La France a perdu la moitié de ses milliardaires en un an

La France ne cesse de perdre ses milliardaires. Mais que deviennent-ils ? Est-ce la politique menée en France qui les a fait partir ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a perdu la moitié de ses milliardaires en un an

Publié le 26 mars 2017
- A +

Par Anthony Alberti.

Alors que la quasi-totalité des journaux français se sont fait l’écho de la publication récente de la liste annuelle des milliardaires établie par le magazine américain Forbes pour l’année 2016, pas un n’a cependant jugé utile de signaler que le nombre de milliardaires français a baissé de moitié par rapport à l’année précédente.

En effet, chaque année, le magazine recense les milliardaires de la planète, et même si ces chiffres sont assez peu significatifs pour les humbles citoyens que nous sommes, on peut parfois y lire certaines évolutions du monde.

Des riches un peu moins nombreux… et un peu moins riches

Ainsi, le cru 2016 présente 1 810 milliardaires, contre 1 826 pour 2015, soit une toute petite baisse des effectifs de moins d’1%, liée au climat économique particulier de l’année écoulée qui a vu la fortune personnelle de quelques malchanceux tomber en-dessous du seuil fatidique du milliard de dollars. Bien sûr, ils ont été remplacés par de nouveaux entrants, mais pas en nombre suffisant pour combler les sorties de la liste.

D’ailleurs, tous les milliardaires ont plus ou moins souffert des soubresauts de l’économie en 2016, qu’il s’agisse de la baisse du prix du pétrole, de l’instabilité de la plupart des places boursières ou encore des conséquences d’un dollar fort qui a mécaniquement réduit la valeur des fortunes détenues dans d’autres devises. Au total, tous ces milliardaires pèsent aujourd’hui un peu plus de 6 480 milliards de dollars, soit une diminution en un an de 570 milliards de dollars.

Globalement, les médias se sont arrêtés là dans l’analyse du classement annuel des grandes fortunes de ce monde, et c’est à peine si quelques uns ont cru bon de rappeler que les États-Unis sont le pays qui compte le plus de milliardaires : 540, soit  près de 30% du nombre total de super-riches, dont 13 dans le top 20 et un Bill Gates qui truste encore une fois, et pour la 22e année consécutive, la première place du classement avec ses quelque 80 à 90 milliards (on ne sait plus trop, à force). Suivent la Chine continentale (eh oui !) avec 251 milliardaires et l’Allemagne qui en compte 120.

Des milliardaires français deux fois moins nombreux… mais plus riches

En revanche pas un mot ou presque sur le cas de la France, sauf pour se gargariser d’un nombre pourtant assez ridicule (39 milliardaires en tout et pour tout) pour une richesse cumulée de 245 milliards de dollars. Ajoutons pour la blague que la moitié de cette somme est détenue par les 5 premiers élèves de la classe (Bernard Arnault, Liliane Bettencourt, Serge Dassault, François Pinault, Patrick Drahi) et on arrive à une fortune moyenne de 3,5 milliards de dollars par tête de pipe pour les 34 restants, c’est-à-dire juste un peu moins que la moyenne générale de tous les milliardaires du monde.

Mais au-delà de toutes ces statistiques somme toute assez assommantes, et qui concernent de toute façon des gens dont la vie est à mille lieues de nos préoccupations quotidiennes, les chiffres deviennent beaucoup plus intéressants quand on les compare aux années précédentes. Ainsi, en 2014, la France comptait… 67 milliardaires ! Et ils étaient 74 l’année suivante. Comment expliquer qu’une moitié d’entre eux aient ainsi « disparu » en l’espace d’un an ?

D’aucuns y verront les conséquences d’une politique désastreuse qui, depuis 5 ans, lutte davantage contre la richesse que contre la pauvreté. Une politique qui a fini par décourager un grand nombre d’entrepreneurs qui auront préféré quitter la France pour des cieux économiquement et fiscalement plus cléments. Car si 23% des milliardaires sont des héritiers (contre 15% au niveau mondial) tous les autres sont des entrepreneurs qui ont construit leur fortune (à l’instar de Xavier Niel) ou des successeurs de grandes familles industrielles qui ont su faire fructifier leur patrimoine.

D’ailleurs, un autre paradoxe du cas français, c’est que la fortune totale des milliardaires français a bondi de 21% par rapport à l’année précédente, dans un contexte où, on l’a évoqué plus haut, la tendance générale est plutôt à la baisse pour la première fois depuis 2010. Une preuve sans équivoque sur le fait que les Français savent utiliser leur argent et qu’il faudrait peut-être davantage impliquer les plus riches dans le redressement du pays plutôt que de les pousser à partir.

Sur le web

Voir les commentaires (54)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (54)
  • Bonjour à toutes et à tous,
    En revanche, il semble bien que nous détenions en France le record du monde des « petits riches », à savoir le couple de fonctionnaires (ou autres salariés en CDI) juste un peu « supérieurs » mais bons épargnants qui arrive à l’âge de la retraite avec un patrimoine de l’ordre de 1,5 M€, dont 500 k€ de résidence principale et 1 M€ de livrets A et autres assurances vie en Euros … et éventuellement un logement locatif en « franchise d’impôt ».
    Leur patrimoine en Euros (2 800 Mds) constitue tout simplement la contrepartie en épargne de la dette de l’Etat, que certains (Martine Aubry ou d’autres) rêvent jour et nuit de confisquer justement pour annuler ladite dette …
    Evidemment, cela ne fait les affaires ni de l’économie ni de l’industrie, que quasi-seuls en fait, en l’absence de « fonds de pension » les « gros riches » (> 10 M€) alimentent en capitaux (avec bien sûr l’Etat, ce stratège hors pair, avec les « fruits » de son racket fiscal et de la dette). Mais bon, ce sont évidemment ceux-là qui s’en vont … au lieu de participer à la prospérité de l’économie ! 🙁
    https://www.linkedin.com/pulse/partageons-efficacement-notre-%C3%A9pargne-pierre-tarissi
    Amitiés,
    Pierre

    • Et bien espérons que ces petits fonctionnaires qui ont le plus possible épargné se retrouvent ruinés par ceux qui les ont injustement privilégiés… Martine, Benoit, Arnaud, Cécile, Emmanuel, François (Fillon fera pire que Chirac et Sarko s’il arrive au pouvoir, c’est dans les gènes de ces pseudos amis de la liberté), servez vous !!!

    • Différentes visions peuvent s’opposer
      1)- Le vilain pays qui fait fuir les riches en tentant (parfois trop) d’être social

      2)- Un système livré à la finance qui enrichi toujours plus ceux qui en ont déjà bcp (comment B.Gates a reconstruit sa fortune en 4 ans ?), mettant en concurrence des pays sans harmoniser les règles …… Entres autres fiscales

      3)- Le même système qui permet aux multinationales (et à d’autres) de délocaliser les impôts, jusqu’à être moins imposé qu’un couple d’ouvriers.

      Alors il est certain que l’on peut trouver les politiques incompétents … Ou complices d’un système qui appauvrit les états pour enrichir les privés, débouchant sur misère-migration-chômage, et j’allais oublier, la guerre, qui comme disait Coluche, se rapproche de + en +.

      Je pense qu’il y a un juste milieu à trouver et des limites à fixer en tout, et notamment à la rétribution de l’entrepreneuriat (tout comme l’assistanat)

      • « Un système livré à la finance qui enrichi toujours plus ceux qui en ont déjà bcp »
        comme l’explique l’article ce constat est faux. 15% des milliardaires sont des héritiers donc cela signifie que 85% des milliardaires ont construit leur fortune récemment. Ceci prouve qu’il n’y a pas de d’accumulations de richesse dans le temps mais au contraire une redistribution des cartes permanentes (merci la concurrence et l’innovation).
        Mettre les pays en concurrence fiscale est une très bonne chose cela évite ou limite les dérives inévitables de nos chers (très cher) gouvernants.

      • El Tico: un système qui appauvrit les états

        L’état français est no UN mondial pour la dépense sociale et no DEUX pour la fiscalité. Il mange 60% du PIB français. Le budget est passé de 800 milliards en 2002 à 1200 milliards en 2016.

        El Tico: débouchant sur misère-migration-chômage

        L’état suisse mange lui 35% du PIB, il est dans le bas du classement pour les impôts et la dépense.

        Comparons:
        Chômage : France 25% chez les jeunes, Suisse 3.8%.
        Salaire de caissière: France 1308 euros, Suisse 4300 euros.
        Pouvoir d’achat: France 12ème en Europe, Suisse 2ème.
        Zone de non-droit: France 750, Suisse 0.
        Dette : France 96% en augmentation incontrôlée, Suisse 33% en diminution depuis 2002.

        En gros vous avez une vision complètement fausse de l’économie et du rôle de l’état.

        • La Suisse est quand même un pays particulier:
          Petit pays, très éduqué, industries de pointes, secteur bancaire important en proportion de la taille du pays.
          Tous ces critères et il y en d’autres, ne sont que relatifs aux autres pays qui ne tiennent pas la comparaison.
          Si tous les pays étaient « Petit pays, très éduqué, industries de pointes, secteur bancaire important en proportion de la taille du pays. »
          et bien la Suisse serait comme tout le monde, par conséquent son industrie ne serait plus de pointe mais normale, le secteur bancaire serait normal, l’éducation y serait normale…
          bref la Suisse ne tirerait pas son épingle du jeu par rapport aux autres.
          On ne peut généraliser l’excellence sinon elle devient normalité.
          La Suisse s’en sort mieux parce qu’elle fait mieux par rapport aux autres, par conséquent elle draine et génère plus de richesses…que les autres.

          • La Suisse est quand même un pays particulier

            Elle est 4ème mondial pour la liberté économique (la France est 70ème en dessous du Ghana), et a un état particulièrement petit et efficace.

            Son économie libre est donc très dynamique et adaptable.

            Dépôt de brevets par millions d’habitants (2012) en Europe:
            ————————————————————–
            France: 126
            Danemark: 223
            Allemagne: 278
            Suède: 290
            Suisse: 426

            Allemagne, Australie, Canada, Danemark, Pays-Bas, Finlande, Nouvelle-Zélande, Suède entre autres s’en sortent très bien aussi ces pays on en commun une grande liberté économique.

            Indice liberté économique – Classement des pays

            Une faible corruption: (la corruption est signe de dysfonctionnement de l’état)
            Indice de la corruption – Classement des pays

            Une presse très libre (idem)
            Indice liberté de la presse – Classement des pays

            Si tous les pays étaient « Petit pays, très éduqué, industries de pointes, secteur bancaire important en proportion de la taille du pays. »

            Ça, c’est le résultat, pas la source de la prospérité.
            La société civile a une force énorme de production de richesse et d’innovation, mais elle a besoin de droit, de sécurité, de stabilité et surtout de liberté.

            L’état français cumule les pires défauts (cf.: liens plus hauts), sur 148 pays la France est classée:
            -130ème place pour le poids global des réglementations
            -134ème pour les prélèvements obligatoires.
            -137ème pour les réglementations liées au fait d’entreprendre.
            -137ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé,
            -135ème pour la dette publique,
            -144ème pour les règles trop strictes encadrant les licenciements.
            -117ème pour la flexibilité.
            -134ème pour le taux d’imposition en pourcentage des profits,
            -127ème pour les incitations fiscales à travailler
            -135ème pour les relations conflictuelles entre entrepreneurs et salariés

            • La Suisse est un pays exemplaire dans bien des domaines mais si tous les pays deviennent exemplaires au niveau de la Suisse, ce qu’on peut souhaiter, ils se banalisent, tous les pays deviennent « normaux ».
              Par conséquent là où aujourd’hui la Suisse emporte des marchés par sa compétitivité, qui est par définition un avantage relatif par rapport aux autres pays, elle perdrait de son statut et surtout de son niveau de vie, la concurrence étant plus âpre entre pays de niveau équivalent.
              je parle de pays mais il serait plus juste de parler de tissus d’entreprises dans les dits pays.
              On ne peut prendre la canopée en exemple et ignorer la foret dessous. Tout ne peut hélas être que canopée.

              La Suisse est Exemple généralisable sur bien des points mais en cas de généralisation de cet exemple au domaine économique, la réussite économique séduisante de la Suisse d’aujourd’hui se ternira immanquablement.
              de même que tout le monde ne peut être riche.
              Par conséquent s’inspirer de la Suisse est intéressant sur bien des points mais espérer son niveau de vie généralisé à la planète est vain en l’état actuel des règles économiques et de l’avancement des technologies.

              • taxusbaccata: un avantage relatif par rapport aux autres pays, elle perdrait de son statut et surtout de son niveau de vie

                L’idée d’un gâteau fixe à partager, ou le plus des un fait le moins des autres, est une idée économique totalement fausse.


                En fait les pays riches tirent les autres avec qui ils échangent vers le haut, ainsi, 70 millions de chinois accèdent à la classe moyenne chaque année depuis la fin du communisme et l’ouverture du pays.

                 
                Hans Rosling est un statisticien renommé, dans un documentaire sur la BBC il montre de manière ludique les statistiques mondiale de richesse et d’espérance de vie. Économiquement le plus (pacifique) des un n’a jamais fais le moins des autres :
                200 pays, 200 ans, 4 minutes

                taxusbaccata: mais espérer son niveau de vie généralisé à la planète est vain

                Faux.
                Tous les pays qui font même un peu comme la Suisse, liberté et droit sont riches ou le deviennent, y compris dans l’hémisphère sud.


                Tous les pays qui sont pauvres sont répressifs, corrompus, fermés, dictatoriaux, socialistes, en guerre ou tout à la foi.


                De plus les pays développés sont endogènement déficitaires au niveau de la natalité. Sans l’apport de l’Afrique qui va passer de 1,2 à 6 milliards en un siècle, la population mondiale serait décroissante. Des pays comme l’Allemagne ou le Japon pourraient même perdre la moitié de leur population d’ici 2100.
                Article pour la Science: 6 milliards d’africains en 2100 ?

              • Il n’y a pas que la Suisse. Les exemples sont pourtant nombreux. Le développement de la Chine ne vous interpelle pas? La liberté économique seule permet d’accéder à la prospérité, comme le démontrent à contrario Cuba et le Venezuela. Partout le socialisme a provoqué récession et misère, le capitalisme développement et sortie de la misère!

      • écoutez; quand vous dénoncez la fiance vous d »noncez quoi au juste? Il est parfaitement légitime de dénoncer des situations où certaines personnes peuvent s’enrichir par le biais de la connivence avec l’etat; il est absolument illégitime de blâmer une personne qui a fait des choix judicieux pour utiliser son argent..dénoncer la finance en général est injuste.

  • On s’intéresse au milliardaires, il y a aussi les millionnaires qui partent car la somme des impôts, prélèvements, contributions, taxes, etc lamine leur pouvoir d’achat. J’en fais partie et avec 71 % de prélèvements je ne suis plus assez riche pour rester en France alors je suis parti, cela m’a coûté très cher car il y a l’exit taxe de Sarkozy-Fillon, les joyeux compères qui voulaient nous empêcher de part avec leur arsenal dissuasif. Mais attention tout parti ne reviendra pas forcément. C’est honteux que des politiciens se prétendant des « chefs » « hommes d’état » fassent fuir une partie de leurs ressortissants en les assommants d’impôts

    • Il ne faut rien détenir en France ❗ Détenez vos actions depuis une banque européenne, Suisse ou Luxembourg. Pas d’exit-tax ❗
      Du moment que vous déclarez vos avoir à la Kommandatu au fisc, rien à craindre.

  • Il y a un multi-milliardaire en France, bien plus riche, prédateur et parasite que tous les Bill Gates et autres émirs saoudiens : l’Etat.

  • Désolé, si j’en ai rien à f*** des milliardaires français…
    En revanche, la « fuite » ou pas d’entrepreneurs, petite, gros ou milliardaires, leur (toujours ?) volonté d’investir en France, voilà qui m’importe plus !

    • Désolé, si j’en ai rien à f*** des milliardaires français…

      C’est clair, et je ne connais pas de fan club des milliardaires personnellement chez les libéraux.

      leur (toujours ?) volonté d’investir en France, voilà qui m’importe plus !

      Voilà.

    • Bonsoir pastilleverte, Bonsoir à toutes et à tous,
      Ben le problème est justement que tous les « milliardaires » sont AUSSI des entrepreneurs !
      C’est dans les « grosses fortunes » (disons > 10 M€) que l’on trouve les gros paquets d’actions et la propriété d’entreprises importantes …
      Alors évidemment, ces gens travaillent au mieux de leurs intérêts, et ce sont les acteurs économiques qui ont l’horizon d’investissement le plus long. Pour ceux qui fonctionnent bien, c’est la génération suivante – donc au moins 20-30 ans. Pour un politique standard, l’horizon est au mieux la prochaine élection, au pire le prochain sondage …
      Amitiés,
      Pierre

  • On a du mal à comprendre cet engouement punitif populaire à l’égard des « milliardaires »au seul motif qu’ils le sont car 1) c’est oublier la réalité d’une redistribution massive de plus de 650 milliards de budget social alimentée majoritairement par les plus riches du pays au regard de leur fiscalité 2) c’est oublier que le taux marginal d’imposition fait de ces plus riches une manne fiscale exceptionnelle pour le pays qui devrait peser sur l’ensemble des autres s’ils venaient à disparaître 3) c’est imaginer que la répartition d’une saisie potentielle de l’ensemble du patrimoine des riches non seulement ne profiterait que très marginalement et seulement une seule fois à ceux qui la saisirait, mais aussi que l’Etat ponctionnerait au passage la quasi-totalité de ces patrimoines pour assouvir sa gabegie extra budgétaire que cette spoliation n’arriverait même pas à stopper.

    • « On du mal à comprendre cet engouement punitif populaire à l’égard des « milliardaires »au seul motif qu’ils le sont car »..ils sont riche de ce qu’ils n’ont pas donné à ceux qu’ils emploient directement ou indirectement, ils ne sont pas riche de leur propre travail mais de l’exploitation de celui des autres.

      • leham: ils ne sont pas riche de leur propre travail mais de l’exploitation de celui des autres.

        Un slogan inepte basé sur la jalousie et l’envie pour tout savoir économique c’est un peu court.

         
        Le continent qui a le moins de super riches entrepreneurs, l’Afrique, est de très loin le plus misérable. Le libéralisme y est totalement absents.


        Au contraire, les milliardaires là-bas le sont par la grâce de leurs états anti-libéraux corrompus , ils se servent de la coercition d’état pour leur seul bénéfice.

        • « Un slogan inepte »
          Par quel processus justifiez vous l’enrichissement des plus riches et vertueux libéraux ?

          « basé sur la jalousie et l’envie »
          Absolument et le sentiment d’injustice surtout.
          Je croyais les libéraux au fait de la nature humaine.
          Gaston79 feignait de ne pas comprendre.

          • Y a un truc qui s’appelle le travail, la prise de risque, l’effort, l’ambition, le volontarisme, l’exposition, qui fait que certains (car vous l’aurez remarqué nous ne sommes pas tous fait du même bois) se défoncent plus que d’autres pour réussir (traduire en langage libéral = augmenter ses revenus, capitaliser, ne pas consommer de suite, épargner, investir..). Ne pas être capable de discerner entre ceux qui réussissent ceux qui ne le doivent qu’à leurs seules vertus de ceux qui en ont éventuellement hérité sans effort (moins de 30 % des riches selon l’article), ne pas être capable de discerner la façon dont ces ressources sont employées (immobilier, oeuvres d’art… ou actifs créateurs d’emplois), c’est juste en effet de l’idéologie punitive qui, comme je l’indiquais, ne rapportera de surcroît aucune retombée au spoliateur. C’est même pire que l’idéologie si vous voyez ce que je veux dire.

            • @gaston79
              Je commence à intégrer le sentiment d’injustice vécu par les libéraux et qui n’est sans doute pas sans fondement.
              Je comprend bien que des prélèvements obligatoires vécus comme abusif et en plus mal employés, c’est rageant.
              Je dois être con (de votre point de vue) du moment que j’ai assez pour vivre correctement et simplement, je suis content.

              Même question qu’à Ilmryn, le sort des faibles vous importe-t-il ?
              quel sort leur reverseriez vous dans un monde idéalement libéral ?

              • Bien évidemment qu’il leur importe. mais le gaspillage est tel que les pauvres ne sont servis qu’après les polytocards, voire la Guyane. Dans ces conditions, les taux d’impôts très élevés deviennent insupportables.

              • Même question qu’à Ilmryn, le sort des faibles vous importe-t-il ?

                Au fait quand un entrepreneur du bâtiment en arrêt maladie pour une opération de la colonne vertébrale, voit ses cotisations du RSI non suspendues, et qu’il doit se remettre au travail malgré la douleur, vous y pensez à cet organisme parasite, non ❓

          • leham: « basé sur la jalousie et l’envie »
            Absolument et le sentiment d’injustice surtout.

            « Injustice » probablement pas,


            mettez vos talents à l’épreuve et voyez ce que vous pouvez créer que d’autres vous achèteront volontairement, ou alors réunissez les talents sous votre bannière comme meneur d’hommes et comme dirigeant, ça vous donnera une idée de ce que vous valez vraiment.


            Vous n’arrivez ni à l’un ni à l’autre ? Probablement que vous ne valez que ce que vous gagnez en échange du simple petit travail que vous fournissez. Il n’y a aucune injustice.


            Quoiqu’en France beaucoup de talents sont gâchés à cause du racket et de la coercition, vous pourriez toucher beaucoup plus dans un pays libéral si vous valez vraiment ce que vous prétendez.

            leham: Je croyais les libéraux au fait de la nature humaine.

            C’est la base de notre défiance envers l’état mon petit, on connaît parfaitement la tendance de certains humains, jaloux, envieux, ratés, voleurs, malhonnête ou naïf à vouloir ce servir de la force de l’état pour vivre aux crochets des autres voir même a s’enrichir à leurs dépends.


            C’est pour éviter que les états se transforment en monstre coercitif et pour la liberté et les droits de tous que nous luttons.
            Indice de la corruption – Classement des pays

            • Au cas où vous ne l’auriez pas compris, je ne parle pas pour moi, je me soucie des autres, des faibles, des petits, des » ratés »,…. nuance.
              cela peut s’appeler le respect de la personne humaine en général et l’empathie.

              Vous décrivez fort bien les rapports à l’argent et à l’Homme dans le monde de l’entreprise.
              Avec cette logique implacable : »si tu n’es pas content de ton sort, fais en sorte de t’élever en suivant les règles du jeu de l’argent et si tu n’y parviens pas c’est que tu es à ta juste place »

              Vous ne semblez pas en empathie avec ceux qui ne réussissent pas au pays du capitalisme/ libéralisme.
              Je suis vraiment curieux de connaitre le sort que vous leur réserveriez dans un monde idéalement libéral ?

              • leham: je me soucie des autres, des faibles, des petits, des » ratés »,…. nuance.

                Pas une seconde, sinon vous seriez pour la politique qui leur apporte richesse, prospérité et possibilité de s’en sortir.

                • Je comprend très bien ce que vous voulez dire et reconnais une certaine vertu à votre logique, celle d’être autonome, d’être responsable, etc..

                  que faites vous de ceux qui sont en dehors de cette capacité, ils n’existent pas ?

                • leham: Je suis vraiment curieux

                  Non plus, pas une seconde vous n’avez démontré un quelconque intérêt pour la réalité, les articles ou ce que nous écrivions. Vous ne faites que rabâcher les mêmes slogans ineptes.

                  leham: le sort que vous leur réserveriez dans un monde idéalement libéral ?

                  Quinzièmes fois qu’on vous répond… soit vous êtes authentiquement bête soit vous êtes un troll.

                  Le monde « idéalement libéral » des classiques ce sont certains pays du nord ou la suisse, un état de taille raisonnable, réellement démocratique, bien géré, une protection sociale qui n’est pas détournée, une vraie solidarité volontaire entre humains, une liberté et un droit égalitaire qui créent beaucoup de richesses et d’opportunités.

          • Bonsoir Leham, Bonsoir à toutes et à tous,
            Eh oui !
            En l’état actuel des neurosciences au moins, ceux qui sont chercheurs ou entrepreneurs représentent beaucoup moins de 5% de la population …
            Ce qui veut dire en clair que si ces « moins de 5% » ne sont pas là, et qu’il n’y a que des « travailleurs », eh bien on est au Mali, bien connu pour le haut niveau de vie de ses habitants.
            Alors, évidemment, ça ne plaît pas à ceux qui veulent l' »égalité » … L’ennui étant que l’égalité ne se conçoit que dans la misère, puisque toute personne qui innove et qui construit une entreprise devient d’autant plus riche que ses produits ou services intéressent plus de monde parce qu’ils sont intéressants à utiliser et … peu chers à acheter !
            Je reconnais que c’est difficile à comprendre pour les 95% au moins (dont je fais du reste partie …) qui ne sont ni chercheurs ni entrepreneurs …
            Amitiés,
            Pierre

            • Bonsoir Pierre,

              Je comprends fort bien la logique en jeu et les règles du jeu, juste que je ne les admets pas au fond de moi, non par jalousie et envie mais par constat de leur inhumanité et brutalité.

              Je n’aime pas me vanter mais je fais partie des 5% et n’ai pas la soif de l’or, comme quoi ça existe.

              cordialement

              • Re-,
                Mais AUCUN chercheur ni entrepreneur n’a la « soif de l’or » … Le fait de devenir « riche » est juste une conséquence – très hypothétique – de leur activité, si elle réussit, c’est tout !
                Accessoirement, le fait d’être « riche » permet de réinvestir et d’initialiser de nouveaux projets – indépendamment d’assurer un train de vie sympa à ceux qui le sont (et à tous les collaborateurs de l’industrie du luxe …)
                Amitiés,
                Pierre

              • « Je dois être con (de votre point de vue) du moment que j’ai assez pour vivre correctement et simplement, je suis content »avez-vous dit, ce qui est votre droit et votre liberté les plus stricts. Mais en quoi ce précepte doit-il s’imposer réglementairement aux autres, en vertu de quelle idéologie, de quelle autorité ? Vous êtes l’étatiste caractéristique qui sait exactement ce qui est bon pour les autres et qui entend l’imposer par la force (ou la fiscalité, ou la réglementation) à ses concitoyens. Par ailleurs si vous êtes réellement l’entrepreneur à succès que vous dites, expliquez-nous donc votre recette pour redistribuer en masse vos profits autour de vous indépendamment d’un calcul économique vous permettant de dégager une marge pour vous développer, faire prospérer votre activité et créer des emplois..

                • Il est amusant de constater comment chacun suivant son formatage idéologique tire des conclusions à partir du discours de l’autre et qui sont erronées. Moi y compris, enfin peut être ou peut être pas.

                  @gaston79
                  « Mais en quoi ce précepte doit-il s’imposer réglementairement aux autres, en vertu de quelle idéologie, de quelle autorité ? »
                  En rien, ce n’était que mon point de vue individuel, sans plus.

                  « Par ailleurs si vous êtes réellement l’entrepreneur à succès que vous dites, expliquez-nous donc votre recette pour redistribuer en masse vos profits  »
                  Selon vos critères je ne suis pas un entrepreneur à succès, selon mes critères oui, je vis correctement et ai le temps de me consacrer à des passions/recherches, je n’en demande pas plus.
                  Pour la redistribution ? ne criez-vous pas assez sur l’état Français à longueur de sujet et commentaires ?
                  Je pense donner assez par ce biais, plus quelques œuvres, plus mon action quotidienne, quoiqu’on puisse toujours faire mieux.

                  @Ilmryn
                  Voyez vous cher Ilmryn, malgré votre attitude irrespectueuse et nauséabonde, tout comme certains sujets et commentaires sur contrepoint, je suis agréablement surpris de voir écrit par vous même et pour la première fois enexclusivité, réclamer « une protection sociale qui n’est pas détournée, une vraie solidarité volontaire entre humains »
                  Certes vous prenez beaucoup de gants autours de l’expression protection sociale mais vous l’avez réclamée, ouf !
                  Encore faudrait il discuter précisément de ce que vous entendez par protection sociale, je serais peut être surpris

                  Alors pourquoi, » vous libéraux » n’insistez vous uniquement sur le genre de point qui suit , qui est déjà à l’œuvre de part le monde dans toutes les entreprises, France y compris.
                  je vous cite:
                  « mettez vos talents à l’épreuve et voyez ce que vous pouvez créer que d’autres vous achèteront volontairement, ou alors réunissez les talents sous votre bannière comme meneur d’hommes et comme dirigeant, ça vous donnera une idée de ce que vous valez vraiment.

                  Vous n’arrivez ni à l’un ni à l’autre ? Probablement que vous ne valez que ce que vous gagnez en échange du simple petit travail que vous fournissez. Il n’y a aucune injustice. »

                  Je ne comprends pas que vous (en général) insistiez pour réduire à néant toute solidarité étatique, rendre plus dur ou confirmer le monde de l’entreprise dans son âpreté et ne parlez jamais de ce qui adoucirait la vie.
                  La jungle est ce qu’il ressort de vos revendications pour un non converti, alors de grâce faite un effort de communication si par bonheur ce n’est pas la jungle que vous réclamez.
                  Vous les libéraux êtes déjà au pouvoir, peu importe les gouvernements de droite ou de gauche, et ne vous en rendez même pas compte.
                  Le seul pouvoir qui vaille est celui de l’argent, il n’y a que cela qui dirige le monde depuis bien des décennies maintenant.
                  Les gouvernements ne sont que des piqûres d’insecte.

                  • Bonjour leham, Bonjour à toutes et à tous,
                    Mais PERSONNE ne veut « réduire à néant toute solidarité » ! Il se trouve que cette pseudo-solidarité imposée par les impôts et la dette profite aujourd’hui d’abord et avant tout à ceux qui la gèrent à grands frais et sans aucun contrôle sérieux ni aucune obligation de résultats !
                    La « solidarité », c’est d’abord et avant tout assurer un niveau d’éducation et de formation suffisant à TOUS, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui en France, malgré les sommes colossales injectées dans l’Educ Nat !
                    Ensuite, c’est favoriser la production de richesses nouvelles, de plus en plus efficaces et de moins en moins « chères », ce que l’Etat sait très mal faire …
                    Et non, « les libéraux » ne sont pas « au pouvoir » tant que les gouvernants ont les moyens d’augmenter encore et encore la dépense publique et donc les impôts et la dette pour nourrir d’abord et avant tout des administrations inefficaces, au nom bien sûr des « pauvres » qui ne voient pas la couleur des prétendues « aides » que ceux qui vivent en fait sur leur dos sont censées leur apporter !
                    Amitiés,
                    Pierre

                  • leham: Je ne comprends pas que vous (en général) insistiez pour réduire à néant toute solidarité étatique

                    Personne « n’insiste » pour ça ici bien au contraire et on vous l’a déjà répété un nombre de fois incalculable dans les commentaires et dans les articles.

                    leham: La jungle est ce qu’il ressort de vos revendications pour un non converti

                    Non « la jungle » est comment ceux qui vivent de l’argent-des-autres décrivent le libéralisme. Vous n’avez fait que confirmer vos biais et slogans commentaire après commentaire mois après mois.

                    leham: Les gouvernements ne sont que des piqûres d’insecte.

                    Faux.
                    Le budget de la seule France est 75 fois plus élevé que le chiffre d’affaires mondial de Google, 7 fois plus important même que le chiffre d’affaires mondial de Total.

                    Ni Google, ni Amazon n’ont le pouvoir d’interdire un concurrent par une loi radicale, de racketter les états ou les clients. De plus une entreprise mal gérée ou qui ne satisfait pas disparaît rapidement d’elle même pour laisser la place a de plus compétentes.

                    Les états c’est 180 millions de morts directes en un siècle en 209 conflits et régimes totalitaires dont certains ont perduré plus d’un demi siècle et si l’Afrique est très pauvre c’est bien par la faute de gouvernements corrompus et répressifs.

                    « Piqure d’insecte » !??

                    leham: Selon vos critères je ne suis pas un entrepreneur à succès, selon mes critères oui,

                    Je ne vous crois pas une seconde personnellement, vous n’êtes ni malin ni dynamique ni ouvert et avez les discours et la mentalité épaisse des rentier héritiers, fonctionnaires ou assistés.

                    • Leham est l’exemple type du gauchiste qui se réfugie dans ses préjugés et ses fantasmes. Dire que des libéraux sont au pouvoir en France vu ses taux de prélèvements et ses 56% de dépenses est grotesque. Quant au modèle social français il est le plus cher au monde pour des prestations médiocres. Les pays voisins cotisent moins pour des services de meilleures qualités. Marisol Touraine vient de faire baisser encore les remboursements par la SS!

                  • « Vous libéraux êtes déjà au pouvoir » !!!! on ne doit pas parler de la même chose ! Avec 700 milliards de budget de redistribution sociale, avec 58 % des richesses qui passent entre les mains de l’Etat, avec un taux de prélèvements obligatoires le plus haut du monde ou quasi (46% du PIB) pour le financer.. d’ailleurs insuffisamment puisqu’il faut le compléter chaque année par 4% de déficit en plus.. ça s’appelle a minima de l’étatisme, plus probablement du soviétisme si on y ajoute le cadre normatif (120 000 lois, 400 000 normes, 350 impôts différents, 6 millions de fonctionnaires..). De quelle planète êtes-vous ?

                    • gaston79: De quelle planète êtes-vous ?

                      Un autre socialiste nous sortait récemment que toute cette liberté de circuler et d’échanger entre les pays européens était bien la preuve que nous étions dans un pays libéral.

                      Visiblement pour ces gens le libéralisme commence dès qu’il n’y a pas de miradors.

                  • Vous les libéraux êtes déjà au pouvoir, peu importe les gouvernements de droite ou de gauche, et ne vous en rendez même pas compte.

                    Non c’est faux 🙁

                    • Bonjour à tous,

                      l’influence de la libre circulation des capitaux sur l’économie et donc sur l’économie des états ne vous aura pas échappée .
                      Le capital pouvant aller librement, là où c’est plus juteux pour lui. en fait avec des vrais gens derrière le capital, hein, on est d’accord ? 😉

                      La libre circulation des capitaux est bien une revendication du libéralisme?
                      Le résultat de cette libre circulation étant une pression sur les états (pays) avec des vrais gens à l’intérieur.
                      si le capital n’est pas content de sa rémunération il s’en va, ou ne vient pas.
                      Donc vous avez parfaitement raison de dire qu’il y a trop d’état en France car ça ne sied pas au capital que les citoyens d’un pays désirent beaucoup d’état, car évidemment cela a un coût.
                      De fait cette libre circulation du capital impose une moins-disance sociale des états.

                      Par cette porte d’entrée de la libre circulation des capitaux, vous libéraux, êtes à la tête du monde. Ne soyez pas modestes, encore un peu de temps et vous aurez la tête des états que vous qualifiez de « socialiste » , c’est inéluctable. Ensuite se sera la privatisation généralisée de toute activité et service et la vie sera belle et douce…… 🙂

                      @Ilmryn je ne mens pas j’ai juste scinder ma vie en une activité entrepreneuriale peu prenante, faiblement rémunératrice et une activité de recherche innovation découplée des contraintes financières.
                      J’ai déjà donné dans les 2 réunies et d’un point de vue personnel, le coût humain est trop élevé dans ce genre d’aventure.

                    • leham: La libre circulation des capitaux est bien une revendication du libéralisme?

                      La possibilité pour les humains d’échanger librement des biens est ce qui existe naturellement en dehors des prisons, dictatures et états répressifs.

                      Avec votre définition seules la Corée du Nord et quelques autres dictatures ne sont pas libérales.

                      leham: cette libre circulation du capital impose une moins-disance sociale des états.

                      Millième fois que vous répétez ce mensonge qu’on explose à chaque fois avec les données du monde réel, vous êtes vraiment lourd.

                      @Ilmryn je ne mens pas j’ai juste scinder ma vie en une activité entrepreneuriale peu prenante, faiblement rémunératrice et une activité de recherche innovation découplée des contraintes financières.

                      À voir comment, vous arrivez à violer complètement la réalité, les seules chose vraie sont probablement que vous n’avez pas de contraintes financière et n’en f… pas une rame.

                    • Bonjour leham, à toutes et à tous,
                      Hum ! J’ai un peu de mal à comprendre ce qu’est une « activité de recherche et innovation découplée des contraintes financières » ??
                      A priori, pour « chercher », on a besoin de fonds, et pour « innover » encore plus (surtout si l' »innovation » est industrielle …
                      Donc, m’occupant personnellement de financement de es deux activités (recherche et innovation) je suis très curieux de savoir comment on peut les pratiquer sans argent …
                      Amitiés,
                      Pierre

                    • @leham
                      Bonjour,

                      – « Le capital pouvant aller librement, là où c’est plus juteux pour lui. en fait avec des vrais gens derrière le capital, hein, on est d’accord ? »
                      – « si le capital n’est pas content de sa rémunération il s’en va, ou ne vient pas. »
                      Je transpose dans la vie courante :
                      Lorsqu’il y a des promotions sur un produit que vous achetez régulièrement au prix de X€, dans votre point de vente habituel, allez-vous chez le concurrent qui ne fait pas cette promo pour payer plein pot ?
                      Je ne suis pas sûr que vous seriez content d’une rémunération de 500€ pour 151 heures de travail par mois. Vous enverriez promener celui qui vous aurait fait cette proposition.

                      « l’influence de la libre circulation des capitaux sur l’économie et donc sur l’économie des états ne vous aura pas échappée . »
                      Les Etats ont besoin de l’Economie pour subsister, et dans notre pays en particulier, pour s’engraisser. Ils vivent de ce qu’ils collectent à leur population sans leur demander leur avis/satisfaction.

                    • Vous les libéraux êtes déjà au pouvoir, peu importe les gouvernements de droite ou de gauche, et ne vous en rendez même pas compte.

                      Avec 65% de la part de l’état au PIB, cela doit être de l’ultra-méga-giga-peta libéralisme ❗

                    • A vous lire je me rend compte que ce que je prenais pour de la mauvaise foi est un manque intelligence* en fait.
                      * Le terme est dérivé du latin intelligentĭa, « faculté de comprendre ».
                      petit préambule qui fera que la suite de mon discours sera rejetée d’emblée mais je m’en fiche.

                      @STF: analogie ou comparaison n’est pas raison. vous négligez la notion d’échelle avec le grand capital. les effets ne sont pas du tout les même que pour vos exemples.

                      @Pierre: je m’autofinance et suis libre, point final, rien de plus compliqué.

                      @Michel C: Vous n’avez aucune vision de ce qui est à l’œuvre et détournez le sens de mes propos. bien sur que les libéraux ne sont pas politiquement au pouvoir en France mais ils le sont sur toute la planète argent et la France fait partie de la planète argent que je sache. la France cédera à moins que la politique ne reprenne les rennes.

                      @vomilmryn: » Millième fois que vous répétez ce mensonge qu’on explose à chaque fois avec les données du monde réel, vous êtes vraiment lourd. »
                      Tout autant que vous à nier ou balayer d’un revers de main mes argumentaires.
                      les données du monde réel dont vous me bassinez, concernent des pays vendus aux libéralisme économique, bien sur qu’il s’en sortent mieux que les autres puisqu’ils jouent le jeu a fond.
                      Ils se démarquent par effet concurrentiel sur ceux qui ne jouent pas le jeu en gardant un semblant de social.
                      Mais ça vous y êtes totalement hermétique, ça contredirait votre conviction intime qu’il faut en chier et cravacher dans la vie.
                      Le reste n’a aucune importance à vos yeux.
                      Vivez cette vie si ça vous fait plaisir mais ne l’imposez pas aux autres.
                      Un pays comme la France ne peut à la fois conserver son modèle social et à la fois s’en sortir économiquement dans une économie mondiale libéralisée.
                      La Suisse votre champion n°1, paradis fiscal en plus, ne joue déjà pas dans la même cour que les autres. petit pays en plus, pas avec une masse de populace à gérer comme la France, l’Allemagne, l’Angleterre, tous soit avec des travailleurs pauvres soit avec des sans emplois.

                    • Bonjour leham, Bonjour à toutes et à tous,
                      Je ne comprends toujours pas comment on peut « autofinancer » une activité de « recherche innovation » à partir d’une « activité entrepreneuriale … faiblement rémunératrice » !
                      Vous avez en fait le « choix » entre deux options :
                      – Soit faire appel à des financements publics (donc issus de l’impôt et de la dette) de type « aide à la création d’entreprise » assez généreux quand on arrive à monter des dossiers de type « R & D »,
                      – Soit financer sur fonds propres personnels ou amicaux parce que vous disposez de capitaux personnels importants …
                      Pour le reste, il est clair que vous considérez la dépense publique comme naturellement « bonne » et uniquement dédiée au « bien des pauvres » … ce qui est votre droit, mais néglige la rapacité naturelle des politiciens, dont on voit mal pour quelles raisons divines ils seraient plus ou moins vertueux que tel ou tel entrepreneur ? La seule chose qui soit sûre, c’est qu’un politicien travaille avec l’argent « des autres », qu’il peut lever à volonté en faisant appel à la force publique (une forme légale de racket, en fait). On est sûr aussi que son horizon temporel est au mieux la prochaine élection, à moins d’avoir affaire à un « saint », personnage assez peu courant, dirons-nous.
                      Amitiés,
                      Pierre

                    • leham: Un pays comme la France ne peut à la fois conserver son modèle social et à la fois s’en sortir économiquement dans une économie mondiale libéralisée.

                      *soupir*
                      Son « modèle social » c’est les détournements et les privilèges d’une oligarchie bureaucratique déconnectée du monde réel qui contrôle et parasite la société civile sans même se douter des problèmes qu’elle engendre et de la faillite qui se profile.


                      Même la Suède fait beaucoup mieux au niveau social avec 7 points de PIB de dépense en moins et on ne parle même pas des autres états de droit libéraux.


                      Vous êtes un rentier qui n’avez probablement jamais mis non plus un pied dans le monde réel ce qui explique bien des choses. Du haut de votre Olympe d’oisiveté vous n’avez que du mépris pour les gens, inclut les plus faibles et les pauvres sinon vous ouvririez vaguement un œil sur leur condition dans le monde réel.

                    • Bonjour Ilmryn, Re-,
                      L’emploi par leham des termes suivants : « … pas avec une masse de populace à gérer comme la France, l’Allemagne, l’Angleterre, … » me semble assez significatif du mépris profond que l' »intello » voue au « peuple » qu’il prétend pourtant défendre …
                      J’ai exactement la même impression lorsque j’écoute ou lis des propos de Jean-Luc Mélenchon …
                      🙁
                      Amitiés,
                      Pierre

                    • Pierre TARISSI: me semble assez significatif du mépris profond que l’ »intello » voue au « peuple »

                      C’est clair, cela dit il n’a strictement rien d’un intello, ses raisonnements et provocations sont puériles, ses slogans simpliste. Au début j’ai cru que c’était un gamin en pleine révolution adolescente.

                      Cordialement

          • Affirmer que les riches exploitent les pauvres est d’une indigence intellectuelle totale, digne des gauchistes qui ne comprennent rien à l’économie et à la société! Qui paye votre salaire et vos cotisations sociales gros malin? Il faut des finances pour créer des entreprises qui offriront des emplois aux gens comme vous et qui payeront des impôts et des taxes à l’état. Pas de riches, pas d’entreprises, pas d’emplois.
            Comment appelle-t-on ceux qui veulent tuer la poule aux oeufs d’or? Des imbéciles!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
riches
0
Sauvegarder cet article

Par Michel Kelly-Gagnon.

Plusieurs commentateurs, dont certains se présentent par ailleurs comme étant spécialistes en fiscalité, aiment répéter ad nauseam sur toutes les tribunes publiques que « les riches ne paient pas d’impôt ».

En tout cas, si certains riches réussissent peut-être à éviter de payer l’impôt sur le revenu grâce à diverses manœuvres (légales ou non), je peux vous assurer que plusieurs en paient, et une claque à part ça !

l'Un de ces riches, un bon ami à moi, lequel fait clairement partie du 1 % des contr... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Périgois.

Elon Musk, Bill et Melinda Gates, Bidzina Ivanishvili, MacKenzie Scott, Min Kao et Charles Feeney prouvent qu'il existe de multiples façons de mettre sa fortune au service de l'amélioration du monde et de la condition de son prochain.

Elon Musk : de la Terre à Mars

L'une des premières choses que le fondateur de Tesla a faite lorsqu'il est devenu l'homme le plus riche du monde le mois dernier a été de demander conseil sur la façon d'être un meilleur philanthrope.

Mais le nouveau Texan semble avoir u... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Le Conseil d’analyse économique a fait une brillante découverte : durant le confinement, les riches ont épargné tandis que les plus démunis n’ont pas réussi à joindre les deux bouts. De mars à fin août, 46,58 milliards d'euros ont été mis de côté dont 32,2 milliards par les 10 % les plus riches.

Le Conseil d’analyse économique est un des multiples machins payé par le contribuable. C’est même un machin dans le machin car situé dans la nébuleuse de France Stratégie.

Le CAE est censé éclairer Matignon. Or ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles