La fin de l’extrême pauvreté

Grâce à la révolution industrielle et au commerce, la croissance économique dans l’Occident s’est accélérée à des niveaux historiquement sans précédent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La fin de l’extrême pauvreté

Publié le 2 février 2017
- A +

Par Marian Tupy.
Un article de la Foundation for economic education

La fin de l'extrême pauvreté
By: Musa MusaviCC BY 2.0

Comme l’a expliqué la Banque mondiale, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, « moins de 10% de la population mondiale vit dans une extrême pauvreté depuis la fin de 2015 ».

La banque a « utilisé un nouveau revenu de 1,90 $ par jour pour définir l’extrême pauvreté, contre 1,25 $ auparavant. Elle a estimé que la proportion de la population mondiale dans cette catégorie passe de 12,8% en 2012 à 9,6% ».

Comme le savent les chercheurs, historiquement parlant, l’extrême pauvreté était la norme pour la plupart des gens ordinaires. Même dans les régions les plus économiquement avancées du monde, la vie était misérable.

Pour donner un exemple, à la fin du XVIIIe siècle, dix millions des vingt-trois millions de Français dépendaient d’une sorte de charité publique ou privée pour survivre, et trois millions étaient des mendiants à plein temps.

La révolution industrielle sans précédent dans l’Histoire

Grâce à la révolution industrielle et au commerce, la croissance économique dans l’Occident s’est accélérée à des niveaux historiquement sans précédent. Au cours des XIXe et XXe siècles, les revenus réels se sont multipliés par quinze. Mais l’abîme qui s’est ouvert à la suite du décollage de l’Occident se termine maintenant.

La montée du monde non occidental est, sans ambiguïté, le résultat de la croissance économique stimulée par l’abandon de la planification centrale et l’intégration de nombreux pays non occidentaux dans l’économie mondiale. Pour donner un exemple, après la libéralisation économique en Chine en 1978, les revenus réels ont augmenté de treize fois.

Comme l’indique le professeur Angus Deaton de l’Université de Princeton dans son livre The Great Escape :

« La croissance rapide des revenus moyens, en particulier en Chine et en Inde, et particulièrement après 1975, a beaucoup contribué à réduire l’extrême pauvreté dans le monde. En Chine surtout, mais aussi en Inde, l’évasion de centaines de millions de personnes venant de la pauvreté traditionnelle et établie constitue la plus grande évasion de toutes. »

Sur le web. Traduction Contrepoints

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
Tokyo
0
Sauvegarder cet article

Un article de Human Progress

 

Notre trentième Centre du progrès est Tokyo, qui, après avoir été presque détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, a été rapidement reconstruite et s'est réinventée en tant que leader mondial de l'industrie et de la technologie.

Aujourd'hui, Tokyo est le centre économique du pays et le siège du gouvernement japonais. La ville est réputée sûre et prospère. Elle est réputée pour son glamour et son cosmopolitisme. La région du Grand Tokyo est actuellement la zone métropolitaine la plus... Poursuivre la lecture

L’une des croyances les plus solidement ancrées est que la résolution des grands problèmes du monde ne peut provenir que d’une élite qui posséderait à la fois la connaissance, la volonté et la capacité de concevoir les solutions et de les mettre en œuvre pour faire advenir le « monde d’après ».

Bien que ces tentatives d’établir un Paradis sur Terre aient à chaque fois donné des résultats catastrophiques, la croyance persiste. Pour comprendre pourquoi, il faut se tourner vers un mouvement philosophico-religieux appelé la gnose. Né au to... Poursuivre la lecture

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles