150 ans du Canada… et un État omniprésent ?

Le progrès technologique, la mondialisation, et l’augmentation du niveau de vie ont mené à de profondes transformations dans la structure de l’économie canadienne. Pourtant, une meilleure gestion de la taille de l’Etat aurait amélioré la situation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

150 ans du Canada… et un État omniprésent ?

Publié le 5 janvier 2017
- A +

Par Germain Belzile.
Un article de l’Institut économique de Montréal

150 ans du Canada... et un État omniprésent ?
By: Alex IndigoCC BY 2.0

En 1867, il y a 150 ans, la fédération canadienne naissait de l’union de trois colonies britanniques (le Canada-Uni, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse) qui formèrent les quatre premières provinces. Je propose dans cet article de faire un survol économique rapide de ce siècle et demi.

En termes de niveau de vie de ses habitants, le progrès a été significatif. En général, les économistes le mesurent à l’aide du PIB réel par habitant, une mesure du revenu généré par la production dans le pays. On considère souvent cette variable unique comme adéquate, car la plupart des autres que l’on pourrait souhaiter inclure dans la mesure du bien-être des citoyens sont fortement corrélées avec le PIB par personne. Par exemple, l’espérance de vie, l’accès à l’éducation, l’alphabétisation ou les opportunités sont tous plus développés dans un pays où le PIB par habitant est élevé, comme au Canada, que dans un autre où il est faible, comme le Togo.

Le PIB réel par habitant (le revenu réel, pour lequel on a neutralisé l’effet de l’inflation) a été multiplié par 16 au Canada depuis 1867. Autrement dit, le Canadien moyen avait en 1867 un niveau de vie inférieur à celui d’un habitant actuel du Bengladesh. Tout un progrès ! Évidemment, étant donné que la population canadienne est passée en 150 ans de 3,5 millions à 36,5 millions, le PIB réel a augmenté beaucoup plus. Et ce progrès immense du revenu par habitant s’est effectué en parallèle avec une baisse marquée des heures travaillées, qui sont passées d’environ 3000 heures annuellement par travailleur en 1867 à 1550 heures aujourd’hui.

L’État frein à la croissance économique

Le pouvoir d’achat a-t-il été multiplié par 16, comme le PIB réel par habitant ? Non, car l’État est devenu en 150 ans obèse et tentaculaire. Alors qu’en 1867, les taxes et impôts des trois paliers de gouvernement représentaient moins de 7 % du PIB, ils s’élèvent aujourd’hui à plus ou moins 45 %, selon la région habitée. Autrement dit, le Canadien moyen travaillait 3,5 semaines annuellement pour fournir des ressources à l’État à l’époque, contre 5 à 6 mois aujourd’hui.

Cette augmentation relative de la taille de l’État s’est accompagnée d’un rôle accru, alors que les gouvernements ont nationalisé des pans entiers de l’économie (santé, éducation, charité, jeu, et j’en passe) et imposent une réglementation tentaculaire dans de nombreux secteurs. Évidemment, l’espace de liberté des citoyens, qui s’est étendu grâce à l’augmentation généralisée des revenus, a aussi rétréci en raison de la multiplication des lois et règlements.

Le progrès technologique, la mondialisation, l’augmentation généralisée des niveaux et vie et les changements des préférences des consommateurs ont aussi mené à de profondes transformations dans la structure de l’économie. En 1867, les industries importantes étaient l’agriculture, la foresterie, les pêcheries et la construction navale. Aujourd’hui, environ 80 % des travailleurs œuvrent dans le secteur des services. Il faut tout de même noter que le secteur de l’extraction (mines, hydrocarbures) est encore extrêmement important, surtout pour les habitants hors des grandes villes.

Un dernier petit mot, au sujet de la composition de la population : en 1867, environ 79 % des habitants étaient nés au Canada. En 2017, on est à 79,4 %. Rien de nouveau donc dans le paysage, alors que le Canada est toujours un pays ouvert à l’immigration.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
référendum libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Sébastien Laye.

En économie, la seule exactitude qui vaille est celle des chiffres, réalité implacable. Or cet ancrage dans le réel et la statistique sied mal au pouvoir actuel, qui se complait dans la communication à outrance sur des slogans, ou la circonscription de la réalité à une ou deux statistiques favorables.

Pic historique du taux de marge des entreprises

À cet égard, si le gouvernement communique cahin-caha sur les chiffres du chômage (à 8,1 %), plutôt bons mais sans être exceptionnels, et grevés de diverses manipu... Poursuivre la lecture

quoi qu'il en coûte
0
Sauvegarder cet article

Par Karl Eychenne.

« La politique du quoi qu’il en coûte ne coûtera jamais trop cher », ainsi parlait l’Homme politique alors que la première crise sanitaire plongeait l’économie française dans l’obscurité. En termes de philosophie morale, le quoi qu’il en coûte repose sur un impératif catégorique hermétique à tout calcul de coin de table : il faut sauver tout le monde.

« Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous. », Montesquieu.

Bien sûr personne n’est dupe, le quoi qu’il en coûte a un coût. D’ailleurs, o... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Bruno Le Maire prévoit pour 2022 un budget adossé à 4 % de « croissance durable ». Voici un nouveau concept du ministre qui prétend sans vergogne « réinventer le capitalisme ». En examinant cette loi de finance, n’importe qui peut toutefois comprendre que seuls la dette et le déficit seront durables et que la croissance sera quant à elle entamée par un dirigisme et un interventionnisme qui gaspillent des ressources précieuses.

La « croissance durable » est une vieille lune pour Bruno Le Maire. Dès janvier 202... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles