La fin de l’extrême pauvreté

Grâce à la révolution industrielle et au commerce, la croissance économique dans l’Occident s’est accélérée à des niveaux historiquement sans précédent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fin de l’extrême pauvreté

Publié le 2 février 2017
- A +

Par Marian Tupy.
Un article de la Foundation for economic education

La fin de l'extrême pauvreté
By: Musa MusaviCC BY 2.0

Comme l’a expliqué la Banque mondiale, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, « moins de 10% de la population mondiale vit dans une extrême pauvreté depuis la fin de 2015 ».

La banque a « utilisé un nouveau revenu de 1,90 $ par jour pour définir l’extrême pauvreté, contre 1,25 $ auparavant. Elle a estimé que la proportion de la population mondiale dans cette catégorie passe de 12,8% en 2012 à 9,6% ».

Comme le savent les chercheurs, historiquement parlant, l’extrême pauvreté était la norme pour la plupart des gens ordinaires. Même dans les régions les plus économiquement avancées du monde, la vie était misérable.

Pour donner un exemple, à la fin du XVIIIe siècle, dix millions des vingt-trois millions de Français dépendaient d’une sorte de charité publique ou privée pour survivre, et trois millions étaient des mendiants à plein temps.

La révolution industrielle sans précédent dans l’Histoire

Grâce à la révolution industrielle et au commerce, la croissance économique dans l’Occident s’est accélérée à des niveaux historiquement sans précédent. Au cours des XIXe et XXe siècles, les revenus réels se sont multipliés par quinze. Mais l’abîme qui s’est ouvert à la suite du décollage de l’Occident se termine maintenant.

La montée du monde non occidental est, sans ambiguïté, le résultat de la croissance économique stimulée par l’abandon de la planification centrale et l’intégration de nombreux pays non occidentaux dans l’économie mondiale. Pour donner un exemple, après la libéralisation économique en Chine en 1978, les revenus réels ont augmenté de treize fois.

Comme l’indique le professeur Angus Deaton de l’Université de Princeton dans son livre The Great Escape :

« La croissance rapide des revenus moyens, en particulier en Chine et en Inde, et particulièrement après 1975, a beaucoup contribué à réduire l’extrême pauvreté dans le monde. En Chine surtout, mais aussi en Inde, l’évasion de centaines de millions de personnes venant de la pauvreté traditionnelle et établie constitue la plus grande évasion de toutes. »

Sur le web. Traduction Contrepoints

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

référendum libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Sébastien Laye.

En économie, la seule exactitude qui vaille est celle des chiffres, réalité implacable. Or cet ancrage dans le réel et la statistique sied mal au pouvoir actuel, qui se complait dans la communication à outrance sur des slogans, ou la circonscription de la réalité à une ou deux statistiques favorables.

Pic historique du taux de marge des entreprises

À cet égard, si le gouvernement communique cahin-caha sur les chiffres du chômage (à 8,1 %), plutôt bons mais sans être exceptionnels, et grevés de diverses manipu... Poursuivre la lecture

quoi qu'il en coûte
0
Sauvegarder cet article

Par Karl Eychenne.

« La politique du quoi qu’il en coûte ne coûtera jamais trop cher », ainsi parlait l’Homme politique alors que la première crise sanitaire plongeait l’économie française dans l’obscurité. En termes de philosophie morale, le quoi qu’il en coûte repose sur un impératif catégorique hermétique à tout calcul de coin de table : il faut sauver tout le monde.

« Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous. », Montesquieu.

Bien sûr personne n’est dupe, le quoi qu’il en coûte a un coût. D’ailleurs, o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles