Le diamant est-il encore un bon investissement ?

Oui, le diamant d’investissement est un bon placement, à condition de s’adresser aux vrais professionnels.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Diamond By: nikilok - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le diamant est-il encore un bon investissement ?

Publié le 22 janvier 2017
- A +

Par Jean-François Faure.
Un article de L’Or et l’Argent.com

diamant
Diamond By: nikilokCC BY 2.0

Dernièrement, des articles se sont mis à fleurir sur la toile, mettant en garde contre le diamant d’investissement, au risque parfois de porter préjudice aux vendeurs honnêtes. Comme l’or, le diamant d’investissement est un bon placement, à condition de s’adresser aux vrais professionnels.

Vendre du diamant d’investissement, c’est un vrai métier, qui ne serait-ce que par la complexité à catégoriser une pierre, est uniquement réservé aux professionnels. De ce fait, des malfaiteurs profitent de ce hiatus entre les connaissances requises sur le marché du diamant et la méconnaissance du public pour abuser de ce dernier, tenté par des rendements miraculeux.

Par définition, comme l’or physique, le diamant est un actif improductif, il n’assure pas de rendement, de rente, au sens propre du terme. S’il est toutefois possible de réaliser des plus-values en revendant un diamant où une pièce en or au moment opportun (lorsque les prix sont plus élevés qu’à l’achat), parler de « rendement » est impropre à ces actifs.

Quant à promettre des plus-values potentielles annuelles de 8% sur le diamant, c’est tout simplement malhonnête. La moyenne s’établit plutôt à 2%, et sachant que c’est la stabilité que l’on recherche avec cette épargne, il n’est pas nécessaire de demander plus.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Je serais étonné si dans 50 ans on ne savait pas produire des diamants artificiels sans le moindre défaut.

    • Si on en croit le long exposé sur le diamant dans le film « the councellor » c’est justement le défaut qui fait la valeur du diamant. Quant aux diamants artificiels on sait les faire depuis la fin des années 50.

  • Un actif privé, peu importe qu’il soit productif ou non, n’assure pas une rente, ni au sens propre, ni au sens figuré du terme. Un bien capital, propriété privée de son détenteur, est du travail accumulé, épargné puis investi.

    Investir, c’est travailler.

    Seul l’Etat est en mesure de verser une rente, c’est-à-dire un revenu qui n’est pas la contrepartie d’un travail valorisé dans le cadre de l’échange volontaire. En dehors des fonctions régaliennes, tout revenu versé par l’Etat est une rente (rémunérations, retraites, aides sociales…) Une rente est nécessairement financée par un prélèvement obligatoire.

    Un revenu qui est financé par échange volontaire, qui n’est donc pas financé par un prélèvement obligatoire, ne peut pas être une rente, peu importe que le travail soit consommé immédiatement ou épargné puis investi.

  • on peut déjà produire de l’or, sans que cela ne pose de problème çà l’économie, le vrai soucis c’est le coût de production, s’il faut payer 1 milliard pour produire l’équivalent de 50000 euros à quoi cela sert-il? concernant la rente l’auteur parlait des fruits tout simplement, effectivement le diamant n’est pas un actif productif, personnellement je ne pense pas que ce soit un très bon investissement au vu du manque de liquidités sur le marché

    • L’utilisation dévoyée du concept de rente recouvre trop souvent une vision volontairement péjorative de la propriété privée pour au final justifier le crime de collectivisation. C’est pourquoi il convient de rappeler sans cesse que les mots ont un sens précis et que, l’économie étant une matière sérieuse, conditionnant la vie des gens entre pauvreté et prospérité, on ne doit surtout pas laisser employer ces mots à la légère. Le seul reproche qu’on peut faire à l’auteur de ce billet est de banaliser l’emploi, certes commun, mais quand même erroné du terme.

    • J’ai du mal avec cet histoire d’investissement non productif. Certes l’or, ou le diamant, n’est pas créateur de richesse, mais l’argent qui a servi a l’acheter l’est lui, en général celui qui vend de l’or ne le fait pas dans le but d’en acheter (a moins de vouloir spéculer), il va donc le dépenser ailleurs, en investissement productif ou en consommation tout comme n’importe quel actif.

  • bonsoir

    je rapelle que le négociant qui vend un diamant a un particulier prend une marge importante.

    pour gagner de l’argent il faut que le prix du diamant augmente largement plus que cette marge

    c’est utopique vu les taux de marge

    en plus personne ne rachete ces diamants, sauf a prix bradés

    pour les anciens je rapelle également la vogue des « diamants placements » il y a environ 30 à 35 ans illustrée par la firme « les diamantaires d’anvers » et qui s’est fini par des condamnations pour escroquerie.

    enfin, cerise sur le gateau , les spécialiste savent qu’on sait produire de beaux diamant synthétique a prix tellement compétitif que de beer a mis en place un systéme d’immatriculation des diamants naturesl pour que les prix ne chutent pas

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thierry Foucart.

La volonté des pouvoirs publics d’orienter l’épargne des particuliers vers les placements en actions n’est pas récente et régulièrement réaffirmée. Sa dernière manifestation date de la loi Pacte (2019) qui valorise les placements labellisés socialement responsables, et verts.

Le gouvernement espère un succès supérieur à celui des fonds euro croissance créés en 2014 qui offraient pourtant déjà une garantie en capital à une échéance fixée. La préférence des Français pour les placements offrant une sécurité imm... Poursuivre la lecture

Par Samy Mansouri[1. Enseignant-chercheur, Université Paris Dauphine – PSL.]. Un article de The Conversation

L’assurance-vie est un service financier particulier dans le monde de la finance, dont la demande (souscription, variation des encours, résiliation), semble fortement liée aux perceptions, attentes et attitudes des consommateurs. Il s’agit du placement préféré des Français, représentant 39 % du total du patrimoine financier des ménages, avec 1776 milliards d’euros d’encours en septembre 2019 et 54 millions de contrats souscrits.... Poursuivre la lecture

Par Régis Yancovici.

Bien sûr chacun souffre de la chaleur cet été. C’est une bonne raison pour rester aux frais. Mais vos placements financiers eux ne le devraient pas ! Les frais détruisent le plus souvent de la valeur.

In love with ETF

Aujourd’hui les ETF, les fonds indiciels cotés, ou trackers, couvrent toutes les classes d’actifs, zones géographiques secteurs, sous-secteurs, style de gestion… Leur utilisation permet d’économiser en moyenne 2,0 % par an en comparaison des OPCVM classiques. Ce n’est peut-être pas très parlant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles