit, il me semble.

    • eh oh…on a des euros dans la poche et un zozo de littéralement demander à la fed d’imprimer de nouveaux billets…j’appelle ça prendre les gens qui ont des euros dans la poche pour des cons et la fete du slip pour ceux qui ont des dettes en euros.

  • Rien que les deux dernières phrases de l’article font comprendre à quel point il est constructif.

  • Je pense que pour Contrepoints la question n’est pas d’être constructif mais plutôt de tracer une ligne entre les gens intelligents très diplomés et ceux qui ne sont pas intelligents et qui ne sont pas VRAIMENT diplomés.

    C’est un objet social comme un autre

    • Voilà. Exactement. Et cela permet aussi de distinguer ceux qui apportent quelque chose, une critique pertinente, assise sur des raisonnements étayés au-delà du simple recraché d’explications bancales lues ailleurs, et ceux qui viennent troller, avec un peu de bave aux lèvres.

      • normal que je trolle je n’ai pas tes diplômes…

      • @ h16

        D’abord merci pour l’article, pourtant instructif, qui ma bien fait rire par votre façon très personnelle d’expliquer les choses en veillant bien que rien ne se perde dans les détails contradictoires ou absurdes!

        Concernant N.Hulot, je peux me tromper j’en viens à penser qu’il s’agit peut-être d’un « gimmick qui fait bien dans le tableau », utile dans la « représentation » (il sait se « vendre », c’est incontestable: il est devenu comme un de ces labels écologiques plus ou moins fiables).

        Mais il ne pèsera pas lourd dans la politique de ce gouvernement qu’il n’accompagnera peut-être pas longtemps, après les élections, bien sûr!

  • Excellente, la conclusion.

  • Comment peut on dire ou même penser que creer 600 milliards d’euros sur une période trés courte de 10 ans est bon pour l’économie…il n’y a AUCUN débat à avoir sur « Faut il creer de la monnaie ou non? ». La création monétaire doit suivre l’inflation pour éviter tout dévalorisation de la monnaie (qui se traduit par une baisse du prix de la monnaie et donc une hyperinflation).
    Nicolas Hulot et ses défenseur sont donc dans l’ignorance la plus complète du fonctionnement du marché monétaire. Hulot ferait bien d’arrêter de voyager à travers la planète pour ses émissions écolo sur TF1 (pour lesquelles d’ailleurs ils doit consommer une quantité de CO2 impressionnante…) et acheter « l’économie pour les nuls ».

    • P.S: Au temps pour moi en ce qui concerne les fautes, je vais acheter de ce pas « la grammaire pour les nuls » ^^

    • il n’y a AUCUN débat à avoir sur « Faut il creer de la monnaie ou non? ».

      Et bien si depuis deux trois ans il y a débat (et même plus si on regarde le QE2). Les hayeko-friedmanien ont fait un hold up intello pendant trente ans (j’ai d’ailleurs suivi votre troupeau sur l’aspect monnaie). maintenant c’est fini. En partie, mais pas seulement, parce que la crise financière a un peu fait voler en éclat ce cadre.

      La révolution anti-monétariste est en marche !!! Cours camarade !!

      • WTF!!! Vs voulez du communisme, je vs invites à prendre un billet d’avion pr la Corée du Nord, ce pays si liberticide vs conviendras surement à merveille…encore faut il être autorisé à entrer.

        Pour terminer voici une vidéo (safe link) qui va peut être vs aider à comprendre, en espérant que ce ne sois pas trop difficile pr vous :/

        http://www.ecb.int/ecb/educational/pricestab/html/index.en.html

        • a hayek

          sur la « difficulté » j’ai déjà dit que je n’avais ni les diplômes ni l’intelligence de contrepoint donc ne m’envoyez pas des liens aussi ardus merci (et un peu hors sujet car en l’occurrence le fait que la monétisation provoque une inflation des b et s est un raisonnement un peu trop old school dans le présent contexte cher friedrich)

          a part ça j’ai l’impression qu’à chaque fois que quelqu’un effectue une légère entorse sur les routes de la servitude vous évoquez la corée du nord. C’est votre point goodwin a vous ! appelons le le point « kim »

          donc un point kim pour hayek !!!

          • Le fait que la création monétaire provoque une inflation DU PRIX des B&S n’est en rien un raisonnement « Old School », et il ne le sera jamais, puisqu’il s’agit d’une vérité empirique. Mais au vue de vos connaissances en la matière vs deviez déjà en avoir connaissance…

            Donc -1 pour Mao Vishnoubiker

  • Bah oui, c’est bien de créer de la monnaie, ça fait plus d’argent non ? pas besoin de créer de la richesse pourvu que l’on ait une presse à billets. D’ailleurs tout ce pognon fictif sera essoré sur les marchés financiers et à la prochaine crise (très proche je pense) on va encore pouvoir se lâcher sur les avides traders, insensibles banquiers et boursicotteurs incontinents.

    Et puis gardez sous le coude vos billets de monopoly, ça risque d’être utile bientôt pour faire vos achats…

    Ha oui et prévoyez une brouette aussi.

    • pfff ! même pas vrai, on a qu’à taxer plus les riches ! tous ces patrons du cac40 ultra-libéraux doivent faire un effort de solidarité ! et le patrimoine hein le patrimoine, je suis sûr qu’on peut le taxer plus !

      • D’ailleurs pourquoi s’emmerder à investir les 600 miyars dans l’écologie, ils pourraient les redistribuer entre tous les français (sauf les riches ha ça non !), on serait tous millionnaires.

    • en effet une création monétaire peut nourrir une bulle spec. Si la monétisation est fléchée sur l’infrastructure ca atténue quelque peu le risque.

      Mais ca reste un risque tangible. Par contre le risque d’inflation franchement non car sa structure a trop changée depuis 10 ans et bon on est pas vraiment dans une économie en surchauffe

      • Pourquoi lorsque les keynésiens parlent d’économie ça devient d’un coup incompréhensible. User du charabia pour paraitre avoir de l’intelligence et extorquer celle des ignorants, c’est typique de l’escroquerie intellectuelle.

        • je suis surpris car je vois pas tellement en quoi mon post était jargonnant (j’en serais d’ailleurs incapable). Mais si vous pensez être plus crédible en dégainant dès la deuxième phrase « escroquerie, « extorquer », « ignorants » …

          alors je m’incline devant votre sens inné de la rhétorique

        • hahaha, +1 Tremendo et +1000 à la personne qui m’explique concrètement ce que veut dire : « Si la monétisation est fléchée sur l’infrastructure ». Vishnoubiker, ouvrez des livres autres que celui de Keynes ou de Marx, ouvrez vous à d’autres modes de pensées, et svp, arrêtez de croire qu’utiliser un vocabulaire étoffé vous rend plus intelligent ou crédibilise vos dires.

      • Parce que le Zimbabwe était en surchauffe, ptêt ? Rooh. Mugabe est un malin. Il a bien compris que l’argent gratuit permet de s’en sortir à tous les coups, lui.

  • En cas de monétisation,

    soit vous remboursez mais à taux zéro
    soit vous ne remboursez pas à la BCE (monétisation pure) : la c’est gratuit.

    Le risque est l’inflation mais on est dans une période où l’inflation provient des mat prem pas du stock de monnaie. autrement dit Milton friedman c’est fini les gars, ce fut à la mode, là c’est fini

    • Exactement, nul besoin d’être « diplomé » pour savoir que les arbres poussent jusqu’au ciel.

      • D’après vous le quantitative easing c’était quoi ? les arbres du refinancement qui poussent jusqu’au ciel.
        Ca a pas semblé vous choquer quand c’était pour les banques, quand c’est pour l’investissement public cela devient un gros mot.

        mais bon, je suis un grossier communiste populiste liberticide

    • « c’est gratuit » : eh ouais. Comme les repas. C’est gratuit.
      Génial.
      Pourquoi n’y avait-on pas pensé plus tôt.

      C’est de l’argent gratuit, man ! Prends, fume, c’est trop de la balle !

    • @ vishnoubiker

      La BCE ne crée pas de monnaie à partir de rien: elle rachète des obligations « souveraines » mais maintenant aussi « privées » (sociétés) aux banques commerciales, donc de la dette!

      Mais monnaie ou obligations, c’est kif comme garantie de crédit, avec une préférence pour les obligations quand même, ce qui signe l’échec du Q.E.

      Mais les taux ne pourront que remonter. Donc en cas d’inflation, le remboursement et les intérêts seront plus lourds pour la France. Le danger est donc devant vous!

  • 60 miyar d’€ par an, c’est 2,5 miyon d’€ par habitant et par jour. Ca c’est de la relance par la conso !

  • vérité empirique ? la dernière décennie de forte création monétaire n’a pas généré une forte inflation du prix des biens et services (énergie et mat. première oui mais rien à voir avec masse monétaire).

    dans les années 60-80 votre constat peut tenir mais pas depuis dix ans car la globalisation « tient » l’inflation + équation énergie qui biaise tout.

    Milton refuserait de voire le dossier, Friedrich peut être car il faisait preuve de plus de recul epistémologqiue

  • Heu si, la derniére decennie à générée une forte création monétaire et si le premier exemple d’hyper inflation en Espagne (hors mis la crise des tulipes) est dûe à l’affluence de monnaie dans l’économie….C’est dingue, sois on vos livres d’histoires nord coréen sont biaisées, soit vous refusez de comprendre. Les faits sont là…la globalisation, les prêts à taux zéro (tiens c’est génial ca! avec vous le temps n’a même plus de prix!!!) etc n’entre en compte en rien dans le phénomene crétaion monétaire –> inflation.

  • une forte inflation**

    • Nicolas Hulot ne serait pas là où il est enfin s’il n’avait pas bâti sa notoriété avec des grosses entreprises hyper-polluantes soucieuses de faire du « lavage-vert » .

      Courage de démissionner si Fessenheim n’est pas définitivement arrêté très vite.

      Quoique cette obligation morale de démissionner serait très regrettable , car il connaît ses sujets et peut faire du très bon boulot ; à moins qu’il ne soit qu’un gadget de plus jusqu’aux législatives

      Car lorsque les médias parlent de « belle prise de Macron » à son sujet a et au sujet de quelques autres » ça en dit beaucoup sur la cuisine politicienne. Tout comme « nommé ministre en récompense »

      Sachant bien que lorsque le secrétaire général de l’Elysée dit « Sur proposition du Premier ministre, …. le président de la république a nommé ….. » c’est encore du pipeau de la tragi-comédie politicienne, car, sauf cohabitation, c’est bien surtout le président qui choisit.

  • Une belle prise, Hulot? Plutôt une récompense à un des plus gros pollueurs qui soit!

  • Hulot c’est simple comme bonjour ! Macron a besoin de taxes, qui de mieux pour instaurer autant de taxes que l’on veut ? Hulot ! Dès que le contribuable se réveil, on le chasse et les taxes restent ! Un homme de droite premier ministre ! C’est aussi simple ! Comme les législatives risqueent de tourner à droite, Macron a déjà son premier ministre de cohabitation, n’est-ce pas Mr Barouin ?

  • « À ce prix, on espère que les putes et les coupettes de champagne seront gracieusement distribuées tous les seconds dimanches de chaque mois devant les mairies de tout le pays, avec flonflons et cotillons. »

    Je vous ai déjà dit que je vous adore ? Non ? Bah je vous adore ^^

  • Un très bon article à lire sur Hulot mais surtout sur l’écologie: http://econoclaste.org.free.fr/econoclaste/?p=6607
    La nomination de cet idéologue écologiste est une très mauvaise chose pour la France.

    L’écologie comme le marxisme tient plus de la religion qu’autre chose. Dans le sens où l’écologie est une croyance profondément irrationnelle.
    Je ne parles pas de croire en le réchauffement climatique d’origine humaine, ou de dire qu’il faut lutter contre cela. Mais du fait que si on regarde les écologistes on voit qu’ils ne veulent pas lutter contre le réchauffement climatique de manière pragmatique mais de manière totalement irrationnelle. Typiquement, ils écartent délibérement certaines solutions très efficaces (typiquement le nucléaire) et promouvent des solutions souvent inefficaces. Les énergies renouvelables sont loin d’être propre. Même chose avec le biocarburant. même si on arrivait à avoir 100 % d’énergies renouvelables, cela n’aurait pas beaucoup de conséquences sur le réchauffement climatique. Les énergies renouvelables non seulement ne sont pas rentables et sont un gouffre financier mais en plus, en terme d’utilité dans la lutte contre le réchauffement climatique, c’est quasi nulle.
    Contrepoints au lieu de pratiquer le climato sceptisme ferait surtout bien de s’interroger sur les solutions proposées actuellement. Parce que les solutions faites par les états sont clairement inefficaces (pour lutter contre le réchauffement climatiques) et coûteuses. Le problème c’est que les moyens pour lutter contre le réchauffement climatique sont décidés par les groupes d’intérêts (idéologiques à savoir les écologistes) ou entreprises (banques, entreprises dans le renouvelable,…). C’est surtout contre cela qu’il faut lutter en tant que libéral. La lutte actuelle contre le réchauffement climatique sert surtout des intérêts particuliers (entreprises,…)au détriment des gens normaux. Le pire s’est qu’en terme d’efficacité, c’est quasi inexistante. En vérité, le seul moyen réel et efficace de lutter contre le réchauffement climatique c’est les progrès scientifique et les nouvelles technologiques. La fusion nucléaire est très prometteuse.
    Si l’état veut lutter contre le réchauffement climatique, qu’il investisse dans la recherche scientifique.

  • Perso, pour moi, le mieux à faire c’est le laissez faire (je pars du principe que ce que disent les médias et autre sur le réchauffement climatique est vraie). L’homme dispose d’une formidable faculté d’adaptation et surtout on est dans une aire de progrès scientifique actuel. Beaucoup de problèmes que risque de poser le réchauffement climatique seront résolus grâce aux nouvelles technologies.
    http://blog.turgot.org/index.php?post/Benard-CO2-reponse-liberale

    Quand au réchauffement climatique même, si je nie pas le réchauffement climatique et pas plus que je nie ses origines humaines. Je crois qu’il y a aujourd’hui d l’exagération et que l’on tombe dans le catastrophisme. (Je tiens à préciser que c’est une opinion personnelle et que je ne suis pas expert du sujet). Les médias doivent faire de l’audience quoi de mieux que simplifier les choses et les exagérer. Le réchauffement climatique est plus complexe que croit les médias. (Attention, je ne suis pas climatosceptique).
    Là où j’ai de la certitude c’est sur la partialité du GIEC ainsi que sur le fait que les modèles prédicatifs sont des modèles purement théoriques très peu fiables. Le réchauffement climatique qu’il va avoir dans l’avenir personne ne peut le prédire avec certitude. Et aujourd’hui, il y a une volonté de certains d’exagérer un maximum le futur réchauffement (que l’on ne peut pas prédire).

  • Je m’interroges aussi beaucoup sur les conséquences du réchauffement climatique. Je pense qu’encore une fois, on les connaît bien mal. Et encore une fois, il y a une volonté de certains de nous faire peur et d’exagérer les choses. Par exemple, les médias avancent que le réchauffement climatique va accélérer les catastrophes naturelles (alors que c’est loin d’être prouver).
    Pourquoi personne ne parle des conséquences positives du réchauffement climatique ? Comme tout changement, il y a des conséquences positives et négatives. L’optimum climatique médiéval a amené l’europe vers la prospérité. C’est reconnu par les historiens. Pourquoi si le réchauffement climatique au Moyen âge a eu des effets bénéfiques, il y en aurait aucun aujourd’hui ?

  • Là où j’ai des certitudes c’est sur le fait que les moyens utilisés aujourd’hui pour lutter contre le réchauffement climatique sont inefficaces et désastreux pour les gens ordinaires (seuls certains intérêts particuliers y gagnent).

    Ce que je trouve bizarre c’est la manière dont le débat sur le réchauffement climatique est orienté. Par exemple, la question du méthane est totalement évacué. On parles beaucoup du Co2 mais jamais du méthane (qui est très polluant). On parles beaucoup des voitures qui polluent. Pourtant si on regarde le pourcentage que représente la pollution des voitures dans le réchauffement climatique, il est assez fiable. Attention, il n’y a pas de complot. Seulement ds gens avec des intérêts. Beaucoup de gens utilisent le réchauffement climatique pour leurs fins personnels (ou idéologiques).

  • Un livre à lire: « Climate of Extremes: Global Warming Science They Don’t Want You to Know » de Patrick J. Michaels et Robert C. Balling Jr.
    Ce livre ne nie pas le réchauffement climatique d’origine humaine mais démonte le catastrophisme ambiant. le développement de nouvelles technologies permettra de réduire l’impact de l’humain sur le climat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents.

Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’... Poursuivre la lecture

On attendait une rencontre sportive, on a droit à un numéro de cirque tragico-comique supervisé par le Qatar et ses différents soutiens. Entre les faux supporters qui défilent, les sponsors floués au dernier moment et un président de la Fifa qui joue grossièrement la carte de l’antiracisme woke pour répondre aux critiques adressées au Mondial dans le domaine des droits de l’Homme, le spectateur a droit à une suite de sketches en marge des matchs programmés.

🗣 “Today I feel Qatari. Today I feel Arab. Today I feel Af... Poursuivre la lecture

Affiche sur laquelle est marqué : "there is no planet B"
3
Sauvegarder cet article

Le vandalisme se verdit pour paraître acceptable. Si les militants écologistes se sont longtemps vantés d’être non-violents, la multiplication des discours anxiogènes a conduit certaines personnes à radicaliser leurs moyens d’action.

 

Sabotez, il en restera toujours quelque chose...

En octobre 2020, le mouvement La Ronce appelait ainsi à multiplier les actions ciblées de sabotage à petite échelle telles que le débouchage de bouteilles dans les rayons de magasin, crever les pneus des SUV (véhicules utilitaires sport)… pour ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles