Relancer la croissance avec une « bonne petite guerre » ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Drew's Photo Shoots - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Relancer la croissance avec une « bonne petite guerre » ?

Publié le 17 avril 2017
- A +

Un billet d’humeur de Simone Wapler.

Vous le savez, nous ne sommes pas tendres dans avec la Parasitocratie. Par ce terme, nous désignons cette caste technocratique qui prétend tout contrôler pour notre bien (mais en réalité pour son profit).

Les Français sont en ce moment davantage intéressés par la campagne électorale que par ces obscures affaires de banques centrales et de marchés financiers.

Quand la classe moyenne se réveillera

Toutefois, lorsqu’il s’avèrera que les manœuvres frauduleuses des banques centrales (qui reçoivent la bénédiction des politiciens) ne produisent aucune véritable croissance mais simplement des profits pour la Parasitocratie, le vent risque de tourner et une tornade violente de s’abattre.

La classe moyenne dans tous les pays développés est victime de « déclassement ». Or la véritable croissance est celle qui enrichit la classe moyenne, celle dont tout le monde profite. La croissance par la dette, l’effet de levier, la redistribution inique ne fait prospérer que les suppôts du capitalisme de copinage et les vendeurs de crédit.

La fraude des « autorités » apparaîtra au grand jour à la prochaine crise financière, qu’elle vienne d’Europe, des États-Unis ou d’ailleurs. Des milliers de milliards ont été distribués en vain à des coquins.

Pour contrer le rejet dont elle sera victime, la Parasitocratie disposera encore d’une arme : la guerre.

Une petite guerre pour relancer la croissance ?

Ce qui a tiré les États-Unis du marasme de la crise de 1929, ce n’est pas le New Deal comme le disent les keynésiens, mais la Seconde Guerre mondiale et son industrie de l’armement. Les Français, eux, sont nostalgiques des Trente Glorieuses et de l’homme fort de l’époque, De Gaulle. Ils oublient seulement que la croissance de cette époque n’était que la reconstruction de l’après-guerre.

Oui, la guerre, le « plan de relance ultime »… la Parasitocratie n’hésitera pas à nous emmener jusque-là pour masquer son échec.

Vous pensez probablement que je vais trop loin ? Voyez la récente évolution de la fréquence de l’expression « World War 3 » (Troisième guerre mondiale).

Ce n’est pas tout : les recherches « going to war » (partir en guerre) sont aussi en hausse.

En parallèle, les dépenses d’armement sont en hausse dans le monde. Elles ont augmenté de 50% de 2001 à 2015 pour atteindre 1 676 Mds$. Pour nous protéger de quoi ? De menaces terribles, que seul un gouvernement fort et bien armé peut contrer, bien entendu.

Pendant ce temps, le lobby militariste engrange les commandes. La croissance prend un petit coup de fouet. La Parasitocratie prépare bien le terrain de l’opinion publique pour sa prochaine offensive, pour son « plan de relance » ultime…

Allons-nous nous laisser piéger ?

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • une bonne petite guerre …malheureusement , c’est la seule option que l’on prendra en pleine poire , nous citoyens car l’élite , elle , sera à l’abris ; il n’y a pas d’argent pour les peuples , mais il y en a pour les guerres , les armes toujours plus puissantes et destructrice ; et quel meilleur moyen pour ceux qui nous ont mis « dedans  » que de déclencher ce qui les mettra à l’abris de la colère justifiée des populations ;

  • j ai bien peur que vous ayez raison
    de tout temps l homme a utilisé ce qu il produisait d armes pour tuer d autres hommes

    les détenteurs du pouvoir
    ceux de l argent ont encore quelques munitions….

    que faire?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brendon Novel. Un article de The Conversation.

La guerre civile, qui dure depuis un an en Éthiopie, s’est intensifiée d’un cran en novembre, alors que le Premier ministre Abiy Ahmed a annoncé son intention de rejoindre lui-même le front pour mater les insurgés tigréens. Lauréat du prix Nobel de la paix en 2019, il a appelé les Éthiopiens à « repousser et enterrer les terroristes du Front de Libération Populaire du Tigré » (FLPT).

Le Canada, tout comme d’autres pays, a exhorté ses ressortissants à quitter l’Éthiopie.

C... Poursuivre la lecture

Par David Gordon. Un article de Mises Institute.

Les économistes de gauche se souviennent souvent avec nostalgie des années 1950. Par exemple, Paul Krugman et Thomas Piketty regrettent les années 1950, lorsque l'écart de revenu et de richesse entre les riches et les pauvres était moindre qu'aujourd'hui. Certes, les gens étaient moins bien lotis à l'époque qu'aujourd'hui, mais en quoi cela est-il important ? Il vaudrait mieux être égal dans la misère qu'inégal dans la prospérité ?

Robert Kuttner, un journaliste économique qui éc... Poursuivre la lecture

Une conférence de l'Institut libéral, depuis la Suisse

La crise du Covid-19 a durement impacté les finances publiques. Plusieurs pays mettent en place des «plans de relance», qui doivent, selon ses défenseurs, permettre des lendemains meilleurs. Est-ce que ces promesses sont réalistes ?

Dans Il était une fois... l'argent magique - Conte et mécomptes pour adultes, Jean-Marc Daniel rappelle que la politique consistant à accroître le poids de l’État dans l’économie menace la croissance potentielle par pénalisation des investissemen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles