Trump, ou comment faire du faux neuf avec du vrai vieux

On est ici à une croisée banale, mais inédite des chemins politiques : pour l’oncle Sam, version Trump, la mondialisation doit être soumise à l’idée restaurée d’intérêt national.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald J. Trump at Marriott Marquis NYC September 7th 2016 By: Michael Vadon - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trump, ou comment faire du faux neuf avec du vrai vieux

Publié le 16 février 2017
- A +

Par Bertrand Badie.
Un article de The Conversation

Trump, ou comment faire du faux neuf avec du vrai vieux
By: Michael VadonCC BY 2.0

Il n’y a plus d’élections tranquilles : le propos pourrait être élargi à toutes les consultations populaires, si on en croit l’émotion légitime qui a accompagné le référendum britannique sur le Brexit. Il était un temps, lorsque disparaissait la bipolarité, où certains se croyaient autorisés à prédire l’apothéose de la démocratie apaisée. William Clinton renchérissait en annonçant le triomphe universel de cette forme de gouvernement dont le leadership naturel reviendrait au pays qui en était la plus « grande » des incarnations.

Le malaise d’aujourd’hui trouve probablement son origine dans cette incroyable naïveté : si l’Europe souffre de son incapacité à entrer dans la mondialisation, les États-Unis payent, à travers leur présente ivresse politique, la facture d’un espoir insensé dont Clinton fut le Candide… Une diplomatie étrange, peut-être chargée de sens, mais totalement inadaptée, en dérive aujourd’hui.

Évangélisation du globe

Les États-Unis ont pu longtemps se croire les enfants chéris de la mondialisation : vainqueur du nazisme, centre de la production mondiale, initiateur de toutes les modes, porteur de la langue universelle, ce pays longtemps isolationniste devenait la capitale du village planétaire. Une fois le Mur tombé et alors que se profilait, de l’autre côté du Pacifique, un dangereux rival, l’esprit était à une vision offensive et aveugle : la mondialisation devait permettre l’évangélisation du globe et sa conversion aux valeurs américaines. Le « regime change » des néo-conservateurs coûta au demeurant fort cher, ce qui permit à Trump de dénoncer à travers lui une insoutenable incarnation de la politique américaine.

Mais le triomphe revint à Barack Obama qui inaugura une tout autre diplomatie : il n’était plus question de regime change ni de chevauchées militaires, mais de fondre les États-Unis dans un univers mondialisé : le libre-échangisme reprenait ses droits et Washington se réclamait désormais d’un pluralisme culturel, certes timide, mais en sage rupture avec les vieux instincts messianiques de la supériorité anglo-saxonne. Trump protesta une seconde fois : non pas au nom du coût matériel, mais de la perte symbolique associée à une dégradation du leader bienveillant… Et il gagna, face à Hillary Clinton qui incarnait curieusement la synthèse travaillée des deux courants dont le milliardaire s’était fait le pourfendeur.

Cocktail doctrinal

On est ici à une croisée banale, mais inédite des chemins politiques : l’oncle Sam, version Trump, ne doit ni conquérir la mondialisation en marche, ni s’en faire l’aimable chevalier servant. Le pivot est vite trouvé : la mondialisation doit être soumise à l’idée restaurée d’intérêt national. Le cocktail doctrinal est alors évident. À une mondialisation facile, on oppose la dénonciation des élites cosmopolitiques qui, le cas échéant, trahissent le peuple américain, surtout les petits, ceux pris à la gorge par la mondialisation et que stigmatisaient déjà les tenants du People’s party, ces populistes américains de la fin du XIXe siècle.

Au libre échangisme dont la Chine s’est emparée pour son meilleur profit, on substitue un mercantilisme qui trouve son double dans un bilatéralisme annulant d’un même trait l’œuvre de Roosevelt et celle de Wilson. Au pacifisme de son prédécesseur, on préfère une énonciation nationaliste, construite sur l’identité qui fait pêle-mêle du migrant ou du musulman l’ennemi de principe et d’affect, à la manière d’un Cromwell brandissant l’ascendant protestant pour dénoncer l’Espagne catholique commercialement menaçante.

Autant d’ingrédients désuets qui donnent l’illusion de la pertinence, tant ce cocktail rejoint l’air du temps, celui de Poutine, celui d’Erdogan, ceux d’Orban, Marine Le Pen, Benjamin Natanyahou ou du chantre du Brexit, un Nigel Farage que le nouveau locataire de la Maison Blanche réclame comme compagnon de proximité, hôte jugé idéal de l’ambassade de sa gracieuse Majesté à Washington.

Ambiance bilatéraliste

Ce nouveau club doit être pris au sérieux, car il fait corps ; il est en même temps dangereux car, dans l’ambiance bilatéraliste, il incite chacun d’entre ces joueurs à monter des coups séparés qui n’ont aucune cohérence et qui peuvent être mutuellement explosifs, comme on risque de le voir sous peu au Moyen-Orient ou en Ukraine. D’un certain point de vue, l’incohérence tend à devenir en soi cohérente, à la manière du chacun pour soi ou du coup par coup.

Reprenons ces vieux principes exhumés : ils contredisent tous les données de base d’une gouvernance mondiale dont on ne peut plus se dispenser. Le nationalisme fragmente et ignore les biens communs – ce qui explique notamment le peu de cas que Donald Trump fait des questions environnementales. Le bilatéralisme, conséquent dans une Europe westphalienne partagée entre une demi-douzaine de familles dynastiques, n’a aucun sens dans un monde fait de 193 unités et devient une machine à produire des courts circuits. L’identitarisme assouvit les frustrations, mais distille son venin pour atteindre un monde irrémédiablement fait de mobilité et d’hybridité. Le populisme exprime, quant à lui, une inquiétude dont il convient de tenir compte, mais qui ne peut en aucun cas forger une diplomatie nouvelle, au risque de faire de la dénonciation permanente de l’autre la solution des conflits.

C’est pourquoi nous entrons dans le temps des verres brisés et des carreaux cassés, tandis que les profondes racines sociales des conflits d’aujourd’hui n’ont, avec ce logiciel, aucune chance d’être saisies.

Le monde est-il alors condamné à la passivité ? Une chance est à saisir : ce que Trump combat – multilatéralisme, interdépendance, solidarité, biens communs de l’humanité, méta-souverainisme… – correspond à la sève de notre modernité, et donc à la banalité de notre monde futur. Il suffit de s’en servir. Mais encore faut-il se réveiller !

Bertrand Badie, Professeur de Sciences politiques, Sciences Po – USPC

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles