La France identitaire, de Éric Dupin

Un livre qui s’attache à nous présenter la photographie d’une France engluée dans une « crise identitaire » qui la dépasse, un « contexte explosif » sans précédent , « une mutation ethnique » en un laps de temps relativement court.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Meeting Front National 1 mai 2012 credits Blandine Le Cain (CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La France identitaire, de Éric Dupin

Publié le 29 avril 2017
- A +

Un article de Trop Libre

« J’ai peur de la libanisation de la France ».

Voilà ce qui inaugure cet ouvrage. Le ton est donné, l’auteur citant également dès les premières lignes  Alain Finkielkraut selon lequel le camp de ceux qui se sentent « devenir étrangers sur leur propre sol » n’est plus circonscrit à l’extrême droite ou aux électeurs du Front national.

On perçoit alors aisément la volonté de l’auteur, journaliste et essayiste, de montrer que la question identitaire percute désormais notre société et qu’il va falloir en débattre, sans détour. C’est l’objectif que propose l’auteur de cet essai passionnant, abordable et d’utilité publique, mené de façon courageuse, franche et sans détour.

 

Déferlement de la mouvance identitaire

Dès le titre La France identitaire, le ton et le sujet sont clairement annoncés. Le sous-titre quant à lui, Enquête sur la réaction qui vient traduit indéniablement l’idée d’un déferlement de la mouvance identitaire, phénomène désormais inséparable de la pensée politique et intellectuelle de notre pays.

Si ce phénomène dépasse largement les frontières du territoire français, l’auteur limite toutefois globalement son étude à la France. L’essayiste se propose ainsi, sans tabou, d’enquêter, d’analyser objectivement ce phénomène, à partir, et c’est là que résident l’originalité et l’intérêt de ce livre, de cas précis, de rencontres, d’entretiens et de témoignages sans filtre.

L’obsession de l’identité dans une France meurtrie, inquiète, angoissée, malmenée par les bouleversements du XXe et du XXIe siècle constitue dès lors le fil directeur de cette enquête qui donne la parole, de chapitre en chapitre, à tous les tenants de ce propos identitaire.

 

Au-delà de l’extrême droite

Le journaliste nous amène à constater que les mentalités ont évolué vers l’obsession identitaire et que cette tendance n’est pas limitée comme tout un chacun pourrait le croire à l’extrême droite ou aux électeurs du FN. Au contraire, ce livre, et c’est sa force, démontre le glissement de cette thématique dans tous les camps et les débats politiques.

Ainsi chaque chapitre est construit autour d’un groupe identitaire ou tout simplement politique, d’une personnalité intellectuelle ou politique marquante. Si parfois les propos cités ont de quoi donner la nausée, c’est de façon lucide que le journaliste dessille page après page, les yeux souvent fermés de ses lecteurs.

De fait les chapitres « La complainte des Français de souche » ou le pouvoir des « petits blancs » s’appuient sur les remarques et les confidences de Pierre Sautarel, fondateur et animateur du site Fdesouche qui revendique entre 80 000 et 120 000 visiteurs par jour : le site sélectionne des faits divers dans les médias et ne produit aucun contenu propre, les internautes s’en chargent. Le racisme le plus violent s’y exprime, nous dit Éric Dupin et la conception « racialiste de la société » s’y exprime.

 

Génération identitaire

L’ouvrage présente aussi « L’agit-prop de Génération identitaire » qui a succédé en 2012 aux Jeunesses identitaires, groupement créé par Philippe Vardon : le journaliste explique que la visibilité médiatique de Génération Identitaire est assurée par des opérations soigneusement organisées susceptibles de déclencher des réactions telles que le 20 octobre 2012 avec l’occupation du chantier de la future mosquée de Poitiers.

Si une place est réservée aux individus, les idées ne sont pas en reste dans cet ouvrage.

L’auteur évoque avec toujours autant de recul, sans jamais manifester une prise de position, les pionniers du combat identitaire dans leur grande diversité avec l’idée de remigration, la thèse du grand remplacement de Renaud Camus, le culturalisme d’Alain de Benoist et la critique de la Mêmeté,  l’identité malheureuse ou la déculturation d’Alain Finkielkraut qui espère un sursaut car notre mode de vie n’est pas négociable.

 

Droite et gauche dans le même bateau

Plus intéressant encore, ce passage où l’essayiste nous montre que le thème de l’identité nationale n’est pas l’apanage de l’extrême droite. Ainsi, pour le journaliste, « La question identitaire n’a pas fini de tarauder la droite face à la concurrence du FN ».

De l’autre côté, l’auteur aborde aussi une gauche embarrassée, fragmentée. Une gauche multiculturaliste s’oppose alors à une gauche républicaine. Le malaise est perceptible entre les courants, dès lors qu’il s’agit d’entrer dans ce débat dangereux pour une gauche française qui n’a toujours pas réussi à trancher cette question.

Toujours dans cette idée, le livre se termine sur les « Identitaires d’en face » avec par exemple le Parti des Indigènes de la République, fondé en 2010, dont son leader Houria Bouteldja, prône une vision racialiste virulente de la société qui s’aligne, selon le journaliste, sur celle « des identitaires gaulois les plus enragés » et cherche à en finir avec « l’universalisme blanc » avec par exemple le camp d’été colonial interdits aux blancs…

 

La crise identitaire française

On l’aura compris ce livre s’attache à nous présenter la photographie d’une France engluée dans une crise identitaire qui la dépasse, un contexte explosif sans précédent , une mutation ethnique en un laps de temps relativement court.

Cela a de quoi inquiéter et faire réfléchir.

C’est dans la conclusion que l’auteur apporte un regard plus personnel en proposant des solutions reposant sur l’analyse profonde et scientifique de la société française : « le slogan du vivre ensemble » étant largement démenti, l’auteur propose une vision universaliste et plurielle prenant en compte les ancrages ethniques et prônant « la plus grande fermeté dans le respect des valeurs républicaines », autour « d’un projet politique fédérateur, ambitieux capable de dépasser la crise sociale , économique et politique. »

En définitive, voilà un livre qui se donne pour ambition d’explorer et non de dénoncer, de comprendre et non de juger. Voilà un livre permettant de concevoir ce qui a été longtemps inconcevable : comment ces idées sont parvenues à s’imposer dans le paysage politique du pays des droits de l’Homme.

Éric Dupin, La France identitaire. Enquête sur la réaction qui vient, éditions La découverte, 2017, 250 pages.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Une organisation sans processus ne peut pas fonctionner au-delà d’une certaine taille.

Pourtant, il arrive souvent que le développement de processus étouffe la créativité, c’est-à-dire la capacité de l’organisation à continuer de répondre aux défis de son environnement. Comment résoudre ce paradoxe ? La clé réside dans la conception que l’on a de ce qu’est un processus.

« Par lassitude devant l’effroyable multiplicité des problèmes, la complexité et les difficultés de la vie, la grande masse des homm... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

La récente controverse relative à la mention du sexe masculin/féminin sur les cartes d’identité, en Belgique après d’autres pays européens, paraît dérisoire.

En réalité, cette tentative avortée par le ministre fédéral David Clarinval (MR, centre-droit), constitue l’énième manifestation de la radicalisation de la gauche (socialiste) et de l’extrême gauche (écologiste) occidentales sur le thème de l’idéologie du genre.

 

Qu’est-ce que l’idéologie du genre ?

Selon l’idéologie du genre (Judith Butler), la réalité biologi... Poursuivre la lecture

lettres de Scrabble
3
Sauvegarder cet article

Le peuple pense que le monde politique et médiatique contemporain parle la langue de bois. Il dénonce par là un langage cynique, tissé de mensonges, affreusement prévisible et parfaitement lisse. Il part du principe que tous les politiciens en usent tout au long de leurs carrières, à droite comme à gauche. C’est une des raisons principales du rejet dont ils font l’objet, car cela démontre, pense-t-on, qu’aucun n’est sincère et que tous se valent.

 

La vaine promesse de Jean-François Copé

En mars 2006, Jean-François Copé pub... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles