Freiner la croissance de l’État, c’est possible !

Comment faire pour que l’État cesse d’empiéter hors de ses missions essentielles au détriment de la vie de la société civile ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
stop sign credits Clover Autrey (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Freiner la croissance de l’État, c’est possible !

Publié le 23 février 2017
- A +

Une leçon de l’école de la Liberté

Freiner la croissance de l'État, c'est possible !
stop sign credits Clover Autrey (CC BY 2.0)

Comment limiter la croissance de l’État ? Dans un pays où la dépense publique plafonne à 57% du PIB et où des pans entiers de la société sont « socialisés », la question paraît non seulement pertinente mais urgente. Les constitutions, visant à limiter l’expansion du pouvoir et de la dépense qui l’accompagne (parfois avec des « règles d’or »), peuvent-elles aider ? L’expérience peut laisser fortement planer le doute. Si les constitutions peuvent être des bouts de papier facilement déchirables, se pose encore et toujours la question de « qui garde les gardiens ? ». La réponse de certains théoriciens du Public Choice consiste à s’assurer que l’État ne soit pas de type unitaire mais fédéral.

L’idée est simple : en ayant un pouvoir fragmenté verticalement entre plusieurs niveaux, il est possible d’obtenir, au sein des niveaux les plus proches des citoyens, une concurrence institutionnelle. Des régions ou des grandes communes peuvent ainsi entrer en compétition aux yeux des citoyens qui peuvent alors « voter par les pieds ». Ces citoyens ont effectivement le loisir de choisir sur la base du couple « dépenses publiques (services publics) / impôts », effectuant ainsi une analyse coût/avantage. Cette concurrence fournit ainsi aux citoyens la possibilité de mieux contrôler leurs élus, et à ces derniers des incitations à mieux gérer l’argent public.

Cette solution fédéraliste permet de contrer les tendances à l’extension du pouvoir. C’est tout l’objet de cette session du MOOC de l’École de la Liberté par le professeur François Facchini :

La question est évidemment cruciale pour le débat autour de la construction européenne : harmonisation avec État européen unitaire ou variété et Europe décentralisée ? Les leçons du Public Choice tendent évidemment à fortement privilégier la seconde option.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ce qui est nécessaire ce n’est pas seulment de freiner la croissance de l’ Etat, c’est d’inverser la vapeur et d’en diminuer considérablement le poids !… Question de survie …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’abrogation de l’arrêt Roe v. Wade (1973) par les juges de la Cour Suprême des États-Unis a suscité un vent de panique morale jusqu’en France : l’avortement serait-il menacé par ce retournement spectaculaire venu de Washington ? Pour plus de 400 avocats s’exprimant dans les colonnes du Journal du dimanche du 25 juin, il ne faut pas attendre que la loi Veil soit remise en question pour la sanctuariser et inscrire le droit à l’avortement dans la Constitution. Au nom du groupe « Renaissance » au Parlement, Aurore Bergé a déposé une proposition ... Poursuivre la lecture

L’abstention est un phénomène complexe qui touche toutes les démocraties des pays développés et la démocratie française en particulier. Elle est devenue l’un des symboles de la crise que les démocraties traversent au XXIe siècle.

La sociologie électorale privilégie l’approche inductive et fait régulièrement le point sur l’évolution du profil des abstentionnistes. L’économie politique préfère l’approche déductive et l’hypothèse de rationalité.

Elle pose une question simple : est-il rationnel de voter ?

Cet article souhaite... Poursuivre la lecture

Dans son dernier essai, l’économiste et philosophe Anthony de Jasay revient sur une critique centrale du livre qui l’a fait connaître des libéraux, L’État (1985). Certains observateurs lui ont reproché son anthropomorphisme : en effet, dans l’essai précité, l’État est présenté comme un sujet unitaire prenant des décisions comme une personne, calculant en fonction d’intérêts ou de préférences eux-mêmes fondés sur des gains espérés. De Jasay reconnaît sans mal que l’État est traversé d’intérêts concurrents, que son fonctionnement est opaque et ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles