Québec : augmenter la dépense publique n’améliore pas l’accès aux soins

Ce n’est pas en jetant plus d’argent dans le trou sans fond du système public qu’on va régler ses problèmes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Québec : augmenter la dépense publique n’améliore pas l’accès aux soins

Publié le 13 février 2017
- A +

Par Germain Belzile.

accès aux soins
Drugs By: Images MoneyCC BY 2.0

Cette semaine, le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, a envoyé un tweet qui a déclenché une petite tempête. Son message : « Encore une autre étude qui démontre notre position. Qu’est-ce que ça prend à Justin Trudeau et à Bill Morneau pour comprendre le bon sens ? »

M. Barrette s’exprimait à propos d’une étude de L’Institute of Fiscal Studies and Democracy, un think tank de l’Université d’Ottawa. Cette étude porte sur les transferts fédéraux en santé.

Toujours plus d’argent public dans les services médicaux

Ce qui a attiré l’attention du ministre Barrette ? Que les transferts, dont le gouvernement fédéral veut limiter la croissance annuelle à un peu plus de 3%, seront insuffisants pour permettre aux provinces de maintenir la qualité et la quantité des services médicaux publics. Le « bon sens » du tweet porte sur ce que le ministre avance depuis longtemps, c’est-à-dire que le gouvernement fédéral doit bonifier ses offres.

Le chef de l’opposition officielle à Québec, Jean-François Lisée, lui a rapidement twitté que la solution était l’indépendance du Québec. M. Barrette a rétorqué que l’indépendance garantirait au contraire la fin du système de santé publique par insuffisance encore plus importante de fonds.

De toute évidence, autant pour le ministre Barrette que pour M. Lisée, la solution passe toujours par davantage d’argent. Or, au Canada, on dépense déjà beaucoup en santé. Si on se compare à un groupe de 28 pays de l’OCDE à revenus élevés et dont l’accès au système de santé est universel, le Canada arrive au 3e rang pour les dépenses de santé en pourcentage du PIB et au 5e rang pour les dépenses par habitant (corrigées pour tenir compte de la structure d’âge de la population), sur 28 pays. Le manque d’argent n’est manifestement pas un problème !

Mais l’accès aux soins n’est pas meilleur

Mais les résultats ne suivent pas. Selon la même étude, le Canada se situe au dernier ou près du dernier rang sur tous les indicateurs de rapidité d’accès aux soins. La situation ne s’est pas améliorée malgré les fortes augmentations de dépenses par les gouvernements dans ce secteur. En fait, de 2001 à 2015, les dépenses publiques réelles par habitant en santé ont augmenté de 26 % au Canada. L’attente, elle, n’a pratiquement pas bougé, et le terme « patient » demeure plus que jamais tout indiqué pour désigner le Canadien en attente de se faire soigner.

Une étude de l’IEDM à paraître très bientôt analysera la question du principe des transferts fédéraux en santé. Mais la querelle actuelle portant sur l’ampleur des montants transférés ou dépensés est un faux problème. L’expérience devrait nous avoir appris depuis longtemps que ce n’est pas en jetant plus d’argent dans le trou sans fond du système public qu’on va régler ses problèmes.

Seule une réforme en profondeur pourra permettre d’assurer la pérennité du système public. Et cette réforme passera nécessairement par un apport important du secteur privé en tant que fournisseur de services (attention, on ne parle pas de remplacer la carte soleil par une carte de crédit!).

Les pays qui ont les systèmes de santé les plus performants, dont la Suisse, la Suède et l’Allemagne, le font, et l’accès aux soins est meilleur qu’ici. Pourquoi pas nous ?

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ce n’est pas tant une nécessité de sous-traiter des services dans des organisations privées.
    Le système de santé est encrassé par de nombreuses directions mal organisées, des cadres parvenus par ancienneté et une énorme résistance au changement. C’est ça le vrai problème. Une profonde purge des hauts fonctionnaire ferait déjà un grand bien.

    D’autre part, une énorme partie des coûts en santé est liée aux infrastructures vieillissantes. Tous les hôpitaux ont longtemps été négligés quand ils étaient en bonne condition. À force de tenter d’économiser sur le changement d’huile, on finit par payer plus cher pour remplacer le moteur. Les infrastructures nécessitent impérativement des injections de fonds importantes pour être remises en ordre suite à de nombreuses années de négligence et de sous-financement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’était une catastrophe annoncée. Le système sanitaire français s’effondre par pans entiers.

L’ensemble des secteurs sont concernés. La ville, la campagne, la médecine prétendument libérale, la médecine hospitalière publique ou privée, les EHPAD, etc.

Ce qui focalise l’attention des médias en ce moment est la fermetures des services d’urgences hospitaliers.

Malgré l’hospitalocentrisme qui a guidé la politique de santé française depuis des décennies, le secteur hospitalier français public est en grande difficulté. Le secte... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles