Sortir de l’euro ? Mais pour le remplacer par quoi ?

Abandonner l’euro, en soi, ça ne veut rien dire : tout le sujet et de savoir ce qu’on fait à la place.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sortir de l’euro ? Mais pour le remplacer par quoi ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 février 2017
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

sortir de l'euro
Euros By: JWPhotography2012CC BY 2.0

La vraie question n’est pas de savoir s’il faut ou non abandonner l’euro mais plutôt par quoi, dans l’hypothèse d’une sortie, nous entendons le remplacer.

Sortir de l’euro : mais comment ?

Si le plan consiste, comme le veut le Front National, à revenir aux errements monétaires de la IVème République, planche à billets et dévaluations successives, alors il vaut mieux — et de loin — garder l’euro. C’est, de mon point de vue, la principale vertu de cette monnaie unique : elle prive nos gouvernements de l’usage de l’arme fiscale absolue et les oblige à légiférer de façon relativement transparente pour nous imposer.

Si, en revanche, la réintroduction du franc se fait dans l’esprit gaullien des années 1960 — un franc stable, géré rigoureusement et un véritable plan de réforme de notre économie et de nos finances publiques — alors, le débat est tout à fait différent1. Les unions monétaires sans union politique ne tiennent jamais bien longtemps et nous avons tous pu constater la valeur des promesses faites il y a 20 ans2 : quitter le navire avant qu’il sombre n’est pas une mauvaise idée.

Abandonner l’euro pour la politique du pire

Et c’est là que nous avons un problème. Le spectre des idées politiques disponibles sur le marché se divise en gros en deux : une majorité de voix qui veulent nous maintenir dans l’Union Européenne et la zone euro tout en les accusant de tous nos maux3 et une minorité, principalement le FN, qui veut nous en faire sortir dans le but assumé de dévaluer et d’imprimer du franc à tour de bras.

C’est-à-dire, pour conclure, que nous fonçons droit dans le mur. Avec la vague de populisme qui menace de nous submerger ces temps-ci, je vois mal comment l’euro pourrait tenir4 et la seule autre option qu’on nous propose aujourd’hui, c’est la politique du pire, une variante de la révolution bolivarienne sans le pétrole. Abandonner l’euro, en soi, ça ne veut rien dire : tout le sujet et de savoir ce qu’on fait à la place.

Sur le web

  1. Pour mémoire : le nouveau franc gaullien, introduit en 1960, valait environ 0,81 deutschemark à sa création. De 1969 (dévaluation de Pompidou) à la fin des années 1980 (politique du franc fort), il va perde 63% de sa valeur à coup de dévaluations successives — notamment en 1981-83, sous Mitterrand, avec barrière douanières et politique de relance. Je laisse à chacun juger l’efficacité remarquable de ces politiques.
  2. Rappel : afin d’éviter que ce qui est arrivé en Grèce arrive (un passager clandestin), nous nous étions tous engagés à maintenir nos déficits publics en deçà de 3% du PIB. C’était en 1997, vous connaissez la suite.
  3. Je ne cherche pas ici à nier les inconvénients de l’UE et de l’euro : je dis juste qu’ils ont, très souvent, bon dos.
  4. À titre personnel, je reste partisan d’un système de monnaies privées en concurrence et je suis à peu près convaincu qu’on y viendra un jour ou l’autre. Mais bon, ce n’est pas pour demain.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Une couverture-or sur le modèle Suisse d’avant 1999(40% de l’agrégat M0) ou la liberté monétaire serait tout aussi bien…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les autorités monétaires en Europe ont abandonné le plafond des 2 % d’inflation en novembre de l’année dernière, juste avant la plus forte envolée de l’inflation en 25 ans.

Elle atteint aujourd'hui 10,6 % pour la zone euro.

 

La force du dollar fait partie du problème

L’euro perd pied face au dollar comme le yen ou la livre sterling.

L’euro baisse de 8 % contre le dollar (un rebond en cours depuis octobre limite la perte). Depuis le 1er janvier 2021, il perd 15 % par rapport au dollar.

L’euro remonte un... Poursuivre la lecture

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Selon certains, le Mexique n’a pas fait assez pour relancer son économie après le covid. Le pays n’a pas touché au déficit, à l’inverse de la plupart des autres pays. Son économie rebondit au même rythme que la France, et sa monnaie résiste face au dollar.

Je parlais à un autre Américain que j’avais rencontré à l’église à Paris...

Les compagnies pétrolières, dit-il, ont tout intérêt à nier le réchauffement… mais les chercheurs n’ont pas d’incitation à prouver le réchauffement.

Je réponds que les renouvelables et l’écologi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles