Réferendum en Turquie : Erdogan va-t-il pouvoir modifier la constitution ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
R. Erdogan By: Presidencia de la República Mexicana - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réferendum en Turquie : Erdogan va-t-il pouvoir modifier la constitution ?

Publié le 16 avril 2017
- A +

Par Nathalie MP.

La Turquie fait beaucoup parler d’elle. Pas toujours en bien, car sa propension à l’invective envers les Européens a pris des proportions inégalées ces derniers temps suite au refus de l’Allemagne et des Pays-bas d’accepter la tenue de meetings électoraux turcs sur leur sol.

Le Président turc Erdogan a en effet organisé pour ce 16 avril un référendum sur un projet de modification constitutionnelle en sa faveur. Les résultats s’annoncent serrés et le poussent à faire bruyamment campagne jusque dans la diaspora turque d’Europe de l’ouest.

Si le « oui » devait l’emporter, il est à craindre que ce projet n’accélère la dérive autoritaire du régime. Les Turcs doivent en effet se prononcer sur un élargissement des pouvoirs présidentiels, au détriment d’autres institutions qui avaient vu la Turquie post Empire ottoman s’ouvrir au monde, se moderniser et se développer selon des principes démocratiques et laïques.

Pour en savoir plus sur la Turquie.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Et dire que pendant longtemps, on a crû en occident qu’Erdogan était un modéré. La vérité c’est qu’il n’y a pas d’islamisme modéré. l’islamisme est une idéologie totalitaire et sectaire. L’islamisme prône le racisme vis à vis des non musulmans. Entre l’EI et l’AKP ce qui les différencie c’est les moyens utilisés (le terrorisme pour l’un et la démocratie pour l’autre) mais le but est le même. Comme disait Erdogan, la démocratie n’est qu’un bus: une fois arrivé à destination on descends.
    Ce qui me fascine c’est tous ces gens très intelligents qui sont tombés dans le panneau d’Erdogan: croire qu’il n’était pas extrémiste.
    Ce genre d’extrémiste s’est les plus dangereux. Ils arrivent à dissimuler leur vrai visage. On peut relier cela à l’actualité francaise: Mélenchon. Mélenchon est comme Erdogan: un extrémiste arrivant à dissimuler son vrai visage. Mélenchon est un excellent tribun et un très communicateur. Sa communication est très moderne mais sur le fonds, c’est un extrémiste avec toujours les mêmes idées arriérés d’extrême gauche qui ont déjà été essayé et qui ont toujours échoué partout.

  • Pendant longtemps, l’AKP a pratiqué une double communication. Une haine de l’occident et un antisémitisme devant le public turc et un discours moderne et tolérant devant l’occident. Aujourd’hui, c’est fini et tant mieux. Ils montrent leur vrai visage. Des extrémistes haissant l’occident.
    Cette stratégie du double discours est une particularité des Frères Musulmans qui est sans doute l’une des pires organisations islamistes qui existent. Ils veulent se faire passer pour des modérés alors que ce sont des extrémistes. Il ne faut jamais écouter un FM quand il parle devant les journalistes occidentaux, il faut les écouter quand ils parlent devant leur public musulman. C’est là que l’on voti ce qu’ils sont vraiment.

  • Cette révision de constitution n’est ni plus ni moins l’équivalent de notre régime présidentiel qui ne semble étrangement gêné personne ici. Le régime parlementaire étant pourtant le plus proche des principes libéraux: concurrence des idées, compromis (équivalent d’un prix fixé par le marché), etc.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

La crise à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie prend de l’ampleur. Des tensions et des altercations ont lieu entre les forces polonaises et les migrants venant de Biélorussie. Cette situation n’est pas sans rappeler celle de la frontière gréco-turque. Ces frontières terrestres entre l’UE et le reste du monde sont devenues des zones stratégiques.

Au-delà des problèmes liés aux flux de personnes et à leur circulation, ces épisodes ont une dimension géopolitique. Ce n’est pas un hasard si ces deux... Poursuivre la lecture

Par Armen Tigranakert.

Le 28 juillet, le département du Trésor américain a imposé des sanctions au groupe rebelle soutenu par la Turquie, Ahrar Al-Charqia responsable du meurtre scandaleux de la femme politique kurde syrienne Hevrin Khalaf en 2019, afin que les auteurs de violations des droits humains répondent de leurs actes.

La décision prise à l’initiative de l’administration Biden peut difficilement être considérée comme amicale envers la Turquie, a apparemment fait craindre à Ankara  le sort de ses alliés dans le nord-ouest... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles