Débat sur TF1 : mais où sont les petits candidats ?

Le débat sur TF1, où les petits candidats ne sont pas conviés, est l’occasion de poser la question : est-il inconstitutionnel et contraire à la déontologie de faire une distinction entre petits et grands candidats ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Débat sur TF1 : mais où sont les petits candidats ?

Publié le 20 mars 2017
- A +

Par Alexandre Marraud Des Grottes.

L’article 7 de la Constitution de 1958 assoit, entre autres choses, la légitimité du président de la République en ce qu’il est élu au suffrage universel direct et qu’il a nécessairement remporté la majorité absolue des suffrages exprimés, puisque l’article limite à deux le nombre de candidats au second tour.

Par ailleurs, et c’est le point auquel nous nous attacherons le plus ici, cet article 7 aborde le cas des candidats se présentant à l’élection présidentielle. Il y est uniquement fait référence aux candidats. Sans distinction. Les plaçant dès lors tous sur un pied d’égalité.

La Constitution de 1958 n’établit pas de hiérarchie, de gradation, entre petits ou grands candidats. Cette notion lui est étrangère, d’autant plus qu’à l’époque de sa rédaction le Général de Gaulle, qui abhorrait le système des partis, considérait l’élection présidentielle comme la rencontre d’un Homme avec le peuple français.

De ce fait, et en vertu de l’article 7 précité, ce serait un non-sens gaulliste (puisque presque tous les candidats à l’élection se réclament du Général de Gaulle), de même qu’une méconnaissance du droit constitutionnel que d’accepter l’établissement d’une hiérarchie parmi les 11 candidats ayant obtenu leurs 500 parrainages.

Mais dans les faits il semblerait bien — au vu du traitement médiatique réservé aux différents candidats à l’élection présidentielle par la chaîne leader de l’information en France, à savoir TF1 — qu’il faille distinguer entre des petits et grands candidats.

Sur quels critères est-on classé parmi les « petits candidats » ?

Sur le nombre de parrainages ? Non, sûrement pas puisque certains de ces petits candidats (Jean Lassalle a obtenu 708 parrainages, Nicolas Dupont-Aignan 707) ont plus de voix qu’un des grands candidats (Marine Le Pen, 627) ou pratiquement autant que Jean-Luc Mélenchon (805).

Alors c’est peut-être le nombre d’adhérents au parti politique du candidat ? Encore une fois non, cela semble peu crédible car, si tel était le cas, un parti comme l’UPR dirigé par le candidat François Asselineau et comptant désormais 19 000 adhérents devrait avoir voix au chapitre. En guise de comparaison, un des grands partis, le PS, ne compte plus que 42 300 adhérents (au 30 novembre 2016 – information du Canard Enchaîné).

Alors, quel est le critère de sélection ?

La réponse se trouve peut-être dans la lettre de la Loi organique n° 2016-506 du 25 avril 2016 de modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle, autrement appelée Loi Urvoas, du nom du Garde des Sceaux sous l’empire duquel cette législation a été adoptée.

Au terme de cette loi, est rendue obligatoire entre autres choses, par souci de transparence, la publication de l’intégralité des noms des parrains. De même, les parrainages devront désormais être déposés par les parrains eux-mêmes auprès du Conseil constitutionnel, et non par les candidats.

Enfin, et c’est là sans doute que se trouve la réponse, l’égalité du temps de parole se retrouve, au terme de cette loi, limitée.

Jusqu’ici, le principe de l’égalité du temps de parole s’appliquait à partir de cinq semaines avant le premier tour. Pendant cette période, les candidats avaient le même accès aux médias audiovisuels. Avec l’adoption de cette réforme, l’Assemblée nationale la limite désormais à quinze jours. Aussi, l’article 4 de cette loi dispose-t-il que

jusqu’à la veille du début de la campagne, les éditeurs de services de communication audiovisuelle respectent, sous le contrôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel, le principe d’équité en ce qui concerne la reproduction et les commentaires des déclarations et écrits des candidats et la présentation de leur personne.

Dans l’exercice de cette mission de contrôle, le Conseil supérieur de l’audiovisuel tient compte :

1° De la représentativité des candidats, appréciée, en particulier, en fonction des résultats obtenus aux plus récentes élections par les candidats ou par les partis et groupements politiques qui les soutiennent et en fonction des indications de sondages d’opinion ;

2° De la contribution de chaque candidat à l’animation du débat électoral

Ce qui est effrayant, c’est de constater que les éditeurs de services de communication audiovisuelle peuvent, sur des critères purement arbitraires, choisir d’inviter, de promouvoir ou, au contraire, d’ostraciser un candidat jusqu’à quinze jours avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Corinne Lepage s’était d’ailleurs offusquée dans une tribune de cette différence de traitement, et du fait que fonder l’équité sur les intentions de vote est parfaitement malhonnête puisque ce sont précisément les passages médias qui favorisent les intentions de vote, et les médias qui commandent ces sondages.

Des critères arbitraires pour le débat sur TF1

Alors quoi ? Ce seraient donc les résultats des sondages d’opinions qui justifieraient l’invitation et la participation de tel candidat ou l’exclusion de tel autre sur le plateau de TF1 ? Ou bien les qualités d’animateur du débat électoral ?

Lorsque que l’on examine au regard de cette loi Urvoas la pertinence de la présence des cinq candidats retenus pour le débat de lundi, il convient de s’interroger.

Quel résultat a obtenu le parti d’Emmanuel Macron aux dernières élections ? Quelle est la représentativité d’un Benoît Hamon dont les soutiens fuient par vagues pour rejoindre le mouvement « En Marche ! » ? Quelle est la contribution de ces candidats au débat électoral qui n’a, semble-t-il, toujours pas commencé malgré les campagnes menées par les candidats ? À tout le moins, la qualité d’animateur médiatique peut-elle leur être reconnue dans la mesure où nous sommes constamment abreuvés par les frasques des différents candidats ?

Ces petits candidats que TF1 ne daigne faire participer à ce débat, se cachant derrière les décisions du CSA et du Conseil d’État (suite au recours intenté par Nicolas Dupont-Aignan), ne proposent-ils pas aussi chacun des idées, parfois iconoclastes, mais ayant le mérite de contribuer à l’animation du débat électoral ?

Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste

La Charte de Munich de 1971 autrement appelée Déclaration des devoirs et des droits des journalistes (adoptée par la Fédération européenne des journalistes) fixe, comme son nom l’indique, les règles déontologiques auxquelles les journalistes doivent se référer dans l’exercice de leur fonction. Cette Charte est un acte volontaire de probité dans la mesure où ce sont les journalistes eux-mêmes qui se la sont donnée, sous l’initiative de Paul Parisot alors président du Syndicat des Journalistes Français.

Il s’agit d’un texte fort, engagé dans la voie de la liberté d’information et de la presse en général ; de l’honnêteté intellectuelle. Le préambule de cette Charte annonce à cet effet que

le droit à l’information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain. Ce droit du public de connaître les faits et les opinions procède de l’ensemble des devoirs et des droits des journalistes. La responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.

À ce titre, l’un des devoirs du journaliste est (article 1) de

respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître.

En vertu de cette charte, les journalistes doivent

ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs (article 9).

Le journaliste n’accepte, en matière d’honneur professionnel, que la juridiction de ses pairs, à l’exclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre.

Il serait donc souhaitable, au vu de ce qui précède, que TF1 fasse preuve d’un peu de courage, d’indépendance, de respect du devoir d’information et de la Constitution, en vertu, précisément, de notre droit à l’information. Le rôle de la chaine leader de l’information en France ne devrait-il pas être de faire se confronter tous les candidats à l’élection présidentielle afin que les Français puissent choisir de manière libre et éclairée le candidat auquel ils attribueront leur suffrage ?

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • TF1 aurait parfaitement pu imaginer deux débats, à plusieurs jours (une semaine ?) d’intervalle, avec tirage au sort, de manière à éviter tout effet de cacophonie ou de lassitude.

    Quand on pense au véritable parcours du combattant qu’ont dû affronter les candidats qualifiés pour arriver jusque-là, certains plus que d’autres…
    Drôle de « démocratie », quoi qu’il en soit.

  • Il est clair que le débat est fait entre journalistes sondeurs et politiques pour les journalistes sondeurs et politiques, indifféremment appelés système ou élites. Mais c est sûrement pour cela qu on nous abreuve de sondages précoces, qui ont aucune autre utilité que de fabriquer l opinion, et qui dans les dernières heures vont (enfin) donner les vraies tendances. Une vraie tendance sera d ailleurs peut être une formidable abstention…

  • Vous avez vu les gros candidats.. ils sont déjà inaudibles pour des gens normaux alors que les petits restent à la maison…Après tout l’audience réelle sera limitée aux militants de chaque parti ,pas grand chose !

  • Je trouve le choix fait pour l’organisation de ce débat véritablement scandaleux. Les médias ont décidé qui sont les candidats « sérieux » et ceux qui ne le sont pas.
    J’aurais préféré plusieurs débats de 3 candidats à chaque fois, au cours desquels ils se seraient affrontés et auraient donc du justifier leurs programmes face à des interlocuteurs qui les auraient mis devants leurs incohérences ou faiblesses.

    On aurait pu mieux juger de la qualité des personnes, il me semble, et il n’y aurait pas eu l’interférence de journalistes aux ordres…

    J’ai envoyé un msg à TF1, et un autre au CSA (http://www.csa.fr/Contact).

    Je ne me fais pas d’illusions, mais j’ai ainsi un peu moins l’impression d’être traitée comme un veau…

  • Excellent article. 100% d’accord. Cela dit, il n’est pas nouveau que le journalisme depuis longtemps n’est plus une vocation mais un business comme les autres régulé par les règles de l’offre et de la demande, de la performance et du profit avec tout ce que cela comprends de trafic d’influences. Des petits places indépendantes comme contrepoints et quelques autres sont alors de précieuses sources à préserver 😉

    • Cela dit, il n’est pas nouveau que le journalisme depuis longtemps n’est plus une vocation mais un business comme les autres régulé par les règles de l’offre et de la demande

      C’est tout le contraire.
      La subventionnite, les avantages comme les 7000 euros d’abattement fiscal et le copinage politique assure une déconnexion totale d’avec le marché libre pour le journalisme politique.

      Une bonne partie des journaux auraient du disparaitre depuis longtemps sans les subventions et en plus le parti pris politique des écoles de journalistes et le secteur militant, grand pourvoyeur de futur pigistes assurent une uniformité des idées et des couleurs politique.

      Les « clients » à savoir les gens ne sont plus que 27% à faire confiance dans les journalistes et ils ont bien raison, 86% des journalistes ont voté gauche et extrème gauche en 2002.

  • Loi Urvoas : « C’est du foutage de gueule ! » Comme dirait H16 avec des images. Cette loi inutile, anticonstitutionnelle, est un arrangement entre amis.

    La Charte des Journalistes ; c’est comme la DDHC : ça fait sérieux d’en parler, de la brandir à tout bous de champ, mais en fait, ils s’essuient les bottes avec.

    • Edit :
      Je trouve aussi le sytème des parrainages inutiles. Si quelqu’un est candidat, il se présente c’est tout. Une photo, son nom pour l’affiche de campagne, un programme plus ou moins réalisable/farfelu/fantaisiste, son extrait de casier judiciaire vierge et son avis d’imposition. Basta ! Le Peuple souverain triera.

  • Je suis très surpris de voir que même sur Contrepoints, il n’y a personne pour défendre une évidence nommée libre usage de la propriété privée.
    TF1 est chez lui et a toute légitimité pour inviter qui il veut dans ses émissions. Point barre. Aucun problème de démocratie bafouée ou je ne sais quoi !
    Après, rien n’empêche ceux qui sont mécontents de faire autre chose ce soir, bien sûr.

    • C’est inexact. Ici, il s’agit peut être d’un acteur privé, certes, mais qui utilise une ressource publique (eh oui, les canaux restent la propriété de l’Etat) pour influer sur un enjeu public.
      Oui TF1 fait ce qu’elle veut en matière d’émission ou de film, c’est son droit. En revanche, si elle souhaite influer sur le cours d’une élection publique, la propriété privée ne peut s’appliquer. De la même manière que même sur votre terrain, vous n’avez pas le droit de tuer autrui.

      S’il ne souhaite pas respecter les règles d’équités nécessaires à un débat public, rien n’interdit TF1 de diffuser autre chose. Ils n’étaient pas forcé de diffuser ce débat.

      • @Desproges54 : sérieusement, les canaux qui restent la propriété de l’Etat, c’est tout ce que vous avez trouvé pour dénier à TF1 le droit d’usage de sa propriété privée ? Costaud ! C’est aussi énorme que si vous me disiez que j’ai n’ai pas le droit de faire ce que je veux dans ma maison sous prétexte que le gaz arrive par des conduits publics ou que le sous-sol reste propriété de l’Etat. Enorme, vous dis-je…

        Quoique vous allez encore plus loin dans le ridicule : preuve que TF1 n’a pas le droit de choisir ses invités à une émission, je n’ai pas le droit de tuer autrui même quand je suis chez moi. Imparable

        • @Frederic GEORGES-TUDO
          Bonjour,

           » C’est aussi énorme que si vous me disiez que j’ai n’ai pas le droit de faire ce que je veux dans ma maison sous prétexte que le gaz arrive par des conduits publics ou que le sous-sol reste propriété de l’Etat »
          C’est tout à fait le cas ! Vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez chez vous. Vous ne pouvez pas vous ballader dans votre domicile nu, c’est classé comme exhibitionisme avec tous les soucis judiciaires qui en découlent, ni même éduquer vos enfants comme vous l’entendez. L’Etat ne vous permet pas de garder un trésor dans votre cave, par exemple, se contenter des miettes laissées royalement, 25% du dit trésor, sur lesquels les impôts passeront aussi, ce n’est pas ce que j’appelle « garder ». Concernant les conduites de gaz, si votre installation n’est pas aux normes dictées, vous n’aurez pas accès au gaz.
          Enusite, vu que l’Etat arrose copieusement tout ce petit monde, il peut bien demander à TF1, et autres, d’inviter et de diffuser qui il veut bien, De plus, vouloir faire « entrer » la République et sa Démocratie chez soi, c’est se plier à ses règles. Programmer et diffuser les débats, c’est accepter les règles de la République démocratique, la nôtre, et du CSA.

          • Edit :
            « c’est accepter les règles de la République démocratique (la nôtre), et du CSA ».

          • « C’est tout à fait le cas ! Vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez chez vous. Vous ne pouvez pas vous ballader dans votre domicile nu, c’est classé comme exhibitionisme avec tous les soucis judiciaires qui en découlent, ni même éduquer vos enfants comme vous l’entendez. » : OK, être chez moi ne me permet pas de pouvoir faire absolument tout ce qui me passe par la tête. Mais rassurez-moi, je conserve le droit d’inviter à diner qui je veux, non ? Exactement comme TF1 qui invite qui bon lui semble à participer à ses émissions.

    • oui on peut d’abord e poser la question de savoir si l’égale exposition médiatique des candidats est « juste » ou « plus démocratique ».
      Le pluralisme de la presse est essentiel l’intelligence des gens et des journalistes aussi.
      Mais au fait, pour aller plus loin ne devrait on pas obliger les gens à écouter les candidats, plutôt que de les exposer également dans certains médias jugés..grand public.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si on devait s’en tenir à la communication du gouvernement, il n’y aurait que deux camps aux élections législatives, le Bien, incarné par la majorité présidentielle, et le Mal, incarné par l’équipe de Jean-Luc Mélenchon. Toutes les autres factions politiques semblent avoir disparu dans le vortex médiatique, comme absorbées par ce nouvel affrontement manichéen où, une fois de plus, le président de la République se propose de sauver la France des griffes du populisme, du chaos, de l’irrationalité et de l’extrémisme (barrez la mention inutile).<... Poursuivre la lecture

L’économiste est devenu une figure incontournable dans les campagnes présidentielles. On écoute le politique nous présenter son programme, et on consulte l’économiste pour valider la faisabilité du projet. Même le politique se doit aujourd’hui de connaître le langage de l’économiste, au cas où une question lui serait posée sur le financement des retraites par exemple. Et si en plus le politique se montre à l’aise avec le calcul de coin de table, alors c’est la cerise sur le gâteau.

L'économiste engagé

Mais il y a mieux encore. C’est lo... Poursuivre la lecture

artistes engagés
5
Sauvegarder cet article

Que de brillants talents qui ne peuvent s’empêcher de s’engager, autrement dit de l’ouvrir, pour asséner des leçons d’humanisme à cette populace qui ne comprend décidément rien.

Un certain nombre de saltimbanques quelque peu ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles