La France ne sortira pas de l’Euro, mais l’Allemagne…

La crise de l’euro semble bien être devant nous, des experts planchent sur les scénarios possibles de fin de la monnaie unique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Angela Merkel en campagne en 2013 (Crédits www.GlynLowe.com, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La France ne sortira pas de l’Euro, mais l’Allemagne…

Publié le 20 janvier 2017
- A +



Par Olivier Myard.

La France ne sortira pas de l'Euro, mais l’Allemagne…
Angela Merkel en campagne en 2013 (Crédits www.GlynLowe.com, licence Creative Commons)

Sur BFM Business, il y a quelques semaines, l’économiste Christian Saint-Étienne, professeur titulaire de la Chaire d’économie industrielle au Conservatoire National des Arts et Métiers depuis 2009, conseiller de Paris et membre des Républicains, a délivré une information détonante, qui curieusement n’a pas été reprise.

Christian Saint-Étienne a dévoilé l’existence de groupes d’experts intergouvernementaux et au sein de la BCE qui travailleraient de façon confidentielle sur différents scénarios, en cas de survenance d’une nouvelle crise, et cette fois-ci majeure, de l’euro.

La forte baisse de l’euro par rapport au dollar sur la période récente peut donner à penser que l’union monétaire bénéficie d’un répit.

Une anomalie générale et deux problèmes de fond

Comme le faisait remarquer Jean-Marc Daniel, X-ENSAE, professeur à ESCP-Europe, globalement, les comptes extérieurs de la Zone euro sont excédentaires. Ce qui signifie que tous ensemble nous vendons plus de biens et services que nous n’en achetons en dehors de nos frontières élargies. Jean-Marc Daniel jugeait donc le niveau actuel de l’euro « bizarre ».

En effet, dans un monde « normal » (si tant est que cette expression ait un sens en économie en ces temps de politique monétaires « non conventionnelles »…), cette situation d’excédent commercial devrait pousser l’euro à s’apprécier.

Mais France et Italie continuent à importer plus qu’elles n’exportent, tandis que l’industrie allemande exporte de plus en plus, bénéficiant d’un euro trop faible pour elle, contrairement aux deux premiers cités.

L’Allemagne, du fait de sa démographie vieillissante, a surtout besoin de se créer des revenus en dehors de ses frontières pour financer les retraites de ses seniors. Avoir chez elle des usines qui tournent à plein régime alors que la main-d’oeuvre domestique manque n’est peut-être pas la meilleure solution.

Enfin, la situation financière de certains membres, comme celle de la Grèce, malgré les plans d’aide à répétition, mais aussi celle de l’Italie, troisième puissance économique de la Zone euro, reste préoccupante.

Comme Alain Madelin, ancien ministre, le rappelait encore récemment, la crise de l’euro « n’est pas derrière nous mais devant nous ».

Christian Saint-Étienne envisage deux scénarios principaux.

Le coût d’une sortie de l’euro pour les pays du sud serait astronomique

Dans un premier scénario, les pays les mieux gérés économiquement (pour l’essentiel, ceux du nord de l’Europe) sortiraient de la Zone euro, laissant ceux du sud (dont la France) conserver l’euro. En effet, pour ces pays surendettés, une sortie de la Zone euro ferait exploser leur passif qui deviendrait alors libellé dans une devise « étrangère ».

Rappelons que le ratio dette sur PIB est de 98% en France, 133% en Italie, et 200% en Grèce. Si un État endetté à hauteur de 100% de son PIB quittait l’Union monétaire, et si cela se traduisait par une dévaluation de 50%, sa dette représenterait alors 150% de son PIB. Le service de cette dette ferait un bond encore plus considérable, car en plus les prêteurs exigeraient alors une rémunération beaucoup plus élevée.

Cela rendrait toute solution d’assainissement impossible, sauf à se déclarer en défaut, et ruiner les épargnants ayant confié leurs économie à des contrats d’assurance-vie en euros.

Ce serait donc l’Allemagne, suivie par les membres les plus vertueux de la Zone, qui sortirait de l’euro

En cas de crise, les État aux finances les plus délabrées conserveraient l’euro, afin de maintenir leurs dettes en termes de PIB. Le nouvel euro s’ajusterait à la baisse par rapport aux autres grandes devises. Il y aurait de l’inflation importée du fait de la consommation de produits sans équivalence sur ces marchés intérieurs, et les vacances à l’étranger à l’extérieur de cette nouvelle Zone euro coûteraient plus cher.

Quant aux pays mieux gérés – ceux du nord pour faire court – soit ils reprendraient leurs devises d’origine, soit, plus vraisemblablement, ils adopteraient une nouvelle monnaie commune, toujours dans le cadre européen (afin de rester membres de l’Union, car selon les Traités européens, une sortie de la Zone euro se traduirait également par une sortie de l’Union).

Cette devise serait alors un véritable « nouveau deutsche mark » doté d’un nom plus acceptable par ses voisins, admis dès lors à joindre ce nouveau « club des fourmis ».

C’est ce qui explique en partie pourquoi certains investisseurs institutionnels (fonds de pension, compagnies d’assurance, etc.), outre qu’ils sont dans l’obligation règlementaire d’acheter des obligations d’État, acceptent de prendre des titres à rendement négatif ou ridiculement bas. En cas de sortie « par le haut » des pays du « nord », l’appréciation de la devise fera plus que compenser le sacrifice actuel sur le taux d’intérêt.

Les Allemands prendront-ils le risque politique de ce schisme européen ? Les Français accepteraient-ils d’être les Allemands de cette nouvelle Zone et de devoir subventionner à terme les autres pays du sud ?


Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « France et Italie continuent à importer plus qu’elles n’exportent »
    A ma connaissance, l’Italie est en excédent commercial, contrairement à la France

  • Aujourd’hui tout forme de dévaluation a bien plus d’inconvénients que d’avantages. Si les pays forts quittent l’euro qui serait conservé par les pays laxistes, ces derniers ne verraient pas leur dette faire un bond nominal mais il ne seraient pas sortis d’affaire pour autant et auraient encore plus de difficultés pour payer leur dette. En effet, ces pays importent plus qu’ils n’exportent, l’appréciation des couts des produits importés serait extrêmement douloureuse et il y aurait une inflation interne gigantesque qui aurait tôt fait de consommer l’avantage de prix à l’exportation plus bas dans la monnaie de l’acheteur. Le passé a enseigné que l’effet des dévaluations n’est que fugitif et qu’il faut alors faire des dévaluation à répétition. Effet collatéral il devient impossible d’emprunter à l’extérieur sans offrir un taux d’intérêt de plus en plus important. Pour un pays qui s’endette un peu plus chaque année ce serait évidement insupportable. Le scénario serait certainement pire que de simplement contenir le cout du travail.
    Peut on enfin penser que si on dévalue l’euro du groupe des pays laxistes, les créanciers en euro accepteront facilement d’être dépouillés ? Ils trouveront certainement une parade et, en tous cas s’abstiendront à l’avenir de prêter à un pays qui peut annuler unilatéralement ses dettes.
    Les dévaluations étaient possibles et parfois profitables (si suivies de mesures structurelles) à une époque où le commerce mondial était réduit. Aujourd’hui pratiquement n’importe quel produit inclut des composants étrangers ce qui change tout.

  • Le second scénario est plus logique car les forts ne risquent pas de bankrun en cas de sortie de l’euro, c’est donc le meilleur scénario pour une fin ordonnée de l’euro

    Mais il faut que les situation soit devenue suffisamment grave pour que la perte de l’avantage compétitif grâce à un euro sous-évalué par rapport à la compétitivité allemande soit moins grave que les risques de poursuite de l’aventure car c’est réellement une aventure dogmatique et non une construction intelligente et fonctionnelle

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La réforme des retraites soulève les passions et plus généralement, la situation actuelle amène des débats sur la meilleure façon de relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

Toutefois, plutôt que de rester dans la théorie, il est possible de s'intéresser à ce qui se pratique ailleurs et plus précisément chez nos voisins. La nouvelle étude de Contribuables Associés donne des pistes à travers quatre exemple étrangers.

 

Réformes des dépenses publiques en Allemagne, Pays-Bas et Suède

L’étude se concentre sur les dé... Poursuivre la lecture

À la fin de l'année dernière, un sommet important s'est tenu à Bruxelles entre l'Union européenne et le bloc commercial de l'ANASE, qui regroupe un grand nombre d'économies d'Asie du Sud-Est à croissance rapide. Ce bloc ayant également conclu un accord de libre-échange avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande en 2009, il revêt une importance majeure.

Malgré les efforts en cours, un véritable accord de libre-échange (ALE) entre l'UE et l'ANASE n'est pas attendu de sitôt. Le diplomate indien chevronné Gurjit Singh a souligné que les sanct... Poursuivre la lecture

vers de farine
8
Sauvegarder cet article

Sapristi, les habitudes culinaires européennes évoluent de plus en plus vite ! La nouvelle a fait quelques remous sur les réseaux sociaux : depuis quelques jours, l’Europe autorise l’utilisation de deux insectes dans l’alimentation humaine à savoir le ver de ténébrion (ver de farine) et le grillon domestique.

En pratique, cette introduction d’insectes dans le catalogue des substances autorisées dans la nourriture humaine n’est pas nouvelle puisqu’il y a deux ans, en janvier 2021, l’Europe avait déjà autorisé les larves de scarabée moli... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles