Sondage : Macron convainc les Français sur l’économie

54% des Français pensent que le programme économique d’Emmanuel Macron améliorerait la situation économique en France. En revanche, 72% des Français pensent l’inverse concernant le programme de Benoit Hamon.

Par la rédaction de Contrepoints.

Un sondage BVA pour La Tribune1 de mars 2017 s’intéresse aux questions de l’économie en vue des élections présidentielles. On y apprend notamment qu’Emmanuel Macron présente les propositions économiques les plus appréciées, devant François Fillon.

Macron et Fillon font la course en tête

L’économie ne semble pas être le premier critère de décision des électeurs pour ces présidentielles.  En effet, lorsque l’on demande aux Français quel est le candidat qui, selon eux, fait les meilleures propositions en matière économique, le classement ne correspond pas exactement à celui des intentions de vote. Emmanuel Macron y arrive en tête avec 32%. Il fait 37% chez les sympathisants de gauche, en tête, et 25% chez les sympathisants de droite, loin derrière François Fillon (58%).

Il confirme ainsi sa position centriste dans ce domaine. François Fillon arrive lui deuxième avec 22% avec une configuration bien plus polarisée puisqu’il ne reçoit presque aucun point de la gauche, 58% de la droite et 10% du FN (9% pour Macron). Les autres candidats, Jean-Luc Mélenchon (13%), Marine Le Pen (11%) ou encore Benoit Hamon (9%) reçoivent un soutien  inférieur et très polarisé.

Par rapport à février, Emmanuel Macron est en forte hausse alors que François Fillon reste stable, tout comme Marine Le Pen. Benoit Hamon enregistre une forte baisse. De moins en moins de Français choisissent de ne pas se prononcer à l’approche des présidentielles : 4% contre 10% en février.

Qui fait les meilleures propositions en matière d'économie pour les présidentielles ?
Qui fait les meilleures propositions en matière d’économie pour les présidentielles ?

54% des Français pensent que le programme économique d’Emmanuel Macron améliorerait la situation économique en France, avec là encore une très faible polarisation puisque ce taux résulte d’une opinion similaire chez 55% des sympathisants de la gauche et chez 58% des sympathisants de la droite.

En revanche, 72% des Français pensent l’inverse concernant le programme de Benoît Hamon pour les présidentielles. Les apports favorables sont cantonnés à gauche de l’échiquier politique.

Des propositions inégalement accueillies

Dans le détail, l’exonération des heures supplémentaires de cotisations sociales est très bien accueillie, particulièrement à droite mais aussi majoritairement à gauche. La réforme de l’assurance chômage est marquée par une configuration similaire.

La taxe robots convainc une courte majorité de sondés, plus nombreux à gauche mais pas absents à droite. La limitation de l’ISF ne convainc qu’à droite mais au total, elle ne rassemble pas de majorité. Enfin, le revenu universel ne convainc qu’un tiers des électeurs de ces présidentielles, essentiellement marqués à gauche.

Cette proposition pour les présidentielles est-elle bonne ou mauvaise ?
Cette proposition pour les présidentielles est-elle bonne ou mauvaise ?

Une culture économique centriste ?

Bien que globalement étatiste, la culture économique française semble proche du Centre de l’échiquier politique. C’est apparemment sur ces questions qu’Emmanuel Macron marque beaucoup de points en vue des élections présidentielles.

Plus consensuel que François Fillon, moins utopiste que Benoît Hamon ou Jean-Luc Mélenchon, moins isolationniste que Marine Le Pen, Emmanuel Macron semble avoir trouvé le bon ton dans ce domaine. Ceci étant dit, l’ordre d’arrivée des candidats sur ces questions étant différent de celui des intentions de vote, il reste à savoir à quel point ces considérations pèseront une fois dans l’isoloir…

  1. Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone puis interrogés par Internet du 21 au 22 mars 2017. Echantillon de 1464 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus dont 500 sympathisants de la gauche (253 sympathisants PS), 472 sympathisants de la droite et 191 sympathisants du Front national. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. La notice de cette enquête est consultable à la commission des sondages qui la rend publique sur son service de communication en ligne. Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d’erreur inhérentes aux lois statistiques. Le tableau ci-dessous présente les valeurs des marges d’erreur suivant le résultat obtenu et la taille de l’échantillon considéré. Dans le cas présent, les résultats sont calculées sur la base de 1464 individus. Ainsi, pour un pourcentage obtenu par enquête de 20%, la marge d’erreur est égale à 2,5. Le pourcentage a donc 95% de chance d’être compris entre 17,5% et 22,5%.