Habitat participatif : apprenons aux Parisiens à être pauvres

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: mari27454 (Marialba Italia) - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Habitat participatif : apprenons aux Parisiens à être pauvres

Publié le 21 avril 2017
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

« Passage Desgrais à Paris (XIXe), six ménages « soigneusement sélectionnés par la Ville de Paris sur des critères de ressources, de composition familiale mais aussi de motivation à s’intégrer dans ce projet » vont vivre une expérience unique en France, l’habitat participatif, en participant à la vie de leur immeuble (sortie des poubelles, ménage…). Ils pourront ainsi bénéficier d’un loyer moins cher. »

Il s’agit du premier logement social à fonctionner en autogestion. Autrement dit, ce sont les habitants eux-mêmes qui mettront « la main à la pâte » pour entretenir l’immeuble flambant neuf qu’ils occuperont le 2 mai prochain.
Ils sortiront à tour de rôle les poubelles pour ne pas avoir à payer une gardienne, ils balayeront eux-mêmes les parties communes pour réduire les charges, ils veilleront aux dépenses d’énergie, choisiront la couleur de leur porte (…).  « L’objectif est aussi d’atteindre le zéro charge » afin de réduire le montant du loyer….

« En gérant l’entretien et les ordures ménagères, l’objectif est aussi d’atteindre le zéro charge, hors eau et électricité. De quoi faire gagner du pouvoir d’achat aux familles« , s’était vanté dans les colonnes de 20 Minutes Ian Brossat, adjoint d’Anne Hidalgo chargé du logement….

La logique socialiste dans toute sa splendeur

Voici encore un bel exemple du non-sens économique de nos élus socialistes. Alors que l’on estime que la délégation de tâches à autrui contre rémunération permet aux uns et aux autres de dégager du temps et de générer des revenus, les socialistes d’aujourd’hui nous ramènent petit à petit à l’économie de survivance et à l’autarcie.

Parce qu’ils ont instauré un système qui rend le coût de la main d’oeuvre prohibitif et génère par contre coup une paupérisation, ils croient inventer des rustines antédiluviennes (comme l’habitat participatif qui ne fait que reprendre les vieilles utopies des familistères et des habitats coopératifs du XIXème siècle) qui ne sont que des recettes d’économie de pénurie.

Ainsi, pour économiser le coût d’une gardienne qu’ils ont rendu astronomique avec leurs lois et leurs réglementations, sont-ils fiers aujourd’hui d’obliger les locataires à exécuter eux mêmes des tâches que depuis deux siècles déjà les locataires déléguaient.

Le bilan concret de cela sera une perte de temps libre pour les locataires et une employée en moins.

Du temps en moins, cela veut dire qu’en plus de leur emploi rémunéré, ils seront soumis à la corvée (Et dire que l’abolition de la corvée royale en 1797 et son remplacement par une taxe additionnelle à la taille fut vécu comme une avancée !!!) afin de régler une partie de leur loyer que la paupérisation de leurs revenus rend lourd à supporter.

Sur le web

 

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • LeLibéralSolidaire
    21 avril 2017 at 7 h 18 min

    Merci la socialie. Supprimons les hlm. Et construisons.

  • Ah, ah, la corvée royale abolie en 1797 ? Sous le Directoire, donc. A mon avis, les corvées royales n’existaient plus sous la République, et une petite recherche indique 1787.

  • Sans compter que certains en feront plus, d’autres moins. Au fur et à mesure, chacun s’alignera sur celui qui en fait le moins et plus personne ne fera rien. Fin du logement.

  • Perso, je trouve que c est plutôt une bonne idée. Impliquer les habitants dans la gestion et l entretien de leur logement, les responsabiliser… plutôt que d imposer une assistance dont certains sont bien capables de se passer.
    La difficulté sera d assurer sur la durée, mais la sélection des familles a du être faite dans ce but.
    Dans la co propriété ou je réside, ca fonctionne ainsi. Et ca marche assez bien.
    Les gens s épuisent au travail pour pouvoir payer ensuite d autres personnes à faire ce qu’ ils pourraient faire. C est un système un peu idiot, non ? Logique quand son propre travail est à haute valeur ajoutée, mais absurde quand il n l est pas.
    Et puis s occuper de l entretien de son logement, c est bien ce que font des tas de gens en habitat individuel. Rien d incroyable, donc !
    Bref, que l auteur de cet article trouve épuisant de sortir ses poubelles et paie des gens pour cela, c est son affaire, mais tout le monde n est pas aussi vite épuisé…

    • Comme le dit David J, tout le monde n’aura pas le même niveau d’exigence et ça partira en vrille assez vite.
      Regardez ce qui se passe en colocation, c’est souvent sur des détails du quotidien que ça coince.

    • Si des familles souhaitent s’installer dans des logements participatifs de leur plein gré et si elles sont heureuses comme ça, je pense que personne ne s’en plaindra. Il faut juste espérer que chacun joue le jeu dans la durée, y compris lorsqu’une famille déménage et qu’une autre arrive.

      L’article évoque des ménages « soigneusement sélectionnés par la Ville de Paris ». On sait que les critères d’attribution de HLM sont, disons, subtils. Avec cette expérimentation on entre dans le très subtil.

    • claire: Les gens s épuisent au travail pour pouvoir payer ensuite d autres personnes à faire ce qu’ ils pourraient faire.

      Ils s’épuisent au travail pour payer un concierge qui sort les poubelles et lave les sols une fois par semaine ? Vous vous moquez du monde.

      Bref, que l auteur de cet article trouve épuisant de sortir ses poubelles et paie des gens pour cela

      Vous avez totalement manqué le point de l’article.
      Les gouvernants ont fait n’importe quoi depuis 20 ans, le pouvoir d’achat des français est tombé à la douzième place, la dette est à très haut risque. 25% de jeunes sont au chômage, il y a 9 millions de pauvres : la France est en faillite.

      Cette « idée géniale » de citoyens « conscientisés » et d’habitat « participatif » venue d’élites qui habitent des palais dont ils ne sortent certainement pas les poubelles est juste un délire socialiste de plus pour faire accepter leurs sort à une population de plus en plus pauvre et de moins en moins libre.

      Si vous n’êtes pas convaincu des bienfaits de la « richesse », de la liberté et de la délégation des tâches, sachez qu’une caissière gagne 3 fois plus dans le pays libéral d’à coté et a 7 fois moins de chance de se retrouver au chômage.

  • Sa sent très vite le gros bordel et les relations de voisinage excecrables

  • Ça me rappelle ma période bidasse , un toit et des corvées.
    Suivra forcément le partage d’appartement comme dans l’ex URSS…

  • Je suis sans doute pessimiste mais ce concept, qui peut effectivement marcher dans quelques rares cas particuliers dans lesquels il s’agira d’un vrai choix des locataires, aboutira à un désastre et les Parisiens paieront dans quelques temps pour le nettoyage et la réfection de cet immeuble « flambant neuf » aujourd’hui et de ceux qui suivront… Regardez simplement dans les rues les papiers qui jonchent le sol autour des poubelles…

    • Vu la propreté des français la catastrophe est inévitable quand on voit l’état des rues! Comparez avec la Suisse ou l’Allemagne!

  • je reve
    en gros le résumé c’est: « c’est inadmissible, ils vont apprendre la solidarité , ils vont pas apprendre à devenir plus riches! » grosse blague ce site

  • bah , faire le travail à la place de quelqu’un d’autre payé pour ça , on le fait déjà ; on ne s’en apperçois pas , c’est tout ;

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

S’il est bien une chose qui frappe l’opinion publique française avec la violence d’une charge de nitroglycérine, ce sont les révélations de privilèges dont jouiraient ceux qui nous dirigent. Ça ne manque jamais. Jean Castex pris en flagrant délit de masque dans la poche, Jean-Michel Blanquer surpris à Ibiza, Olivier Véran testé positif ou plus anciennement, les costumes sur mesure offerts à un ancien Premier ministre candidat à l’élection présidentielle.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.

Dès qu’une personnalité... Poursuivre la lecture

Extrait de Philippe Nemo, Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains, PUF, 2002, p. 779-781.

Si l’on entend par socialisme une doctrine, ou une famille de doctrines, condamnant la propriété privée, prônant la mise en commun des biens, imposant des conduites normées qui restreignent la liberté individuelle, il est clair – et les premiers socialistes ont explicitement revendiqué cette parenté – que le socialisme peut et doit être rapproché des « communautés primitives » ayant précédé l’émergence de l’État et des so... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles