Poids lourd, de Pascal Rebetez

Le périple d’un homme obèse au pays des Aborigènes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Poids lourd, de Pascal Rebetez

Publié le 25 mars 2017
- A +

Par Francis Richard.

Le livre commence ainsi : C’est en Australie de l’ouest, à Perth, sur la balance de mon frère que s’enregistre l’énormité : 93 kilos et 300 grammes ! Le narrateur ne dit pas quelle est sa taille. Il n’est donc pas possible de calculer son IMC (indice de masse corporelle)…

Tout ce qu’il veut bien dire, c’est qu’il est sexagénaire depuis quelques mois, qu’il a entrepris son voyage dans les extrêmes pour y promener [sa] masse et qu’il a quinze kilos de trop… L’alcool l’a fait grossir, comme il fait grossir les aborigènes qui en boivent beaucoup :

Je suis donc un aborigène.

Les cousins colonisés

Au cours de son périple, cet anar, de par le milieu et les lectures, devrait croiser des aborigènes, ses « cousins » colonisés (les siens ont été colonisés par les forces de l’argent et du commerce). En fait, il en croise très peu, quatre en tout au centre-ville de Perth…

Route faisant, il ne triture que les débris de [sa] mémoire pour passer le temps au volant de la petite voiture qu’il a louée. C’est ainsi qu’il digresse, confirmant sa vision des êtres et des choses, et qu’il se remémore d’autres voyages accomplis en Syrie, en Colombie ou en Éthiopie.

Son surpoids est peut-être héréditaire, mais il ne veut pas ressembler à son grand-père Paul, qui était gros lui aussi mais qui n’était pas drôle, du moins quand il ne voulait plus voir son fils : même si la graisse m’y porte, je ne veux pas la foutue répétition des lignées, je n’en veux pas !

Juger son ancêtre

Il n’en veut pas, mais il n’en est pas moins homme et, comme de rouler en sens interdit, il se sent mal à l’aise à juger son ancêtre : Nom d’un diable à bretelles, j’ai bientôt son profil. Et je l’aime. Il fait quand même partie de moi pour un bon pourcentage.

En tous les cas il cultive l’autodérision pour parler de lui : Ma poitrine ballotte, pire, il y a des seins ; ils forment deux dunes parallèles sous la plage de ma barbe ; je les vois quand j’écris, quand je pisse, c’est l’insolence du ventre qui montre son corps boursouflé !

Son problème est qu’il adore manger et boire à satiété et que, même s’il sait être allé trop loin, il n’est pas près d’en revenir, ni prêt non plus à faire abstinence : il aime bien trop se taper la cloche et être allégé, ne serait-ce que passagèrement, par l’alcool.

Émotions musicales

Pourtant, à Mackay, il fait de louables efforts : J’ai laissé deux frites sur l’assiette du poulet à la mangue. Mon régime a commencé… Mais, plus loin, il suffit de quelques émotions musicales pour lui ouvrir l’appétit. Ce qui n’est pas pour dégonfler le pneu qu’il a autour de la taille.

En Australie, comme ailleurs de par le vaste monde, il n’est pas seul dans son surpoids :

Cette gélatine, cette dépression des tissus est un triste phénomène pour l’évolution humaine, mais dans la même pipette de sentiments, ça banalise le sexagénaire qui arbore ses munitions sur les hanches, son bedon qu’il faut décaler pour voir l’engin à pisse.

Au retour de son voyage, il prend de fermes résolutions. Ses ancêtres sont devenus ses balises, comme dans les rituels des aborigènes. Il empruntera donc des itinéraires inverses à ceux parcourus jusque-là et s’engage à perdre des dizaines de kilos, mais à raison d’un par année…

Durant tout ce temps, il lui faudra s’appauvrir en aimant, et puis aimer encore, enlever le poids lourd sur le cœur, s’affûter pour le grand jour, qui sera la grande nuit, où poser le chant, les notes, le ressac du monde et l’écume des grands fonds.

 

Le poids lourd, Pascal Rebetez, 124 pages éditions d’autre part

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Autrefois, l’obésité était associée à la bonne santé, et les réserves aidaient à passer l’hiver. Mais les valeurs ont été renversées, depuis le Moyen Âge. Les enfants du confinement, victimes de l’inactivité et moralement atteints, ont peut-être constitué des réserves en prévision des abyssaux déficits qu’ils auront à combler.

Le président nous a été vendu comme un génie de la finance. Certains susurrent qu’un épicier aurait obtenu de meilleurs résultats et je ne doute nullement que l’on trouve de géniaux épiciers. Le concernant, à la ... Poursuivre la lecture

guerre civile
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Last part of us
0
Sauvegarder cet article

Par Corentin Luce.

« L’art est la plus sublime mission de l’homme, puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre ».

Auguste Rodin vient peut-être de définir ce que l’on entend par être humain. Ou plutôt ce qui le distingue et le distinguera sans doute à jamais de l’animal et des machines, aussi sophistiquées soient-elles.

Dans le flot incessant de productions cinématographiques et vidéoludiques fades, rompues au risque zéro, certaines œuvres réussissent tant bien que mal... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles