Le Front National vu d’Amérique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Front National vu d’Amérique

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 avril 2017
- A +

Par Daniel Girard, depuis Boston, États-Unis.

Marine Le Pen à la tribune - Credits Rémi Noyon (CC BY 2.0)
Marine Le Pen à la tribune – Credits Rémi Noyon (CC BY 2.0)

Extrême-droite. C’est ainsi que le Front National est décrit dans la presse américaine, que ce soit dans le quotidien conservateur le Wall Street Journal ou dans le New York Times, plus sympathique aux positions du Parti démocrate. Mais lorsque l’on tente de le situer avec précision sur le spectre idéologique américain, on constate que le Front National, malgré son appellation d’extrême-droite a peu de choses en commun avec la droite dure américaine, celle du Tea Party.

Le Tea Party, c’est l’anti-étatisme, la lutte contre toute hausse d’impôt, même si elle vise les plus fortunés, le refus de la redistribution des deniers de l’État, jugé boursouflé et incapable de bien gérer les fonds publics. Un État que le Tea Party tente de réduire à sa plus simple expression. On veut qu’il se concentre sur les relations extérieures, qu’il donne à l’armée les moyens pour protéger la nation et veille à la présence d’un corps policier vigilant. On demande à l’État de céder le terrain à l’entreprise privée tant sur les marchés intérieur qu’extérieur pour maximiser la création de richesse. Le protectionnisme est hors de question.

Le Front National n’est pas le Tea Party

Le Front National de Marine Le Pen est dans un autre registre. Plusieurs partisans du FN déplorent que le président Hollande n’ait pas respecté sa promesse d’imposer davantage les riches. Sur le plan économique, le FN prône le retrait de la France de l’Union Européenne, dont les politiques de libre marché sont jugées nuisibles à l’économie française. La manière américaine de faire des affaires n’est pas la bienvenue. Elle est mal adaptée à la sensibilité française, a dit Marine Le Pen au Wall Street Journal. Marine Le Pen estime que la France a davantage intérêt à s’inspirer de la Russie, dont le modèle économique est patriotique.

Cette concordance de vues avec la Russie s’étend à la politique étrangère. Dans la nouvelle guerre froide, Marine Le Pen estime que la France devrait se ranger du côté de Vladimir Poutine. Le FN est ainsi à l’opposé des ténors républicains. Pendant la dernière campagne présidentielle, le candidat républicain Mitt Romney avait qualifié la Russie de principal adversaire géopolitique des États-Unis, ce qui avait fait sourciller quelques commentateurs. Mais ils se sont ravisés depuis, crise ukrainienne oblige.

Le volet identitaire

fn usa rené le honzecSi le FN n’a rien en commun avec le Tea Party pour l’économie et la politique étrangère, d’où lui vient cette étiquette de parti d’extrême-droite ? Il ne reste que le volet identitaire. Mais même là, les similitudes ne sont qu’apparentes. L’Amérique est un jeune pays, qui s’est bâti par l’immigration. Le concept d’Américain de souche est inexistant ici. Les nouveaux Américains sont tous les bienvenus ; ils savent qu’ils devront bosser pour survivre et n’attendre rien de l’État ; cela fait partie des règles du jeu.

Comment expliquer, donc, cette animosité envers les millions de sans-papiers ? Beaucoup de républicains sont fâchés que ces immigrants se soient installés aux États-Unis au mépris des lois du pays. La constitution est vénérée aux États-Unis. Il suffirait que les deux partis s’entendent sur une politique d’intégration pour que la controverse meure. La crainte d’un grand remplacement ne fait pas partie du paysage. Mais les républicains ont un point en commun avec le Front National, ils n’aiment pas les frontières poreuses. Dans le cas des républicains, c’est une question de sécurité, pas d’économie. Des études démontrent que l’arrivée d’immigrants en Amérique, même pauvres, contribue à la croissance du PIB. Un tableau bien différent de celui de la France, où des immigrants dépendants de l’État se retrouvent dans des banlieues ghettoïsées affligées par un chômage qui va en empirant.

Des affinités avec l’aile progressiste des démocrates

C’est donc ce désir de mettre un frein à l’immigration pour créer de l’espace économique pour les Français déjà là qui vaut au Front National l’étiquette de parti d’extrême-droite. Pourtant, hormis surtout l’immigration, c’est avec l’aile progressiste du Parti démocrate que le FN a le plus de points en commun. Cette aile est incarnée par la sénatrice du Massachusetts, Elisabeth Warren. Professeur de Harvard, la sénatrice a fait de la lutte pour la protection du consommateur son cheval de bataille. Un combat qu’elle mène jusqu’à Wall Street, où elle prône des règlements plus sévères pour encadrer les grandes entreprises. Ce que fait Elisabeth Warren cadre bien avec la vision économique de Marine Le Pen, qui se plaint souvent de l’ultra-libéralisme.

Le FN serait-il ainsi plus près de la gauche américaine que de la droite ? Sur les questions économiques, nul doute. Mais, au final, le FN est un parti identitaire, ce qui le rend difficile à situer sur le spectre idéologique américain. Et c’est justement parce qu’il est dur à cerner que le FN génère autant d’attention en Amérique. Le FN s’était déjà distingué en recueillant le quart des votes aux élections européennes de 2014. La tuerie de Charlie Hebdo a relancé l’intérêt. Dans les jours ayant suivi l’attentat, plusieurs politiciens occidentaux, dont le président Obama, ont hésité à coller un motif religieux à l’attentat. Pas Marine Le Pen. Elle a immédiatement ciblé le fondamentalisme islamique. Son assurance dans le diagnostic a intrigué les Américains.

Un parti moins marginal mais sans idées nouvelles

Ce que les Américains ont découvert, c’est que Marine Le Pen a modernisé le FN, pour le sortir de la marginalité dans laquelle son père l’avait enferré avec son antisémitisme et son sectarisme. Le Front National compte maintenant des politiciens homosexuels et d’autres d’origine juive. « Je mène un parti politique, pas une secte », s’est écriée Marine Le Pen à Susan Dominus, du New York Times Magazine.

Pour John Vinocur, qui fut directeur de l’International Herald Tribune, le FN est devenu un parti comme les autres. Il partage la même aversion aux réformes nécessaires à la relance de la France que l’UMP et le PS. Si l’on met de côté la politique anti-immigration et le désir de sortir de l’UE, le FN n’est pas plus désireux que les autres partis de simplifier le millefeuille administratif, toucher aux 35 heures, amaigrir le code du travail et réduire les dépenses publiques. Quand la France a le choix entre l’électrochoc pour sortir de sa léthargie économique et la prise d’un somnifère, c’est le sommeil qui l’emporte. Et le FN n’est pas sur le point de réveiller les masses…


Cet article a été publié une première fois le 8 avril 2015.

Voir les commentaires (156)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (156)
  • Très bon article, voir les différences politiques et culturelles entre les 2 pays est toujours très intéressant.

    « Plusieurs partisans du FN déplorent que le président Hollande n’ait pas respecté sa promesse d’imposer davantage les riches.  »

    Il est vrai que la taxe à 75% n’a pas existé, et que l’on a absolument pas vu les dégâts qu’elle a engendré ! Certains électeurs vivent vraiment comme des autruches….

    « La manière américaine de faire des affaires n’est pas la bienvenue.Elle est mal adaptée à la sensibilité française, a dit Marine Le Pen au Wall Street Journal. Marine Le Pen estime que la France a davantage intérêt à s’inspirer de la Russie, dont le modèle économique est patriotique. »

    Ouais, mal adaptée à l ‘Etat jacobin qui peut pas s’empêcher de vouloir tout gérer et placer les copains, de la plus pure corruption comme on en voit en Russie ! L’entreprise libre et privée ? Beurk, on voit bien qu’en Amérique ça ne marche pas, la Silicon Valley est d’ailleurs quasi en faillite comme nous le savons tous.

    Concernant le modèle économique russe elle nous prend vraiment pour des ****, non mais sérieusement regardez-moi le désastre qu’est l’économie russe maintenant : croissance quasi zéro en 2014 après un morose 1,3% en 2013 avant la crise ukrainienne (et en gros vraiment naze pour une économie émergente riche en ressources) tandis que cette année on nous prévoit entre -3,5% et -7% avec une baisse du revenu moyen russe de 10% et des centaines de milliers d’emplois qui disparaissent dans la construction, l’automobile…le pays a apparemment perdu 70% de ses travailleurs émigrés, retournés chez eux par manque de travail et grosses pertes de revenus à cause de la chute du rouble).
    Le modèle russe pour la France ? Mais ça va pas la tête ???

    • Bons commentaires.

    • @sweepingwave , tout à fait d’accord , et en plus , le modèle russe sans gaz … le bon côté des choses c’est que la tentative de modèle russe à la française se planterait assez vite.

      • anti gros minet
        8 avril 2015 at 12 h 07 min

        c’est vrai que le jacobinisme économique , ça ne marche pas, quand on voit la catastrophe chinoise …

        • Pour une nation pauvre et peu développée ça peut marcher un temps, pour une nation développée ça a toujours été un désastre. Pour la France ravagée par les dégâts de la Seconde GM ça avait un sens, pas pour la France actuelle : trop vieille, trop endettée.
          La France doit attirer les investissements et se concentrer sur l’innovation, un renfermement sur soi est tout l’inverse de ce qui est nécessaire.

          Chine :
          Un taux de chômage réel à 20%, des emplois qualifiés trop rares pour donner une vie décente aux jeunes sortis des universités, fuite des riches, population qui étouffe sous une horrible pollution, croissance en baisse et croissance réelle estimée à 2% (les chiffres gouvernementaux étant truqués, de l’aveu même d’un ancien ministre), shadow banking….

          Donc bof franchement…Et quand on voit les exemples russes et vénézuéliens ça donne pas mais alors pas du tout envie.

          • anti gros minet
            8 avril 2015 at 16 h 42 min

            vous continuez à confondre jacobinisme et socialisme …

            concernant la chine, vous avez oubliez les campagnes qui sont restée au moyen-age, la stérilisation forcée des femmes tibétaines, les chiens que l’on torture sadiquement avant de les faire cuire au court-bouillon, le désert qui avance à cause du réchauffement climatique , les femmes battues par leur hommes ( une sur quatre hier soir sur arte … ) …

            • « Le mot jacobinisme désigne aujourd’hui une doctrine qui tend à organiser le pouvoir de façon très administrative (bureaucratie) et très centralisée (centralisation) et à le faire exercer par une petite élite de techniciens (technocratie) qui étendent leur compétence à tous les échelons géographiques et à tous les domaines de la vie sociale afin de les rendre uniformes, ce qui en fait l’adversaire du régionalisme » moi, cela me fait penser d’une certaine manière à l’UE (où on voit l’échec) ainsi qu’à la france (où on voit aussi l’échec). le jacobinisme bien que n’étant pas la même chose que le socialisme est quand même lié. quand à la chine, il ne faut pas oublié d’où elle part (d’un pays complétement arriéré) alors oui, cela marche dans une certaine mesure mais d’une certaine manière, on peut dire qu’elle n’a fait que retouver la place qu’elle avait avant le communisme

              • anti gros minet
                8 avril 2015 at 20 h 12 min

                avant le communisme, la chine était au fond du trou : guerre civile une année sur quatre si on remonte à 1850, pseudo colonialisme de la part des puissance occidentale et agression du japon équivalent à celle des nazis sur la russie, en plus durable. la chine à repris la place qui était la sienne au début du 19ième siècle : première économie de la planète, ce qui est assez logique compte tenu de sa population …

                • la chine de mao n’était pas au fonds du trou peut être ???
                  Les famille ayant fait des dizaines de millions de mort cela vous parle ?

              • L’UE n’arrive pas à la cheville de la France en matière d’uniformisation. Il y a malheureusement une tendance à l’harmonisation (=uniformisation), mais elle est plus normatique qu’autre chose. L’UE n’est pas une menace culturelle par exemple.

                Le jacobinisme se résume en deux mots : État fort et centralisé. La centralisation affectant la Société toute entière et pas seulement son administration.

        • jacques lemiere
          29 avril 2017 at 7 h 32 min

          la chine est jacobine mais se déjacobinise…à savoir l’emprise de l’etat sur les entreprises diminue…la chine a été la première puissance mondiale , c’est un pays industrieux qui met l’éducation en avant… Les chinois sont en ‘rattrappage’.

        • Le succès de la chine vient surtout qu’elle partait d’extrêmement loin. La Chine à la mort de Mao était un pays extrêmement pauvre avec une population crevant la dalle. Le capitalisme (même s’il s’agit de capitalisme d’état) a permis à ce pays de se développer. La stratégie de faire de la chine l’usine du monde a enrichi le pays. Ceci dit, la Chine n’est toujours pas un pays développé c’est un pays en voie de développement. L’interventionnisme de l’état dans l’économie est toujours un désastre et entraine toujours les mêmes problèmes (corruption et capitalisme de connivence). La France connait bien cela (interventionnisme étatique) et on ne peut pas dire que ce soit une grande réussite.

      • Il est clair qu’en France ça durerait pas longtemps, vu que même avec du pétrole et gaz en masse ça ne dure que 10-15 ans, alors dans un pays en difficulté et sans ressources ça durerait 2 ou 3 ans au mieux ^^ »

    • Stéphane Boulots
      8 avril 2015 at 13 h 41 min

      Entièrement d’accord : très bon article
      Et très bon commentaire : et oui : c’est quoi le modèle Russe ?

      • Oui, c’est un bon article en relevant bien les critères qui, en fait, à mes yeux, montre bien que les comparaisons sont « risquées », ou, au moins, trop approximatives.
        Et ce n’est que normal, avec des géographie et une histoire différentes, les pays ne devraient pas être comparés.
        L’union Européenne a pourtant sa genèse dans une idée « d’états unis européens » (et là, les éléments de comparaison (entendre « comparables ou « différents », dans la mesure ou l’U.E. est encore en construction et donc de choix).
        Je vois aussi dans cet article le signe clair que l’idéologie du F.N. a bien varié pour ne pas dire qu’elle est creuse et varie avec l’électorat convoité; actuellement, le F.N. perd bien moins de temps à se défendre, à se justifier et à construire pour se montrer bien plus agressif et critique des autres, hommes, surtout, ou partis.

        Dans le fond (de commerce?), il y a surtout un nationalisme (différent du patriotisme, répandu aux U.S.A.) sensible jusque dans l’aspect « ethnique », donc opposé à l’U.E. et préférant un repli national à l’ouverture et rapatriement des usines délocalisées, taxes douanières à l’importation (et silence sur l’exportation!)…

  • Oh si, le FN va réveiller les masses. Attendez que la Marine soit au 2e tour, vous les verrez, les masses de couillons utiles de l’UNEF sortir dans la rue et dire non à la bête immondeuh qui va violer nos femmes et assassiner nos enfants !
    Quant à ladite Marine qui déclare que le libéralisme n’est pas dans les gènes en France… comment dire… est-ce qu’elle est inculte à ce point, ou elle se fiche simplement du monde ? J’ai du mal à croire au premier… mais il est vrai que le libéralisme n’est pas dans les gènes de nos politiques, qui aiment mettre leurs gros doigts boudinés dans tous les pots de confiture qui passent à leur portée. Et si le FN a encore sa virginité dans ce domaine, c’est parce-que les autres essaient de s’arranger pour qu’il n’ait pas accès aux pots, rien de plus.

    • anti gros minet
      8 avril 2015 at 12 h 09 min

      le FN n’est pas pret d’être au pouvoir, et c’est pas avec les dernières saillie du  » patriarche  » que c’est en train de s’améliorer …

      • Au contraire elle se libère du dernier poids mort : papy taré qui rappelle l’antisémitisme viscéral du parti.

        • Les élections départementales ont montré que le parti a atteint un seuil, il est peu probable qu’il monte beaucoup plus haut.

          • Gagner des cantons et possiblement des régions, c’est déjà accéder au pouvoir.

            • anti gros minet
              8 avril 2015 at 19 h 58 min

              dans 20 ans …

            • À propos de régions: déjà qu’un pape et deux rois ont démissionné, de même que les cardinaux ou des politiques, comme D. Cohn Bendit, en politique, le père Le Pen, a 84 ans avait lui, l’intention de se représenter au conseil régional de PACA!
              Il sera intéressant de voir les scores dans cette région particulière où les retraités et les personnes âgées, souvent très attachées à la « sécurité », à « la famille et à la patrie », si pas au reste comme l’autorité, réagiront peut-être, lors des élections, à cette mise à l’écart, très loin « d’un commun accord »!
              Les propos de J.M. Le Pen rappellent quand même ses idées sur l’armée, intouchable, sur un pouvoir personnel fort et sans partage, anti-démocratique, avec une priorité sans nuances pour les Français (= contre les immigrés). Le détour par Ph. Pétain, pourtant condamné par la « République » pour haute trahison, est une utilisation allusive « aux heures les plus … » (Rappelons qu’il n’est pas le seul dans le cas quand on se souvient du « rapt » de l’Île d’Yeu).
              Mais désormais, il est, bien sûr, un homme du passé, avec plus ou moins de nostalgies.

        • Lepen père n’est même pas antisémite c’est un provocateur. Il a joué un rôle pour provoquer un scandale.
          Ceci dit, il y a réellement eu des antisémites au FN mais depuis il a été nettoyé. Alors je suis sûr que vous pourrez toujours en trouver quelques uns mais c’est comme dans tous les partis.
          Je n’aimes pas le Fn car avec son programme national socialisme, ce parti populiste et démagogue ruinera la France mais je trouve saoulant les gens ressortant les mêmes comparaisons douteuses (nazisme,…). Comparer le FN au nazisme c’est banaliser le nazisme qui a fait des dizaines de millions de morts

      • Veuillez ne pas confondre être PRES DE et être PRÊT A, une faute devenue hélas courante en France.

        Non seulement les Français sont lobotomisés dès le CP par l’endoctrinement dans la doxa socialiste puisque les profs de gauche dominent l’institution scolaire et greffent ainsi impunément leur surmoi marxiste sur l’ensemble de la société. Mais en plus les mêmes lui inoculent une dysorthographie incurable, au nom d’un savant mélange de laxisme et de nivellement par le bas sur des bases tout aussi idéologiques. Quand le fond et la forme du discours et de la pensée sont aussi approximatifs qu’ indigents, cette crétinisation généralisée se traduit par un terrifiant déficit démocratique. L’ignorance est la meilleure alliée de la barbarie.

        Cracher sur le FN et l’excommunier comme parti d’extrême-droite est un contresens inepte. LE FN n’est même pas de droite….C’est un populisme qui trempe sa démagogie dans tout ce qui rapporte dans un pays excédé et écoeuré. Le diaboliser est le meilleur service à lui rendre. …La preuve.

        Ce paysage électoral inquiétant est aggravé par un jacobinisme atavique et viscéral qui transcende les allégeances idéologiques de l’ensemble de l’échiquier politique . Indécrottablement irréformable, le système devrait être décapité et élagué, et assez bas sur le tronc pour en dégager et sauver les rares branches encore saines. Hollande est totalement incapable de cet acte de courage et de clairvoyance politique que d’autres dirigeants ont effectué en s’affranchissant du chantage des intérêts catégoriels. Qu’attendre d’autre que la poursuite de la débâcle de la part d’un vulgaire apparatchik, propulsé par défaut dans une fonction dont même l’habit est trop grand pour lui. Il n’est que le pathétique produit d’un électorat privé de repères et fossilisé dans des combats d’arrière-garde.

        • jacques lemiere
          29 avril 2017 at 7 h 42 min

          bof; comme personne ne sait définir l’extrême droite…se poser la question si le fn est d’extrême droite est presque une perte de temps..
          ça n’est pas un sujet, comme l’éventuel racisme de marine le pen.
          On a parfois des débats pour savoir si le nazisme était de gauche ou de droite, comme si ça importait.
          Le fn est extrêmement liberticide . Avec une marine ou un jean luc, vos ne vous appartenez plus.
          Le pire est que l’electeur de melenchon ou de marine est d’une autre trempe.
          J’ai discuté hier avec un melenchoniste par ailleurs très gentil qui me disait qu’il fallait mettre les gens qui quittent le pays pour payer moins d’impôts en prison…je lui demandais au nom de quoi on devait le mettre en prison, le seul argument que j’ai reçu était que le type avait bénéficié de l’école de la république.

  • le tea party n’est pas d’extrême droite, je trouve ridicule de qualifier le tea party d’extrême droite. il y a d’ailleurs une grande différence entre la droite radicale et l’extrême droite. oui, le FN est bien d’extrême droite. le FN est loin d’être le seul parti d’extrême droite qui a un programme économique d’extrême gauche et où l’électorat vient des classes populaires (surtout des jeunes des classes populaires) c’est même une constante que partage beaucoup de partis d’extrêmes droites (qui ont bien souvent bcp plus en commun avec l’extrême gauche qu’avec la droite traditionnel. la politique est comme un fer de cheval, les extrêmes sont très similaires). le tea party n’est pas un parti politique c’est un mouvement politique hétéroclite aux États-Unis, contestataire, de type libertarien qui s’oppose à l’État fédéral et ses impôts. l’acronyme TEA signifie « Taxed Enough Already » (déjà suffisamment imposés). oui, c’est vrai il y a des gens très conservateurs au sein du tea party (droite religieuse) mais il y a aussi des libertariens (qui sont progressistes et favorable à l’immigration). alors il faut arrêter de dire que c’est un mouvement ultraconservateur ou anti immigration. les membres du tea party ont un programme réaliste contrairement au FN qui a un programme irréaliste et complétement démagogue

    • Il est vrai que le Tea Party n’est pas homogène. Ted Cruz et Rand Paul n’ont pas les mêmes idées. Je trouve Ted Cruz plus intéressant que Rand Paul. La presse francophone en général dépeint le Tea Party comme une bande de cinglés, ce qui est inexact, bien entendu… Les démocrates ont aussi leurs extrémistes mais… silence de la presse. C’est pour cela que l’on aime Contrepoints ;)!

      • Pourquoi pensez-vous que Ted Cruz est plus intéressant que Rand Paul ? Personnellement Ted Cruz me fait penser un peu à Sarah Palin, il essaye surtout d’attirer la base conservatrice religieuse et donc est assez banal pour une primaire républicaine alors que Rand Paul essaye d’élargir l’audience du parti en allant parler dans les universités noires, dans la Silicon Valley et aux jeunes, peut il gagner avec ça et sa base libertarienne ? Pas certain du tout, mais sa façon originale d’aborder les choses et sa tentative d’élargissement vaut, je pense, le coup d’oeil car il a bien plus d’ambitions que son père.

        • @Sweeping : Entièrement d’accord avec vous, perso Ted Cruz et son coté très religieux ne m’attire pas du tout, il me repousse même. Je suis ravi de l’annonce officielle de Rand Paul aux primaires républicaines, j’ai lu tout son programme sur le site qu’il vient d’ouvrir : au niveau économique, je suis assez – voir-même entièrement d’accord avec lui. Par contre, là ou j’ai vraiment du mal, c’est sa position sur le mariage gay, l’avortement et Israël. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre d’électrices qu’il vient de perdre avec ses positions sur l’avortement qui sont écrites sur son site (à moins qu’il ne change de position)… surtout que ça rentre vraiment en contradiction avec son idéologie je trouve… C’est d’ailleurs pour ça que certains libertariens aux USA ne l’aime pas du tout. Certains fans de son père Ron vont même jusqu’à dire que Rand n’est pas un vrai libertarien !

          • La vérité est qu’une primaire Républicaine ne PEUT PAS être gagné si on est « pro-choice » et même si le mariage gay est une idée qui progresse vite dans le parti il y a encore une majorité non négligeable qui y reste opposé. Quand au soutien à Israël c’est une constante de la politique américaine et soutenue par une claire majorité d’Américains, s’y opposer serait suicidaire tant les liens entre les 2 pays sont forts, et Israël reste une valeur sûre dans un Moyen-Orient quasi en flammes donc encore heureux.

          • le positionnement de politique étrangère de Ron Paul était juste ridicule. si Rand Paul veut être élu, il est obligé de faire certaines compromissions. je préfère quelqu’un qui modère son discours et qu’une fois élu fait passé des réformes plutôt libérales (même si elles pourraient être plus libéral) que quelqu’un qui préfère rester ses postions et se condamne à ne pas être élu. Ron Paul du fait de ses positions et de son refus de compromissions c’est condamner à rester isolé et n’avoir aucune chance d’être élu président des USA. Rand Paul a pour moi une chance de devenir le futur Reagan et de casser la tandance étatiste qui s’est installé aux USA ces dernières années. Bien sûr, on peut lui reprocher d’être trop modéré mais c’est toujours mieux que rien. sans lui, les USA vont continuer dans cette spirale étatiste

            • @Jacques : Plutôt d’accord avec vous, un tel non-interventionnisme limitait très fortement son électorat. Rand est beaucoup plus pragmatique et est beaucoup plus « conciliant » avec les divers types d’électeurs américains. Par contre, je ne dirai pas le « nouveau Reagan » (qui pour moi était un arnaqueur complet, un étatiste pur jus), mais le nouveau Calvin Coolidge.

        • Je prépare un texte pour bientôt dans lequel j’expliquerai ce que j’aime chez Ted Cruz et ce que j’aime moins chez Rand Paul. Mais je peux déjà vous dire que je suis déjà convaincu que Ted Cruz va davantage séduire le rank-and-file. Il fait ses discours spontanément, sans aucunes notes, avec une maîtrise entière de ses sujets.

    • Stéphane Boulots
      8 avril 2015 at 13 h 44 min

      Il suffit d’assister (genre au resto, soirée prévue pour être sympa) à une discussion entre un partisan du Tea Party et un démocrate pour vous faire changer d’avis …

    • @ Jacques

      « l’acronyme TEA signifie « Taxed Enough Already » (déjà suffisamment imposés) ».

      C’est joli! Mais historiquement, c’est une interprétation très libre!!!

      L’origine est bien le « Boston Tea Party »!

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Boston_Tea_Party

  • Le Tea party est d’extrême droite ?!

    • Pas selon vous et moi, bien sûr, mais les journaux pro-démocrates le voient différemment.

      • Disons qu’en comparaison du KKK, le Tea Party n’est effectivement pas d’extrême-droite.
        L’extrême-droite aux USA ça correspond littéralement aux racistes. C’est ça la liberté d’expression.

        • surtout quand on connait un peu l’histoire, on soit que le KKK était démocrate. Une des spécialités du KKK, était de dissuader les gens de voter Républicain batte de baseball à la main, et organiser de vastes fraudes électorales en faveur des Démocrates.

          • anti gros minet
            8 avril 2015 at 16 h 45 min

            c’est normal : au 19ième siècle, dans les états du sud, les démocrates était pour l’esclavage et les républicains contre, en schématisant grossièrement …

    • non il est ridicule de dire que le tea party est d’extrême droite (voir mon commentaire au dessus). bien sûr, les gauchistes le qualifient d’extrême droite pour le discréditer (la gauche a tjs eu des tendances fascistes).

      • Non pas des tendances fascistes : bolchéviques. Inutile de coller un terme qui n’existe pas dans leur famille politique.

      • Ne pensez-vous pas que droite et gauche sont des notions vraiment trop vagues et, en même temps « impures » (les soviétiques étaient-ils tous vraiment « de gauche »?), et, en plus, liées à une conception un peu plus « objective », si on en parle dans un contexte national, mais moins parce que contexte différent de celui d’un autre pays.

        Idem pour une notion comme « jacobin », franco-française, mais peu comprise ailleurs.

        N’oublions quand même pas que droite et gauche sont simplement les côtés de l’hémicycle où siègent les députés des différents partis, ce qui peut changer à chaque élection.

        On a bien vu qu’au parlement européen, M. Le Pen a échoué à créer un groupe parlementaire: c’est quand même bien le signe que les partis dits « d’extrême droite », ont des nuances trop importantes entre eux!

        Une chose est d’aller à l’étranger soutenir un « camarade », dans un meeting à slogans et une autre de se mettre d’accord pour voter de conserve des motions, des projets de loi ou des nominations.

        Quand on aborde, par exemple, un sujet comme le mariage gay, il est de la compétence des états, aux U.S.A.: beaucoup d’états l’ont adopté, pas mal d’autres le refusent! Des états se portent bien, d’autres sont au bord de la faillite. En France, avec un système « jacobin, les régions n’ont pas la même indépendance législative!

        Et hors des élites intellectuelles, qui comprend, en France, un système fédéral? Et en Europe, peut-on comparer la Suisse et l’Allemagne?

        La manière officielle de concevoir la religion, en France, sur base de cette loi séculaire qui continue à faire problème, a-t-elle quelque chose à voir avec celle des U.S.A. où on prêtait serment sur la bible et où la monnaie porte la mention de la devise nationale: « In God, we trust »?

        C’est un peu pareil avec les subsides d’état, d’un côté, le sponsoring privé ou des Cies, de l’autre qui aident l’école privée, les universités, les candidats aux élections, la « culture », les hôpitaux, la conservation des bâtiments « historiques » et les églises!

        Par contre, les U.S.A. sont un pays à forte tendance libérale, dans la mesure ou l’individu peut encore, dans des cas moins nombreux qu’on ne croit, réussir au-delà de toute espérance en partant de rien. À condition d’avoir de la chance, une bonne idée, beaucoup de travail (oubliez les 5 semaines de vacances et bien d’autres choses des 2 kilos de code du travail !) et un bon créneau. Alors qu’Ici, le plus important sont les relations!

        Bien sûr qu’il y a des aides et subsides mais distribués pour des motifs de stratégie politique quasi internationale!

        C’est la faiblesse de l’article: les comparaisons y ont peu de sens, les différences, bien plus!

        • Stéphane Boulots
          9 avril 2015 at 20 h 18 min

          « Ne pensez-vous pas que droite et gauche sont des notions vraiment trop vagues » : vous avez en grande partie raison : ces notions sont polluées de toute part de holdup politiciens : quand on explique par exemple que l’abolition d l’esclavage aux US est due aux républicains et que le sud votait majoritairement démocrate, la majorité des Français n’y croient pas…

          Pour revenir à la définition originale (pour ou contre le Veto du Roi) : la droite a une vision pyramidale de l’organisation sociale, avec l’Etat incarné en haut, la Nation appartient à l’Etat – la gauche a une vision aplatie de l’organisation sociale : le Peuple est souverain et confondu avec l’Etat, tout (y compris la Nation) appartient au peuple.

          De là découle les positions divergentes sur l’ordre (le Droit divin, naturel… ou positif), l’égalité (de destin, de droit, de condition) etc…

          L’URSS était bien de gauche : la société y était organisée horizontalement, même si le parti y était organisé hiérarchiquement.

          • Merci de ces précisions que j’ignorais (en particulier, les conséquences).

            En fait, du moins, par rapport à la France, je me considère soit moins radical, soit plus « chèvre-choutiste », ce qui nécessite de la nuance et du pragmatisme, contrairement à « la politique de la parole » française où la langue, le « verbe », l’éloquence du discours ou le génie des « petites phrases » emportent facilement l’adhésion populaire, si importante en période pré-électorale.

            Comme le père Le Pen, le « poids des mots » ne valant que par le poste qu’on occupe, lui-même étant subitement considéré comme un « has been » décon…nt, sans importance et donc mis au rancard! Oui, c’est cruel même si c’est mérité.

            Le pragmatisme incline plus à la mémoire (avec plus ou moins de rancune) et à ce qui a été accompli ou commis dans le passé plus ou moins récent.

            Les politiciens sont aussi pragmatiques, capables d’abandonner aisément une idée ou une promesse de la couleur idéologique qu’ils avaient pourtant défendue, pour se rendre à l’évidence que ce n’est pas, dans les circonstances du moment, la chose à faire.
            (Ou s’arranger avec leurs « convictions » pour un poste satisfaisant mieux leur narcissisme spontané nécessaire dans la « profession »).
            (la « soif de pouvoir » m’a toujours paru représenter un narcissisme exacerbé, à la limite de la pathologie psychiatrique! D’ailleurs, ces menteurs se disent volontiers « au service de la nation », quand on les voit plutôt accumuler honneurs et faveurs à de hauts postes de responsabilités dans des domaines variés où ils se pensent chaque fois « omnicompétents »! Étonnant! N’est-il pas? En tout cas, plus qu’à la limite du crédible.)

            Quant à la Chine, l’hypocrisie pragmatique ne lui fait pas honte non plus. Ce pays, officiellement toujours à parti communiste unique, comprendrait 83 – si ma mémoire est bonne – milliardaires en $ sur les +/- 1 000 députés votant d’ailleurs tous comme un seul homme.

            J’évite pourtant de critiquer ce pays: qui peut leur apprendre comment faire fonctionner un pays de 1.300 millions d’habitants? Je crois que c’est une première et, par simple exemple, si on prend la même proportion de prisonniers qu’en France – où, sait-on, les peines de < 3ans sont rarement accomplies – ça fait tout de même 1,3 million de prisonniers: nous refusons la peine de mort, mais eux, ont-ils le choix?

            Idem pour les contestataires voulant soulever la population contre le système. Qu'en faire? Leur accorder des tribunes dans la presses? Ne sont-ce pas des caprices de "gosses de riches"?

            Les Soviétiques aussi étaient pragmatiques, mêlant l'horizontale, (selon votre image) pour le peuple (les universitaires moins payés que les mineurs, mais je ne dis pas que c'est injuste!), mais en conservant par contre la verticale du pouvoir avec les avantages attachés: datcha, voiture … mais limogeage, cruel aussi, à la clé, si la pyramide n'est pas respectée.

            J'ai la conviction que dans les partis et groupements politiques, ce système existe partout: on ne vous laisse monter en grade que 1° si votre nom rapporte des voix et 2° si on vous "tient" par quelque piège dans lequel vous êtes tombé et dont "on" se rendra compte publiquement, réprobation incluse, afin que vous "redescendiez l'escalier"! Faire autrement serait dangereux: il est clair que A. Tsiprias et A. Drimiotis s'entendent parfaitement, l'un chargé de faire peur (Driotis) et l'autre de capituler contre compensations plus ou moins symbolique (Tsipras). Alors eux, l'extême gauche? Dans les mots, oui, dans les comptes, non! Mais cela arrange bien la "troïka", pas assez bête pour ne pas se rendre compte que l'austérité imposée avait rendu inefficaces les prélèvements de toutes sortes. Mme Ch. Lagarde avait été la première à le reconnaitre.

            • Stéphane Boulots
              10 avril 2015 at 8 h 55 min

              @Mikylux : vous avez parfaitement raison, c’est ce que Platon critiquait déjà il y a quelques dizaines de siècles dans ‘La République’ et qui est en fait une critique de la démocratie : l’absolu en politique n’existe pas, tout est une question de relativité : le principe dans une démocratie n’est pas d’avoir raison ou d’avoir tord, mais de regrouper le maximum de gens.

              Kasparov disait : ‘la stratégie consiste à savoir quoi faire quand il n’y a rien à faire, la tactique à savoir quoi faire quand il y a quelque chose à faire’

              Le gros problème en politique est de savoir allier stratégie et tactique. Quand la stratégie est foireuse, comme en ce moment en France, ou en URSS, mais également à la fin de l’Empire Romain, à la suite de Louis XIV, pendant la III° et IV° république … la tactique essaie de combler le vide de sens et on se retrouve avec ce que de Gaulle appelait ‘le régime des partis’ : ce qui mène la danse n’est plus les idées, mais les petites phrases, les interprétations, les mensonges, les discussions de bistrots, les poncifs moralistes, les mythes … la ‘normalitude’

              Ce sont les mythes qui étouffent la politique : ils empêchent d’avoir une vision posée, claire, pragmatique, réelle de la situation.

              Genre : « Cocorico, nous sommes le pays le plus touristique du monde » … quand on y regarde de plus près, on se rend compte que les étrangers en transit (les hollandais qui vont en vacances en Espagne par exemple) faussent complétement les chiffres : nous sommes loin derrière l’Espagne et les USA, deux pays qui ont ‘bizarrement’ une réputation en France d’être insipides culturellement, culinairement, historiquement, touristiquement …

              Les Français sont les champions du monde de l’arrogance : de la croyance dur comme fer dans des mythes qui ne reposent sur rien.

              Ce que vous appelez du pragmatisme n’en est pas (le pragmatisme est d’être tourné vers le réel à priori), c’est exactement l’inverse : c’est du rationalisme pur et dur et qui se heurte au plafond de verre de la réalité : c’est de repousser le réel dans le posteriori.

              Les Français (mais aussi les Russes) sont les champions du monde du cartésianisme, du rationalisme, de la raison érigée en religion : c’est de là qu’ils puisent leur créativité à élaborer des mythes, des généralités, des raisonnement qui sont très beaux, mais complétement déconnectés du réel.

              Il n’y a pas plus croyant qu’un athée, pas plus intégriste qu’un rationaliste, pas plus sur de lui qu’un intellectuel … on oublie trop souvent que la ‘raison’ n’a absolument pas besoin du réel pour exister, que le mythe n’est qu’une tentative de rationaliser des choses complexes, incomprises … mais aussi accessoirement, un excellent instrument pour manipuler les foules.

              Le mythe c’est le confort intellectuel.

              • L’arrogance française ne repose pas sur des mythes mais sur la réalité de son histoire et de ses réalisations, intellectuelles, artistiques, industrielles, politiques, militaires, etc.
                « Impossible n’est pas français » résume bien cette histoire et cet héritage.

                • Stéphane Boulots
                  10 avril 2015 at 14 h 47 min

                  Les réalisations, intellectuelles, artistiques, industrielles, politiques, militaires, etc. sont indéniables : vous touchez exactement au problème des Français : ils s’imaginent que parce qu’on a été premier de la classe un jour, on a ‘le droit’ de l’être pour toujours, c’est à dire sans rien faire, juste en le disant et en le clamant.

                  Allez travailler 1 an dans une multinationale (n’importe laquelle) qui compare les pays entre eux et vous verrez vite que la France est considérée comme LA catastrophe du monde, tant au point du vue économique que politique.

                  Vous n’avez pas remarqué que toutes les multinationales qui avaient presque toutes leur sièges Européens à Paris jusque dans les années 2000 les ont transféré ailleurs en Europe ?

                  L’histoire de France ‘pays des lumières’ est un de ces mythes.

                  • Pas sans rien faire évidemment. Mais surtout pas en détruisant son identité, en imposant une immigration massive, une mémoire et des valeurs qui ne sont pas les siennes. Et pas en la subordonnant à l’Allemagne et aux USA.
                    C’est ce contre quoi lutte le FN, en tant que SEUL parti patriote (malheureusement pour les libéraux qui comprennent qu’il ne peut y avoir de liberté individuelle sans souveraineté nationale).

                    • Stéphane Boulots
                      10 avril 2015 at 19 h 09 min

                      Le FN ne défend pas une seule seconde la souveraineté nationale mais la souveraineté populaire, c’est écrit noir sur blanc dans leur programme : proportionnelle, référendum populaire, « Le peuple français doit être maître chez lui », Etat fort, etc…

                      Le FN est un parti d’extrême gauche

                    • N’importe quoi.

                  • Dire que la France est LA catastrophe du monde est tellement excessif que c’est insignifiant.

                • @ HervéM

                  Qui vous a présenté « la réalité de son histoire et de ses réalisations, intellectuelles, artistiques, industrielles, politiques, militaires, etc. » si ce ne sont des Français, depuis l’enfance?

                  C’est bien la transmission de ce discours de génération en génération qui a créé le « mythe français » (à usage interne), base d’un chauvinisme au corollaire suggestif de supériorité, proche d’une condescendance pour ce qui n’est « pas français » et on commence à flirter avec la xénophobie!

                  L’exagération du processus est le syllogisme du Front « national » avec ses emblèmes (flamme tricolore, drapeaux, Jeanne d’Arc) et son prétexte vertueux: le patriotisme, base et utilité de « l’enseignement national »!!!

                  (Je ne suis évidemment pas Français; et sans doute moins sensible au discours qu’à l’action, au mythe qu’à la réalité vécue, au raisonnement qu’à la constatation!)

    • Non je ne pense, le problème est que certains de ses éléments sont, malheureusement, anti-immigration et ça suffit donc pour le classer comme extrémiste alors que c’est un mouvement avant tout économique.

      • Non ça ne l’est plus. C’est depuis un mouvement identitaire américain et donc un nationalisme qui se cache derrière la défense de la Constitution. Ce qui leur permet de défendre aussi bien le free market, que l’arrêt de l’immigration ou restreindre les droits à l’avortement. C’est un mouvement conservateur un peu plus radical mais il ne contient aucune originalité par rapport à l’offre politique habituelle. Le temps des libertariens est passé depuis longtemps.

        • « un nationalisme qui se cache derrière la défense de la Constitution »

          Même si elle n’est pas parfaite la constitution américaine reste une valeur sure. Si je suis pour changer la constitution française car c’est une habitude icije pense qu’il serait très dangereux de changer quoique ce soit à la constitution américaine qui a été stable sur 200 ans. J’aime les américains qui défendent avec acharnement leur constitution.

          • @ un_lecteur

            Je suis d’accord avec vous!
            Aux U.S.A., la constitution est un « noli tangere » sacré.

            La prochaine République aura le n°6 (sans compter quelque modifications décidées en « congrès » à Versailles).

            Comparer la république française (« jacobine ») de 66 millions d’habitants à une union fédérale d’états de 300 millions d’habitants est déjà improbable!

  • le problème de la classification de l’extrême droite c’est que tous les spécialistes de l’extrême droite viennent de l’extrême gauche ou de la gauche et donc ils ne sont pas objectifs et impartiaux, ils ont tendance à qualifier d’extrême droite tous les gens qui les gênent. c’est typique de la gauche: diaboliser ces adversaires en voulant les faire passer pour des extrémistes (ou des fascistes). il est très dur de dire qui est d’extrême droite. cependant, pn peut dire qu’aux usa, il n’y a ni extrême droite ni extrême gauche. en europe, il y a deux grandes tendances: extrême droite traditionnelle (aube dorée, …)surtout dans l’europe de l’est et extrême droite populiste et démagogique (fn, ligue du nord,…) ces partis ont souvent un passé d’extrême droite traditionnel mais il y a eu une évolution vers un parti populiste. il ne faut pas confondre cette extrême droite avec la droite nationaliste à tendance populiste et xénophobe (UKIP, UDC (en suisse), PVV (aux pays bas),…). la différence réside en dans le degré de populisme (un parti comme le F N est juste un parti populiste alors que l’UKIP bien qu’à forte tendance populiste a quand même un programme réaliste). il n’y a rien d’anormal de voir un parti de droite nationaliste participer au gouvernement (il se peut que le parti conservateur s’allie à l’ukip pour gouverner) alors qu’il y a très peu de chances de voir un parti d’extrême droite participer au pouvoir. l’autre différence réside dans le fait que les partis de droite nationalistes sont des vrais partis de droite (ils ont un électorat qui vient de la droite, ils ont des programmes économique de droite,…)alors que l’extrême droite a souvent plus en commun avec l’extrême gauche qu’avec la droite traditionnel

    • @ Jacques

      Preuve s’il en est qu’il faudrait abandonner la notion de « droite » et « gauche » (et sans doute de « centre ») trop vague et relative, imprécise. On peut dire la même chose « d’extrême », de « radical » ou « modéré »!

  • Le FN ? Un parti tout à fait dans le moule de la Ripoublique Socialiste. Le programme de fond est le même que celui des autres partis. Seuls changent les boucs émissaires désignés à la vindicte des électeurs, de plus en plus difficiles à trouver à mesure que les moutons se font moins nombreux.

    Sensibilité française ? La sensibilité de la caste politicienne, sans doute. Mais sûrement pas celle de la majorité de la population française qui vote avec ses pieds ou, pour ceux qui restent, refuse désormais d’apporter la moindre caution aux partis uniformément socialistes en lice dans la bouffonnerie démocratique.

  • tant que nous ne sortirons pas de l’ état providence, tous les partis , sans exception seront plus ou moins les mêmes… « voleur, et dominant ».

    • anti gros minet
      8 avril 2015 at 12 h 13 min

      oui , l’état providence, voila l’erreur ! mais comment sortir de ça ? quand on voit qu’il a fallu le 49 3 pour faire passer les réformettes à macron et que les grecs viennent de voter à l’extrème gauche … on est pas encore sortie de l’auberge !

    • Le plus et le moins se distinguant par l’extrémisme politique (et l’incapacité à se remettre en question), permettez-moi de préférer les modérés à ceux qui prônent la violence pour arriver à leurs fins. Question de survie.

  • « Le protectionnisme est hors de question. »

    Pardon mais nombreux sont les têtes d’affiches du Tea Party à y être favorable. Cela fait belle lurette que ce mouvement n’est plus uniquement libertarien.

    • Oui le Tea Party est un libéralisme de combat, de la classe moyenne blanche, avec ses valeurs morales traditionnelles (religion chrétienne, famille, travail, communauté), contrairement au libéralisme universitaire, élitiste et déconnecté des libertariens. Ces mêmes valeurs qui sont vouées au pilori en France,
      comme l’a montré la répression politico-médiatique de la Manif pour tous.

      Tous les partis patriotes européens sont dit « populistes », « identitaires » et « extrémistes »…cherchez l’erreur !

      Tous les partis patriotes européens

      • Et c’est pour ça que le Tea Party est en grosse perte de vitesse et que l’establishment du GOP a pu reprendre les commandes, ces choses dont vous parlez sont TOTALEMENT à l’opposé des valeurs américaines.
        Quelques politiciens du Tea Party s’opposent aux traités de libre échange (et pour un mouvement qui est free market c’est du pur n’importe quoi soyons clair) alors qu’une très grosse majorité du GOP est pour.

        Depuis que le TP est envahi par des gens à la pensée rétrograde il ne m’intéresse plus du tout.

        • C’est tellement à l’opposé des valeurs américaines que ce sont des valeurs dites « conservatrices »…cherchez l’erreur !
          Comme la plupart des libéraux francais vous êtes un grand dadais de naïf, un idiot utile (pardon) pour ceux qui tirent les ficelles et qui n’ont rien de libéraux.

        • Et vous oubliez que les premiers libéraux de l’histoire, les inventeurs du libéralisme que sont les Levellers, défendaient ces valeurs, inspirées par leurs convictions religieuse anabaptistes.
          Et les révolutionnaires américains, dont le Tea Party s’inspire, étaient poltiquement des Levellers.

        • « Depuis que le TP est envahi par des gens à la pensée rétrograde il ne m’intéresse plus du tout. »

          Pareil que vous. Il s’est fait noyauter par quelques ultras du GOP car le néoconservatisme n’est plus à la mode depuis la fin du 2ème mandat Bush. Ce sont des opportunistes à peu près aussi libéraux que le sont les gars de la « droite populaire » en France.

        • Stéphane Boulots
          8 avril 2015 at 21 h 25 min

          Noyauté dès le début.

          Pareil que vous : le TP défend une vision nostalgique de la ‘vraie’ Amérique qui n’existe que dans les histoires et qui n’a absolument rien de libérale.

      • Il y a une différence entre parti « patriotique » et parti « nationaliste »?

        Si un pays signe un accord international soumettant une partie de sa souveraineté à l’U.E. contre le pouvoir d’influencer la politique de cette U.E. sur 27 autres pays, est-ce une faute patriotique, comme le prétend, entre autres, M. Le Pen, ou une faute d’un point de vue nationaliste anti U.E? C’est bien la patrie et/ou la nation qui a signé l’accord et donc l’engagement?

        Par contre, faire semblant qu’en refuser après les exigences signées ensemble, à l’unanimité, sous prétexte habituel du bouc émissaire européen, usé à force d’avoir été utilisé, coupable de toutes les fautes et manquements exclusivement français est patriotique, c’est une faute de logique, typiquement nationaliste exprimant indéniablement cette vieille idée: l’ Europe sera française ou elle ne sera pas!
        Comme Tatcher voulait une Europe de pur libre échange, sans rien d’autre.
        Et comme A; Merkel l’aura! Cameron (hors zone €) étant pro-U.E., maintenant, profitant que la France a beaucoup perdu de son crédit, et déjà pas mal de pays s’apercevant qu’une gestion raisonnable de l’état permet enfin des initiatives politiques profitant d’une mini-croissance retrouvée!

        C’est, en plus, déjà sérieusement hypocrite: depuis le début, l’administration française a occupé le terrain et c’est bien de là que proviennent « les normes acceptables de courbure du concombre ». C’est bien l’ensemble européen qui a permis à la France de conserver autant son patrimoine agricole, en fermant les petites fermes condamnées par l’avenir technologique qui permet actuellement aux fermiers restants de vivre de leur production, avec GPS dans la cabine du tracteur, cabine ni trop chaude ni trop froide, par air conditionné, mais qui produisent, seul, ce que faisaient 3,4 ou 5 personnes avant!

        Cracher sur un ennemi extérieur coupable à votre place, ce n’est pas patriotique, c’est infantile: « ce n’est pas moi (le coupable), c’est lui: l’U.E., le réchauffement, climatique, l’Allemagne, les chômeurs, les immigrés, bref, les autres! »

        Tout le monde européen connait maintenant les causes du « mal français »: trop de lois et de règles accumulées, trop de complications, trop d’administration, état anormalement coûteux, trop d’élus,pas de fusions des municipalités suffisantes, régions dépensières et réformes impossibles à cause de syndicats de fonctionnaires et autres, en peau de chagrin que personne ne veut affronter, jouant encore à la lutte de classes! (les aiguilleurs du ciel, métier de pauvres malheureux précaires défavorisés, avec un salaire de misère, comme chacun sait actuellement, qui ont besoin d’emmerder des dizaines de milliers de voyageurs dégoutés).

        Que la France mette de l’ordre chez elle, elle sera la première à en profiter! Mais la « droite » la plus bête du monde préfère tellement ses querelles intestines pour placer individuellement, ses pions, dans la course à l’échalote que de présenter une proposition de loi à l’assemblée! C’est sans doute sans espoir jusqu’en 2017, sauf si vous vous faites taper sur les doigts, en mai, par l’U.E. qui trouvera, à raison, que l’état ne fout rien et que ce n’est pas les lois aussi idiotes qu’inutiles sur le droit des homo’s à donner leur sang (article récent), votées en catimini, à la nuit tombée par 19 députés sur 577, en séance qui voue permettront de vous en sortir, la tête haute, en accusant « les autres » de vos bêtises! Et c’est bien toutes ces bêtises hebdomadaires qui font les abstentions, les votes blancs et l’augmentation des voix FN. (parti bien plus plus nationaliste qu’hypocritement patriote, mais qui profite du ras-le-bol général.

    • le tea party est loin d’être parfait, je vous l’accorde mais reste le mouvement le plus libéral (au sens francais du terme). ce mouvement représente une chance pour les USA et pour les libéraux (tjs au sens francais du terme). si vous attendez un mouvement politique soit parfaitement comme vous le voulez , vous risquez d’attendre très longtemps. Il a toujours de choses qui nous plaisent moins dans un mouvement politique. une partie du progamme avec lequel on n’est pas d’accord. c’est d’ailleurs, le problème d’un certain nombre de libéraux et de libertariens francais qui préfèrent chicanner sur des détails au lieu de s’unir pour combattre le socialisme

      • Je ne soutiendrais pas un mouvement ayant des éléments anti libre échange, c’est inacceptable.

        • donc vous préfèrez que les démocrates (ou que les républicains dit « modéré) aient au pouvoir et continuent dans la spirale étatiste. le tea party permet d’influencer l’ensemble du parti républicain qui était devenu de plus en plus étatiste. Rand Paul est une chance historique pour le libéralisme. je doute que cette chance se reproduise avant de nombreuses années. le sectarisme de certains libéraux francais (et surtout des libertariens) explique en grande partie l’échec du libéralisme en France. je suis d’accord que parfois, voter pour la gauche pour qu’elle détruise encore plus le système social et qu’elle permette des réformes libérales est une excellente stratégie (perso, je me réjouit qu’Hollande ait été élu et j’espère qu’il sera réélu tout comme je me réjouit de la réélection d’Obama par rapport à l’autre clown) mais là ce serait suicidaire car si Paul n’est pas élu, je doute que les USA arrive à sortir de leur spirale étatiste

          • Bof, Mitt Romney aurait suffit pour réduire le rôle de l’Etat car il est plus modéré. Rand Paul aurait beau être président il lui faudrait le soutien du Congrès pour baisser la dépense, hors s’il en demande trop il ne l’aura pas, seul des compromis et du doigté le permettront.
            J’apprécie Rand Paul, mais il aurait du mal à gouverner.

            De plus les USA ne sont pas « dans une spirale étatiste », en tout cas par rapport au reste du monde développé, le pays reste relativement libre..Après tout ils sont le seul pays où le gaz et pétrole de schiste a pu être exploité grâce à cela tandis que l’Argentine et la Chine échouent constamment depuis 2012. Même les démocrates commencent à réformer dans certains Etats et à réduire la voilure comme récemment à Chicago et dans le Rhode Island car les réalités économiques les obligent vu que les Américains sont bien plus pragmatiques que les Français.
            Obama et certains démocrates soutiennent même le libre échange et tentent de rallier d’autres démocrates pour essayer de passer le TPP (traité de libre échange avec l’Asie-Pacifique) car ils se rendent compte que c’est en réalité bon même s’ils disent l’inverse en période électoral (comme Obama qui a critiqué l’ALENA).
            Bref, faut pas non plus exagérer. Les Américains sont pragmatiques, certains Etats ont déjà fait de l’excellent boulot pour réduire l’empreinte de l’Etat, les dépenses et les impôts comme le Texas ou la Floride, de plus c’est le pays qui a choisi Reagan comme président, y a zéro inquiétude à avoir.

            • justement, c’est là la différence entre Ron Paul et Rand Paul : Rand Paul sait faire des compromis ce qui lui laisse non seulement une chance de se faire élire mais de réussir à faire passer les réformes nécessaires. Mitt Romney n’aurait pas tenu ses promesses de réduire l’état. Il aurait été comme Bush (en étant un peu moins interventionniste), il aurait fait bcp de mal au parti républicain (tout comme Obama fait bcp de mal au parti démocrate aujourd’hui). les USA ne sont plus dans le top 10 en termes de libertés économiques. Rommey urait fait un mauvais président (d’ailleurs, la plupart des républicains n’étaient pas vraiment motivés par Rommey, regardez la difficulté avec lequel il a gagné les primaires alors qu’il n’y avait aucun candidat sérieux). si Rommey avait été élu, il aurait eu à subir les conséquences de la politique étrangère désastrueuse d’Obama, il ne m’a apparu très doué en politique étrangère d’Obama, je doute qu’il aurait réussi à réparer les dégats causés par Bush et Obama. un petit parrallèle historique: Bush est Nixon (le républicain étatiste et interventionniste qui mène une politique désastrueuse et qui enlise les USA dans une guerre coutueuse), Obama est Carter (le démocrate complétement nul qui met les USA en retrait du reste du monde et qui nuit à la puissance américaine) sauf qu’Obama est encore pire que Carter (il est tout simplement le pire président des USA, il dépasse même Bush) puis vient Reagan (espérons Rand Paul) qui refait des USA une grande puissance et qui brise la spirale étatiste.

              • « Mitt Romney n’aurait pas tenu ses promesses de réduire l’état. Il aurait été comme Bush (en étant un peu moins interventionniste), il aurait fait bcp de mal au parti républicain »

                Nous sommes en désaccord sur ce point. Il ne l’aurait sans doute pas réduit massivement mais il y aurait eu une réduction progressive néanmoins. Sa volonté de simplifier radicalement le système fiscal et réduire l’impôt sur les sociétés à 25% était à la fois ambitieuse et réaliste..Un exemple parmi d’autres. Il n’aurait sans doute pas éliminé Obamacare mais il l’aurait sans doute transformé pour qu’il soit moins coûteux et bien moins intrusif, ça aurait été un compromis acceptable en l’Etat.

              • Espéront…

              • À lire vos préférences présidentielles, je me dit qu’heureusement, vous n’êtes pas citoyen U.S.! Vos préférence n’auraient été récompensées qu’avec R. Reagan!!!

                L’hypocrisie des U.S.A. qui s’en défendent mais pourtant distribuent des subsides croquignolets à leurs entreprises stratégiques, de façon souvent discrète, savent très bien qu’il faut renvoyer l’ascenseur aux généreux donateurs de campagne électorale pour éviter que le robinet se ferme!

                Votre idéologie vous égare sans doute un peu: la politique n’est que « l’art du possible » et c’est très français de croire que c’est la politique qui gouverne comme si elle pouvait tout, alors qu’elle est complètement larguée avec ce qui se passe, dans la réalité.

                À mon avis le politiciens français le plus libéral connu reste A. Madelin, dont le succès fut pour le moins discret.

          • Rand Paul fera les mêmes résultats que son père. A tous les Caucus c’est le même refrain chez les libéraux et à chaque fois c’est le même résultat. Tout le monde croit que sa campagne est exceptionnelle alors qu’on se raconte seulement des histoires et que l’électorat républicain ne bouge pas d’un iota, lui.

            • Ne pensez-vous pas qu’aux U.S.A., la plupart des citoyens pigent que pouic à la politique surtout fédérale: Ils connaissent leur président et leur gouverneur, le reste?

              C’est un sport français de parler (pour critiquer, le plus souvent) de politique, dans les bistrots. Dans bien des pays, on se dit d’un parti sans trop pouvoir expliquer: c’est comme ça depuis toujours (parfois de père en fils, et chez les politiciens de plus en plus) et ça ne changera sans doute pas. Les raisons précises: ???

              • Stéphane Boulots
                10 avril 2015 at 14 h 57 min

                Euh … c’est pas qu’ils ne comprennent pas, c’est qu’ils ne considèrent pas l’Etat comme le centre du monde.

      • Stéphane Boulots
        8 avril 2015 at 20 h 03 min

        @jacques :

        Le Tea-Party défend une vision nostalgique de l’Amérique et est un mouvement contestataire avant d’être libéral : son objectif n’est pas le respect des droits naturels et la diminution de l’Etatisme, mais la diminution de l’Etat fédéral au profit des Etats fédérés et l’imposition d’un droit civil renforcé qui suit une morale sévère et puritaine.

        Le « libéralisme » du Tea Party n’est pas philosophique comme celui de Locke qui se base sur la tolérance et la diversité, mais nostalgique et se base sur une doctrine morale stricte, intolérante et égalitariste, y compris dans le domaine économique.

        • Le libéralisme « philosophique » n’a strictement aucun intérêt, contrairement au libéralisme de combat des Levellers, des révolutionnaires américains, du Tea Party et des milices actuelles, qui CHANGE les choses.

          • Stéphane Boulots
            9 avril 2015 at 6 h 23 min

            Le principal effet du TP aux US a été d’envenimer le débat politique, de caricaturer et de décridibiliser le GOP et donc de permettre un second mandat à Obama, tout comme il permettra à Clinton de gagner les prochaines élections.

            Le TP ne fait que renforcer les démocrates qui ont trouvé un épouvantail qui effraie les foules.

            C’est d’ailleurs le point commun avec le FN : leur principale resultat par leur intransigeance et leur populisme est de créer un rejet profond et ainsi d’empêcher les réformes libérales en favorisant le socialisme par réaction.

            Ces deux partis permettent au socialistes de se lâcher.

            Personne aux US ne veut de retour à la morale puritaine des quakers, même les gens qui votent pour le TP.

            • Vous avez tout faux. 
              On défend mieux ses idées en faisant 25% des suffrages exprimes à une élection qu’en faisant 5%.
              Les Quakers n’ont rien à voir avec les Puritains, ils sont même à l’opposé sur le plan religieux.

              • Stéphane Boulots
                9 avril 2015 at 7 h 30 min

                Ah oui et ils ont changé quoi le TP au US ?

                Grace a eux les démocrates sont au pouvoir pour 20 ou 30 ans et le pays est ingouvernable, le libéralisme économique est devenu un homme de paille et les débats societaux débiles devenus le seul sujet de debat.

                Ne me racontez pas que des discussions sur la peine de mort ou l’avortement sont des sujets qui font avancer le libéralisme…

                • Il a déjà le mérite d’exister. Le reste viendra ensuite … ou pas. Tous les combats ne mènent pas à la victoire. 
                  On peut dire la même chose du combat patriotique en France. 

                  • Stéphane Boulots
                    9 avril 2015 at 8 h 26 min

                    Ne pas mélanger patriotisme et nationalisme : le FN n’est pas patriotique (contrairement à ce qu’il dit) il est nationaliste : le patriote défend son mode de vie, sa culture, le nationaliste défend l’Etat-nation, le pouvoir.

                    Le TP est absolument contre l’Etat-nation, le FN absolument pour.

                    Et franchement, je ne suis pas sur que le mode de vie actuel (le vrai, le réel) en France soit un sujet qui mérite d’être défendu (ca voudrait dire défendre le crypto-marxisme actuel ?), mais c’est une autre histoire.

                    • Le FN est bien patriote puisqu’en s’opposant à l’immigration il défend notre culture (greco-latine, chrétienne et libérale) et notre mode de vie.
                      Le problème est que les patriotes de droite et de gauche ont été éliminés des appareils politiques. Il ne reste plus que le FN pour défendre cette valeur.
                      Si vous n’êtes pas prêt à défendre votre culture et votre mode de vie c’est que vous êtes prêt à accepter celui que d’autres vont vous imposer. C’est une attitude peu reluisante. 

                    • Stéphane Boulots
                      9 avril 2015 at 11 h 22 min

                      Le FN vend du nationalisme pour du patriotisme : on peut tout à fait défendre sa culture sans l’Etat Providence.

                      Pour ce qui est de la perte de culture je vous rejoint : la seule culture qui reste est l’arrogance et la nostalgie.

                    • Le FN nationaliste ? C’est une plaisanterie.

                    • « Si vous n’êtes pas prêt à défendre votre culture et votre mode de vie »

                      Visiblement le FN n’est pas prêt à défendre notre culture, notre civilisation, nos valeurs et notre mode de vie puisqu’il défend fermement l’idée de tendre les fesses lâchement en direction du Kremlin…

                    • N’importe quoi.
                      Le FN est pour un changement d’alliance, et vu la subordination de la France aux USA il n’a pas tort.

                    • Stéphane Boulots
                      10 avril 2015 at 9 h 03 min

                      Le FN est une mafia familiale, composée d’incompétents notoires, de frustrés, de paumés et de revanchards. Leur seul objectif est de prendre le pouvoir pour cachetonner au frais du contribuable.

                      Leur programme n’existe que dans un seul but : rassembler le maximum de gens qui auront eu la faiblesse d’écouter le chant des sirènes.

                      Ce pays est foutu : il faudra énormément de courage pour le redresser et les solutions miracles sorties du ‘bon sens populaire’ sont juste une escroquerie qui flatte l’égo des électeurs.

                      La seule question est de savoir comment faire pour que les gens s’en rendent compte : les gens ne croient que ce qu’ils ont envie d’entendre.

                    • Diabolisation …

                    • Stéphane Boulots
                      10 avril 2015 at 15 h 18 min

                      Trop fort : un objectiviste qui parle de diabolisation … MDR

                      Mais le diable ne serait-il pas justement une des ces choses qui « disparaissent quand on arrête d’y croire » ? Vous voulez dire quoi ? Que j’affecte un jugement moral subjectif au FN ? Que par là même, je risque d’influencer le jugement des gens en y introduisant des valeurs subjectives ?

                      Ah oui … le FN n’est pas diabolisé, c’est un parti ‘normal’ qui ne tire pas du tout, mais pas du tout son succès du mal que l’on dit de lui et qui le classe comme un parti ‘à part’ … donc il suffit de dire que c’est un parti comme les autres, c’est à dire de dire ce que MLP dit et redit depuis des années pour être moralement jugés comme diabolisant : MLP a le droit de le dire, mais pas moi …

                      C’est un parti comme les autres : diabolisation, c’est un parti pas comme les autres : diabolisation …

                      On croit rêver …

                    • « Diabolisation … »

                      C’est vraiment fatiguant ce genre de victimisation dès qu’on émet une critique…

                      « Le FN est pour un changement d’alliance, et vu la subordination de la France aux USA il n’a pas tort. »

                      Sauf que la Russie ne défend pas les valeurs de notre civilisation mais l’inverse… Ils ne s’en cachent même pas puisqu’ils disent lutter contre l’occident… Sinon la France n’est pas subordonné aux USA, elle joue pour son camp et c’est tout à fait normal…

                    • « Le FN est une mafia familiale, composée d’incompétents notoires, de frustrés, de paumés et de revanchards. Leur seul objectif est de prendre le pouvoir pour cachetonner au frais du contribuable. »
                      Vous appelez cela une critique ?

                      « Sauf que la Russie ne défend pas les valeurs de notre civilisation mais l’inverse… »
                      C’est faux.

                    • Stéphane Boulots
                      10 avril 2015 at 23 h 10 min

                      Comparé à la réthorique de MLP j’appelle celà un commentaire neutre, objectif et argumenté.

                    • « C’est faux. »

                      Puissante argumentation… La Russie ne défend pas les valeurs des lumières mais le continuation de ce qui a été commencé sous l’URSS. Poutine est un grand nostalgique du communisme.

                    • Argumenter contre des propos aussi excessifs et caricaturaux que  » la Russie ne défend pas les valeurs de notre civilisation mais l’inverse  » serait une perte de temps.

                    • C’est surtout voué à l’échec étant donné que Poutine, Douguine, Kadryrov ou encore Zaldostanov ne s’en cachent pas une seconde. Vous cherchez à cacher la faiblesse de vos positions avec votre arrogance.

                    • Si vous apportiez ne serait-ce qu’un début d’idée on pourrait discuter, mais vous ne dites rien en dehors que la Russie et le FN sont le diable.
                      Je vous réponds que c’est faux. Il n’y a rien d’autre à dire. Que peux-t-on répondre à quelqu’un qui nous dit que notre voisin est le diable ? à par d’aller se faire soigner ?

                    • « Si vous apportiez ne serait-ce qu’un début d’idée on pourrait discuter »

                      C’est incroyable cette mauvaise foi, comme si c’était le premier thread ou on discutait de cela…

                    • Stéphane Boulots
                      13 avril 2015 at 21 h 25 min

                      Yep. Impressionnant !

  • « Le concept d’Américain de souche est inexistant ici. » écrit Daniel Girard.
    sauf peut-être pour les peaux-rouges…

    • Stéphane Boulots
      8 avril 2015 at 15 h 41 min

      Exact : natives americans

      • Même eux ne sont pas vraiment d’ici, leurs ancêtres étant des nomades venus d’Asie, c’est même confirmé génétiquement.

        • C’est évidemment une notion relative :
          Les peaux-rouges sont plus « de souche » que les descendants d’Européens.

          • je pense qu’il faut distinguer ceux qui sont de souche dans le sens ceux qui vivaient les premiers sur le territoire et ceux qui sont de souche dans le sens ceux qui ont crée les USA et ceux qui ont fait des USA ce qu’ils sont aujourd’hui ce sont avant tout les WASP. Les Pères fondateurs sont clairement des WASP.cependant, il est important de souligner que les USA sont une nation d’immigrés qui ont beaucoup contribué à la grande américaine (certaines communautés plus que d’autres notamment les juifs ).

            • Stéphane Boulots
              9 avril 2015 at 8 h 43 min

              Je pense que vous faites complétement fausse route : toute cela est un cliché, une d’image d’Epinal (les pères fondateurs etc..) qui a été récemment remis en scène dans la fantasmagorie simplificatrice dont les US ont le secret : on voit depuis 2001 fleurir une kyrielle de théories du complots, de théories ‘constitutionalistes’, de mouvements de retour à l’esprit de Jefferson etc… Le TP est loin d’être étranger à cette affabulation.

              C’est typique d’un pays qui se referme sur lui-même, suite au choc énorme qu’il a subit en 2001 et qui veut préserver son mode de vie.

              La réalité est qu’il y a deux mondes qui se font concurrence : les new money et les old money, et que suivant les Etats, ce sont les uns qui mènent la danse ou se sont les autres – pour faire simple, le Massachussetts est old money, la Californie new money : jamais un ‘new money’ comme Swartzie n’aurait pu se faire élire à Boston et qu’il soit démocrate ou républicain ne change pas grand chose.

      • Les vrais américains de souche que sont les « natives » sont génants, exactement comme les palestiniens. On comprend mieux la solidarité des USA envers Israël.

        • la raison pour laquelle les USA soutient israel est d’ailleurs pour des raisons géopolitique (guerre froide). au début, les USA ont hésité à soutenir israel et le grand allié d’israel était la france et non pas les USA. les « palestiniens » d’aujourd’hui sont en grande partie de descendants d’immigrés des pays arabes qui ont chassé les juifs et les chrétiens. ces gens n’ont aucune légitimité. le principale problème s’est qu’au moment de la création d’israel on a hésité à appeler le nouvel état palestine ou israel. on aurait du l’appeler palestine. le « peuple palestinien » n’est qu’une invention communiste après la guerre des 6 jours. En suivant le raisonnement des propalestiniens,ils devraient être offuscé de l’existance meme de la Jordanie qui a « colonialisé » 80% des terres « Palestinienne » (les 20 autre etant la Judée-Samarie et la bande de Gaza).
          Comme quoi… quand c’est la Jordanie, ca ne dérange pas. si les israéliens doivent rendre la terre à quelqu’un ce sont aux chrétiens et certainement pas aux musulmans. Arafat était un égyptien. le peuple palestinien a été inventé par les communistes après la guerre de six jours: https://www.facebook.com/notes/jean-pierre-moreschi/aurait-on-invent%C3%A9-le-peuple-palestinien-/505923392799868

          • Dans la mesure ou Jésus était Juif, il descend bien de cette lignée et les chrétiens sont venus, forcément après. Mais Israël dont le territoire est une ancienne colonie britanique a vu son indépendance consacrée par l’O.N.U. en 1947.
            Actuellement, le consensus mondial est bien celui de l’ONU. (Cela n’excuse évidemment en rien la colonisation d’Israël des territoires occupés, ce qui ne cesse d’être contesté. Il y a plusieurs raisons que les U.S.A. soient proches d’Israël: la guerre froide a fait de ce pays, un allié fiable, en cas d’attaque, d’autre part, les Juifs des États-Unis représente un lobby important et qui a les moyens de ses dilections particulières, aussi, les U.S.A. sont des O.N.U.siens convaincus, pour les autres! Enfin, la proximité de pays « à risque d’abriter des ennemis du « grand satan » rendent ce pied-à terre indispensable, comme le reste la Turquie. Et des habitudes de collaboration efficace ont été prises, surtout avec le Mossad.

            • On ne peut qu’occuper ou coloniser des terres qui ont jadis appartenus à des gens et qui en ont été dépossédés .Ce n’est pas le cas ,puisque cette terre a été ottomane,puis britannique. En fait, on pourrait dire que les Turcs ont été dépossedés ,car ils en ont eu la propriété pendant plusieurs siècles .Les Palestiniens, immigrés récents, n’en ont jamais eu la propriété politique ; Ils n’étaient que des colons venus de plus de 30 pays, et en 1948, ils ont refusé leur premier état en répondant NON à l’ONU, à la proposition de créer un état qui leur soit propre, et sont partis d’eux même sur ordre de leurs chefs. « La somme des preuves essentielles actuellement à notre disposition, indique que l’évacuation de la Palestine est due à l’exhortation des chefs militaires ou politiques des États arabes eux-mêmes. » (Analyse de l’institut des affaires publiques (Washington)

            • israel se voit attribuer arbitrairement les « frontières de 1967 ». Un bornage qui n’est que la ligne d’armistice de 1949. Une ligne de cessez-le-feu qui pourra, éventuellement, devenir frontière internationale que suite à un accord de paix approuvé et signé par l’Etat d’Israël. Jusqu’à lors, cette ligne ne peut légalement être considérée autrement. à noter que « l’occupation » israélienne a quand même permis au « palestiniens  » de voir une nette augmentation de leur niveau de vie. les israéliens ne sont pas suicidaires, regardez ce qui s’est passer quand ils se sont retirés de gaza et du sud liban(il y a eu un regain de terrorisme). on peut comprendre que les israéliens en ont marre de faire des concessions qui au lieu d’apporter la paix n’apporte que plus de terrorisme. d’ailleurs, Abbas ne veut pas que les israéliens se retirent car s’ils le font, le hamas prendrait le pouvoir en cisjordanie. la solution à deux états est aujourd’hui impossible, il faut changer de registre et penser à une autre solution, celle de céder la cisjordanie à la jordanie et gaza à l’égypte. cependant, je doute que ces deux pays acceptent car cela les déstabiliserait. pour qu’ils acceptent, il faudrait qu’ils recoivent une forte compensation en échange. je sais que cette solution est loin d’être parfaite et est très difficile à mettre en oeuvre mais il n’existe pas d’autres solutions viables

          • « les « palestiniens » d’aujourd’hui sont en grande partie de descendants d’immigrés des pays arabes qui ont chassé les juifs et les chrétiens. ces gens n’ont aucune légitimité »
            Ceux qui viennent après en ont encore moins.
            Et parmi les palestiniens, sans légitimité selon vous, il y a des descendants des juifs de l’antiquité convertis à l’islam.

            • vous parlez d’une infime minorité de « palestinien ». les israéliens ont réussi à faire d’une terre aride un pays prospère. israel est la seule démocratie et le seul pays stable de la région. Il faut réellement être stupide pour vouloir créer un état palestinien alors que tous les régimes arabes sont en train de s’effondrer. les palestiniens auraient déja eu depuis longtemps leur état s’ils l’avaient voulu. chaque fois , ils exigent le droit de retour qui marquerait la fin d’israel. tant qu’ils ne renonceront pas à vouloir détruire israel, il n’y aura pas de paix. même les pays arabes ont compris qu’un état palestinien était une chose impossible. la seule solution viable est de céder la cisjordanie à la jordanie et gaza à l’égypte. cependant, je doute que ces deux pays acceptent car cela les déstabiliserait. pour qu’ils acceptent, il faudrait qu’ils recoivent une forte compensation en échange.

    • anti gros minet
      8 avril 2015 at 16 h 52 min

      et les WASP , c’est quoi ? j’ai l’impression que l’auteur de l’article les a passé par perte et profit parce que ça l’arrangeait ?

      • Bah c’est des immigrés, comme tous les autres.
        Mais effectivement, ils se voient parfois comme des américains de souches histoire de justifier leur xénophobie.

        • non, les WASP se considèrent à juste titre comme ceux qui ont crée les USA et ceux qui ont fait des USA ce qu’ils sont aujourd’hui . Les Pères fondateurs sont clairement des WASP.cependant, il est important de souligner que les USA sont une nation d’immigrés qui ont beaucoup contribué à la grande américaine (certaines communautés plus que d’autres notamment les juifs ). leur refus de l’immigration vient de là, ils ne veulent pas que les immigrés (latinos) européanisent les USA, qu’ils détruisent les valeurs qu’ont les USA. Ils ont peur que les USA s’européanisent à cause des latinos ce qui causera le déclin des USA. Les USA se sont construit sur des valeurs morales qui viennent de WASP (et non pas sur des valeurs catholiques)

          • Je dirai plutôt des valeurs judéo-chrétiennes. Catholicisme ne veut pas forcément dire antilibéralisme. Regardez l’Irlande de ces dernières années. Et les cathos sont une minorités importantes aux US et dans les autres pays du monde anglo-saxon. Lors de l’indépendance en 1776, c’était effectivement des descendants de britanniques pour la majorité mais il y avait aussi des minorités néerlandaises, des irlandaises et scandinaves.

            • Oui et des Allemands et des Huguenots Français et des Irlandais.
              Mais dans WASP, W veut dire white! D’où le fait qu’ils sont clairement racistes et déniaient aux gens d’autres couleurs (Peaux-Rouges inclus?) d’être américains: c’eut été dommage!
              AS signifie Anglo-Saxon, ce que n’étaient pas la plupart des non-britanniques
              et P signifie protestant, ce qui explique des querelles religieuses avec le reproche à J-F Kennedy, seul président catholique, son investiture (B. Obama, ils ne doivent pas l’apprécier beaucoup non plus!)

              Il est clair que si ils se sont opposés encore aux lois antisérégation des Noirs Américains, ils sont actuellement minoritaires, vue l’immigration hétéroclte.

              De là à en faire les créateurs des U.S.A. Par exemple, c’est un Italien qui a découvert (1524) l’actuel Manhattan qui fut baptisé la nouvelle Angoulème (l’armateur était français (François 1ier), puis s’appelera Nieuw Amsterdam, avant de prendre le nom de New-York.

              Ces WASP étaient donc des « anti-tout ce qui n’était pas eux »: l’échec est clairement flagrant!

              • New York a été effectivement fondé par des néerlandais en 1624 sous le nom de Nouvelle-Amsterdam avant de devenir anglaise (donc rebaptisé New York) vers la fin du 17ème siècle, mais toujours est-il que ce ne sont pas eux qui ont fondés les USA.

                Les USA sont nés en 1776, de treize colonies britanniques, avec des colons descendants majoritairement de Grande-Bretagne, et ont des institutions politiques et culturelles anglo-saxonnes : common law, rule of law, check and balances, langue anglaise, etc.

                • D’accord mais la réalité n’est plus la même.

                  J’ai appris à l’école le fait que le roi belge Léopold II a littéralement « acheté » (pas conquis), en Afrique, une propriété privée qu’il a ensuite donnée à la Belgique-état (1908), appelée alors Congo Belge. Après l’indépendance (1960, vécue), ce fut la république du Congo, puis le Zaïre et enfin la RDC, république démocratique du Congo.
                  Va-t-on rendre le pays aux « premiers vendeurs »???

                  (Pour l’anecdote, Léopold II n’a jamais mis le pied au Congo, sa propriété privée 80 X plus grande que le pays où il régnait!)

          • Ils ne veulent surtout pas laisser leurs places à d’autres, classique de tous les conservateurs.
            Les latinos aux USA sont des gens travailleurs, moi ça ne m’inquiète pas.

  • Stéphane Boulots
    8 avril 2015 at 14 h 07 min

    La Droite défend une vision pyramidale et cloisonnée de la société qui sépare et constitue des couches : l’Etat (le Roi chez les royaliste, le monarque élu chez les bonapartistes, l’assemblée des sages, la cour suprême etc … ), le gouvernement (civil et moral séparé : Eglise vs Robe vs Epée …), les associations politiques et économiques, puis le citoyen – le Droit est (selon) divin, hiérarchique, jurisprudentiel, naturel .. La Nation appartient à l’Etat, les citoyens en ont l’usage.

    La Gauche défend une vision plate de la société (le Peuple, le genre Humain) et une disparition ou fusion de l’Etat, du gouvernement, des groupes et du peuple (ultimement dans le Parti ou dans le Droit) – l’Etat est un conglomérat de Droit (positif), de morale, de planification, de services, de fonctionnaires … La Nation appartient au Peuple, l’Etat en a l’usage.

    Le Tea Party est un parti d’extrême droite, le FN d’extrême gauche …

  • Très bonne article j’ajouterai juste que si Marine Le Pen n’a pas hésité à qualifier les attentats comme religieux ce n’est pas par parfaite anticipation ou compréhension mais uniquement parce que ça coûtait pas chère dans le cas où elle se tromper et ça rapportait gros si elle avait raison. Espérance de gain infini aurait dit Pascal.

    • anti gros minet
      8 avril 2015 at 16 h 53 min

      pascal obistro ?

    • Le pari de Pascal est d’une infinie bêtise…

      • @ Pat
        Vous n’êtes pas B.Pascal!

        Son pari c’est un pari rationnel?
        Un humble pari car sa raison ne lui permet pas de réponse?
        Un espoir d’avoir une réponse un jour, réponse qui lui parviendra, alors que la mort nue met fin à toute activité cérébrale?

        Votre jugement n’est donc pas étayé: seuls vos a priori auraient de la valeur?

  • finalement c’est juste son coté anti-euro, donc anti impérialisme américain, puisque l’Union européenne est un pur produit des USA, qui dessert Marine le pen…

    • Non, l’antiaméricanisme ça paye toujours chez les français haineux et envieux moyens…

      • @ diiscovery1

        C’est là que c’est ridicule: la France a co-fondé cette « joint venture » (1954) et participé à toutes les décisions: donc accuser l’Union Européenne s’est accuser la France!

        Ridicule mais d’autant plus idiot qu’elle a renoncé aux engagements communs qui, eux, ne l’auraient pas conduite à sa situation catastrophique actuelle! (On appelle ça « se tirer une balle dans le pied »!)

    • « puisque l’Union européenne est un pur produit des USA » n’importe quoi. oui, au tout début, les américains en raison de la guerre froide ont poussé les européens à s’allier, ils ont surtout voulu réconcilier les francais et les allemands contre les soviétiques mais qualifier l’ue de pur produit des USAest juste absurde. la France a été un architecte de l’UE que vous le voulez ou non. aujourd’hui, l’UE est controlé par l’allemagne c’est elle qui profite le plus de l’euro. les américains ont pendant longtemps été opposé à l’euro car ils ont peur que cela concurrence leur dollar. l’un des arguments en faveur de l’europe s’est justement qu’elle permet de peser face aux grandes puissances (usa, chine,…)

    • « L’union européenne est un pur produit des USA », c’est ce que veux faire croire Marine LePen. Une manière de donner de la cohérence à son argumentaire:
      On déteste l’Europe parce que ca détruit la France,
      On déteste les USA parce qu’ils ont construit l’Europe.
      On doit adoré la Russie parce qu’il déteste les USA.

      LePen en a rien a foutre de l’Europe ou des USA, elle est anti-européenne parce que personne ne l’est et que tellement peu de monde comprend quelque chose à l’Europe qu’on peut taper dessus. Elle est anti-USA pour être Pro-Russe et financer ses campagnes.

      • Non, MLP est pro-Russe comme une bonne partie de notre classe politique car nos politiciens sont proches idéologiquement du modèle politique russe. Ils rêvent tout les soirs d’avoir ce pouvoir, cette autorité, rien qui ne gênerait leurs exactions, une population totalement servile…

  • Selon Dick Morris, Rand Paul ne peut pas gagner la primaire
    Comme il se trompe notoirement dans ses analyses, Paul junior a ses chances

    http://thehill.com/opinion/dick-morris/238146-dick-morris-rand-paul-cant-win

  • Le FN du père était plus proche du tea party à mon avis.

  • En France, on appelle « extrême-droite » le FN, clairement planté à la gauche de Mélanchon 🙂
    Cela permet de taper sur le FN sans blesser les diverses gauches.
    Pour le reste, aucune liberté de parole, des théorie économique à faire pleurer de rire un poisson rouge, et tout l’arsenal qu’une camelote peut déployer pour rameuter le chaland, sans même savoir de quoi elle parle.

    Maintenant, brouille avec Papa, la bergère veut faire du FN un « vrai partit » qui doit donc détester Pétain , aimer les juifs, et ne pas dire de vilains mots. Adieu la clique taquine qui parlait sans calcul, place à la Mère Supérieure et les cours de conversation stylée.

    Maiis justement n’Est-ce pas ce petit parti déjanté et chahuté que les français aimaient bien? A présent, ils ne trouveront qu’un parti comme les autres, … en plus bête.

  • Deux émissions de Politique & Économie, pour montrer que la réalité est plus nuancée :

    https://www.youtube.com/watch?v=jYY5vNWXyos

  • jacques lemiere
    29 avril 2017 at 7 h 45 min

    définissez d’abord la droite et la gauche…!
    le fn est extrêmement liberticide.
    L’article est bon toutefois dans la comparaison, mais futile quant à la question droite gauche qui n’apporte rien.

    • jacques lemiere
      29 avril 2017 at 8 h 28 min

      ce qui est rigolo est que le tea party est en france vu comme un repoussoir même si on par grand monde ne vous explique ce désirent ses membres…il suffit d’ailleurs de le situer à l’extrême droite ou ultra conservateur… On se rend compte en lisant l’article qu’on ne’ai pas informé sur le tea party….

      • @ jacques lemiere

        Ce n’est pas un scoop: le Français moyen ne s’intéresse pas à l’étranger!

        Il faudrait traduire (en termes sémantiques, typiquement français) toutes les informations de l’étranger.

        Un état fédéral est une notion incompréhensible, pour eux!

        L’organisation et le fonctionnement de l’Union Européenne sont inconnus en France: ils ne connaissent pas souvent le nom de leur député européen!

        Mais il serait suicidaire, politiquement, d’expliquer la vanité d’utilisation de « boucs émissaires » classiques français sous peine de devoir avouer les bêtises commises en France par les autorités françaises!

  • jacques lemiere
    29 avril 2017 at 8 h 35 min

    euh…le nombre de viol en france je le déplore…mais au dernières nouvelles le viol est illégal est sanctionné durement pas la loi. Comme les violences conjugales ( tout est dans l’épithète, les violences étaient tolérées auparavant quand elles étaient conjugales …m’enfin bon).. il y a des riches russes et de riches chinois. en effet et ça nous emmène où?
    que voulez vous dire?
    que les régimes russes ou chinois sont meilleurs que le régime américain?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un mensonge d’État et une collusion d’intérêts financiers et politiques ont réussi à persuader une grande partie de l’opinion publique que le développement des sources intermittentes d’électricité éolienne et solaire photovoltaïque était indispensable pour faire face efficacement au réchauffement climatique.

Or, c’est faux mais chacun le répète à qui mieux mieux, faute de compréhension du sujet.

Mensonges ?

Il s’agit là d’une imposture entretenue soigneusement depuis des années par les promoteurs de l’éolien et du voltaïque, ain... Poursuivre la lecture

C’est bien connu : quand un politicien/un groupe de politiciens ne peut arriver à ses fins, il tentera de changer les règles pour y arriver. C’est prévisible, mais cette fois-ci les démocrates dépassent les bornes.

En effet, avec le support de Joe Biden et de leurs laquais des médias, les démocrates se précipitent pour abolir la pratique du filibuster (l’OQLF suggère « obstruction systématique »), qui vise à étirer les débats à un point tel qu’un projet de loi a peu de chance d'être adopté puisque le temps limite sera dépassé.

C... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles