Le permis de louer : le retour d’une fausse bonne idée !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: jean-louis Zimmermann - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le permis de louer : le retour d’une fausse bonne idée !

Publié le 29 décembre 2016
- A +

Par Nafy-Nathalie.

By: jean-louis ZimmermannCC BY 2.0

Le Figaro indique que « Pour lutter contre les logements insalubres, la loi Alur va obliger les propriétaires à demander une autorisation avant de mettre leur bien en location dans certaines communes. Les professionnels du secteur s’insurgent. ». Passons sur le fait qu’il est douteux de mettre ainsi en opposition la lutte contre l’insalubrité, les propriétaires et les réactions de leurs représentants. Peut-être pouvons nous cependant nous attarder sur les motivations de ce décret, son contenu et les raisons de ces oppositions.

L’insulabrité de l’habitat, un sujet réel

La lutte contre l’insalubrité de l’habitat est une idée noble qui n’est pas nouvelle. Une étude financée par l’Union Européenne du 19 mai 2011 la fait remonte à la fin du 19ème siècle et évoque les différentes législations pour tenter de l’éradiquer, de même que Wikipedia. Un rapport sur l’insalubrité révèle l’existence d’un marché du sous-logement dans un état déplorable à l’intention des plus pauvres, et alimenté par les allocations logement. Les autorités prennent alors conscience qu’elles n’ont aucun moyen réel de lutter contre l’insalubrité alors même qu’elle a un coût social important. Un logement insalubre entraîne par exemple : maladies y compris contagieuses, problème de santé physique (intoxications, allergies, saturnisme, etc.) ou psychique (dépression). Il peut aussi entraîner : de la violence (exiguïté des lieux), difficultés scolaires, divorces et ainsi de suite avec parfois des possibilités de placement d’enfants vivant dans des lieux trop insalubres. Tous ces phénomènes accentuent les difficultés de leurs occupants quand ils ne sont pas tout simplement à leur origine.

Différentes lois de pire en pire

Dans ce contexte, le député socialiste Alain Cacheux  alors rapporteur du volet logement de la loi de lutte contre l’exclusion évoque fin 1998 la mise en place d’un permis de louer. Il souhaite que l’autorisation soit imposée à tout le parc locatif. La FAPIL (Fédération des associations pour la promotion et l’insertion par le logement) défend la possibilité d’un contrôle régulier des biens comme une sorte de contrôle technique pour les voitures avec possibilité de révision de loyer à la baisse en fonction de la salubrité du bien. Bref. Les idées sont nombreuses pour remédier à ce problème.

Il n’est donc pas étonnant que lors de l’adoption de la loi SUR (13 décembre 2000) le permis de louer soit évoqué. Il est toutefois rapidement perçu par les propriétaires et leurs représentants comme une atteinte au droit de propriété et la mise en place d’une suspicion automatique à l’égard des bailleurs. Puis la question du bénéfice d’une mesure qui induirait autant de bureaucratie et de coûts pour contrôler 4 millions de logements parce que 400.000 seraient insalubres se pose sérieusement.

Ainsi lorsqu’au moment des débats Alain Cacheux aborde la question du permis de louer devant le groupe socialiste, Daniel Marcovitch, député, lui répond qu’il y était « (…) favorable au début, mais nous n’avions pas mesuré le poids que cela pouvait représenter. C’est une véritable usine à gaz ». À la proposition faite alors par Alain Cacheux de limiter l’autorisation aux logements de plus de 30 ans et à des quartiers de renouvellement urbain, il répond alors que « Le but aujourd’hui, quand on parle de renouvellement urbain, ce n’est pas de faire de la politique de quartier. Il faut voir la ville dans sa globalité, ne pas refermer les quartiers sur eux-mêmes (…) » avant d’évoquer l’inefficacité de ce type de permis contre l’existence d’un marché au noir puisque une personne en difficulté qui a besoin d’un toit prendra le logement qu’elle trouvera sans se soucier de l’obtention d’un permis ou non.

Un compromis est cependant trouvé. Louis Besson propose « de donner un fondement juridique à la notion de logement décent en l’introduisant dans la loi du 6 juillet 1989. ». L’abandon du projet de permis se fait au profit de la notion juridique toute nouvelle de logement décent et l’interdiction de louer des biens qui ne le seraient pas (amendement Marcovitch) et la prise en charge par le propriétaire du coût du relogement d’un locataire en cas de logement indécent. L’article 181 de la loi SRU dispose en effet qu’ « En cas d’interdiction, temporaire ou définitive, d’habiter et d’utiliser les lieux, le propriétaire […] est tenu d’assurer l’hébergement décent des occupants, lequel doit correspondre à leurs besoins. À défaut, le représentant de l’État dans le département prend les dispositions nécessaires pour assurer leur hébergement provisoire. Le coût de cet hébergement est mis à la charge du propriétaire. La créance est recouvrée comme en matière de contributions directes et garantie par une hypothèque légale sur l’immeuble ». Cette disposition, si elle avait été appliquée, aurait du avoir des effets dissuasifs assez importants.

Le DALO (droit au logement décent opposable) parait le 5 mars 2007. Cet article de Contrepoints explique dans quel contexte et ses conséquences. Il a pour effet de faire condamner le contribuable, par le biais de l’État, 25 000 fois entre 2008 et 2016 et de lui faire supporter des astreintes faramineuses comme par exemple 25 millions d’euros en 2013 ou 19,2 millions en 2014. Il s’avère que les lois, bien que promulguées avec les meilleures intentions du monde, n’ont pas supprimé les problèmes de logement. Le gouvernement indique d’ailleurs sur la page de la loi Solidarité et renouvellement urbain à la loi ALur de son site que « la mise en application de ce nouveau droit rencontre de nombreuses difficultés ».

Avec ALUR la lutte contre le logement indigne revient à l’honneur. Le permis à louer s’inscrit dans ce cadre là au milieu de tout un tas d’autres mesures dont les plus marquantes sont :

  • la possibilité de contraindre les propriétaires à rénover les logements indignes en location sous astreinte,
  • la possibilité de consigner les allocations logement au détriment du propriétaire,
  • l’obligation d’interdire à ceux déjà condamnés pour hébergement non décent ou insalubre d’acquérir un nouveau bien à destination locative.

Une dernière loi de très mauvais augure

Par un tour de passe-passe curieux les socialistes ont oublié les raisons qui les ont poussés à abandonner le projet lors de l’adoption de la loi SRU. De même un mimétisme étonnant entraîne la reprise de leurs arguments de l’époque par certains députés ou sénateurs de droite. Alain Vasselle (UMP), par exemple, évoque un permis qui serait une « atteinte au droit de propriété » et recommande de faire « attention à l’usine à gaz ! ».

Le principe du permis de louer est le suivant : les communes et EPCI qui le souhaitent pourront imposer, en cas de nouvelle location d’un bien, une obligation de déclaration et d’obtention d’autorisation préalable, dans le périmètre géographique ou le type de logement qu’ils définiront. Chacun jugera de la volonté ou intention qui gouverne à la mise en œuvre de ce dispositif dont la portée est grandement limitée par les possibilités. On peut supposer que les députés et sénateurs, souvent maires, ont adopté une mesure qu’ils n’ont pas souhaité se voir imposer dans leurs circonscriptions locales. Il est facile de deviner où cette mesure sera en vigueur.

Toujours est-il que depuis le 22 décembre 2016 (décret du 19 décembre 2016), les biens soumis au permis se voient sous le coup d’une double obligation :

  • obtention d’une autorisation administrative préalable dont la mise en oeuvre semble hasardeuse puisqu’elle requiert un retour positif des administrations dans un délai d’un mois. Le ministère indique que les permis seront refusés « à un logement situé dans un immeuble faisant l’objet d’un arrêté d’insalubrité ou de péril ».
  • déclaration de mise en location du bien, qui semble relever d’un formalisme informatif, dans les 15 jours suivant la conclusion d’un bail.

Le non respect de ces obligations pourra entraîner des amendes dont le montant sera compris entre 5 000 € et 15 000 €,

Quant à la mesure en elle-même, son efficacité laisse dubitatif.

Jean-François Buet, Président de la FNAIM, explique sur RTL qu’ « Il y a déjà énormément de communes en France où il y a des quartiers ou des immeubles dans lesquels des appartements ne respectent pas la sécurité ou la santé des locataires. Le problème, c’est qu’un décret datant de janvier 2002 précise déjà les modalités, les raisons pour lesquelles un logement n’offre pas suffisamment de garanties. (…) Ce décret engage déjà la responsabilité pénale du propriétaire ou de l’agence.» Effectivement, si ce dispositif ne change fondamentalement rien, par contre, des nouvelles obligations administratives supportées par les professionnels pourraient découler des effets pervers sur le coût des biens. Les agences immobilières pourraient en effet faire supporter de manière indirecte aux locataires le surcoût potentiel de leurs assurances induit par cette responsabilité renforcée ou le surplus de travail administratif qui leur est demandé.

Par ailleurs, cette disposition peut même avoir des effets contre-productifs comme par exemple :

  • un effet de « gentrification » des quartiers soumis à réhabilitation urbaine se vidant de leurs habitants défavorisés (incapables de suivre la revalorisation des loyers induite fatalement par l’amélioration de la qualité du bâti) au profit d’une classe moyenne aisée. L’encadrement des loyers, mesure dont l’efficacité reste très contestable quand elle est en vigueur, ne devrait pas empêcher ce phénomène.
  • le rétrécissement du parc locatif puisque finalement les bailleurs pourraient bien finir par être découragés par l’accumulation des contraintes résultant de la mise en location d’un bien (encadrement loyer, diagnostics et ainsi de suite).
  • l’encouragement du marché au noir, les propriétaires ne souhaitant pas ou ne pouvant pas, par manque de moyens, faire des travaux pourraient décider malgré tout de louer leurs biens sans signature de bail et sans obtention du permis. En effet, les marchands de sommeil ne présentent qu’une partie des arrêtés d’insalubrité. L’autre partie est constituée de propriétaires qui s’endettent pour investir et n’ont pas les moyens d’entretenir les logements qu’ils louent.
  • le transfert sur le locataire de la responsabilité de l’insalubrité d’un logement. En effet, des permis délivrés de manière non rigoureuse par manque de moyen de l’administration qui les a en charge, avec comme conséquence pour le locataire de se retourner plus difficilement contre son propriétaire quand il ne se retrouvera pas tout simplement responsable des désordres survenant dans un logement après la délivrance du certificat de mise en location. Dans ce contexte la notion de locataire de bonne foi, notion imprécise, prend également un sens nouveau. Il sera intéressant de surveiller les jurisprudences à venir. En effet, il n’est pas interdit de se demander si l’État n’a pas trouvé un biais pour contourner l’obligation de relogement qu’il s’est imposée à lui-même en rendant le locataire responsable à terme de ses conditions de logement.

L’exemple de la Belgique aurait pu aussi interpeller nos politiques. Mis en place il y a une vingtaine d’année, le permis de louer a des effets si contestables qu’il a été question très officiellement de le supprimer avant de décider son maintien, uniquement pour des problèmes d’opinion publique.

En définitive, jamais aucun problème n’a été résolu parce qu’il a été décrété illégal. « Le permis de louer est le type même de la fausse bonne idée » comme l’indique dans le Monde, Patrice Lucchini, le responsable de l’association Habitat santé développement (saturnisme et insalubrité). Il précise qu’appliquer les textes existant auraient largement suffi mais que les moyens et la volonté politique ont fait défaut. Ce dispositif semble bien être, comme il le précise, un « nouveau moyen de se donner bonne conscience sans régler les problèmes de fond. »

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Encore un truc qui favorisera la location libre (ou « sauvage » pour nos politiques)

    Bref, comment aggraver tout avec un rien

  • Ce dispositif a aussi un effet secondaire qui me semble important: le fichage systématique des propriétaires et des logements dans les zones concernées. L’administraition pourra ainsi se constituer une base de données de grande valeur. Comme tout fichage, cela pourra donner lieu au meilleur (compréhension accrue du marché de l’immobilier locatif) comme au pire (taxation et tracasseries des propriétaires).

  • L’État ne sait plus où loger les migrants, malgré un saupoudrage dans les communes rurales. En fait, cette déclaration préalable nous amènera tout ou tard vers la « préemption locative » ; projet caressé depuis longtemps par les officines style CNL et autres politiciens (comme Y. Brossat adjoint communiste chargé du logement à la Ville de Paris). Ainsi, en imposant un locataire au propriétaire privé, l’État a tout à y gagner. Bien sûr, il entourera la mesure d’un joli papier cadeau, au non de la solidarité… vous vous souvenez, un impôt sur les grandes fortunes devenu un impôt de solidarité !

  • On lutte contre le logement insalubre, défense de louer. Et les locataires? a la rue? dans une tente sur un trottoir parisien ou dans des camps genre calais?

  • Pfuitt…
    Les C..s ça ose tout !… …
    Il faut virer tous ces socialauds et libérer le pays de la dictature de la technocratie. Ils sont là les emplois de fonctionnaires à supprimer !

    • OUI? Tout ce qu’à fait le PS et ses satellites verts et rouges en matière de logement. Sans compter que « eux » se sont construits des fortunes immobilières avec leurs indemnités de représentation et leur sous location de leur studio parisien au black. D’ou l’arrivée de AirBandB et autres loueurs de chambres.

    • Les français sont pour ça. Ils s’en réjouissent.

  • C’est effectivement une fausse bonne idée et gouvernements, experts et associations militantes du droit du logement s’y étaient déjà opposés depuis la loi SRU de 2000, loi Borloo de 2006 qui avait ouvert un dispositif expérimental de déclaration de louer, effectivement mis en oeuvre a Roubaix, notamment pour contourner le « permis de louer » …l’expérience Wallonne avait été expertisée et le rapport « Pelletier- Doutreligne » avait déconseillé l’adoption en droit français d’un permis de louer. Cette initiative est revenue par un amendement senatorial a la loi Alur, alors même que le gouvernement n’y était pas favorable…Au demeurant, le permis de louer là ou les communes voudront l’instituer, n’a nullement comme objectif de se substituer aux procédures d’insalubrité ou de péril – qui ont toute leur efficacité (obligation de faire les travaux éventuellement sous astreinte, suspension des loyers et des baux, obligation de relogement provisoire ou définitif) mais de contrôler la décence du logement mus en location – ce qui n’est pas la même chose ! Et l’article ci-dessus confond décence et insalubrité…il faut dire que le commentaire qui consiste a expliquer que le permis sera refusé aux logements dans les immeubles sous arrêté d’insalubrité ou de péril est une imbécilité vu que ces logements sont de droit de par la loi (SRU 2000) déjà interdits a toute occupation….
    Il est parfaitement exact que l’arsenal législatif existant correctement appliqué avec une réelle volonté politique locale suffi largement pour lutter contre les mauvais logements.
    Le permis de louer institué par la loi Alur (le décret ne crée rien de nouveau) est une usine a gaz administrative que les villes auront le plus grand mal a gérer, ce qui multipliera les autorisations tacites…susceptibles d’engager la responsabilité des élus en cas de problème et risque de pénaliser les locataires même si la loi a pris la précaution de les protéger…
    Mais lire que les agents immobiliers qui s’insurgent contre le décret sont garants de la décence des logements qu’ils offrent a la location fait largement rigoler les professionnels de l’habitat….le contrôle de la décence des logements ne figure pas même dans le code de déontologie prévu par la loi Alur …..
    Nancy Bouché
    Rédactrice du rapport de 1998 sur insalubrité et le peril

  • Combien d’années faudra t il pour accorder les permis de louer et combien de logements a construire pour reloger les expulsés ?
    Suppression d’urgence de toutes les lois votées depuis 2012 ,

    • PhilippeMurrayRothbard
      30 décembre 2016 at 14 h 32 min

      Même depuis 2007.
      L’histrion socialiste de droite a pas été avare non plus en cassage de bras des proprios.

  • Et si un logement n’est pas bon a louer, il n’est pas bon habiter même pour le propriétaire… destruction, expropriation ?

  • Quand un connard de la Mairie est venu me dire qu’il manquait quelques centimétres de hauteur à mon logement et qu’en conséquence je ne pouvais pas y rester je lui ai demandé s’il avait un autre logement à me proposer: devant sa réponse négative je lui ai désigné la direction des escaliers à descendre en lui précisant de faire vite. Ce qu’il a fait et bien lui en a pris sinon je l’aurais aidé: ou voulez vous que l’on aille quand on ne gagne pas assez. Dehors?
    J’ai pas eu besoin des conseils de la Mairie ou du Ministère du logement ou de n’importe quel politicard surpayé pour déménager dans un logement plus grand et plus salubre dès que j’ai réussi à gagner suffisamment

  • Si une personne loue un habitat insalubre c’est qu’elle n’a pas trouvé ailleurs ou qu’elle souhaite faire des économies, de ce fait si ce logement insalubre n’existait pas en quoi cela améliorerait les conditions de vie du locataire X? Ils devraient commencer par écrire de nouvelles lois pénales condamnant à de la prison ferme les gens qui ont des HLM alors qu’ils ont de gros moyens financiers, comme taubira par exemple, ou une bonne partie de la classe politique.

  • Et l’inverse? Est-ce que le gouvernement pourrait délivrer des cetificar de bon locataire? Avec ne prime une lise noire des mauvais locataires? Si le logement loué est remis en mauvais état, quels sont les recours? On saisi le locataire?

  • et misère, les fautes de frappes…

    *me donne une claque en arrière de la tête*

    • ça tourne au buzz… attendons de voir quelles mairies vont appliquer ce décret… mon avis que la Hidalgo va se manifester dès la rentrée.
      Une bonne bouteille si je me suis trompé. Bonne année en attendant.

  • C’est typique des sotscialistes ❗
    Une loi, vite pour interdire les méchants, vite une loi pour obliger a être bon ❗
    La France commence à ressembler au … Brésil. Mais sans la chaleur 🙁

    Mais ou iront les locataires qui auraient pu se loger ❓ A la rue pour les plus impécunieux. Ou ils pourront crever par grand froid.
    Mais cela est normal : sotsalauds s’étant indignés, que pouvaient-ils faire de plus ❓
    Indignez vous, lavez vous en les mains…

    Et on verra une nouvelle de propriétaire impécunieux incapables d’entretenir leur logement. Mais puisque sotsalauds s’étant indignés, ils s’en moqueront comme de leurs premières langes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

par h16

Il y a quelques semaines, je notais, consterné, que la transition écologique devenait doucement mais sûrement l'excuse facile et pratique pour tabasser juridiquement et fiscalement les automobilistes : moyennant une stigmatisation des voitures âgées ne répondant pas à des normes de plus en plus drastiques et déconnectées de la réalité, on allait enfin pouvoir interdire aux pauvres de se déplacer de façon autonome et ne laisser ce privilège qu'aux classes supérieures (celle qui votent comme il faut). L'aventure ne pouvait bien é... Poursuivre la lecture

Par Henry Bonner.

Les débats sur un possible reconfinement permettent d’occulter les dégâts économiques. La reprise économique est pleine de surprises, pas nécessairement bonnes, loin de là.

Le sujet du jour dans les médias : le confinement qui revient dans un certain nombre de pays.

Les élus démentent toute possibilité de retour en arrière ici en France…

Pourtant, ils avaient aussi écarté la possibilité du passe-vaccinal. Voici un extrait de LCI de décembre 2020 :

Non, le vaccin contre le coronavirus ne ser... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF Europe.

En 2018, le taux de prélèvement obligatoire en France s’établissait à 45 % du PIB et se décomposait en trois parts principales :

53,7 % pour les administrations de sécurité sociale (ASS), 31,6% pour les administrations publiques centrales (APUC), 14,3% pour les administrations publiques locales (APUL).

Soit 6,4 points de PIB contre seulement 4,3 en 1986.

Les dépenses des APUL ont crû principalement du fait des Actes I et II de la décentralisation, mais aussi par l’applic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles