N’ayons pas peur de l’économie collaborative !

Luc Ferry, interrogé sur l’économie collaborative ne cache pas qu’il serait bon de l’encadrer par de nouvelles règles : mais qui les édictera et qui contrôlera leur application ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

N’ayons pas peur de l’économie collaborative !

Publié le 23 février 2017
- A +

Par Jacques Garello.

N'ayons pas peur de l'économie collaborative !
By: Stefan RheoneCC BY 2.0

Luc Ferry, philosophe qui fut ministre de l’Éducation Nationale, a récemment donné une communication sur l’économie collaborative, qu’il définit avec précision et qu’il commente avec lucidité. L’économie collaborative, c’est celle d’Uber, d’Airbnb, de Blablacar : elle se développe de façon spectaculaire dans nombre d’activités de service. Pour Luc Ferry, elle a trois caractéristiques : c’est une transaction de particulier à particulier, aucun professionnel n’intervient, et le numérique rend sa pratique très simple et efficace grâce au « big data ».

Elle est donc assez différente des habituelles relations marchandes : les transactions sont personnalisées, les intermédiaires professionnels (agents immobiliers, hôteliers, taxis) sont court-circuités. Mais au passage elle lèse plusieurs catégories de personnes ; le fisc ne peut taxer les revenus qui en découlent, ni percevoir les taxes habituellement prévues sur les transactions, les charges sociales sont évitées, la réglementation est oubliée, et surtout les professionnels sont exposés à une concurrence déloyale, puisque de leur côté ils sont obligés de tout déclarer, tout payer, tout respecter.

Retour aux sources de l’économie marchande

S’agit-il d’une logique contraire à celle du marché ? Luc Ferry, à juste titre, soutient que l’on est au contraire en présence d’un retour aux sources et d’une libération de l’économie marchande : c’est le contrat privé, le consentement mutuel qui reprend ses droits sur le mode économique actuel empêtré dans les délais, la fiscalité, les retards, la réglementation. Il ne cache pas qu’il serait bon d’encadrer par de nouvelles règles cette économie collaborative, mais qui les édictera et qui contrôlera leur application ?

Nous assortissons sa conclusion de deux commentaires. D’une part depuis Adam Smith on sait que la richesse naît quand l’espace d’échange s’élargit, et cette économie ignore les frontières naturelles et politiques, il s’agit d’une mondialisation qui se joue des États, des décrets Trump et autres. D’autre part cette économie est en réaction contre les abus et erreurs étatiques, contre le « capitalisme de connivence » fait de la collusion entre milieux d’affaires et classe politique.

Enfin, les règles naîtront de la pratique. Par exemple, les particuliers se réfèrent déjà à des réseaux capables de juger de la qualité d’une information sur tel appartement, tel véhicule, ces particuliers peuvent aussi créer entre eux les mêmes réseaux (au sein d’une famille, d’un groupe d’amis, d’un club, etc.). La créativité humaine est mobilisée et s’exprime efficacement quand un climat de liberté et de concurrence s’établit. D’ailleurs on peut dire que les monnaies privées aujourd’hui en circulation appartiennent à la logique de l’économie collaborative. L’important c’est le libre échange et la propriété privée.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « mais qui les édictera et qui contrôlera leur application ? » : mais les ennemies ancestraux de la liberté : les fonctionnaires bien sur

  • Exactement, l’économie collaborative est l’application la plus proche des grands principes du libéralisme…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Big Data
1
Sauvegarder cet article

Par Sylvain Fontan.

Le phénomène intitulé Big Data (données massives) fait référence au flux de données sur internet de la part des particuliers, des entreprises et des États du fait de la démocratisation des connexions haut débit. L'ampleur de ce phénomène est telle qu'il peut être considéré comme valeur économique en soi. En effet, la capacité à exploiter ces données peut permettre de valoriser l'activité économique.

Le Big Data comme valeur économique

L'importance accrue du Big Data est telle que le Forum économique mondial ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Martin Giraud.

Une ritournelle revient constamment dans le débat public, affirmant que le libéralisme économique serait condamnable car il serait mauvais pour les personnes modestes.

Malgré la longue tradition libérale occidentale ayant abouti à une hausse sans précédent de notre niveau de vie depuis deux siècles, cette idée s’est ancrée chez une majorité de gens depuis quelques décennies.

Elle n’est bien sûr pas nouvelle, mais elle transcende désormais la plupart des courants politiques, alors qu’elle était auparavan... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles