Votre facture EDF : une feuille d’impôt de plus

Insidieusement, votre facture d’électricité (dont les prix sont réglementés) se transforme en feuille d’impôt.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Olivier Durand-EDF(CC BY-NC-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Votre facture EDF : une feuille d’impôt de plus

Publié le 30 mars 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Dans les prochains jours, certains abonnés au « tarif bleu » d’EDF vont recevoir une facture rétroactive. Ce fournisseur d’électricité rajuste ses tarifs sur l’électricité déjà consommée entre août 2014 et juillet 2015. Insidieusement, votre facture d’électricité (dont les prix sont réglementés) se transforme en feuille d’impôt.

Le jeu démocratique voudrait que les impôts soient débattus puis votés en assemblée mais de plus en plus de mécanismes de transfert automatique se mettent en place.

La baisse des taux, impôt déguisé

Par exemple, la baisse des taux orchestrée par les banques centrales est un impôt déguisé sur ceux qui épargnent dans des produits dits à taux fixe.

Les déficits et la dette qui en résulte sont en réalité de l’impôt qui n’a été ni débattu, ni voté. Pour faire face à ses dépenses, le gouvernement emprunte et les impôts du moment ne couvrent que les intérêts de l’emprunt mais pas la dépense elle-même.

L’inflation est également un impôt, une taxe à la fois sur la consommation (vous payez plus cher ce que vous achetez) et sur l’épargne (vos liquidités perdent de leur pouvoir d’achat).

Récemment, la vague verte et écologique a permis de développer de gigantesques transferts d’argent au titre de la « transition énergétique ».

Financer la transition énergétique

Voici la définition donnée par novethic (qui se dit le média expert de l’économie responsable) de ce concept :

« La transition énergétique (ou transition écologique) désigne le passage d’un système énergétique qui repose essentiellement sur l’utilisation des énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (que sont le pétrole, le charbon et le gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique. Parmi les principales EnR, on trouve : l’énergie solaire, l’énergie éolienne, l’énergie géothermique, l’énergie hydraulique… »

Selon ce principe, tout vaut mieux que du pétrole ou du charbon. La loi sur la transition énergétique a été adoptée en France en août 2015 pour assurer en matière d’énergie, la maîtrise des coûts, la sécurité d’approvisionnement et la réduction des émissions de CO2.

Outil de politique énergétique

Avec son cocktail habituel de subventions, incitations, taxations…

Les Échos :

« Au fil des années, la facture d’électricité est ainsi devenue un outil de politique énergétique, voire de politique économique (…) À fin 2016, les taxes représentaient 35% de la facture d’électricité ».

Qui paye les 1 300 € de subvention pour les particuliers qui convertissent leur vieille chaudière pour une chaudière bois ? L’ensemble des abonnés à l’EDF. Qui paye les exonérations des industries fortement consommatrices d’électricité ? L’ensemble des abonnés EDF.

À cela s’ajoute le renchérissement de l’électricité au fur et à mesure que les moyens de production « verts » se multiplient.

Plus c’est vert, plus c’est cher !

Mais tout cela est pour une bonne cause, pensez-vous certainement. Nos enfants et nos petits-enfants respireront un bon air pur. En êtes-vous si sûr ?

Pionnière dans la « transition énergétique » dès 2009, l’Allemagne se trouve confrontée à des villes polluées : Stuttgart, Munich, Dusseldorf…

Des tarifs d’électricité les plus chers d’Europe et des villes polluées : on ne peut pas dire que la transition soit un succès.

En revanche, de nombreuses entreprises du secteur éolien et photovoltaïque ont réussi à se créer une rente en obtenant des subventions publiques garanties dans la durée et viennent nourrir le lobby de la transition énergétique. Les plus grands acteurs de l’énergie sont devenus de vaillants défenseurs de cette politique.

Désormais, la machine ronronne toute seule en s’appuyant sur des monceaux de normes, réglementations, subventions et taxes. Les éoliennes qui fournissent moins de 4% de l’électricité – difficilement consommable car trop intermittente – fleurissent dans nos campagnes et 5 Mds€ de subventions partent en fumée tous les ans. Mais rassurez-vous, cet argent n’est pas perdu pour tout le monde…

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Il ne faut pas s’inquiéter l’état peut sûrement mieux faire..L’électricité est essentielle mais c’est une faible partie du budget des menages !

    • pas vraiment, car les ménages consomment de l’électricité indirectement aussi par exemple si vous allez chez un restaurateur qui a des fours électrique etc..partout, les serveurs informatiques…partout!!!… l’électricité doit représenter 25% de l’énergie totale consommée en france ..c’est pas rien..donc toute augmentation du cout réel de l’électricté; qui est plus qu’ une simple augmentation du tarif aux particuliers , c’est un coup de bambou.

  • Retour de facture retro-active, qu’EDF nomme « régulation tarifaire », rendue légitime par des arrêtés tarifaires, sera de 30€ par facture en moyenne, et concernce 25 millions de personnes. Je pensais qu’EDF remonterait dans le temps pour les prochaines factures surprises. EDF a choisi de « régulariser » une période plus récente que la première fois. Nul n’est à l’abri de recevoir une facture pour l’année 1990, ou 1980.

  • c absolument révoltant
    nous allons être de plus en plus nombteux à ne pas pouvoir honorer nos factures
    cette insécurité est épouvantable…
    la spoliation de notre revenu est énorme si l’on totalise….

    • @Marilyn
      « Insécurité » vous avez raison et pas seulement budgétaire pour les ménages. Il s’agit d’EDF, qui a un gouffre financier de plus de 60 milliards d’euro, mais l’Etat qui « peut faire mieux », comme le dit Reactitude, peut sortir un arrêté qui stipulerait la même chose pour un autre service. Imaginez que l’Etat décrète « une régularisation tarifaire » pour la SNCF, le service public audiovisuel, ou pire, sur l’I.R.
      Je ne sais pas ce qu’on subi ceux qui ont refusé de payer la facture rétro active, pour ma part, mais quand il sera question de l’I.R il y aura des gros-bras flanqués du drapeau national, et le percepteur.

  • c’est assez affolant ces pleurnicheries d’assistés. Personne ne vous force à acheter de l’électricité, si vous le faites, c’est votre choix et en connaissance de cause. Si vous ne voulez pas acheter d’électricité, produisez la vous même ! Vous avez même le droit de n’en produire qu’une partie.
    On croirait vraiment entendre des lamentations de moutons en train de se faire volontairement tondre.
    Tout le monde braille pour plus de liberté, personne n’ose même envisager d’être même partiellement indépendant.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le gouvernement débat actuellement sur un texte visant à accélérer le programme nucléaire par simplification des procédures.

Le Sénat a apporté un amendement visant à pointer du doigt l’incohérence qu’il y a à vouloir accélérer le programme de nouvelles centrales tout en prévoyant une réduction du nucléaire de 75 à 50 % de l’énergie produite et l’arrêt de 14 réacteurs de 900 MW d’ici 2035, identifiés et proposés par EDF à la demande de l’État.

 

Quel est le programme du nucléaire dans le mix prévu par les textes ?

Fr... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

 

Si de nombreux acteurs du marché s'inquiètent des hausses de taux, ils semblent ignorer le risque le plus important : la possibilité d'une fuite massive de liquidités en 2023.

Bien que le mois de décembre soit arrivé, les bilans des banques centrales ont à peine, voire pas du tout, diminué. Plutôt que des ventes réelles, une monnaie plus faible et le prix des obligations accumulées expliquent la majorité de la baisse des bilans des grandes banques centrales.

Dans le contexte de déficits p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles