Sondeurs ou bookmakers : qui sont les plus fiables ?

A qui se fier pour pronostiquer le résultat du premier tour de la présidentielle ? Aux instituts de sondage ou aux bookmakers ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sondeurs ou bookmakers : qui sont les plus fiables ?

Publié le 23 avril 2017
- A +

Par Alexis Gendry.
Un article de Trop Libre

Depuis des décennies, les sondages font partie intégrante des élections. Ils permettent au grand public de connaître la tendance qui se dégage en amont d’un scrutin, et parviennent, la plupart du temps, à en prédire l’issue de manière relativement précise. Cependant, s’ils sont à peine congratulés en cas de bons résultats, leur fiabilité peut être rapidement remise en cause en cas d’échec, comme ce fut notamment le cas pour le Brexit. Ironie du sort, la concurrence est justement venue d’outre-Manche, les bookmakers anglo-saxons étant de plus en plus pris au sérieux.

Les instituts de sondages : une position peu contestée

Le sondage d’opinion tel que nous le connaissons est apparu au milieu des années 30 aux États-Unis. L’American Institute of Public Opinion, fondé par Georges Gallup, parvient à prédire, à partir d’un échantillon représentatif, la victoire de Franklin Roosevelt à l’élection présidentielle de 1936. Deux ans plus tard, l’institut IFOP réalise le premier véritable sondage sur le sol français, en demandant l’avis de la population concernant les accords de Munich, tout juste signés.

Depuis lors, les sondages ont été relativement peu contestés, faute de concurrence dans leur domaine. Allant de résultats justes en petites déconvenues, ils sont longtemps apparus, dans l’esprit de beaucoup de gens, comme des indicateurs fiables.

Mais les instituts de sondages, qu’ils soient français ou étrangers, traversent actuellement une période difficile, dans la mesure où la plupart d’entre eux ont échoué à prévoir l’issue de certains événements importants, tels que l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis ou le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. Grâce à l’émergence d’internet, les sites de paris, de plus en plus prisés, semblent en revanche devenir une alternative.

Une concurrence inattendue

Les premiers « bookmakers en ligne » font leur apparition au Royaume-Uni à la fin des années 1990. Si, en premier lieu, ils se spécialisent uniquement dans les paris sportifs et hippiques, ils se sont grandement diversifiés avec le temps. De plus en plus, les bookmakers anglo-saxons proposent en effet aux parieurs en herbe de jouer sur tout et n’importe quoi, du prénom du prochain enfant du couple princier britannique au potentiel de destitution de Donald Trump. Cette variété de propositions inclut aussi le résultat de certaines élections, comme celles qui se profilent en France.

En France, les seuls paris autorisés sont les paris sportifs et hippiques. Un site semble toutefois avoir trouvé une autre voie. Il s’agit d’Hypermind, une plateforme en ligne qui se qualifie de marché prédictif. Comme une société cotée en Bourse, chaque prévision y est ainsi cotée sous forme d’actions d’une valeur allant de 0 à 100 : les parieurs échangent ces actions sur un marché, à un prix fixé par l’offre et la demande, jusqu’à ce que les prévisions soient avérées ou non. Si cette dernière est juste, la plateforme rachète alors chaque action à la valeur maximum.

Les prévisions de cette plateforme sont donc plus fiables que celles proposées par un site de paris classique, dans la mesure où le but final n’est pas d’enrichir le bookmaker. C’est un vrai marché prédictif, comme il en existe aussi aux États-Unis. Sa particularité est que les paris n’impliquent pas d’argent réel, ce qui est interdit par la loi. On est ici face à une forme de serious game. 

Sondeur ou bookmaker : quelle fiabilité ?

La question de « qui est le plus fiable », entre le sondeur et le bookmaker, se pose alors. En effet, si les paris en ligne peuvent non seulement apparaître comme une alternative aux sondages d’opinion traditionnels, ils semblent même pouvoir se révéler plus sûrs dans un certain nombre de cas de figure.

En premier lieu, les bookmakers doivent prendre des précautions, dans la mesure où ils sont financièrement impliqués dans les cotes fixées. Un échec engendrerait une perte financière évidente, ce qui n’est bien évidemment pas recherché. À l’inverse, les sondeurs ne sont pas directement affectés de manière financière, mais peuvent en revanche souffrir d’un discrédit auprès de l’opinion publique en cas d’erreurs à répétition.

Les bookmakers sont aussi bien plus à même de recueillir des avis honnêtes, à l’inverse des sondages. Les opinions radicales ne s’assumant souvent pas aisément, sur le terrain comme au téléphone, le parieur aura moins de retenue à choisir le candidat pour lequel il veut voter s’il joue de manière anonyme sur Internet. Les réponses sur les sites de paris en ligne sont donc souvent très représentatives des résultats finaux du scrutin.

À la décharge des instituts de sondages, on pourrait penser que les paris en ligne ne reflètent pas des opinions politiques mais bien des certitudes sur le candidat qui va l’emporter. Mais selon Mayeul Caire, directeur du site jourdegalop.com :

Psychologiquement, il est difficile de parier pour la victoire d’un homme politique dont on pense qu’il gèrera mal le pays.

Dans les faits, les bookmakers semblent même incarner une meilleure alternative que les sondeurs. Si le Brexit n’était donné gagnant par aucun des deux « partis », certains bookmakers avaient prévu l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis, ce qui n’était le cas d’aucun institut de sondages.

L’échéance à venir en France sera donc déterminante pour les sondeurs. Si, en ce moment, les cotes proposées par les sites de paris en ligne semblent refléter les chiffres fournis par les sondages actuels, un troisième concurrent émerge : le Big Data. La société canadienne Filteris et l’application mobile Gov, qui en font partie, commencent à faire entendre leur voix en proposant des types de sondages inédits… et dont les résultats vont à l’encontre de tout ce qui a été réalisé jusqu’à présent.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • votes cachés ; nombre d’électeurs ne disent pas ouvertement ou ira leur voix , nottement en ce qui concerne le pen et fillon ; et c’est là que peut se créer la surprise comme cela a été le cas pour trump ou le brexit ; filteris place fillon au second tour et je ne serai pas étonnée , finalement , que ce soit le cas ;

    • Oui je pense que pour Fillon, du fait de ses « affaires », certains ont honte de se déclarer face à l’opprobre médiatique général. C’était exactement le cas jadis pour le FN, avant sa « dédiabolisation »…

  • Brexit et Bookmakers.
    Si les cotes proposées par les bookies donnaient le Remain favori, plusieurs avaient fait remarquer que les paris Remain étaient moins nombreux mais plus importants, a l’inverse des paris Brexit.
    En l’ocurrence, les masses d’argent ne reflétaient pas le nombre de votants.

  • non les sondages sont un excellent outils parfaitement évaluables en terme de mathématique sauf que si une personne vous fait une déclaration …vous avez mesuré sa déclaration dès lors .si vous estimez que sa déclaration est vraie ou fausse vous n’êtes plus dans le sondage. Les sondages déclaratifs mesurent des déclarations point barre.
    exemple de sondage …echantillon 1 individu . « êtes vous déjà allé sur la planète mars. ».ma réponse oui mardi dernier.
    100% des individus sondés ont déclaré etre allés sur mars.
    sondage DECLARATIF..on sonde des déclarations.
    le coté sondage est bon..le passage qui postule que la déclaration est sans doute vraie est périlleux.
    Ne critiquez pas les sondages, c’est un excellent outil qui ne se « trompe pas »,critiquez le bricolage qui suit le sondage..personne n’a jamais sondé les intentions de vote , les gens ont sondé les déclarations d’intention de vote.

    les sondages ne se trompent pas ne se sont pas trompé…les sondages ont montré que les gens ou bien changent d’avis ou bien racontent des conneries aux sondeurs. car le fait est que les déclarations ne collent pas aux actes.

    • ah oui…le résultat de mon sondage est que j’ai vraisemblablement menti. ce que font les instituts est un redressement des sondages pour tenir compte de cela…et ce n’est pas un sondage; ça tient de la sociologie et de la cuisine interne. Le sondage est « bon » sauf erreur d’addition! faute d’écriture ou autre qui existent aussi…et qu’on devrait ajouter à l’erreur purement statistique

      • @ jacques lemiere

        Sans encore prendre en compte le fait q’un sondage est un produit demandé par un client qui paie pour entendre ce qu’il a envie de répandre!!!
        Personne n’a le résultat et en cas de doute (c’est le cas, actuellement), ceux qui ont des biens à protéger les ont déjà mis « à l’abri » depuis longtemps!

        Ce ne ont pas quelques heures qui empêcheront les gens « dotés » d’avoir déjà mis leur « bas de laine » à l’abri!

        Celui qui risque un pari est autrement plus motivé que celui qui donne « dela matière première gratuite!

        Maintenant les « faibles » resteront influençables!

        Je retiens surtout que dans la « République prétentieuse », la première condition ne sera pas observée, le président ne sera au plus que le préféré de 20 (+/- 5)% des votants « significatifs » soit +/- 55 à 60% des électeurs potentiels (soit le préféré de 11 ou 12% des électeurs possibles.

        On ne parle plus du tout de démocratie!

        Mais un président de la république a-t-il encore un sens dans un pays moderne où le noyau dur des « VALEURS de la RÉPUBLIQUE » ont totes été trahies, les unes après les autres?

  • Sondage ou pari est équivalent en résultat et sont proche de la vérité finale sauf si les dés sont pipés….Et ils sont toujours pipés sinon le pari ou le vote seraient inutiles et il n’y aurait plus ni parieurs ni votants

  • Chez les Gibis, les bookmakers donnent EM vaincoeur, et MLP-MM ce soir.
    Résultats assez stables depuis avant Noël…
    https://www.oddschecker.com/politics/european-politics/french-election/final-two

    • Ce serait marrant que dans le duo de 2d tour il n’y ai ni le candidat de « la droite » ni un de « la gauche » traditionnelles (L.R. et P.S.): comme coup de pied au Q des rentiers de la politique, on ne verra pas mieux!

      Quelle majorité à l’assemblée nationale?

  • Un des arguments des sondeurs pour justifier l’opacité de leur méthode, c’est le besoin de protéger les méthodes de correction des sondages, la patte professionnelle du sondeur, comme ils disent. Or , force et de constater qu’il n’y a une aucune différence entre les sondeurs , donc pas la moindre trace d’une spécificité quelconque d’un sondeur, ce qui renforce la suspicion.
    L’article privilégie le mobile de ne pas apparaître déphasé par rapport autres sondeurs, il y a d’autres hypothèses, notamment celle d’un commanditaire unique de kits sondages +résultats souhaités.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Virginie Tisserant|1. Doctorante Histoire de la Politique (laboratoire Telemme-CNRS), Aix-Marseille Université.]. Un article de The Conversation

L’opinion publique n’existe pas écrivait Pierre Bourdieu dans un texte fondateur publié en 1973. Cet intitulé questionnait le fonctionnement, la pertinence et le degré de représentativité des sondages apparus au cours du XXe siècle.

En effet dès la fin du XIXe siècle, l’évolution des démocraties libérales et l’organisation des masses participent à la naissance du citoyen et du consomma... Poursuivre la lecture

Ce dimanche 10 avril se tiendra le premier tour de l'élection présidentielle. À l'approche de celui-ci, certaines stars ont déjà choisi leur camp et l'ont exprimé haut et fort à la télévision ou sur les réseaux sociaux. Dernièrement, 2000 artistes, comédiens, écrivains et cinéastes appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon dans une tribune commune.

Le 4 avril, l’IFOP Fiducial a mesuré "en temps réel" les intentions de vote pour LCI, Paris Match et Sud... Poursuivre la lecture

Zemmour Etat vichy Zemmour Twitter
0
Sauvegarder cet article

À une semaine du premier tour, voici le dernier volet de notre série d’analyses réalisées à partir des chiffres d’audience du média social Twitter, chiffres accessibles à tous. Une fois de plus, l’approche est critiquable mais elle permet de faire son propre avis justement sur la popularité et l’attractivité des candidats ou personnalités politiques sans le filtre des sondages.

Certains diront que Twitter n’est pas représentatif ? Nous avons le parti pris de dire que c’est faux. Si MBappé y est suivi par plus de 7 millions de personnes... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles