Vers une victoire de Jean-Luc Mélenchon ?

Jean-Luc Mélenchon by Pierre-Selim (CC BY-SA 2.0)

La victoire de Jean-Luc Mélenchon annoncerait une catastrophe matérielle, humaine, et idéologique.

Par Mathieu Blèh.

C’est le cœur lourd que j’écris ces lignes – oui, quitte à paraître dramatique. Car il me parait désormais clair que l’éventualité d’une victoire de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle est imminente. Pour certains, cette victoire représenterait le triomphe de nobles sentiments sur la cupidité et le renfermement, celui de l’esprit sur le materialisme, celui de l’altruisme sur l’égoïsme, celui du peuple sur l’élite et les puissants. Pour autant, il me paraît clair que la victoire de Jean-Luc Mélenchon annoncerait une catastrophe matérielle, humaine, et idéologique.

La situation politique

Différentes versions de Mélenchon (orthographe volontaire de Mélenges)Certains d’entre vous l’ont peut-être déjà entendu : tout, dans la situation politique actuelle, évoque un autre moment crucial de notre histoire politique : la fin du XIXème siècle. La France est alors marquée par une crise politique et intellectuelle provoquée entre autres par sa défaite pendant la guerre franco-prussienne, et un vaste sentiment de défiance vis-à-vis des élites traverse le spectre politique de gauche à droite, animé d’un sentiment nationaliste.

C’est en effet un moment où les clivages droite-gauche tendent à s’effacer et, à la faveur d’une opposition à la conception libérale de la république, où la gauche révolutionnaire, en tant que courant d’idées, crée une alliance de fait avec la droite révolutionnaire, jusqu’à tracter côte à côte en faveur d’une destitution des élites libérales et financières. Cette porosité gauche-droite va, naturellement, provoquer une réaction des forces les plus libérales du spectre politique qui vont tâcher de faire corps en se rassemblant aussi au-delà de ces clivages.

C’est dans ce contexte que se met en place un courant d’idées qui deviendra par la suite le fascisme, prenant acte de ces forces, et tâchant d’offrir une synthèse entre les courants révolutionnaires nationalistes et socialistes. La haine du financier se confond avec celle du juif, l’exaltation nationaliste se mêle avec le désir de s’opposer à celui qui est étranger au bien-être de la communauté nationale. Ainsi :

Morès annone que « la prochaine révolution », cette « révolution sociale nécessaire », purificatrice du corps national, se fera contre les juifs, dont « l’heure aura sonné » le jour où « sera entrée dans le cerveau des masses » la conscience de l’énorme puissance que constitue la rencontre de « l’organisation syndicale des travailleurs » avec le « mouvement antisémite. (Zeev Sternhell, La droite révolutionnaire – Les origines françaises du fascisme 1885-1914 Seuil, Points Histoire)

Bien entendu, il ne s’agit pas d’affirmer que Jean-Luc Mélenchon est un antisémite, ni même que la situation politique actuelle est le calque parfait de celle du XIXème.

Mais l’on ne peut s’empêcher d’être frappé par la ressemblance entre cette période et la nôtre, profondément travaillée par une hostilité à l’islam, une volonté d’émancipation de ce qui est pensé comme une tutelle allemande, une colère contre les élites politiques et financières. Si Mélenchon est susceptible d’accéder au second tour puis à la Présidence, c’est qu’il est en bonne voie de rallier à lui les suffrages d’une colère de droite, avec qui il partage l’exaltation du sentiment national face à une Europe de Merkel, et le protectionnisme économique pour réaffirmer la souveraineté de la nation face aux élites financières.

De beaux discours de solidarité

Pour autant, aussi sentimentalement dissuadant, je l’espère du moins, que ce constat puisse être pour l’électorat de gauche, certains s’en féliciteront. N’est-il pas préférable de « ramener au bercail » l’électorat FN, en lui offrant l’opportunité d’exprimer sa colère au sein d’un mouvement animé de bons sentiments ? N’est-il pas préférable à la haine de l’étranger de rassembler le peuple dans un idéal de solidarité ?

Il me semble que cette affirmation est fallacieuse. Car la politique de Mélenchon n’a de bons sentiments que l’apparence superficielle. Derrière les beaux discours de solidarité se cache l’envie, la haine de l’autre : celle du riche, celle du trader, celle du bourgeois – la haine de celui qui est d’une « richesse indécente » à qui l’on doit prendre par la force une partie de ses biens pour soulager la détresse des miséreux, parce qu’il le mérite, parce qu’ils le méritent. En témoignent quelques-unes de ses annonces programmatiques, notamment l’instauration d’un revenu maximal, et la taxation à taux plein des revenus reversés aux actionnaires.

Ces mesures, nous le comprenons bien, paraissent animées d’une haine de celui qui, socialement, ne nous ressemble pas. Il n’y a pas de différence entre la haine de celui qui parle arabe dans un pays de langue française et celui qui parle macroéconomie et finance dans un pays de SMIC, de RSA, de précarité, et de chômage de masse – à laquelle j’appartiens par ailleurs. Il n’y a pas de différence entre la haine de celui qui ne mange pas de porc et de celui qui ne mange pas de produits Lidl, ou d’ailleurs, sur un autre plan, de celui qui boit du champagne et de celui qui boit de la bière, celui qui va voir du rock ou du hip-hop et celui qui va à l’opéra.

Le mépris réciproque qui sépare nos mondes est la mesure d’une incompréhension, d’une diversité des styles de vie pourtant porteuse d’une richesse, qui ne s’exprimera que dans le dialogue pour comprendre l’autre et nous reconnaître en lui. Le projet de Mélenchon, au contraire d’un partage, opère une division exclusive aussi nocive pour la société que peut l’être celle du racisme, en ce qu’il désigne des étrangers au grand œuvre du bien collectif. La France de Mélenchon est xénophobe.

Le Totalitarisme bienveillant

Pour la France Insoumise, il n’y a pas de problème qu’un plan savamment élaboré ne soit susceptible de résoudre. Les calculs ont été faits. Les solutions existent. Limiter la concentration des terres créera 300 000 emplois. Privilégier les investissements en France relancera l’économie.

Ne reste qu’à user de force pour contraindre les acteurs à réaliser le bien-être collectif qu’ils rechignaient jusqu’à présent à faire advenir par avarice, égoïsme, et cupidité – ces connards ! Ce culte de la force étatique, masquée par le faux-nez d’un idéal démocratique dont Tocqueville, par ailleurs, dénonçait déjà la tyrannie potentielle, elle est une des caractéristiques des sociétés totalitaires. Mélenchon le bienveillant interviendra dans tous les aspects de la société pour régler nos soucis.

On développe les constructions en bois français d’une main, on décide de ce que mangeront les enfants dans les cantines de l’autre, on envoie les chômeurs travailler sur des plateformes flottantes, on décide de la santé de tous, et pour conclure, on envoie tous les jeunes au travail forcé pour le bien collectif, en leur offrant au passage le permis de conduire pour que tout le monde roule en voiture dans le monde merveilleux de la transition écologique (car le planificateur n’est jamais à une contradiction près).

Mélenchon soulagera nos douleurs matérielles de sa lumière bienveillante. Un plan échoue ? Pas de panique : un autre viendra le corriger. Et puis un autre, et un autre encore – une loi corrigeant les conséquences imprévues d’une autre jusqu’à ce que les codes de lois débordent de réglementations incompréhensibles et opaques rendant le citoyen incapable de comprendre le droit supposé le protéger.

L’arrogance et le mépris de celui qui sait, celui qui prétend posséder une vue pénétrante sur toutes les strates de la société, au carrefour des savoir dispersés, dilapidés – donc gâchés dans le corps que celle-ci forme.

La rengaine n’a rien de nouveau : elle était déjà dénoncée par Friedrich von Hayek dans Droit, Législation, et Liberté. Je crois ses mots plus percutants et concis que les miens :

La principale raison pour laquelle l’homme moderne est devenu si rebelle à l’idée que les limitations constitutives de son savoir opposent une barrière permanente à la possibilité d’une construction rationnelle de l’ensemble de la société réside dans sa confiance illimitée dans les pouvoirs de la science.

Car regardez cette courbe, regardez ces chiffres : c’est le futur qui parle à travers eux. Nous avons fait les calculs, tout va se passer comme prévu.

Le bien public ou bien commun est resté jusqu’à présent rebelle à toute définition précise et, par conséquent, il est susceptible de recevoir presque n’importe quel contenu convenant aux intérêts du groupe dirigeant.

Qui définira le bien public auquel tous seront asservis ? La classe dirigeante : Mélenchon, depuis l’Élysée, en tête. Magnanime, il fixera votre salaire, décidera de votre alimentation, fixera le prix de vos soins pour votre bien. Apparemment le futur est en mer, si l’on en croit son programme. Bien. Livrons-nous à ses lubies, ses obsessions. C’est bien plus simple et moins fatiguant que d’être aux commandes de ses propres projets, de sa propre vie – parfois même, j’en conviens, de sa propre détresse et de son propre désespoir. Alors, dociles, vous applaudirez. Après tout, n’est-ce pas citoyen, populaire, et solidaire ?

La séduction qu’opère Mélenchon sur le public n’est pas qu’un effet de forme de son talent exceptionnel indéniable pour l’expression orale et la communication en général. Il est travaillé de fond en comble par la douceur rassurante d’une conception rationaliste, au sens fort du terme, de la société.

Les solutions ne se décrètent pas

C’est le handicap constitutif du projet libéral : nous n’avons pas de société utopique à vous proposer. Nous n’avons pas de solution immédiate à vos problèmes. Nous ne pouvons pas proposer de solution générale et parfaite.

La raison en est simple : personne ne peut détenir une telle concentration de savoir. Tous ceux qui affirment détenir une telle solution globale sont soit des menteurs, soit dans l’erreur. À travers leurs séduisantes solutions animées d’affection pour le peuple se cache une vision fermée et arrêtée de la société, une prétention à la connaissance parfaite des causes qui la travaillent, et des conséquences de leurs actes. Ce sont les raisons d’un tel aspect séducteur des grands projets politiques : ils vous promettent par orgueil ce que personne n’est en mesure d’assurer.

Mais leur échec est programmé. Une vision dirigiste et encadrante d’une société humaine, toute aussi bienveillante qu’elle puisse être, est assurée tôt ou tard de rencontrer un imprévu, une remise en cause hasardeuse pure, un cygne noir événementiel condamné à rebattre les cartes. Alors le dispositif s’enraye, le plan patine, et ce qui devait faire advenir ce futur idéalisé est dévoyé, corrompu, dysfonctionne et fait advenir tout le contraire de ce pour quoi il a été conçu.

Les solutions aux problèmes ne se décrètent pas. Elles se créent, s’inventent, se testent. C’est la multiplication des petits plans individuels qui permet, dans l’expérience, et avec le temps, de dégager des solutions efficaces destinées à être imitées.

Faut-il encadrer vos vies ?

Vous le savez bien : depuis toute votre vie, votre énergie est divertie dans les plans B, les combines, les petites débrouilles et autres bricolages administratifs. C’est en libérant cette énergie individuelle, et non en la réglant, en l’encadrant, que nous pouvons espérer trouver les solutions à nos détresses. Aucune personnalité d’État ne viendra nous sauver.

Ce que nous pouvons cependant contribuer à faire advenir, c’est une société dans laquelle l’expérimentation est toujours possible, la liberté d’entreprendre des projets individuels et collectifs défendue – la capacité à chercher des solutions protégée. Tout le reste est structurellement voué aux poubelles politiques de l’histoire.

Je sais cette humeur vaine, incomplète. J’aimerais avoir le temps, la patience, et les mots pour vous convaincre individuellement, à tour de rôle, de l’erreur tragique dans laquelle nous semblons sur le point de nous engouffrer. J’espère simplement, par cette maigre mise en garde, vous avoir du moins communiqué efficacement mon point de vue. Car malgré tout, même si ça reste difficile, je ne vous en voudrais pas.

Quand le protectionnisme et la politique agraire feront flamber les prix, au détriment des plus miséreux, je serai à vos côtés pour manifester. Quand le chômage des jeunes et des non-qualifiés augmentera encore et toujours suite à l’augmentation du SMIC, je serai à vos côtés pour remplir vos formulaires de plus en plus complexes. Quand votre facture d’électricité deviendra écrasante, je vous aiderai à fabriquer vos bougies écolo-citoyennes. Quand vous essayerez de monter votre entreprise et que personne ne voudra ni ne pourra investir, je ferai cuire les crêpes à la pâte chocolat-noisette française éco-responsable pour vous consoler.

Car, allez, il nous restera toujours la solidarité nationale. La vraie.

Sur le web